Actualités


La semaine du 8 au 14 avril 2013

8 – MEXIQUE – Selon les données recueillies par un rapport du Grupo de Información en Reproducción Elegida (GIRE)  – Groupe d’information sur le choix de la reproduction –  151 personnes ont été soumis à des poursuites pénales au Mexique pour le crime de l’avortement entre 2007 et 2012. La plupart des cas traités ont profité de liberté sous caution ou des avantages de la suspension de la peine, mais certains purgeaient des peines allant de quatre mois à six ans de prison. Entre juin 2011 et janvier 2013, l’organisme a recueilli 18 cas de femmes subissant des poursuites pénales pour cette infraction. Dans la plupart d’entre elles sont des personnes « avec très peu de ressources financières et d’informations, dénoncent le personnel hospitalier et subissent les pressions exercées par les médecins et par la police à faire des aveux et sont physiquement et verbalement maltraités par le personnel de santé et des procureurs religieux  » signale rapport Omission et l’indifférence, Droits reproductifs au Mexique. Le fait de criminaliser l’avortement pour les femmes est devenu tellement controversé que pendant la campagne présidentielle de l’an dernier, Enrique Peña Nieto a même déclaré : « Je suis en faveur de la vie. Mais oui, je suis aussi contre la criminalisation des femmes tout simplement parce qu’elles ont décidé de mettre fin à leur grossesse ». GIRE souligne que, en plus de risques pour la santé et la vie posés par les avortements clandestins et dangereux, les femmes sont en danger de poursuites pénales même parfois pour un avortement spontané et que les femmes pauvres, moins instruits et les Indiens sont neuf fois plus susceptibles d’avoir un avortement à risque que ceux qui ont de plus grandes possibilités économiques, les groupes les plus instruits et non-autochtones. Selon l’organisation, près de 2000 femmes sont mortes au Mexique à cause de l’avortement au cours des 20 dernières années.

8 – ARGENTINE – Le président de l’Argentine, Cristina Fernández de Kirchner, a présenté les six projets de loi pour concrétiser son annonce de « démocratisation » de l’appareil judiciaire. Comme l’élection au suffrage universel des membres du Conseil de la magistrature (équivalent du Conseil général du pouvoir judiciaire espagnol, responsable de la sélection et la révocation des juges), des limitations des mesures provisoires pour suspendre les règles de l’État, l’admission à la magistrature par voie de concours, la publication des actes de justice et du patrimoine de ses membres et la création de trois tribunaux de troisième instance. Le chef de l’Etat avait invité les députés de l’opposition à la présentation des projets lors d’un événement au Musée du Bicentenaire, mais aucun d’entre eux n’est venu en un signe de rejet de ce que la présidente avait avancé le 1er mars au Congrès. Comme les partisans péronistes de  Kirchner et ses alliés dominent les deux chambres du parlement, la réforme judiciaire est susceptible d’être adoptée. Actuellement, le Conseil de la magistrature est composé de trois juges élus par eux-mêmes, de trois sénateurs et trois députés choisis par le Congrès, deux avocats désignés par les groupes professionnels, un représentant de l’exécutif et un universitaire sélectionné par le Conseil National des Universités. Grâce à la réforme, le nombre d’administrateurs va être étendu de 13 à 19 et les six nouveaux membres, des juges, des avocats et des universitaires – ces derniers ne devront pas être nécessairement diplômés en droit – seront élus lors des prochaines élections en août. L’ancien juge Baltasar Garzón, qui est maintenant un conseiller à la Chambre des députés d’Argentine soutenu la réforme judiciaire de Cristina Fernandez. « Le débat sur le rôle de la justice est quelque chose qui est toujours latente dans toute société et qui est très positif « , a déclaré l’ancien juge espagnol dans le journal The Guardian.

9 – COLOMBIE – Les organisations paysannes et autres mouvements de gauche ont défilé, aux côtés du président Juan Manuel Santos, pour la défense du processus de paix engagé par le président avec les guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Les pourparlers qui se tiennent à La Havane durent depuis déjà cinq mois. Partisan de la manière forte, l’ancien président Alvaro Uribe (2002-2010) dénonce violemment ces négociations, et accuse le gouvernement Santos d’avoir lâché prise sur le terrain de la sécurité et de céder au chantage des terroristes. Depuis la rupture du précédent dialogue de paix, en 2002, les FARC figurent sur la liste d’organisations terroristes des États-Unis et de l’Union européenne. Beaucoup, à droite, crient à l’impunité, en prévoyant qu’un accord de paix permettra à la guérilla de se transformer en parti politique. Aux cris de  » Nous voulons la paix « , des dizaines de milliers de Colombiens sont descendus dans la rue, à Bogotá et dans toutes les grandes villes. Un jeune porte une pancarte qui dit :  » Je préfère voir les guérilleros en cravate qu’avec une kalachnikov.  »  » Le pays aujourd’hui se prononce contre la violence, cette violence qui a causé tant de blessures, tant de douleurs « , a déclaré Juan Manuel Santos. Il était accompagné du haut commandement militaire et de soldats invalides. De Cuba, les négociateurs des FARC ont fait parvenir un message de soutien  » à tous ceux qui ont pris la décision de manifester aujourd’hui pour une paix juste, démocratique et durable « .  » Nous nous joignons sans hésiter à ce grand torrent national, cette clameur pour la paix « , ont écrit les chefs de la guérilla. De même, des organisations telles que l’OEA ont exprimé leur soutien à la mobilisation. José Miguel Insulza, a déclaré à Washington que cette marche est « une occasion précieuse pour l’Etat colombien de manifester leur désir de vivre dans un pays réconcilié et en paix. »

10 – MEXIQUE – Les travailleurs domestiques n’ont pas le droit du travail dont bénéficie le reste du Mexique. Cela en dépit du fait que le gouvernement de Felipe Calderón a promis de changer leur situation en juin 2011. Pourtant il y a deux ans le Mexique a signé la Convention 189 de l’Organisation internationale du Travail (OIT) sur le travail décent pour les travailleurs domestiques, un texte assimilant leurs conditions avec d’autres employés. Mais cette convention n’a pas encore été ratifié, une étape nécessaire avant son entrée en vigueur et pour donner des droits à tous ceux au Mexique qui nettoient  les maisons des familles des classes moyenne et supérieure et qui font les « nanis » (nounous) de leurs enfants. En outre, 98% des « muchachas » (filles), comme on les appelle au Mexique. Celles-ci n’ont pas de services médicaux comme un engagement d’emploi ou 96% ne dispose pas d’un contrat écrit. « Nous avons besoin d’être reconnus avec les mêmes droits que le reste des travailleurs mexicains parce que nous ne sommes pas moins que d’autres et nous ne pouvons pas être discriminés. Nous allons faire pression sur les sénateurs pour la ratification. Ce n’est pas seulement une convention, c’est un mécanisme de respect « , explique Marcelina Bautista directrice du Centre de formation et de soutien pour les travailleurs domestiques (CACEH), qui est l’un des principaux promoteurs d’une campagne qui veut rendre visible la discrimination exercée à l’égard de ce groupe.

10 – URUGUAY – L’Uruguay est devenu le douzième pays dans le monde et le deuxième en Amérique latine à approuver le mariage entre personnes du même sexe. A partir de maintenant, la loi ne parlent plus de «mari et femme» mais les conjoints ou les conjointes. La loi a été approuvée en première instance en décembre par 81 des 87 députés présents. Et le 3 avril le Sénat l’a ratifié par 23 voix pour et 8 contre. En une semaine, elle est revenue à la Chambre avec des corrections mineures et a été approuvée par 71 voix sur 92, aux cris de « égalité, égalité, égalité » du public invités à la session. Elle a été promulguée le jour même. La loi permet aussi l’adoption d’enfants par des couples de même sexe et de choisir l’ordre des noms de leurs enfants. Pour les enfants hétérosexuels ils recevront le nom du père, à moins que celui-ci ait accepté de mettre d’abord celui de la mère. « Cette mesure modifie le rôle de la femme dans la famille et va à l’encontre des traditions patriarcales qui ont prévalu jusqu’à présent », ajoute-Federico Graña, député de la coalition de  gauche Frente Amplio et membre du mouvement Ovejas Negras (Brebis Galeuses), promoteurs de la loi.

10 – MEXIQUE – Le Mexique a fermé sur l’un des chapitres les plus sombres de son histoire judiciaire. La Cour suprême a ordonné la libération immédiate des 15 derniers condamnés pour l’assassinat en 1997 de 45 personnes indigènes d’Acteal, un village du Chiapas. La haute cour du pays a reconnu que le ministère public a inventé les preuves pour envoyer en prison une poignée d’innocents. L’assassinat de sang-froid de cinquante Indiens qui priaient, dont 18 enfants et quatre femmes enceintes, a jeté le discrédit  sur le gouvernement d’Ernesto Zedillo, le président mexicain de l’époque. Au lieu de chercher les vrais coupables, les autorités ont orchestré une imposture pour imputer le massacre à un conflit entre les communautés indigènes. La Cour suprême a souligné cela et d’autres décisions antérieures qu’avaient dénoncé depuis des années les organisations des droits de l’homme et les avocats pénalistes : c’était un gros mensonge pour protéger les véritables coupables. La croyance générale est que ceux qui ont tué ces personnes, à proximité d’un mouvement zapatiste en plein essor, étaient des groupes paramilitaires financés par le gouvernement lui-même. L’affaire a été remplie d’irrégularités qu’il serait long de rapporter. L’affaire a été portée devant la Cour suprême en 2009, quand elle a accepté une demande de requête de la défense pour les 57 prisonniers. Non seulement pour une violation de procédure, mais aussi à cause d’avoir fabriqué des preuves contre eux. « La tragédie, c’est que nous avons dû surmonter tous les filtres de la justice mexicaine, un tribunal après l’autre, afin d’obtenir la libération de certains hommes contre lesquels il n’y avait aucune preuve contre eux » a déclaré Javier Cruz Angulo avocat qui a pris l’affaire depuis 2007. Comme il a été dit ces dernières années, Acteal est une double tragédie : la lâcheté de ceux qui ont tués avec des machettes et des armes de calibre puissant et les malheureux qui ont passé des années derrière les barreaux pour un crime qu’il n’a pas commis.

10 – COLOMBIE – Après 20 ans de déplacement et de pillage, le président colombien, Juan Manuel Santos et le ministre de l’Agriculture, Juan Camilo Restrepo, ont mené une action symbolique dans la zone rurale de Monteria, dans le nord du département de Cordoba – l’épicentre des paramilitaires et du conflit armé en Colombie – : ils ont rendu 60 familles d’agriculteurs des terres que des groupes armés leur avaient prises. En Colombie, on estime que plus de 6,6 millions d’hectares ont été volés à la suite de la violence dans les deux dernières décennies, dans un pays où 1,5% des propriétaires ont 52% de la terre qui peut être cultivé, selon les analystes des questions agraires. Dans ce cas, les responsables du pillage étaient les frères Fidel et Vicente Castaño, un clan de narcotrafiquants et de paramilitaires, qui avait fait don, soi-disant, de ces fermes à des centaines de familles de paysans en 1991, dans le cadre de ce qu’ils appellent un plan de pacification du département de Córdoba. Cet événement revêt une grande importance pour le pays, parce que la justice confirme que ce clan paramilitaire, qui a créé la sombre Autodefensas Campesinas de Córdoba y Urabá (auto-défenses paysannes de Córdoba et Urabá ) et  utilisait sa machine de guerre à accumuler des terres et à piller des centaines de paysans en utilisant la violence. Ces paramilitaires, qui avaient des liens avec des trafiquants de drogue et étaient devenus une bande de justice privée dans la région, ont commis des massacres et des disparitions. Après une fausse démobilisation en 1991, ils ont promu, dans le nord du pays, le prétendu plan de pacification de la région d’Urabá Antioquia et Cordoba, une zone de grandes plantations de bananes et aussi l’épicentre des conflits armés et du trafic de drogue du cartel de Medellin dirigé par Pablo Escobar. À ce jour, le pays compte plus de 1.500 réclamations de restitution de terres et à près de six mois de fonctionnement, les nouveaux tribunaux civils se sont prononcé que sur 41 d’entre elles en faveur des agriculteurs qui ont été dépouillés de leurs biens par des groupes paramilitaires et de la guérilla. Cependant, beaucoup de ces sentences ne pouvaient pas être exécutées car dans le pays plusieurs des revendicateurs de terres ont été menacés ou tués par des groupes qui maintiennent toujours leur contrôle sur des domaines comme Cordoue, où les gangs criminels – héritiers de paramilitaires – et les guérilleros comme les FARC commettent des crimes.

11 – CHILI – Le mouvement étudiant chilien qui a marqué 2011 et dévoilé la crise de l’éducation publique dans le pays, ont montré leur force avec une marche de 150.000 personnes à Santiago, selon le calcul de la Confédération des étudiants du Chili (CONFECH). La manifestation intervient alors que la campagne présidentielle commence pour les élections de novembre et six jours après que le Sénat décide de la suspension d’Harald Beyer, ministre de l’Éducation du gouvernement de droite du président Sebastián Piñera. La mobilisation nationale, la première en 2013, a été appelée par les universitaires et appuyée par les élèves des institutions privées, des organisations secondaires, le Collège des professeurs, les associations de parents et les fonctionnaires de la santé. Les étudiants, exigeant une éducation publique gratuite et de qualité, ont défilé dans les principales villes du pays, mais il n’y avait eu pas d’affrontements majeurs avec la police. Le slogan de la jeune était semblable à celui d’il y a deux ans: « L’éducation n’est pas à vendre, se défend. » Une vidéo d’un commentateur sportif chilien connu a servi pour l’appel, l’un des plus massifs depuis le retour à la démocratie en 1990. Les problèmes rencontrés par l’éducation publique se sont installés avec force dans l’agenda politique du Chili, rentré en campagne électorale.

13 – CHILI – Lors d’une manifestation de masse organisée par le Parti socialiste (PS) et le Parti pour la démocratie (PPD) à Santiago, l’ancienne Présidente du Chili Michelle Bachelet a été proclamée, par acclamations, représentante du PS et du PPD lors des primaires du 30 juin 30 dans lequel les principaux blocs politiques éliront leurs candidats aux élections de novembre.  » Je suis de retour à la maison avec toute l’énergie et aussi avec toute l’humilité que nécessite ce défi « , a déclaré Michelle Bachelet dans un discours devant 6.000 personnes qui ont rempli le théâtre Caupolicán dans le centre-ville de Santiago. Michelle Bachelet va se confronter à trois autres candidats pour être le seul candidat à la présidence de la coalition de l’opposition, la coalition de centre-gauche qui a gouverné le Chili entre 1990 et 2010. Les enquêtes la place largement favorite et certains sondages laissent entendre qu’elle pourrait remporter les élections de novembre dès le premier tour. L’actuel président chilien, Sebastián Piñera, ne pouvant pas briguer un nouveau mandat en vertu de la Constitution, les primaires du parti au pouvoir se  régleront entre Laurence Golborne, ancien ministre des Travaux publics de Piñera, soutenu par l’Union Démocratique Indépendante (UDI) et Andrés Allamand, ex ministre de la défense du gouvernement actuel et ancien candidat de Rénovation National (RN), contre l’actuel titulaire du poste.

14 – VENEZUELA – Le président par intérim du Venezuela, Nicolas Maduro [photo de la une], a été déclaré vainqueur, d’une très courte tête, à l’élection pour succéder à Hugo Chávez, une victoire contestée par l’opposition qui exige un nouveau comptage des bulletins de vote. Le résultat très serré du scrutin a plongé dans un climat de tension et d’incertitude ce pays de 29 millions d’habitants, profondément divisé après 14 ans de « révolution socialiste ». Malgré l’aura de son défunt mentor, Nicolas Maduro, 50 ans, ne l’a emporté qu’avec 50,66% des suffrages, soit moins de 300.000 voix, face au candidat de l’opposition Henrique Capriles, crédité de 49,07%, le meilleur score jamais réalisé depuis l’ère chaviste, selon un résultat annoncé par le Conseil national électoral (CNE). Toutefois, le candidat de l’opposition, qui conteste l’impartialité de l’arbitre électoral et n’a cessé de dénoncer des « abus » durant le scrutin, a averti qu’il refusait d’admettre sa défaite. « Nous n’allons pas reconnaître un résultat avant que chaque bulletin de vote des Vénézuéliens ne soit recompté, un par un« , a déclaré M. Capriles, entouré de ses sympathisants.

Guy MANSUY

Le chronos de la semaine antérieure

 

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie