Actualités


Les semaines du 6 au 19 mai 2013

6 – NICARAGUA – Le Bosawás est la plus grande réserve de forêt tropicale en Amérique centrale. Un groupe indigène Maya, les habitants traditionnels de ces forêts tropicales d’une superficie totale de 20.000 kilomètres carrés, a dénoncé l’action des envahisseurs qui détruisent les arbres pour créer des activités agricoles et d’élevage et pour exploiter les bois précieux dans la région. Les affrontements entre les autochtones et les envahisseurs, appelés colons, ont déjà laissé un Indien décédé fin avril. « Nous ne voulons pas plus de morts, de sorte que les institutions devraient intervenir dans cet affaire. Les Indiens mayagnas méritent de vivre dans nos territoires, nous voulons résoudre ce problème pacifiquement », a déclaré Gustavo Sebastián Lino, président du territoire Mayagna Sauni As, situé dans la réserve. La réserve du Bosawás a été inscrite en 1997 par l’UNESCO dans la liste des réserves de biosphère du monde, étant donné l’importance de cette forêt, qui compte plus de 270 espèces de plantes, plus de 200 espèces d’animaux (on estime que le Bosawás héberge 13 % des espèces tropicales connues) et environ 200 000 espèces d’insectes. Il est également le foyer de populations autochtones qui vit des ressources forestières et le protège contre les envahisseurs. Le groupe des Mayagnas dit que des patrouilles ont été organisées pour dénoncer ces invasions, mais que les colons réagissent violemment, en les intimidant. Gustavo Sebastián Lino a dénoncé la négligence du gouvernement pour la région bien que le gouvernement du président Daniel Ortega ait dit que la protection du Bosawás sera une priorité. Un rapport publié par l’Agence allemande pour le développement durable (GIZ) montre que le Bosawás a perdu, de 1987 à 2010, plus de 564 000 hectares de forêt, avec une perte moyenne de plus de 42 000 hectares par an depuis 2005.

8 – VENEZUELA – Le président du Venezuela, Nicolás Maduro a commencé à Montevideo, en Uruguay, une tournée des pays membres du Mercosur à recueillir un soutien politique dans ce bloc depuis que l’année dernière il l’a intégré. Après sa victoire électorale étroite lors d’une élection critiquée par l’opposition, Nicolás Maduro cherche également à entériner la diplomatie pétrolière de son prédécesseur, Hugo Chávez, qui est de vendre le pétrole à bas prix à des pays latino-américains pour en échange acheter des aliments et d’autres produits rares au Venezuela. Après une rencontre avec son homologue uruguayen José Mujica, il a annoncé lors d’une conférence de presse la ratification des accords d’approvisionnement de Petroleos de Venezuela (PDVSA) à son homologue uruguayen Ancap, en contrepartie « d’approfondir l’alliance de nourriture ». Mais le président vénézuélien a également appelé à des changements dans le Mercosur: « Il doit changer pour devenir un puissant aimant pour Union latino-américaine ». Le Venezuela assumera pour la première fois la présidence du Mercosur dans la seconde moitié de 2013. À la même conférence, José Mujica a appelé à « respecter et tolérer les différences » entre les pays de la région. Le nouveau chef de l’Etat se rendra à Buenos Aires et à Brasilia. L’opposition de l’Unité Table démocratique (MUD) vénézuélienne, dont son  leader Henrique Capriles, cherche des alliés en Amérique latine : leurs dirigeants continuent également une tournée pour dénoncer l’illégitimité du gouvernement de Nicolas Maduro et dénoncer la persécution, la détention et la torture  dont seraient victimes les dissidents. Ils ont déjà visité le Paraguay, le Pérou, le Chili, la Colombie, l’Uruguay et l’Argentine. La MUD a également demandé à l’Organisation des États américains la médiation de la crise politique au Venezuela.

8 – GUATEMALA – L’exploitation minière à ciel ouvert, décrié depuis sa création pour les redevances insignifiantes imposées par l’État aux entreprises qui se voient assujetti à payer un impôt de 1%, et la crainte des agriculteurs de la destruction de l’habitat naturel a été une source croissante de conflit au Guatemala. La plus récente a eu lieu dans les provinces de Jalapa et Santa Rosa (à l’est, à la frontière avec El Salvador), où une foule a attaqué les maisons des employés de la mine de San Rafael, de capital canadien, saccagées et incendiées, ainsi que les voitures des employés. Un contingent de la police envoyé sur les lieus a été reçu par des tirs de balles qui ont fait un mort, un agent de la police. La foule, composée de quelque 500 personnes au visage couvert, a encerclé les agents, les a dépouillé de leurs armes réglementaires et les a gardé comme otages. Selon la version officielle, les ravisseurs ont négocié la libération des otages directement avec le ministre de l’Energie et des Mines, Erick Archer, en échange de la fermeture du projet minier. Comme il ne pourrait y avoir d’accord, des commandos spéciaux ont été mobilisés pour libérer leurs camarades. Dans un échange de coups de feu, 10 des otages ont été blessés. Le ministre de l’Intérieur, Mauricio López Bonilla, a déclaré que de tels actes seraient dus à une collusion entre certains leaders paysans et les gangs de la drogue qui errent dans les régions frontalières ; cette affirmation est rejetée par les habitants de la région, qui qualifient les actions de la police comme une attaque contre les dirigeants de la communauté. « Il y a une résistance légitime et de voir comment l’état ne fait que défendre une société qui provoque l’anxiété dans la région », a déclaré Kelvin Jiménez, membre du Parlement appelé Xinka, qui rassemble les peuples de la région. À l’issue d’une semaine de la mise en œuvre de la loi martiale, qui a mobilisé 3.500 soldats, les résultats sont plutôt mauvais: cinq personnes arrêtées, tandis que 25 sont toujours en fuite. Comme le Congrès (Assemblée législative) n’a toujours pas ratifié l’état de siège décrété par le pouvoir exécutif, la situation est dans un vide juridique.

9 – ARGENTINE – L’adoption par le Sénat du projet de loi qui élargit 13 à 19 membres sa composition et impose l’élection au suffrage universel des membres du Conseil de la magistrature, est l’un des piliers de la réforme judiciaire controversée promue par le gouvernement de Cristina Fernández. Ce Conseil – composé de juges, d’ universitaires, de législateurs et de juristes – serait chargé de définir des listes de candidats au pouvoir judiciaire et de contrôler l’activité des juges. Le projet a été approuvé par une marge étroite : 38 votes à faveur – seulement un de plus de ce qui est nécessaires pour donner le feu vert à la proposition – et 30 contre, après un débat de plus de sept heures dans un Sénat à majorité gouvernementale.

10 – GUATEMALA – La justice du Guatemala a condamné l’ex-dictateur José Efraín Ríos Montt, âgé de 86 ans, à une peine de 80 ans de prison, dont 50 ans pour génocide et 30 ans pour crimes de guerre. Devant la presse, José Efrain Rios Montt, a qualifié sa condamnation de « show politique international ». Il a annoncé qu’il allait faire appel de ce verdict accueilli par les cris de joie et les applaudissements des proches des victimes de massacres dans la salle la Cour suprême de justice. Arrivé au pouvoir par un coup d’Etat en 1982 et délogé de la même façon l’année suivante, il a couvert l’application par l’armée de la politique de « la terre brûlée » à l’encontre de communautés indiennes soupçonnées de soutenir les guérillas de gauche, en pleine guerre froide. La guerre civile au Guatemala (1960-1996), a fait 200 000 morts et disparus, selon les Nations unies.

10 – BRÉSIL – La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a reçu le président du Venezuela, Nicolás Maduro, avec une embrassade protocolaire, très différente de celle que les Brésiliens ont l’habitude de voir entre l’ancien président Lula da Silva et le regretté Hugo Chávez, qui se traitaient de « compañeros ». L’arrivée du président a eu lieu presque silencieusement et sans déclarations à l’aéroport, en présence du ministre des Affaires étrangères du Brésil, Antonio Patriota. Nicolás Maduro a passé la journée à Brasilia mais la presse nationale l’a ignoré presque dans leurs éditions numériques. Les deux présidents ont été présentés à la presse pour une salutation et une brève déclaration que les deux pays doivent travailler ensemble. Dilma Rousseff a souligné les résultats positifs des relations commerciales bilatérales des deux pays et Nicolas Maduro lui a donné un cadre avec une photo du défunt Hugo Chávez. Le gouvernement brésilien a indiqué que la visite vise à « stimuler des initiatives d’intégration productive, la sécurité alimentaire, les politiques de santé publique et le développement social et technologique. » Le Brésil est conscient d’être aujourd’hui l’une des grandes démocraties du monde et de son rôle dans Amérique du Sud. Avec le nouveau leader vénézuélien contesté par 50% de son propre pays, la diplomatie brésilienne a été plutôt prudente après les résultats des élections au Venezuela, bien que le Brésil ait immédiatement reconnu la légalité des résultats.

10 – BRÉSIL-MEXIQUE – Le succès de la récente visite du président Obama au Mexique puis le coup de froid qu’a signifié pour ce pays la défaite de son candidat contre son concurrent brésilien pour diriger l’Organisation mondiale du commerce (OMC) a une nouvelle fois mis en évidence la concurrence entre les deux géants de l’Amérique latine. Un duel entre deux directions et deux projets nationaux, selon plusieurs analystes, qui se neutralisent sur l’influence du continent sur la scène mondiale. C’est l’ambassadeur du Brésil Roberto Azevedo  qui, pendant huit ans à l’OMC, deviendra le premier latino-américain à présider cette institution. Roberto Azevedo a été élu pour succéder au Français Pascal Lamy au détriment de l’ancien ministre du Commerce et de l’Industrie du Mexique, Herminio Blanco, qui avait le soutien de l’Union européenne et des États-Unis. Lors du vote décisif ce dernier a eu contre lui des pays africains et aussi de ceux des nations qui se méfiaient de son orthodoxie libre-échangiste.

14 – BRÉSIL – Le Conseil National de la Justice du Brésil (STJ), présidé par le juge Joaquim Barbosa, également président de la Cour Suprême, a annoncé que les tribunaux et les notaires qui célèbrent les mariages civils au Brésil ne pourront pas refuser les unions entre personnes de même sexe. Pour Joaquim Barbosa, « l’expression de la sexualité et des sentiments homosexuels ne peut servir de fondement à un traitement discriminatoire. » La décision a été adoptée par quatorze voix contre une et elle a été fondée  sur la décision prise en 2011 par la Cour suprême fédérale (STF), qui a considéré  constitutionnelle l’union des homosexuels dans le mariage civil. Depuis lors, les juges de différentes régions du pays ont commencé à accepter les demandes des gays et des lesbiennes qui souhaitent se marier. L’opinion publique avait obligé la Justice de légiférer sur la question dans tout le pays sans permettre à chaque juge de tenir compte de son opinion personnelle. La résolution de la STJ est forte et prévoit que refuser d’effectuer le mariage civil homosexuel implique la « communication immédiate au juge concerné de prendre les mesures nécessaires. » En théorie, la décision STJ pourrait permettre  de faire appel à une séance plénière souveraine du Congrès national, qui n’a pas encore approuvé le mariage homosexuel. En pratique, il semble peu probable que la Cour suprême peut légiférer contre ce qui a déjà  été approuvé, au moins tant que sera gardé le juge Joaquim Barbosa à sa présidence.

15 – PÉROU – Après la démission pour raisons de santé de Rafael Roncagliolo, l’un des cinq membres du cabinet d’origine du président Ollanta Humala et seul ministre survivant des sympathisants de gauche et de la société civile, le renouvellement du cabinet des ministres a, pour la première fois, porté une femme, l’avocate Eda Rivas [photo de la une], au siège du ministère des Affaires étrangères qui était jusqu’à présent ministre de la Justice. Elle a prêté serment au Palais du gouvernement, devant une bible et un crucifix, avec le nouveau ministre de la Justice Daniel Figallo Rivadeneira, qui a servi comme vice-ministre des droits de l’homme et l’accès à la justice, dans le même portefeuille. Rafael Roncagliolo avait eu raison dans deux épisodes difficiles qui aurait pu lui coûter une interpellation au Congrès : la position soi-disant favorable du gouvernement péruvien pour le président vénézuélien Nicolás Maduro, concrétisé par le voyage du président Ollanta Humala à la prestation de serment du successeur de Chávez en avril et l’impasse diplomatique avec l’Équateur en raison l’échauffourée de l’ambassadeur de l’Équateur  au Pérou avec un couple de femmes dans un supermarché. À la sortie l’audience à huis clos avec la commission des affaires étrangères du Congrès, le président du groupe parlementaire a déclaré qu’ils étaient satisfaits des explications du chancelier sortant qui a même annoncé à ce moment que le Pérou a été en coordination avec les membres de l’Union des nations sud-américaines réunion (Unasur) pour le suivi de la déclaration du bloc régional sur le Venezuela, signé par le président le 18 Avril, quatre jours après élections dans ce pays. La première femme chancelier du Pérou devrait avoir comme priorité, dans les mois à venir, la politique régionale face à la décision de la Cour à La Haye, qui aura lieu entre juin et juillet. Elle devra assumer jusqu’en août la présidence temporaire de l’Unasur et essayer à ce titre de parvenir à un consensus sur le Venezuela.

16 – PÉROU – L’obésité est un sujet de préoccupation en Amérique latine. Après le Chili, le Brésil ou encore le Mexique, c’est au tour du Pérou de s’attaquer aux problèmes de surpoids qui toucheraient, dans le pays andin, plus de 52 % des femmes et 24 % des enfants de 5 à 9 ans, selon les chiffres officiels. Pour réduire les maladies liées à l’obésité, le président péruvien, Ollanta Humala, a promulgué une loi visant à « promouvoir l’alimentation saine chez les jeunes ». Le texte acte la création d’une norme qui définit une « nourriture saine » : des « aliments dans leur état naturel de préférence ou ayant été très peu transformés ». Les écoles qui disposent de distributeurs alimentaires seront les premières à devoir s’y plier. La liste des aliments bannis est attendue sous peu. Dans un pays où règnent les produits industrialisés comme les sodas, cette loi représente une petite révolution. « C’est une première pierre dans la construction d’une politique consacrée à la bonne alimentation », a déclaré le chef de l’État, en exhortant les parents à soutenir son initiative. Les industriels se sont aussitôt opposés avec force à « la supervision de la publicité liée pour aliments et boissons non alcoolisées destinés aux jeunes », que prévoit la loi. « On ne peut considérer nos enfants comme des clients générant des profits », a répondu le chef de l’État. Pour le président de l’Association péruvienne de consommateurs, Crisólogo Cáceres, il n’y a aucun doute  « Ce grand nombre de publicités participe au fait que la population, et surtout les plus jeunes, souffre de plus en plus de diabète, de surpoids et de problèmes cardiovasculaires. » Un avis que partagent l’Organisation mondiale de la santé comme un grand nombre d’ONG, qui se sont empressées de saluer la « loi péruvienne contre la malbouffe ».

17 – VENEZUELA – Un tribunal de Caracas a ordonné la remise en liberté du général à la retraite et membre de l’opposition Antonio Rivero, placé en détention provisoire fin avril sur décision judiciaire. Les autorités judiciaires lui reprochent d’être impliqué dans les violences qui ont suivi l’élection présidentielle du 14 avril, faisant 9 morts et 78 blessés. Le général, l’un des dirigeants du parti d’opposition Volonté populaire, a expliqué qu’il allait subir des examens médicaux en raison de la grève de la faim qu’il dit avoir observée pendant 15 des 21 jours de sa détention provisoire.

17 – ARGENTINE – Le dictateur Jorge Rafael Videla est décédé de mort naturelle à l’âge de 87 ans dans la prison de Marcos Paz, à 50 kilomètres de Buenos Aires. Avec le général Jorge Rafael Videla, disparaît l’un des plus féroces dictateurs qu’ait connus l’Argentine, et même le continent latino-américain. Il était le cerveau du coup d’Etat militaire qui a porté les forces armées au pouvoir entre 1976 et 1983. A la tête d’une junte représentant les trois forces armées, Jorge Videla a remplacé à la présidence de la République Isabel Perón, la veuve du général Juan Perón, mort en 1974, un an après son retour au pouvoir (il avait été président de 1946 à 1955). Le messianisme du coup d’État de 1976 n’était donc pas nouveau. Mais, en conformité avec la personnalité rugueuse et austère du général Videla, la junte s’est attribuée la dénomination de « processus de réorganisation nationale ». Malgré la modestie apparente de cette formule, les militaires étaient animés d’une férocité inédite, parfaitement canalisée par un plan conçu depuis plusieurs mois. Jorge Videla avait été condamné à la prison à vie pour « crimes contre l’humanité » lors du « Nuremberg argentin », le procès des trois juntes militaires, en 1985, un moment d’exorcisme national, suivi jour après jour par l’opinion, qui découvrait tous les détails de la machine de répression mise en place par la dictature. Gracié cinq ans plus tard par le président péroniste Carlos Menem, Jorge Videla avait été rattrapé par la justice et placé en détention en 1998, précisément à cause de l’affaire des bébés volés, pour laquelle il a été condamné à cinquante ans de prison en 2012, après une série de péripéties judiciaires. L’association Les Grands-Mères de la place de Mai n’a jamais cessé de chercher les cinq cents enfants dérobés à leurs familles (elle en a retrouvé une centaine). A Buenos Aires, l’Archive nationale de la mémoire a enregistré les noms de 11 000 victimes de la dictature, soit trois fois le nombre de victimes du général Augusto Pinochet au Chili, en trois fois moins de temps. On est loin de l’estimation initiale de 30 000 disparus et morts en Argentine.

17 – BOLIVIE – Une grève pour la revalorisation des retraites, déclarée illégale, est en passe de basculer dans un conflit politique. La veille, le président Evo Morales a accusé la Centrale ouvrière bolivienne (COB) de vouloir fomenter un coup d’État et a appelé ses partisans à « défendre la démocratie ». Une première manifestation de sympathisants du chef de l’État a eu lieu à Potosi et d’autres sont appelés à converger vers La Paz, le 23 mai, au risque de provoquer des affrontements avec les grévistes. Avec le soutien de la COB, les mineurs, traditionnellement en pointe dans les mouvements revendicatifs, ont entraîné dans la grève les enseignants, le personnel hospitalier et des ouvriers de l’industrie. Les grévistes demandent une pension de retraite égale à leurs derniers salaires, alors qu’elle s’élève actuellement à 70 %. Le mouvement s’est durci lorsqu’ils ont appris que les militaires sont les seuls à toucher une pension égale à 100 % de leur dernière paie. La négociation entre le gouvernement et les grévistes est dans l’impasse depuis deux semaines. Le président Morales prétend que l’augmentation des pensions demandée compromettrait l’avenir économique. « Le gouvernement défend les droits de la majorité des travailleurs, a-t-il déclaré. Notre responsabilité sera toujours de favoriser ceux qui gagnent peu. » Le président bolivien prétend briguer en 2014 un troisième mandat, ce qui n’est pas autorisé par la Constitution de 2009. Toutefois, le Tribunal constitutionnel et les parlementaires lui ont donné le feu vert pour se représenter en se justifiant que le premier mandat, qui a débuté en 2006, est antérieur à la nouvelle loi fondamentale.

17 – ÉTATS AMÉRICAINS – Le secrétaire général de l’Organisation des Etats américains (OEA), José Miguel Insulza, a réservé au président colombien, Juan Manuel Santos, la primeur d’un rapport sur les stupéfiants dans les Amériques. Commandé lors du sommet de Carthagène des Indes (Colombie), en avril 2012, le texte reprend les termes du débat en cours dans plusieurs pays sur la dépénalisation ou la légalisation de la marijuana. « La situation doit être abordée avec davantage de réalisme et d’efficacité si nous voulons avancer vers des solutions », a déclaré José Miguel Insulza. Le gouvernement des États-Unis a critiqué le rapport, qui prône des mesures « contraires au droit international ». L’administration états-unienne est préoccupée par la tentation de certains gouvernements latino-américains de freiner la lutte contre le narcotrafic en échange d’une réduction des violences.

17 – MEXIQUE – Le Dr. Josefina Lira, qui travaille à l’unité de recherche de médecine de l’adolescent dans le district fédéral, estime que le Mexique est dans une « situation d’urgence », car les chiffres de grossesses des adolescentes  n’ont cessé de croître. En 2000, sur le nombre total de grossesses, 17% étaient des femmes de 14-19 ans, alors que, en 2011, le pourcentage est passé à 19,3% (pour un total de 2,5 millions de grossesses), selon l’Institut national des statistiques (INEGI). Seulement en 2011, il y avait plus de 480.000  filles qui sont devenues mères. Selon un rapport publié par l’Institut national de la périnatalogie, 83% des jeunes femmes qui tombent enceintes quittent l’école. . « Il s’agit d’un problème social parce qu’elles deviennent dépendantes de la famille et intègrent le marché informel », explique le Dr. Lira, qui travaille à l’Institut depuis 2003 et a soigné 7400 femmes enceintes de moins de 16 ans. L’Enquête nationale sur la santé et la nutrition publiée en 2012 indique que 23% des filles âgées de 10 à 19 ans ont des rapports sexuels et que de ce nombre, 51% ont été enceintes au moins une fois. Gissela Anguiano, psychologue de l’association VIFAC, dit plus qu’un problème de l’éducation sexuelle s’est une affaire de famille. « Beaucoup viennent de foyers brisés, d’autres ont quitté l’école pour travailler, dans de nombreux cas, il y a un environnement violent », explique-t-elle. Après l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes constituent la région où la grossesse chez les adolescentes est élevée. 38% des femmes deviennent enceintes avant 20 ans, selon l’UNICEF. Le rapport de la population mondiale Nations Unies de 2012 au Mexique montre que 87 pour mille filles de 15-19 ans étaient enceintes. En Équateur, le chiffre est de 100, au Guatemala 92, au Honduras 108 et au Venezuela 101. Les chiffres les plus bas dans la région donnent en Argentine, avec 68 pour 1000 filles âgées de 15 à 19 ans enceintes, Chili avec 54, l’Uruguay et le Brésil avec 60 à 71. Aux États-Unis, les chiffres tombent à 39 pour mille et en Espagne à 13.

18 – SALVADOR – La Chambre constitutionnelle de la Cour suprême de justice (CSJ)  a déclaré inconstitutionnelle la nomination du ministre de la Sécurité David Munguía Payés et du directeur de la police du National Civil (PNC), Francisco Salinas, et a ordonné leur changement immédiat parce que ce sont des militaires occupant des postes civils de sécurité publique. La politique criminelle d’El Salvador, dirigé par le président Mauricio Funes, a ainsi reçu un désaveu. Les ex-généraux Munguía Payés et Salinas ont été responsables de la réalisation d’une stratégie qui comprenait une trêve controversée entre les gangs les plus criminelles: la Mara Salvatrucha (MS13) et Barrio 18. Ils n’ont jamais voulu accepter que le gouvernement était derrière la trêve, expliquant seulement que le gouvernement avait « été un facilitateur d’un processus qui a été le seul qui a réussi à abaisser les meurtres de 15 à 5 aujourd’hui. » Toutefois, la Cour constitutionnelle n’a pas évalué le succès ou l’échec de la trêve entre les gangs, mais la constitutionnalité des nominations des plus hautes autorités de la sécurité publique dans ce pays violent et a seulement constaté que Munguía Payés et Salinas, deux généraux à la retraite, transgressaient la Constitution qui exclue l’institution militaire des  principales fonctions de sécurité publique, puisque des dispositions légales prônent une séparation claire des fonctions de défense et de sécurité, conformément aux Accords de Paix de 1992, les mêmes qui ont mis fin à une guerre civile de 12 ans et causée 72.000 morts. Le ministre des Communications de la présidence, David Rivas, a déclaré que le président Funes s’est conformée à la décision de la cour et qu’il a nommé le vice-ministre chargé de la Sécurité et de la Justice, Douglas Moreno comme ministre par intérim en charge de la fonction. Ces nominations avaient causé une instabilité politique et une vague de protestations dans les secteurs sociaux de gauche, qui reprochaient à Mauricio Funes de « militarisation de la sécurité publique » malgré la Constitution et les accords de paix. Il y avait aussi malaise au sein du parti au pouvoir, les anciens guérilleros du Front de libération nationale Farabundo Marti (FMLN), car il s’agit de la révocation de hauts fonctionnaires qui venaient de leurs rangs, comme Manuel Melgar, en charge du ministère, Carlos Ascencio , directeur de la PNC et Eduardo Linares, chef de l’Organisation de renseignement d’Etat (OIE). Le Salvador est un des pays les plus dangereux au monde en raison des gangs, un phénomène qui  dure de près de deux décennies. Durant cette guerre, la moyenne quotidienne d’homicides a été de 17, les gangs ont été responsables de 14 et 15 meurtres par jour avant la trêve, dit Raul Mijango, l’un des médiateurs qui se qualifie comme « processus de paix en cours. » Depuis la trêve, selon David Munguía Payés, les homicides ont chuté de 52%.

Guy MANSUY

News antérieures