CHRONOS

L'actualité hebdomadaire


Les faits de l’actualité du 1er au 6 avril 2014

1 avril – MEXIQUE – Kike Plancarte, l’un des trois principaux dirigeants des Templiers, a été tué dans un affrontement avec la marine du Mexique à Columbus, Querétaro, à 230 kilomètres au nord de la capitale du Mexique près de cinq heures de route de la ville de Nueva Italia, Michoacán, l’ancien royaume d’un capo qui se faisait appeler “Le Seigneur des chevaux”.

1 avril – VENEZUELA – Amnesty International (AI) a présenté à Madrid un rapport (Venezuela: droits de l’homme en danger au milieu des protestations) dans lequel sont dénoncés et documentés des cas de tortures, de mauvais traitements, d’arrestations arbitraires et de violations des droits de l’homme contre les opposants au gouvernement de Nicolás Maduro du Venezuela. L’ONG a exhorté la communauté internationale, l’OEA, l’ONU et l’Unasur, à examiner la question et à favoriser le dialogue entre les parties. “Pour l’instant, trois pays ont été présentés comme une option par l’UNASUR pour arbitrer le dialogue entre le gouvernement et l’opposition”, a déclaré Nuria García, chercheuse en Amérique du Sud et auteure du rapport.

1 avril – AMÉRIQUE LATINE – Selon l’Organisation internationale du Travail (OIT), bien que l’informalité a chuté considérablement, de 65 % en 2000 à 47,7 % aujourd’hui, la situation des travailleurs latino-américains continue d’être préoccupante. A titre de comparaison, dans les pays d’Europe de l’Est ce groupe représente environ 12 % des travailleurs et en l’Afrique subsaharienne à environ 72 %. L’informalité du travail en Amérique latine n’est pas répartie uniformément. Dans les pays à revenu élevé par habitant tels que l’Argentine, l’Uruguay, le Brésil, le Panama et le Chili, il est sensiblement inférieur à celui de l’Amérique centrale, où il peut atteindre 70,7 % des travailleurs, comme dans le cas du Honduras, selon l’OIT.

1 avril – AMÉRIQUE LATINE – Selon le dernier rapport PISA, les jeunes en Amérique latine sont les plus mauvais à résoudre des problèmes pratiques. Sur les 85 000 étudiants de 15 années et des 44 pays qui ont subi ce type de tests pratiques pour la première fois organisée par l’OCDE, l’Amérique latine était la moins performante quand il s’agit de les résoudre. La Colombie occupe le dernier rang, l’Uruguay le 42e, le Brésil le 38e et le Chili le 36e, selon la Prueba PISA 2012: Solución Creativa de Problemas, une étude évaluant les compétences et les capacités des jeunes face aux difficultés la vie quotidienne.

1 avril – ARGENTINE – Au cours des neuf derniers jours, sept lynchages ont été enregistrés contre des délinquants. Dans la ville de Rosario, où les taux les plus élevés d’homicides sont enregistrés en Argentine, en raison du trafic de drogue, un groupe de voisins a saisi un jeune de 18 ans, après que celui-ci ait volé un sac à main d’une femme et l’a lynché, en le laissant gisant sur le sol avec une “perte de tissu cérébral” visible et qui est décédé quatre jours plus tard à l’hôpital. La mère de la victime a dit que les lyncheurs l’“aurait amené à un poste de police”. Cet assassinat a été suivi d’autres cas de vengeance collective dans plusieurs régions du pays. Les dirigeants politiques ont pris position dans les médias contre ces actes de sauvagerie.

1 avril – CHILI – La présidente chilienne, Michelle Bachelet, a décrété l’état de catastrophe naturelle dans les régions d’Arica et de Tarapaca, au nord du pays, après un violent séisme de magnitude 8,2 qui a fait au moins cinq morts et déclenché des alertes au tsunami au Chili, au Pérou, au Honduras et en Équateur. La secousse s’est produite à 20 h 46 heure locale, son épicentre se situant à 90 km au sud-ouest de la ville de Cuya, à une profondeur de 46 km, selon le Centre sismologique national de l’université du Chili. Les populations des zones côtières ont été rapidement évacuées. D’après le Centre d’alerte des tsunamis pour le Pacifique, basé à Hawaï, le séisme a engendré des vagues d’un peu plus de 2 mètres. L’alerte au tsunami devait être maintenue pendant plusieurs heures. Une réplique de magnitude 7,6 s’est produite de nouveau le lendemain avant minuit.

1 avril – BOLIVIE – Le gouvernement bolivien n’a pas réussi à rétablir le dialogue et, au moins, convaincre la Fédération nationale des coopératives minières (FENCOMIN) de suspendre le blocage de routes dans quatre départements, après une première journée de violence qui a laissé deux morts chez les mineurs, plus d’une cinquantaine de policiers blessés et un nombre indéterminé apparemment détenus en otages par  les mineurs. Au début de la journée, le gouvernement et l’Assemblée législative avait annoncé la décision de reporter l’examen du projet de loi d’exploitation minière et de la métallurgie au Sénat jusqu’à ce qu’un nouveau consensus avec les dirigeants des coopératives minières, alliées importantes du président Evo Morales.

2 avril – MEXIQUE – La police a demandé à la population de la ville de Reynosa, au nord du Mexique de rester chez eux, afin que les autorités mexicaines puissent capturer Jesús Alejandro Leal, alias Metro 24, un trafiquant de drogue avec  l’image de San Judas Tadeo tatoué sur sa poitrine, et transformé la ville, à la limite du Texas et du Rio Grande, en un champ de bataille. Jesús Alejandro Leal, l’un des dirigeants de la Cartel du Golfe, le groupe criminel considéré prédominant de ce lieu de ce côté de la frontière, un endroit stratégique pour contrôler le mouvement de la drogue, a été arrêté par la marine mexicaine.

2 avril – PÉROU – Le Médiateur et le ministère de la Justice ont recommandé au Congrès d’adopter le projet de loi sur les unions civiles des personnes de même sexe qui en septembre dernier a été bloqué au Parlement. Dans son émission de radio hebdomadaire, Juan Luis Cipriani, archevêque de Lima a suggéré de conditionner la décision à un référendum, comme l’approbation du protocole de l’avortement thérapeutique. Depuis lors, les leaders d’opinion, des avocats et des militants se demandent si l’union civile est ou n’est pas un droit fondamental des personnes LGBTI. Si c’est le cas, il ne relève pas d’un référendum, mais de la Constitution.

2 avril – MEXIQUE – Les irrégularités constatées par le recensement des écoles, des professeurs et des étudiants concernant près de 300 000 enseignants montrent que plus de 39 000 enseignants sont payés mais non pas le lieu de travail connu. Le pays dépense 83 % de son budget de l’éducation pour payer les salaires des enseignants et 93 % pour les salaires des employés du secteur, selon l’OCDE.

3 avril – MEXIQUE – PANAMÁ – Lors de la célébration du Forum économique mondial de la ville de Panamá, les présidents du Panamá, Ricardo Martinelli, et du Mexique, Enrique Peña Nieto, ont signé un accord de libre-échange entre les deux pays, après 15 ans de négociations qui avaient repris il y a seulement sept mois. Selon le leader panaméen, cet accord facilitera l’adhésion du pays à l’Alliance du Pacifique, formant le bloc commercial entre le Mexique, la Colombie, le Pérou et le Chili.

3 avril – GUATEMALA – Le président du Guatemala, Otto Pérez Molina au Panamá a réitéré son intention de légaliser les cultures de la marijuana et du pavot dans certaines zones contrôlées du pays pour répondre aux demandes de l’industrie pharmaceutique. Le président a expliqué que la commission spéciale créée par le gouvernement pour étudier la question, a émis un rapport sur l’impact que la légalisation pourrait avoir sur le pays. “Si le rapport est favorable… l’exécutif a envoyé une initiative en ce sens au Congrès (Parlement, monocaméral) et ce sera le débat d’ici octobre”, a déclaré le président.

3 avril – VENEZUELA – Le président Nicolás Maduro a créé un Conseil des droits de l’homme en réponse à l’Église. Le président vénézuélien évite de parler ouvertement des déclarations des évêques qui ont condamné la “répression brutale” des manifestations de rue du gouvernement. L’Église critique également la violence des manifestants et appelle au dialogue.

4 avril – VENEZUELA – Benita Ferrero-Waldner, la présidente de la fondation de l’Union européenne, l’Amérique latine et les Caraïbes (UE-ALC) qui comprend 28 pays européens, estime que la seule solution pour mettre fin à la crise dangereuse du Venezuela passe par le dialogue dans un cadre de respect mutuel et de tolérance. En outre, depuis son entrée en fonction comme présidente de la fondation elle souhiaterait voir l’Union Européenne adopter une position plus active dans la crise, et elle approuve et voit avec beaucoup d’intérêt la proposition qu’a faite l’Église catholique du Venezuela de demander la médiation du Vatican.

5 avril – ÉQUATEUR – L’Équateur veut entrer dans la société mondiale de la connaissance et a choisi l’Université de Yachay, la ville qui en langue quechua signifie savoir ou connaissance. Cette université prévoit d’aider le pays à passer de l’économie des hydrocarbures à l’économie du savoir. La ville de Yachay est située dans la province d’Imbabura (Équateur de nord) dans une vallée dite technologique équatorienne, qui dans les 35 ans aspire à être comme la ville américaine de Palo Alto (qui fait partie de la Silicon Valley) ou la coréenne Innopolis Daedeok.

5 avril – PANAMÁ – La ville de Panamá inaugure la première ligne de métro d’Amérique centrale, un projet qui a révolutionné la ville dans les dernières semaines et qui constitue, avec les œuvres d’extension du Canal, dont la construction a été retardée d’au moins une année, le grand legs du Gouvernement de Ricardo Martinelli en matière d’infrastructures. La construction a été à charge de l’Espagnol FCC et de la Brésilienne Odebrecht pour un coût de 1 460 millions d’euros.

6 avril – CHILI – Après des mois d’hospitalisation pour de graves lésions cérébrales, Wladimir Sepúlveda [photo], le jeune homosexuel chilien attaqué et battu violemment en octobre dernier par au moins quatre personnes dans la ville de San Francisco de Mostazal, au sud de Santiago est décédé, a informé le Movimiento de Integración y Liberación Homosexual (Movilh). Le gouvernement a exprimé sa sympathie et ses condoléances.

6 avril – VENEZUELA – Les corps d’un homme d’affaires et d’un ami proche de Leopoldo López, le chef du Parti populaire emprisonné pendant près de deux mois dans une prison militaire, ont été découverts dans un secteur à l’ouest du parc national de Waraira Repano. Tous deux ont été tués par des tirs à la tête.

6 avril – COSTA RICA Luis Guillermo Solís le candidat de l’opposition du Parti d’action citoyenne (PAC) a remporté une victoire retentissante au second tour de la présidentielle du Costa Rica avec 77,7 % des votes contre les 22,3  % du candidat au pouvoir Johnny Araya et avec une abstention de 43,6 %. Le 8  mai, le PAC, ce parti progressiste, accédera au pouvoir pour la première fois au Costa Rica pour capitaliser le « changement« , un concept central dans la dure campagne politique qu’il a dû  tenir dans des conditions inédites dans l’histoire de la démocratie la plus régulière d’Amérique Centrale.

Guy MANSUY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie