Actualités


Les faits de l’actualité du 28 juillet au 1er août

28 juillet – MEXIQUE – En vertu du principe de la responsabilité partagée, le Mexique et la Californie veulent faire de la frontière un élément qui génère de la compétitivité et de la prospérité. Compte tenu de l’arrivée de près de 60 000 mineurs non accompagnés de migrants d’Amérique centrale à la frontière sud des États-Unis, « l’aspect humanitaire devrait être le principe directeur des actions des deux pays  » a dit le ministre des Affaires étrangères mexicain, José Antonio Meade. C’est pourquoi, le gouverneur de la Californie, Edmund G. Brown Jr., a commencé une tournée au Mexique, pour rencontrer le président, Enrique Peña Nieto, au cours de laquelle il a pour but de parvenir à des accords sur le commerce, l’environnement et pour promouvoir la coopération dans l’éducation.

29 juillet – AMÉRIQUE LATINE – La violence contre les femmes et les enfants entrave l’intégration sociale en Amérique latine. La troisième édition de l’indice de l’inclusion sociale en Amérique latine – une classification, selon 21 variables, qui déterminent la capacité des citoyens à accéder à certains biens et services –  a été publiée par l’organisation Americas Society / Council of the Americas (AS / AOC) et a placé en tête dans l’ordre : l’Uruguay, l’Argentine et le Costa Rica. Les derniers de la liste sont : El Salvador, le Paraguay, le Honduras et le Guatemala. Entre les deux, dans cet ordre, sont le Chili, le Pérou, l’Équateur, le Brésil, le Panama, la Bolivie, la Colombie, le Mexique et le Nicaragua. La violence, la marginalisation, la pauvreté, le sexe et la discrimination raciale, les décrocheurs et les garanties d’emploi de pénurie au Honduras, El Salvador et le Guatemala sont le combustible « toxique » qui alimente l’exode de dizaines de milliers de mineurs non accompagnés et les immigrants sans papiers aux États-Unis. L’insécurité et la marginalisation dont souffrent les groupes les plus vulnérables, comme les jeunes et les femmes, ne sont pas déterminés par le PIB du pays, mais la robustesse de ses institutions.

29 juillet – BRÉSIL – La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a déclaré « inacceptable » la lettre que la filiale brésilienne de Banco Santander a envoyée à ses clients haut de gamme, qui suggère que l’amélioration de la position de la présidente dans les sondages pour les élections d’octobre prochain aurait un effet négatif sur les marchés du pays. Bien que la banque a publié un démenti ce jour-là, et que le président Emilio Botín, présent à Rio de Janeiro pour la III e Réunion Internationale des Recteurs d’Universia dans cette ville, a dit que le rapport a été fait par un analyste « sans consulter qui il devait », la présidente a affirmé qu’elle pense parler du document avec Emilio Botín : « La septième économie du monde ne peut accepter aucun type d’interférence ».

29 juillet – AMÉRIQUE LATINE – Le sommet du Mercosur – Venezuela, Paraguay, Uruguay, Argentine et Brésil, plus le président bolivien, Evo Morales, en tant qu’invité d’honneur -, qui s’est tenu à Caracas, a été marqué par la condamnation unanime des « fonds vautours », qui menace de faillite l’Argentine. Ses dirigeants ont utilisé le sommet pour défendre leurs propres intérêts. La présidente brésilienne, Dilma Rousseff, a besoin de donner un coup de pouce à son économie et a essayé de convaincre les membres du Mercosur de s’associer avec l’Alliance du Pacifique, formé par le Chili, la Colombie, le Mexique et le Pérou. L’hôte, Nicolás Maduro, a souligné le caractère stratégique du Mercosur et a demandé de travailler pour la promotion d’un partenariat avec l’Alliance pour les peuples de Notre Amérique (ALBA). Le Brésil, l’Argentine et l’Uruguay ont convenu de l’intérêt pour les économies que représente la présence d’investissements chinois. Le bloc économique sud-américain n’a pas conclu d’accords.

29 juillet – MEXIQUE – Alors que le gouverneur de Michoacan, Fausto Vallejo Figueroa, a signé avec l’exécutif du président Peña Nieto, en janvier dernier, une stratégie pour mettre fin à la criminalité organisée dans l’État, le fils du chef de l’Etat a négocié avec le chef du cartel Templiers. Un enregistrement montre le fils de l’ancien gouverneur du Michoacán à une réunion avec La Tuta. Le gouverneur Fausto Vallejo a démissionné le 18 juin en invoquant des raisons de santé, quelques jours seulement après la diffusion d’une photographie dans laquelle on voit Rodrigo Vallejo avec La Tuta. Enrique Plancarte, le chef de la bande La Tuta est toujours en fuite.

29 juillet – NICARAGUA – Lors d’une visite à Managua, au Nicaragua, où il a visité un des parcs d’éoliens du pays, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a salué l’investissement du Nicaragua dans les énergies renouvelables. Il est le troisième d’Amérique latine dans le développement de l’énergie propre, dépassé seulement par le Brésil et le Chili.

30 juillet – VENEZUELA – L’administration des États-Unis a annoncé la révocation ou le refus de visas à « un groupe » de hauts fonctionnaires vénézuéliens. Ce groupe sont ceux qui sont considérés comme « responsables ou complices » de violation des droits de l’homme pendant les manifestations contre le pouvoir exécutif de Nicolás Maduro, qui ont commencé en février , après avoir eu une part de responsabilité dans la « détention arbitraire », « l’utilisation excessive de la force » ou dans « les efforts visant à réprimer l’expression légitime de leurs désaccords. »

30 juillet – COLOMBIE – Le président Juan Manuel Santos a mis en garde contre les attaques des FARC qui menacent le processus de paix. Dans de récentes attaques contre les infrastructures pétrolières et énergétiques, ceux-ci ont laissé sans lumière et sans eau, plusieurs villes colombiennes. . « Ils jouent avec le feu et ce processus peut cesser », a été la mise en garde du président aux groupes de guérilla.

30 juillet – BOLIVIE – Deux juges de la Cour constitutionnelle plurinational (TCP) de la Bolivie ont été suspendus de leurs fonctions par un vote de la majorité à la Chambre des députés – 55 voix pour et 22 contre – , et devront faire face à la première mise en accusation du nouvel État sur des accusations de corruption et de manquement au devoir pour avoir suspendu l’application de la loi de Notariat. Les magistrates Zoraïda Chanez et Ligia Velásquez ont dénoncé des irrégularités dans leur notification et regretté que la décision des députés non seulement implique un coup d’état contre la Cour constitutionnelle, mais le fond du jugement vise le contrôle total de cet organisme pour garantir, dans le futur, la modification de la Constitution qui permet l’élection indéfinie du président Evo Morales.

30 juillet – ARGENTINE – Une association de 27 institutions financières dont l’Asociación de Bancos Privados de Capital Argentino (Adeba) offrent au gouvernement argentin de Cristina Fernández une garantie de millions de dollars pour que le juge reporte sa peine de quelques mois et évite la faillite du pays. Les banques appuient le gouvernement argentin contre les « fonds vautours ».

30 juillet – SALVADOR – Le pays s’est levé, choqué par l’arrestation du prêtre espagnol, Antonio Rodríguez Tercero, curé de l’Eglise San Francisco de la capitale, San Salvador, et directeur des services sociaux Pasionista, dédiée à la prévention de la violence des mars comme il est connu pour les gangs violents d’Amérique centrale. La justice accuse le Père Toño de mettre des « articles illégaux » dans les prisons et de « lien direct » avec le chef du gang Barrio 18. Le Père Toño est un homme de poids dans la médiation avec les bandes. Le Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Benito Lara, a confirmé son arrestation mais n’a pas donné plus de détails sur cette affaire.

31 juillet – VENEZUELA – L’opposition lance un débat après l’échec de la contestation radicale. La nécessité de capitaliser les points faibles que rencontraient alors le gouvernement de Nicolás Maduro depuis qu’il a pris ses fonctions en avril 2013 a catalysé, ironiquement, la division de l’opposition représentée par la Mesa de la Unidad Democrática (MUD). Un secteur, dirigé principalement par Maria Corina Machado et Leopoldo López a proposé à toutes les manifestations étudiantes en février de forcer la démission du Nicolás Maduro. Pendant ce temps, un autre secteur qui tourne autour du candidat à la présidentielle Henrique Capriles, et le coordonnateur de la MUD, Ramón Guillermo Aveledo, a plaidé pour l’effondrement économique qui minerait les fondements politiques du gouvernement. Devant l’échec de leurs stratégies, l’opposition s’est réunie pour restaurer la MUD dans le but que tous les secteurs de l’opposition se sentent représentés, ce qui devrait permettre de désigner la « nouvelle direction ». Mais cette réunion a été un échec et a conduit le secrétaire exécutif du MUD, Ramón Guillermo Aveledo, a démissionné.

31 juillet – PÉROU – Pour relancer l’économie et attirer les investisseurs, le président Ollanta Humala a décidé d’assouplir les normes régissant les activités minières et gazières. C’est une loi promulguée le 11 juillet qui, pour les organisations écologiques et indigènes, fait polémique, et a mis ces dernières sur le pied de guerre. Alors que le Pérou doit accueillir, en décembre, la 20e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, le président est accusé de sacrifier la protection de l’environnement au nom de la relance économique. En effet, en avril, le pays, l’une des économies d’Amérique latine les plus dynamiques, a enregistré son taux de croissance le plus bas depuis cinq ans (+2,01 %).

31 juillet – VENEZUELA – A la clôture du III e Congrès du Parti Socialiste Uni du Vénézuéla (PSUV), le président vénézuélien Nicolás Maduro a été choisi président du PSUV « par acclamation » des 985 délégués présents et à renforcer sa position dans le parti, au milieu d’une crise économique grave et après des symptômes de critique interne. De cette manière, il se transforme en successeur du commandant Hugo Chávez – dont, dans la pratique, il a hérité aussi la première magistrature nationale du parti. Personne depuis Hugo Chávez n’avait accumulé tant de pouvoir ; au moins, de pouvoir nominal.

31 juillet – VENEZUELA – Le général José Aquiles Vietri Vietri, ex-chef de la Maison Militaire pendant le coup d’État contre le président Hugo Chávez en avril 2002, a été accusé d’être l’instigateur de rébellion. Selon le journal pro-Chavez, Ultimas Noticias, la détention du général a été l’aboutissement d’une dénonciation formulée par son filleul, le colonel de l’armée Gustavo Mendoza, qui a trahi un complot présumé visant à renverser le président Nicolás Maduro, devant la Division du Contre-espionnage Militaire. L’arrestation de cet officier, à la retraite depuis 2006, est un autre indicateur du coup d’État dénoncée par le gouvernement, mais n’a fourni aucune preuve concluante.

31 juillet – NICARAGUA – Le massacre de cinq Sandinistes, après la commémoration de l’anniversaire de la révolution sandiniste à Managua, a déclenché une vague de répression. L’armée et la police se sont lancées dans une chasse aux sorcières contre des personnes qui ouvertement se sont déclarés des opposants du Front sandiniste (FSLN), afin de trouver les responsables du massacre enregistré le 19 juillet. Les proches des personnes arrêtées disent qu’elles sont portées disparues depuis qu’elles ont été capturées, tandis que les organisations des droits de l’homme accusent le gouvernement d’encourager la répression et l’impunité dans le pays. De nouveaux opposants présumés sont amenés à la Direction de l’Aide Juridique (DAJ) de la police nationale à Managua, connu sous le nom El Chipote et tristement célèbre pour être le lieu où a été signalé un certain nombre de violations de droits de l’homme depuis que Daniel Ortega est revenu au pouvoir en 2007, comme indiqué dans plusieurs rapports du Centre nicaraguayen des droits de l’homme (CENIDH).

31 juillet – GAZA – AMÉRIQUE LATINE – L’Amérique latine fait entendre sa voix plus fortement en faveur d’une solution négociée au conflit. La Bolivie et le Venezuela ont rompu net leurs liens avec Israël, déclaré « Etat terroriste » en 2001. Après avoir rappelé leurs ambassadeurs en Israël pour « consultations urgentes » en signe de leur profonde révulsion contre l’horreur des massacres perpétrés contre les Gazaouis, le Brésil, l’Équateur, le Pérou, le Chili, et le Salvador n’ont pas de mots assez forts pour dénoncer l’escalade terrifiante des opérations militaires israéliennes. Depuis le sommet du Mercosur [photo], où ils étaient réunis, l’Argentine, le Brésil, le Venezuela, le Paraguay, l’Uruguay et la Bolivie ont exhorté l’ONU à agir urgemment afin d’obliger Israël à faire taire les armes et à mettre fin au massacre de la population civile de Gaza. Cuba, le Venezuela, ainsi que l’Equateur demandent instamment, eux aussi, à ce que les résolutions historiques de l’ONU soient enfin appliquées, en insistant sur l’impérieuse nécessité de créer un « Etat palestinien libre, souverain et indépendant », seul à même de garantir une paix durable.

1 août – CHILI – La Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a condamné l’Etat chilien pour avoir appliqué la Loi Antiterrorisme contre sept mapuches et une activiste. Ce jugement trouve le Chili dans un intense débat sur la réforme de cette loi, née avec la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990). Le gouvernement de la socialiste Michelle Bachelet a garanti qu’il exécutera le jugement de la cour, qu’il ordonne d’annuler les déclarations de culpabilité et accordera la compensation de 50.000 $ à chacune des personnes concernées. L’Exécutif a profité de la publication du jugement pour réitérer sa position sur son application et les changements possibles pour se conformer au droit international. « La loi sur le terrorisme a été totalement inutile du point de vue de ce qu’elle devait poursuivre. Alors nous avons dit honnêtement et clairement que l’appliquer n’est pas parfois la solution du problème « , a déclaré le ministre de la Justice, José Antonio Gómez.

1 août – VENEZUELA – Selon le rituel, les délégués au troisième Congrès du Parti socialiste uni du Venezuela ont pris connaissance des résultats de l’événement. Le plus important est l’augmentation imminente du prix de l’essence annoncée par le président, Nicolás Maduro. Cette décision est l’aboutissement de plusieurs manœuvres pour convaincre les membres du parti qu’il est impossible de maintenir la subvention sur ce carburant. Selon les estimations officielles, l’Etat perd chaque année 15.000 millions de dollars (11 160 millions d’euros) et doit faire face à d’autres problèmes connexes: la contrebande de carburant vers la Colombie voisine et les mafias qui enrichissent avec l’essence vénézuélienne vendu plus cher là-bas. Les Vénézuéliens supposent qu’ils doivent payer beaucoup moins que le prix international parce qu’ils sont nés dans un pays pétrolier. Aussi pour cette mesure impopulaire le gouvernement prend soin de la soumettre à un référendum avant d’être réalisée.

1 août – COLOMBIE – VENEZUELA – Les présidents Juan Manuel Santos et Nicolás Maduro au cours d’une réunion bilatérale à Cartagena de Indias se sont accordés pour combattre les mafias de la contrebande et du commerce illégal, ce fléau qui affectent gravement les deux pays. Le président vénézuélien a demandé aux FARC des signes de paix fermes.

1 août – ARGENTINE – Le pays n’a pas trouvé d’accord avec le » fonds vautour Elliott ». L’inflation pourrait dépasser 40 %. Douze ans après la faillite de 2001, qui avait jeté le pays dans le chaos, l’Argentine est de nouveau en défaut de paiement, malgré les tractations de dernière minute et l’offre de solution avancée par plusieurs banques privées, le gouvernement de la présidente Cristina Kirchner n’a pas réussi à conclure un accord avec Aurelius et NML (filiale du fonds Elliott), les deux fonds spéculatifs qui lui réclament 1,33 milliard de dollars. Cela signifie que l’Argentine n’a pas été en mesure d’honorer une partie des intérêts de sa dette avant l’échéance du 30 juillet. Les arguments de l’Argentine sont pourtant sérieux. La présidente en appelle au patriotisme de la population, inquiète de revivre le cauchemar de la faillite de 2001. La présidente péroniste a érigé en cause nationale la lutte contre les  » fonds vautours « , condamnant au silence l’opposition.  » Hier, Braden ou Peron, aujourd’hui, Griesa ou Cristina  » : les murs de Buenos Aires sont tapissés d’affiches reprenant un slogan historique du fondateur du mouvement péroniste, Juan Domingo Perón. Pour Cristina Kirchner, le juge américain Thomas Griesa est le responsable de tous les maux argentins.

Guy MANSY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie