Archives mensuelles :

juin 2013

Brésil : le gouvernement précipite des réformes, la rue reste dans l’expectative

La mobilisation sociale au Brésil est-elle en train de marquer le pas ? Depuis les annonces du gouvernement, qui a promis un sursaut national pour réformer le pays, la participation aux manifestations a nettement diminué. Exemple à Belo Horizonte où 40 000 personnes battaient le pavé mercredi 26 juin, contre 70 000 samedi dernier.

Suite sur RFI>>

 

 

 

Brésil: un député incarcéré en réponse à la fronde populaire

Au Brésil, la mobilisation ne faiblit pas et se diversifie. Le pouvoir politique doit lutter sur plusieurs fronts et tente d’envoyer des signes positifs. Pour la première fois en vingt-cinq ans, un parlementaire condamné pour corruption va ainsi être envoyé directement en prison.

Suite RFI>>

Brésil: les manifestations se poursuivent, sur fond de tractations politiques

Au Brésil, les manifestations continuent. Ils étaient des milliers ce mardi 25 avril à défiler dans les rues du pays. Des manifestants, en nombre largement inférieur aux derniers jours, qui semblent reprendre leur souffle en attendant les résultats de leur protestation. Car à Brasilia, la présidente s’active. Elle consulte. Ses propositions pour répondre à la crise ont suscité la polémique, chez ses alliés et dans l’opposition. Les principales centrales syndicales ont quant à elles annoncé une grève le 11 juillet prochain.

Suite RFI>>

La semaine du 17 au 23 juin 2013

17 – ARGENTINE – Les quatre organisations patronales agricoles d’Argentine en grève pour cinq jours ont commencé à négocier pour protester contre les taxes et les quotas d’exportation de céréales et de viandes bovines. Eduardo Buzzi, directeur de la Federación Agraria Argentina, qui représente les agriculteurs moyens, a reconnu que l’arrêt est «symbolique», car il n’y a pas de risque de pénurie, étant donné que l’industrie de la viande dispose de réserves suffisantes de viande. Le ministre de l’Agriculture Norberto Yahuar, a rejeté lors d’une entrevue la protestation des agriculteurs et a déclaré que la plainte a été politiquement motivée parce que certains dirigeants agricoles ont voulu apparaître comme des candidats potentiels pour les élections législatives d’août et d’octobre prochains. Le gouvernement Fernandez a obtenu des alliés tant dans la Fédération Agraire que dans le collectif des coopératives agricoles. Cependant, il n’a toujours pas cassé le groupe Sociedad Rural Argentina aristocratique et d’autres grands propriétaires terriens plus nombreux dans un pays où le pouvoir de production de nourriture est dans ses vastes et riches terres.

17 – ÉTATS-UNIS – CUBA – Les États-Unis et Cuba reprennent les négociations pour tenter de rétablir le service de courrier direct entre les deux pays, suspendu depuis 1963. Le Département d’État, qui a confirmé la reprise des discussions, a insisté sur le fait que l’initiative n’est pas un changement dans la politique de ce pays envers l’île, tandis que les groupes d’exilés ont accueilli favorablement cette approche, bien que considérer celle-ci comme insuffisante. Depuis que la livraison de lettres et de colis est suspendue, les citoyens doivent transmettre leurs envois de fonds par des pays tiers, principalement au Mexique.

18 – COSTA RICACarmen Muñoz est devenue la chef du Parti d’Action Citoyenne (PAC, centre) après trois ans d’exercice législatif, pendant lesquels elle doit se charger de la cause des droits des couples de même sexe, alors qu’il y a deux mois, elle a parlé ouvertement de son « non hétérosexualité » dans une interview dans le journal La Nación. Maintenant elle se reconnait comme une « femme très libre » pour faire face « sans minauderies » aux forces conservatrices qui cherchent à maintenir le Costa Rica dans la norme d’Amérique centrale. La forme du mariage homosexuel n’est que la plus extrême, mais les militants soutiennent cinq propositions législatives, avec différents degrés, destinées à faire que l’État  attribue aux couples de même sexe les mêmes droits qu’aux hétérosexuels. Ce n’est pas une tâche facile dans un pays de confession catholique et où se développent également de plus en plus de confessions chrétiennes évangéliques, dont les dirigeants s’opposent aux unions légales homosexuelles avec beaucoup plus d’âpreté. Le gouvernement de la présidente Laura Chinchilla a dû jongler pour ne pas être considérée contre la reconnaissance juridique des couples de même sexe, même si des ministres ont apporté un soutien spécifique, y compris le ministre de l’éducation, Leonardo Garnier. « Chaque nation a son propre temps« , a déclaré Laura Chinchilla, ce qui signifie que le Costa Rica n’est pas prêt à rejoindre les 19 pays (six en Amérique) qui autorisent les mariages ou unions homosexuels.

18 – ARGENTINE – Alors que la présidente d’Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner, avait impulsé six lois sous le slogan «la démocratisation de la justice », la Cour suprême a déclaré inconstitutionnelle la majorité de ces mesures. Le plus haut tribunal de ce pays, dont la majorité des membres ont été nommés pendant le gouvernement de Nestor Kirchner (2003-2007), a déterminé par six voix contre une que la réforme du Conseil de la magistrature (sélection d’organes et de révocation des juges) était contraire à la Constitution. Plus précisément, la majorité des magistrats s’est opposée à élargir le nombre des membres de 13 à 19 du Conseil de la magistrature et a également déclarées inconstitutionnel le fait que les représentants des juges, des avocats et des universitaires dans ce corps soient élus en tant que candidats des partis politiques pour un vote populaire et donc qu’ils resteront choisis par leurs pairs. La décision de la Cour suprême contre la loi principale de la réforme judiciaire Kirchner est un revers majeur pour la présidente et son intention de mettre fin au corporatisme des juges.

18 – VENEZUELA – Le rapport final de la Mission Électorale au Venezuela, présenté par l’Institut des Hautes Études Européennes en collaboration avec Rediunipaz, démystifie les prétendues forces électorales du système et met en évidence certaines tendances inquiétantes d’un pays ingouvernable. [Extrait du rapport] « Les dernières données économiques montrent que les niveaux de grande pénurie touchent 60% du « panier de la ménagère« . La crise politique depuis les élections d’avril, avec des accusations d’autoritarisme et de graves délits pré et post-électorales, conduit le Venezuela à ce que les experts appellent des «États défaillants». État inefficace et institutions fragiles sont la réalité de l’ État du Venezuela. Possédant une capacité obscène pour le « gaspillage » basé sur une fausse prospérité économique à « débit« , avec une élite politique et sociale qui suppose « l’état comme butin« ; l’ État a beau prôner un développement social très louable, il est incapable de le consolider sous la cape de la corruption, l’infaisabilité budgétaire et les insécurités, physique et juridique. Cette description proche de l’enfer dantesque de la littérature de Divine Comédie, est devenue pour longtemps la réalité quotidienne difficilement tenable des citoyens. Il est temps de reconstruire totalement le pays qui a comme base un large pacte politique et social dans lequel les différentes forces politiques ont une place. Il est urgent pour les secteurs institutionnels et les modérés des deux côtés d’ouvrir des voies d’entente et de compréhension entre les deux projets nationaux condamnés à s’entendre, tôt ou tard, dans des domaines clés tels que la recomposition politique, le déficit budgétaire et monétaire, la distribution efficace des produits de base, la nouvelle politique de l’énergie et de la sécurité comme la principale préoccupation citoyen. (…) La viabilité de ce pacte national essentiel passe par une question préliminaire : la nécessité de surmonter le schisme politique et social de la période post-électorale. (…) »

Gustavo Palomares est professeur à l’UNED européen, président de l’Institut d’études européennes et mission internationale d’élections mené au Venezuela.

19 – PÉROU – Le service militaire n’est plus obligatoire mais a été maintenu sur la base du volontariat. Seulement, les recrues ne se bousculent pas pour porter l’uniforme. Aussi, Ollanta Humala, le président péruvien, qui est un ancien lieutenant-colonel, a promulgué un décret le 20 mars dernier stipulant que si “le nombre de volontaires nécessaire chaque année pour le service militaire n’est pas atteint, il sera procédé de manière immédiate à un tirage au sort parmi les jeunes âgés de 18 à 25 ans qui ne suivent pas d’études ». Les jeunes tirés au sort devront intégrer l’armée sous peine de perdre leurs droits civiques et de payer une amende de 530 euros. Seulement, certaines organisations d’opposants ont affirmé que cela est discriminatoire. Cette année, le ministère de la défense allait tirer au sort le matin même 12.500 places sur 706 688 jeunes entre 18 et 20 ans. A une injonction contre le tirage au sort faite par le Médiateur du Peuple, un tribunal constitutionnel de Lima a suspendu l’une des mesures les plus impopulaires du président Ollanta Humala : le service militaire obligatoire pour les personnes incapables de payer une amende de 700 dollars ; ce sont pour la plupart des pauvres et des étudiants d’instituts techniques puisque les étudiants en universités sont exemptés de cette obligation en vertu des nouveaux règlements. La réponse du tribunal  indique que contraindre est « un recrutement forcé tant qu’il ne répond pas à un acte volontaire. » Le recrutement forcé est interdit au Pérou.

20 – BRÉSIL – Manifestement, Dilma Rousseff,[photo de la une] devenue présidente du Brésil le 1er janvier 2011, n’a pas l’art et la manière économiques de son prédécesseur, Lula da Silva. Il n’est que de regarder la courbe déclinante de la croissance : + 7,5 % en 2010, + 2,7 % en 2011, + 0,9 % en 2012, et + 2,9 % annoncés cette année par l’OCDE. Les taux d’intérêt remontent avec les risques d’une inflation atteignant 6,6 %.  » Ferme du monde « , le Brésil agricole continue sur sa lancée (+ 9,7 %), mais son activité industrielle est en recul (- 0,3 %). Il aura suffi d’une augmentation de 20 centimes pour mettre le feu aux poudres. Lorsque les autorités de São Paulo ont décidé, le 2 juin, de faire passer le billet de bus de 3 à 3,20 reais (de 1,05 à 1,12 euro), elles étaient loin d’imaginer l’onde de choc qui allait s’ensuivre. Un début de fronde sociale s’est répandu en l’espace de quelques jours dans les principales villes du pays. D’abord quelques centaines, puis plusieurs milliers de manifestants, très jeunes pour la plupart, ont battu le pavé contre la vie chère et pour exiger de meilleurs transports publics. Mais aussi pour critiquer la gabegie et les sommes colossales investies dans l’organisation des événements sportifs en cours ou à venir, alors que les services publics comme la santé et l’éducation sont dans un état déplorable. Pour les dirigeants brésiliens, l’ampleur de la grogne de la population qui ne faiblit pas préfigure un risque de divorce d’une partie de leur base avec les formations politiques traditionnelles. Le mouvement de contestation sociale qui déferle sur le pays trouve son impulsion au cœur d’une petite nébuleuse de militants – quelques dizaines de personnes -, très jeunes et urbains pour la plupart, disant n’être liés à aucun parti politique. Ce Movimento Passe Livre (Mouvement libre passage ou MPL), qui défend le principe de la gratuité des transports publics, est le principal instigateur des manifestations de São Paulo. Celles-ci ont suivi l’annonce, le 2 juin par le maire Fernando Haddad du Parti des travailleurs (PT, gauche au pouvoir), d’une augmentation du prix du billet de bus. Plus d’un million de Brésiliens sont descendus dans les rues dans une centaine de villes. En hausse également, le nombre d’affrontements avec la police, faisant des dizaines de blessés et un mort. Cette contestation, poussant le pouvoir à convoquer une réunion de crise, suffisamment pour pousser la présidente Dilma Rousseff à annuler un voyage prévu au Japon et convoquer une réunion de crise avec ses ministres les plus proches.

20 – COLOMBIE – Si quelque chose a marqué la guerre en Colombie, ça a été le fléau des enlèvements, un phénomène qui est allé si loin qu’il est devenu une épidémie et le crime que la plupart des Colombiens rejettent. Il est difficile d’imaginer qu’une seule personne ait été enlevée à cinq reprises pour finalement, être assassinée après 14 ans de captivité dans la jungle. Il n’est pas facile de reconnaître que plus de 39.000 personnes ont été enlevées dans le pays. Après une enquête de six ans menée par le Centre National de la mémoire historique, une institution gouvernementale, et la compagnie Cifras & Conceptos se sont associés pour établir la base de données la plus robuste des enlèvements en Colombie, allant de 1970 à 2010. Le résultat du rapport Una verdad secuestrada – une vérité enlevée -, qui a croisé l’information provenant de sept sources différentes, excède les mesures les plus pessimistes car il recense 39 058 personnes (les statistiques officielles parlent de 24.000) enlevées au moins une fois en 40 ans. Parmi les auteurs d’enlèvements confirmés, les FARC ont une responsabilité dans 33% des cas, suivi par l’ELN, l’autre guérilla colombienne, 30%, les réseaux criminels 20% et  les paramilitaires 4%. Il faut dire aussi que 9% des victimes étaient en captivité depuis plus d’un an. Dans ce groupe, certains ont été enlevés pour des raisons politiques : l’armée, la police et les politiciens. 9% des kidnappeurs ont exigé une  libération pour moins de 20 millions de pesos, soit environ 10.000 dollars. « L’enlèvement n’est pas seulement un phénomène qui affecte les personnes étrangères ou riches ou ceux qui vivent dans les zones de conflit. C’est un phénomène qui a touché l’ensemble de la société colombienne « , dit Cesar Caballero, le directeur de la recherche. Sur les 1.102 communes de Colombie, dans 1006 il a été commis au moins un enlèvement, en particulier dans les grandes villes.

21 – CHILI – Quand, après avoir surmonté une vive opposition de certains membres de son parti, le président du Parti communiste (PC), Guillermo Teillier avait déclaré « Notre parti va soutenir Michelle Bachelet comme notre candidat à la primaire [30 Juin]. Et bien sûr, il sera également pour le premier tour « . Les arguments dissidents – propres aux secteurs syndicaux, juvéniles et de base du PC  – indiquaient que ratifier Bachelet signifiait tourner le dos aux mouvements sociaux, ce qui se traduirait par la perte de l’électorat à gauche. Au sein de ce groupe était Camila Vallejo –  l’image la plus importante du mouvement étudiant chilien, – qui en janvier 2012 à El Pais a dit: «Ne jamais être prêt à faire campagne pour Bachelet ou à appeler les jeunes à voter pour elle. Personne ne dit que son programme est représentatif des idées que le mouvement étudiant a proposé. Et je ne reçois pas d’ordre du parti « . Toutefois, le leadership du PC a négocié son rapprochement avec la Concertación de l’opposition. Aussi lorsque Camila Vallejo est intervenue sur scène avec l’ancienne présidente dans un acte de la campagne avec des résidents de La Platina, un secteur au sud de la commune de Santiago du Chili et que Michelle Bachelet a parlé des réformes structurelles pour modèle politique chilien, du système fiscal et de l’éducation, plus personne n’a douté du soutien des communistes à l’ancienne directrice de l’ONU Femmes.

21 – BRÉSIL – La présidente Dilma Rousseff a convoqué une réunion urgente avec plusieurs ministres, a appelé plusieurs représentant des pouvoirs de l’État et a enregistré une vidéo avec un discours de 11 minutes qui a été émis par la chaîne nationale, toutes les stations émettrices radio et télévision du pays. Elle a tendu à nouveau la main envers les manifestants. Mais a fait une grande distinction entre les pacifiques et les groupes minoritaires violents. « Nous suivons avec beaucoup d’attention les manifestations qui arrivent dans le pays. Elles montrent la force de notre démocratie et le désir de la jeunesse de faire avancer au Brésil ». Elle a admis que les manifestations ont donné d’importantes leçons :  » Les tarifs des transports ont baissé et les revendications sont devenues une priorité nationale.  » Près d’une soixantaine de villes ont annoncé, sous la pression populaire, une réduction du prix de leurs billets de bus ou métro.  » Je vais m’entretenir, ces prochains jours, avec les chefs des différents organes de l’État, inviter les gouverneurs et les maires des principales villes à former un grand pacte pour l’amélioration des services publics « , a-t-elle promis, évoquant un plan national de mobilité urbaine avec  » des transports en commun de qualité à des tarifs justes « . Et de réitérer son souhait de consacrer 100 % des recettes pétrolières à venir à l’éducation, un projet qui avait provoqué un tollé sur les bancs du Congrès. Sans plus de précisions, Dilma Rousseff a estimé que le pays avait besoin d’ » oxygéner » son système politique pour le rendre  » plus perméable à l’influence de la société «  et de trouver des  » moyens plus efficaces pour combattre la corruption « . Face aux critiques sur les dépenses engagées pour l’organisation de la Coupe du monde de football, en 2014, elle a soutenu, d’un ton sec mais toujours sans entrer dans le détail, que  » l’argent dépensé pour les stades par le gouvernement sera dûment remboursé par les entreprises et les gouvernements des Etats qui les exploiteront « . Selon un sondage Datafolha, réalisé 55 % des habitants de São Paulo considèrent l’attitude de Dilma Rousseff face aux événements comme  » mauvaise «  ou  » très mauvaise « . Le Mouvement Passe Livre (MPL), à l’origine de la contestation, a annoncé son intention de ne plus convoquer de manifestations. Selon l’un de ses représentants, Douglas Belomi, le collectif a pris sa décision après avoir observé des revendications contraires aux idées du MPL et la présence de personnes conservatrices au sein des cortèges. Une façon de noter le danger de récupération du mouvement.

23 – URUGUAYL’anti-avortement a subi une lourde défaite après avoir échoué à réunir le soutien nécessaire à un référendum sur la loi qui dépénalise l’avortement en Uruguay. Pour convoquer un référendum, qui aurait eu lieu en octobre, il était nécessaire d’obtenir 25% de soutien des 2.620.772 citoyens inscrits sur les listes électorales, soit 655 192 votes en sa faveur. Mais, selon le Tribunal électoral après 99,71 pour cent des suffrages comptabilisés, la consultation a reçu 239 302 adhésions, soit 8,8% des inscrits. Peu après la clôture du scrutin, qui est resté ouvert de 8h00 à 19h30, ont commencé à circuler les premières informations que la consultation avait échoué et les groupes d’opposition partisans de la consultation  ont rapidement reconnu leur échec.

Mouvement social au Brésil: les concessions de Dilma Rousseff jugées insuffisantes

C’était une première victoire symbolique pour les manifestants : quatre dirigeants du mouvement « Passe Livre » à l’origine de la mobilisation sans précédent au Brésil – qui réclame notamment la gratuité des transports publics -, ont été reçus par la présidente Dilma Rousseff. A la fin de la rencontre, elle a proposé l’organisation d’un référendum pour lancer une profonde réforme politique dans le pays. Mais il n’est pas sûr que cette initiative puisse calmer les esprits.

Suite sur RFI >>

Brésil: la mobilisation face aux violences et aux tentatives de récupération

Ce dimanche 23 juin, de nouvelles manifestations ont lieu à travers le Brésil, y compris dans le fief de l’ancien président Lula, près de Sao Paulo. Les revendications elles, n’ont pas changé : contre la vie chère, la corruption et pour un service public digne de ce nom. Mais, après deux semaines de manifestations, la question de l’avenir de la mobilisation se pose.

Suite RFI>>

Chili: une vidéo de violences policières contre des étudiants indigne les réseaux sociaux

Au Chili, une vidéo fait le tour de tous les réseaux sociaux et se trouve à la une des médias. Il s’agit de la violente évacuation de l’Université du Chili à Santiago par la police militarisée. Les forces de l’ordre ont notamment utilisé du gaz lacrymogène sur des étudiants qui demandent une grande réforme de l’éducation. Un coup de force qui a provoqué une gigantesque polémique dans un pays pourtant habitué aux scènes de violence policières.

Suite RFI>>

Au Brésil, la génération Facebook fait sa révolution

Les réseaux sociaux sont devenus un catalyseur des mouvements contestataires dans le monde. Le Brésil ne fait pas exception. Fort de ces internautes, c’est à coup de tweets, vidéos virales, statuts Facebook que le mouvement s’organise dans le pays depuis quelques jours.

Suite RFI>>

Le Brésil va tout droit vers les demi-finales, mais les Brésiliens continuent de manifester

Mercredi 19 juin 2013, la Seleçao a battu le Mexique (2-0) à Fortaleza, dans le cadre de la Coupe des confédérations Fifa, répétition générale du Mondial de football 2014. Mais ce n’est pas le fait du jour au Brésil. La compétition reste marquée par de vastes manifestations contre la vie chère et l’ardoise de la Coupe du monde. Des affrontements ont éclaté ce mercredi 19 juin autour du stade avant le match. Sous la pression de la rue, les maires brésiliens ont finalement accepté la baisse du prix des transports publics.

Suite sur RFI>>

La semaine du 10 au 16 juin 2013

9 – PÉROU – Les temps sont durs pour les anciens présidents péruviens. Alors qu’Alberto Fujimori (1990-2000) purge vingt-cinq ans de prison pour violation des droits de l’homme et corruption, deux des hommes qui lui ont succédé à la tête du pays, Alejandro Toledo (2001-2006) et Alan Garcia (1985-1990 et 2006-2011), font aujourd’hui l’objet d’investigations préliminaires, après avoir été mis en cause dans différentes affaires d’enrichissement illicite. Chef de l’État de centre droit de 2001 à 2006, Alejandro Toledo a ainsi été sommé par le ministère public de s’expliquer sur l’acquisition par sa belle-mère belge de 85 ans, Eva Fernenburg, d’une maison et d’un bureau évalués à 5 millions de dollars (3,8 millions d’euros). Effectué par le biais d’une entreprise créée au Costa Rica, l’achat, qui aurait reçu l’aval d’un ami entrepreneur d’Alejandro Toledo, a soulevé de nombreux questionnements dans la presse péruvienne. Celle-ci n’a pas tardé à impliquer l’ancien président.  » Je ne suis pas propriétaire de ces titres et n’ai participé à aucun de ces achats « , a juré l’ex-chef de l’Etat face à la commission de fiscalisation du Congrès, qui l’entendait. L’affaire Toledo intervient quelques semaines après que le procureur eut ordonné la levée du secret bancaire d’Alan Garcia. Président du Pérou à deux reprises, Alan Garcia doit éclaircir l’origine des 800 000 dollars lui ayant permis d’acquérir la maison qui lui sert de domicile à Lima.  » Je n’ai de secret bancaire ni pour les médias ni pour le Pérou « , a immédiatement répondu Alan Garcia, qui se défend des accusations à son encontre et dénonce la mise en place au Congrès d’une méga-commission chargée de passer son second mandat au peigne fin. La commission parlementaire enquête notamment sur la grâce présidentielle qu’auraient obtenue de manière douteuse plus de 5 500 prisonniers, dont 400 accusés de narcotrafic, entre 2006 et 2011. Pour Cecilia Blondet, directrice de Proetica, une ONG luttant contre la corruption, une chose est sûre : les affaires entourant les figures présidentielles  » aggravent la méfiance qui existe dans la population face à l’autorité «  et décrédibilisent un système politique déjà fortement critiqué.

9 – NICARAGUALe président du Nicaragua, Daniel Ortega, a envoyé à l’Assemblée nationale de son pays, un projet de loi qui donne au consortium chinois HK Nicaragua Canal Development Investment Co., basée à Hong Kong, la concession pour la construction et la gestion du nom de Gran Canal Interoceánico pour une période de 50 ans, renouvelable pour un autre 50. Le gouvernement du Frente Sandinista (FSLN) contrôle le Parlement monocaméral, alors le projet, évalué à 40.000 millions de dollars, sera approuvé sans problèmes. « Je pense qu’après tant de siècles de lutte pour que ce canal devienne réalité, enfin nous nous approchons de ce moment historique pour le bien-être du peuple nicaraguayen« , a déclaré Daniel Ortega, lors d’une cérémonie officielle dans lequel il a reçu les lettres de créance des ambassadeurs de l’Arabie saoudite, le Koweït, le Canada, le Brésil et la Suisse. Lors de cet événement Daniel Ortega n’a pas pris de détours et fait un clin d’œil aux Arabes et aux Brésiliens qui sont intéressés par le Grand Canal. « Je suis sûr que le Brésil va s’intéresser au projet« , a lancé l’ex-guérillero sandiniste au nouvel ambassadeur, Luis Felipe Mendonza, qui a promis de remettre à la présidente Dilma Rousseff les détails du projet. Le document de 44 pages envoyé par Daniel Ortega à l’Assemblée nationale a été présenté par le gouvernement comme l’instrument juridique pour « faciliter l’investissement, le financement, la conception et la construction » du canal. Le projet de loi prévoit que le canal aura deux ports en eau profonde, l’un dans les Caraïbes du Nicaragua et l’autre à la côte du Pacifique, un oléoduc reliant les deux côtes de ce pays d’Amérique centrale de 130.000 kilomètres carrés, un «canal sec »formé par des chemins de fer pour transporter des marchandises d’un océan à l’autre ; deux zones de libre-échange, l’un sur la côte des Caraïbes et un dans le Pacifique, ainsi que les infrastructures que l’entreprise en charge du projet  juge nécessaires. Le gouvernement a présenté des études de faisabilité économique et l’impact environnemental dans un pays qui a deux grandes ressources en eau: le Grand Lac du Nicaragua (plus de 8.000 km2) et le lac de Managua (un peu plus de 1.000 k m2). Le projet, cependant, a éveillé des soupçons parmi les secteurs critiques du leader sandiniste, qui considèrent ce projet comme une grande illusion et un masque qui pourrait cacher des transactions louches. La principale préoccupation est le coût élevé du projet, qui est près de 25 fois le budget annuel du Nicaragua, un pays où 47% de la population vit sous le seuil de pauvreté et  manque de ressources suffisantes, même pour drainer les eaux qui depuis deux semaines inondent plusieurs quartiers de la capitale, Managua.

9 – BRÉSIL A un peu plus d’un an de l’élection présidentielle, la présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a perdu huit points en popularité, selon un sondage national mené par Datafolha. C’est la première fois que la présidente souffre d’un déclin d’appui public depuis qu’elle gouverne le pays en succédant au populaire et aimé Lula Da Silva. L’approbation de son gouvernement a baissé chez les hommes et les femmes, de toutes les catégories de revenu et parmi les électeurs de tous les âges. Selon l’enquête, l’un des éléments qui ont fait s’écrouler pour la première fois la popularité record de la  présidente  est la hausse de l’inflation et 51% des citoyens pensent que l’inflation va encore augmenter. Cependant, malgré la perte de huit points, Dilma Rousseff continue d’être en tête avec une popularité de 57% des citoyens. Et si l’élection présidentielle en octobre 2014 avait eu lieu aujourd’hui, elle gagnerait avec 51% des suffrages. Parmi ses concurrents probables à l’élection présidentielle, apparaît en deuxième position l’écologiste Marina Silva avec 16%. Marina Silva en 2010, avec ses 20 millions de voix était arrivé au deuxième tour avec Dilma Rousseff ; en troisième position avec 14%, se place l’opposant du PSDB, Aecio Neves qui progresse de quatre points et réduit de 12 points l’écart avec la présidente. Après avoir pris connaissances des dernières statistiques, les analystes politiques ont mis en évidence que le principal écueil de Dilma Rousseff est l’économie, avec un produit intérieur brut (PIB) en baisse, une forte inflation et le taux négatif de la croissance de l’industrie .

9 – VENEZUELALes États-Unis et le Venezuela vont reprendre le dialogue, a annoncé le secrétaire d’État américain, John Kerry, à l’issue d’une rencontre avec son homologue vénézuélien, Elias Jaua, en marge de l’assemblée générale de l’Organisation des États américains (OEA), au Guatemala, la semaine dernière. Cette rencontre bilatérale de 40 minutes inédites a eu lieu depuis que les deux pays aient retiré leurs ambassadeurs en 2010. Le ministre Elias Jaua [photo de la une] est le troisième homme le plus puissant après le président de Exécutif, Nicolas Maduro, et du  Législatif, Diosdado CabelloElias Jaua a également révélé que cette approche était une initiative du président Hugo Chavez. Nicolas Maduro était alors le ministre des Affaires étrangères du Venezuela, un poste qu’occupe maintenant Elias Jaua. La rencontre avec Kerry « est le résultat d’un processus qui a commencé en novembre sous l’autorité du Commandant Chavez par Nicolas Maduro alors chancelier et maintenant le président, et nous avons alors atteint le point de nous rencontrer », a déclaré Elias Jaua. Les États-Unis n’ont jamais expressément reconnu la victoire de Nicolas Maduro dans les élections du 14 avril dernier, contestée par l’opposition. Lorsqu’on lui a demandé si à ce stade il est encore besoin d’une reconnaissance expresse, Elias Jaua a répondu: « Non, pas nécessairement« . « Le Venezuela a un gouvernement légitime et constitutionnel qui est le président Nicolas Maduro, » a-t-il ajouté. Le secrétaire d’État Kerry, lors d’une conférence de presse après la réunion, s’est référé à Nicolas Maduro en tant que «président». Selon Elias Jaua, le chemin a commencé et va conduire à la nomination de nouveaux ambassadeurs, en vue d’une «normalisation» des relations entre les deux pays.

10 – CHILIVingt jours avant les élections des primaires du 30 Juin qui choisiront le candidat présidentiel de l’opposition du Chili, les quatre candidats se sont réunis pour la première fois pour présenter leurs propositions dans un débat télévisé qui a permis de mettre en évidence les deux courants qui existent au sein du centre-gauche du pays: l’un plus libéral, s’est engagé à modérer les changements et continuer sur la voie des 23 dernières années, et un autre réformiste, vise à modifier les structures de base du pays sud-américain. La présidente socialiste Michelle Bachelet (2006-2010), depuis le lancement de sa candidature à la fin mars, a annoncé des initiatives qui, selon les secteurs du centre d’opposition révèle une position plus à gauche et différente par rapport à son premier gouvernement. L’ancienne directrice de l’ONU-Femmes a statué et, même si elle est soutenue par le Parti communiste, ses conseillers expliquent en privé qu’une fois les primaires passées, elle fera un retour au centre et modèrera ses propositions programmatiques. Favorite de loin dans les sondages, Michelle Bachelet n’a pas couru de grands risques dans le débat, mais a simplement expliqué son programme de gouvernement et évité la polarisation de la discussion avec ses adversaires: le président du Parti Radical, José Antonio Gomez, l’ancien maire démocrate, Claudio Orrego , et son ex-ministre des Finances et le numéro deux de son gouvernement, l’indépendant Andrés Velasco, qui a émergé comme le principal défi à son ex-chef et  présumé comme son pendant libéral. Andrés Velasco et Claudio Orrego ont peu de soutien dans les sondages : une récente étude du gouvernement a donné 7,5% à Velasco et  2,3% à Orrego, qui a mis l’accent sur la mobilisation de la base de son parti, les chrétiens-démocrates. Le sénateur José Antonio Gomez installé à la gauche de Bachelet, en essayant de capter le soutien des mouvements sociaux, se classe quatrième dans la course de l’opposition, selon le même sondage de l’exécutif. Les deux candidats du parti au pouvoir, qui se sont également mesurés dans des  primaires, ont critiqué le débat de l’adversaire. « Au-delà de ces différences qui ont été exprimées, il est clair que Michelle Bachelet a gagné et qu’aucun des candidats ne sera prêt à quitter la coalition« , a déclaré Andres Allamand, de Renovación National (RN), le parti du président Sebastián Piñera. Le candidat de l’Union démocrate indépendante (UDI), Pablo Longueira, a déclaré que « le candidat le plus sérieux, avec de bonnes propositions sans démagogie, était ministre ancien Andrés Velasco« . La primaire présidentielle de l’opposition, le premier à se tenir sous le système de l’inscription automatique et le vote volontaire, a attiré une participation majoritaire des citoyens a obtenu 19 points en indice d’écoute, le plus haut de la télévision chilienne  de ce jour.

11 – PÉROULe président du Pérou, Ollanta Humala, est venu à Washington pour une sa visite officielle de trois jours avec l’intention de renforcer la coopération dans la lutte contre le trafic de drogue entre son pays et les Etats-Unis. Le Pérou est le deuxième producteur mondial de coca après la Colombie et les Etats-Unis le plus gros consommateur de cocaïne et de ses dérivés, selon l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime. Ollanta Humala a expliqué que 90% de la production des cultures de coca dans le pays n’est pas utilisé pour un usage traditionnel, mais pour le trafic de drogue et a exigé l’élaboration de stratégies claires « qui offrent une alternative abordable pour les paysans ». « Pour y parvenir, seul est nécessaire d’accorder une attention suffisante à ces familles qui sont pauvres et qui cultivent la coca pour des raisons économiques ». Le président péruvien a donné l’exemple des politiques d’éradication réussies : des plantations de champs de coca ont été remplacées avec succès par le cacao, le café et d’autres produits biologiques « dont beaucoup accèdent au marché américain», a déclaré Ollanta Humala. Ce sera la cinquième fois qu’une réunion à la Maison Blanche aura lieu entre  Barack Obama et Ollanta Humala dans le bureau ovale. Le président péruvien est présenté comme «un partenaire actif et participatif sur la scène internationale », un engagement qui garantit son caractère partenaire fondateur de Alliance du Pacific – une organisation que les Etats-Unis observe avec intérêt. Lors de leur rencontre, les deux présidents ont convenu de renforcer la coopération dans la lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme, l’éducation ou dans le domaine des nouvelles technologies. « Nous avons trouvé dans le gouvernement américain une disposition pour renforcer notre relation stratégique« , a déclaré Ollanta Humala. Il a exprimé sa préoccupation quant aux conséquences du changement climatique et a poussé Barack Obama à  penser la nécessité de développer des politiques environnementales plus efficaces. « Le Pérou et d’autres pays andins vont être les plus touchés par le changement climatique et, par conséquent, nous devons parler directement avec ceux qui émettent le  plus de CO2« , a- t-il déclaré.

11 – URAGUAYL’ancien juge espagnol Baltasar Garzón, actuel président du Centre international pour la promotion des droits de l’homme (CIPDH) , a salué le progrès de la défense « proactive » des droits de l’homme en Uruguay, mais a critiqué la décision de la Cour suprême d’annuler une loi qui empêchait la prescription des crimes contre l’humanité commis pendant la dictature (1973-1985). La loi, adoptée en 2011 par le gouvernement de gauche dirigé par le Frente Amplio, a été déclarée inconstitutionnelle en février de cette année par le plus haut tribunal du pays, qui a conduit à une confrontation entre le gouvernement et les tribunaux. « L’Uruguay est dans la ligne d’une défense proactive et positive des droits de l’homme, » Garzón a déclaré lors d’une réunion avec des journalistes avant de donner une conférence sur « Le droit international des droits de l’homme et le terrorisme d’Etat » à l’Université de la République à Montevideo, mais a critiqué les « enquêtes de blocage sur les crimes contre l’humanité, dans un pays où des centaines ou des milliers de victimes sont sans défense. »  Baltasar Garzón a déclaré que, parfois, « il y a des contradictions » dans le domaine de la justice, mais elles ne peuvent pas être « au détriment des victimes » ; pour cela il faut compter sur la Cour suprême pour qu’elle « puisse changer sa propre position » comme l’exige une résolution de la Cour Interaméricaine des droits de l’homme et  » le droit international » qui, a-t-il rappelé, « fait partie de la législation nationale de l’Uruguay » en tant que signataire de la Déclaration de Londres de 1945. L’ex juge a rappelé qu’en Argentine la Cour suprême en 2005 a déclaré inconstitutionnelles les lois qui avaient jusque-là empêché la poursuite des militaires qui avaient commis des crimes contre l’humanité pendant la dictature (1976-1983). Baltasar Garzón était en faveur d’unir leurs forces et de présenter un dossier commun qui réunit tous les cas de violations des droits humains pendant la dictature du Cône Sud (1970-1980), afin d’éliminer les obstacles «bureaucratiques», d’améliorer les ressources et d’être plus efficace à la fois dans l’étude des faits et dans la protection «intégrale» des victimes. La juge Mariana Mota, qui avait condamné l’ancien président Juan Maria Bordaberry, a été dessaisie des affaires relatives aux crimes de la dictature en Uruguay. Cette juge uruguayenne est devenue un symbole. En février, la Cour suprême de l’Uruguay l’a transférée d’un tribunal pénal à une juridiction civile. Par cette décision, elle a été dessaisie d’une cinquantaine d’affaires de violation des droits de l’homme sous la dictature (1973-1985). En la matière, ce pays est très en retard par rapport à l’Argentine et au Chili.

11 – COLOMBIELorsque l’on croyait avoir été le plus difficile dans le gouvernement négocie Juan Manuel Santos avec le FARC , – après avoir atteint un accord sur les questions agricoles considérés comme l’épicentre du conflit armé colombien – , la guérilla a repris le micro pour demander que le calendrier électoral à venir, où seront élus président, députés, maires et gouverneurs, soit reporté d’une année, car elle estime que cela met la pression sur les négociations. La proposition a été rejetée presque immédiatement par le chef de l’équipe de négociation du gouvernement, Humberto de la Calle, qui comme par le passé dit que ce n’était pas un sujet des négociations en cours et que cela fait détourner l’attention. La proposition a été annoncé à Ivan Marquez, le chef des négociateurs des FARC à La Havane, au début du dixième cycle de négociations qui porteront sur la question de la participation politique des FARC une fois déposer les armes et c’est le deuxième point de l’ordre du jour sur six, avec lequel on cherche à mettre fin à un conflit d’un demi-siècle. «Un acte constitutif permet de reporter les élections. Nous proposons le report d’un an sans réélection présidentiel», a déclaré le chef de la guérilla. Le négociateur en chef du gouvernement a expliqué que ce qui sera discuté désormais est la façon d’ouvrir la voie au FARC à se transformer en un mouvement politique. Il a expliqué que les questions cruciales de la discussion seront les garanties présentées pour l’opposition, en particulier pour les nouveaux mouvements découlant du processus de paix, la participation citoyenne et de promouvoir une plus grande participation à la démocratie et aux garanties d’égalité de conditions. Toutefois, la proposition des FARC peut être considérée comme une réaction à une situation politique défavorable possible ne se concrétise un accord de paix avant les élections de 2014. Ce qu’ils ont montré négociateurs de la guérilla avec cette déclaration serait la peur qui assaille divers secteurs de la politique colombienne qui ont averti que sans paix signé avant la présidentielle et les législatives l’année prochaine, tout accord devra passer par un nouveau Congrès – élu en 2014 – dont on ignore si Juan-Manuel Santos aura des majorités.

11 – BRÉSIL Le journaliste José Roberto Ornelas de Lemos, agé de 45 ans marié sans enfant, directeur de Hora H et fils du propriétaire du périodique, a été assassiné de 44 balles à Nova Iguaçu, dans la Baixada Fluminense, ville de l’État de Rio de Janeiro. Selon Ivan Texeira, un des journalistes du journal, le directeur d’Heure H avait reçu, il y a quelque temps, des menaces pour quelques reportages publiés dans le journal sous sa direction.  » Il y dénonçait généralement des irrégularités dans les mairies et sur le crime organisé « , a affirmé Ivan Texeira, qui a aussi reçu des menaces de mort anonymes. Les auteurs des 44 tirs sont quatre hommes cagoulés à bord d’une Volkswagen Gol. Le directeur et chef d’entreprise est arrivé encore vivant à l’Hôpital Posse, mais n’a pas survécu. Celui-ci est un cas de plus au Brésil de journalistes assassinés pour dénoncer des irrégularités dans le milieu du pouvoir, politique ou policier, dans la maffia ou dans le monde du trafic de drogues. Et ce sont généralement les journalistes qui travaillent dans des périodiques locaux comme Heure H, plus proches de ces pouvoirs et plus du tir des criminels de service. Un compagnon d’un autre journaliste assassiné dans l’état d’Amazonie a relaté qu’il est dur  » de travailler dans des périodiques de province qui dénoncent les puissants de service « . Les journalistes s’estiment moins protégés dans ces médias que dans ceux des grands journaux nationaux. Un des événements de davantage d’impact national a été le meurtre du journaliste Tim Lopes, de la chaîne de télévision Globe, dans une favela de Rio en 2002. Tim Lopes a été torturé et a été brûlé vivant pour avoir signé un reportage sur la drogue et la violence qui se pratiquaient dans les soirées dansantes funk des favelas.

13 – ARGENTINE Carlos Menem, 82 ans, ancien président d’Argentine (1989-1999), a été condamné à sept ans de prison pour trafic d’armes à destination de la Croatie et de l’Equateur. Sénateur, Carlos Menem est protégé par son immunité parlementaire, mais le tribunal a ordonné qu’elle soit levée afin que la peine soit  » effectivement purgée « . L’ancien chef d’Etat avait ordonné l’envoi clandestin d’armes en violation de l’embargo de l’ONU pendant le conflit en ex-Yougoslavie dans les années 1990. Carlos Menem est le premier président argentin élu démocratiquement à être condamné par la justice.

13 – MEXIQUE – L’ambitieuse batterie de réformes décidée par les trois partis majoritaires au Congrès mexicain (PRI, PAN et PRD) marque l’agenda politique et ne conçoit ni vacances ni de élections. Les coordinateurs des trois organisations politiques ont décidé la convocation de deux périodes extraordinaires cet été pour avancer dans le développement de certaines des réformes incluses dans l’Accord pour le Mexique, malgré la lutte électorale agitée qui aura lieu 7 juillet pour choisir Gouvernement de Baja California et le maire de plus de 900 communes dans 14 États. Le calendrier du président Enrique Peña Nieto indique qu’au début de septembre seront présentés deux des réformes les plus ambitieuses et de l’accord difficile entre les différentes forces politiques : énergie et propriété foncière. Les temps fixés obligent ainsi à continuer à avancer dans les déjà approuvés, comme sur l’éducation ou sur les télécommunications, ou dans lesquelles les partis se sont enkystés pendant les mois précédents, comme celle du contrôle de la dette aux États ou celle de transparence. Le Congrès, dont le règlement établit que depuis le 30 avril et jusqu’au 1 septembre il est en vacances (avec des sessions uniquement le mercredi), travaillera cette année journellement entre les 15 et 30 juillet et du 15 au 30 août. Dans la première période extraordinaire les deux chambres essayeront de sortir un préaccord sur la transparence et sur les compétences de l’Institut Fédéral d’Accès l’Information et la Protection de Données (IFAI), un débat dans lequel se sont affrontés le PRI et le PAN à l’avant-dernier jour de la sessions de la période ordinaire. Le changement se verra quand commencera à se débattre d’une des réformes les plus attendues par les partis de l’opposition : PAN et PRD. La réforme politique et électorale qu’un secteur du PAN et de la gauche espère profonde : avec l’approbation d’un second retour dans les élections ou avec la possibilité que les députés et les politiciens locaux puissent être réélus. Des mesures qui n’ont jamais convaincu au président Peña Nieto et que les politiciens de l’opposition annoncent d’utiliser comme monnaie de changement pour l’approbation des réformes fiscale et énergétique

14 – BRESIL – Deux semaines après la mort d’un Indien d’une trentaine d’années de l’ethnie Terena, tué par la police lors d’une opération d’expulsion d’un terrain occupé et appartenant à une fazenda (grande ferme) de l’Etat du Mato Grosso do Sul, près de la petite ville de Sidrolandia, les tentatives d’apaisement des autorités fédérales brésiliennes n’en finissent pas d’échouer. La réunion, à Brasilia, entre une délégation d’Indiens, d’élus proches du puissant lobby des propriétaires terriens et plusieurs membres du gouvernement de Dilma Rousseff, s’est soldée par des déclarations de bonnes intentions masquant mal les désaccords. Quasiment au même moment, à une centaine de kilomètres de Sidrolandia, on apprenait l’assassinat d’un Indien guarani de 42 ans, abattu par deux hommes de main supposés à la solde d’éleveurs locaux. Les forces spéciales déployées depuis une semaine afin d’assurer l’ordre public, selon les mots du ministre de la justice, José Eduardo Cardozo, ont été impuissantes à stopper la violence. Ces incidents illustrent l’extrême tension meurtrière à laquelle les Indiens du Mato Grosso do Sul, l’un des pôles agricoles les plus prospères du Brésil, sont confrontés au quotidien. Confinés dans des réserves, les Indiens réclament une meilleure délimitation des espaces depuis les années 1920, lorsque les autorités décidèrent de circonscrire leurs terres afin d’ouvrir aux colons les vastes étendues vierges du territoire. Sur les 8 millions d’hectares qu’occupaient les Guaranis il y a deux siècles, seuls 300 000 hectares leur sont aujourd’hui octroyés. Soit moins de 1 % de la surface du Mato Grosso do Sul. D’après le Conseil indigéniste missionnaire (lié à l’Eglise catholique), plus de 500 Indiens ont été tués au Brésil depuis 2003. Le Mato Grosso do Sul étant de loin l’Etat le plus violent, avec une moyenne de près de 70 % des meurtres perpétrés depuis 2007.  » La situation des Guaranis est l’une des pires tragédies que connaisse un peuple indigène dans le monde, et la situation ne fait qu’empirer « , a déclaré Deborah Duprat, procureure fédérale à Brasilia. Outre ce conflit, la présidente Rousseff doit faire face aux manifestations d’Indiens touchés par la construction du gigantesque barrage de Belo Monte, au coeur de l’Amazonie. Arrivés à Brasilia après avoir occupé une partie du chantier, des membres des ethnies Munduruku, Arara, Kaiapo et Xipaia ont envahi les locaux de la Funai, l’organe de tutelle des Indiens. Avec des représentants guaranis et terenas, ils ont également contesté les projets de loi qui prévoient des changements dans la reconnaissance et l’octroi des territoires indiens, ainsi que la possibilité d’y autoriser l’exploitation minière.

15 – CHILI La justice chilienne n’extradera pas aux six agents de Direction Nationale d’Intelligence, la police secrète d’Augusto Pinochet disparue. En octobre passé ont été requis par les tribunaux espagnols ses agents pour le kidnapping et le meurtre du diplomate Carmelo Soria en 1976.  » Selon le Ministère Public Judiciaire, il ne s’avère pas pertinent de traiter une demande d’extradition faite à partir de recherches faite par les tribunaux du pays « , indique la résolution signée par Mónica Maldonado, magistrate de la Cour Suprême chilienne. Le ministère public a conseillé au magistrat Juan Araya, chargé de la demande, de rejeter la demande de l’Audition Nationale espagnole contre José Ríos San Martin, Jaime Lepe Orellana, Pablo Belmar Labbé, Guillermo Salinas Torres, René Quilhot Palma et Manuel Contreras Sepúlveda, ex-directeur de la DINA. Mónica Maldonado fait valoir que, en plus il existe une recherche en cours par le cas Carmelo Soria, plusieurs de ceux requis ont été condamnés au Chili pour des violations des droits de l’homme et leurs remises ne peuvent pas être effectuées tant qu’ils n’accompliront pas les peines imposées.  » Dans le cas du principal impliqué, le ex-directeur de la DINA, le requis Manuel Contreras Sepúlveda, au Chili il se trouve condamné à plus de 150 années de privation de liberté, pour des faits considérés comme crimes de lès humanité « , ajoute le document. La famille attend maintenant, selon l’avocat, que  » la justice chilienne accomplisse sa tâche et juge et condamne les responsables « . La fille du diplomate assassiné, toutefois, est sceptique «  Ici il ne se passe rien« . Dans le Chili tout dépend du critère et de l’humeur du ministre de service. Et il est clair que « la justice espagnole a fait beaucoup plus que la chilienne. Tous les gouvernements, de centre-gauche et de droite, ont justifié l’impunité dans beaucoup de cas de violations des droits de l’homme « , indique Carmelo Soria. Le diplomate espagnol, né à Madrid en 1921, travaillait au Chili pour les Nations Unies à la CEPAL (Commission Économique pour l’Amérique Latine) et il a été kidnappé tandis qu’il se rendait à sa maison le 14 juillet 1976. Les agents de la dictature chilienne, qui appartenaient à la brigade Mulchén, l’ont kidnappé et l’ont torturé. Après lui avoir cassé presque toutes les côtes, ils l’ont forcé à boire de l’alcool et il a été étranglé.  » Pauvre Chili … « , a dit Carmelo Soria avant de décéder. Les tortionnaires, qui voulaient savoir sa relation avec le Parti Communiste, ont écrit une fausse lettre et ils l’ont mise dans une quelconque de ses poches pour qu’il paraisse qu’il s’était soûlé en s’informant que sa femme lui était infidèle. Les agents ont lancé son corps et sa voiture dans un canal pour simuler un accident. Le corps de l’Espagnol a été découvert vingt-quatre heures plus tard.

15 – GUATEMALALe Guatemala dont les forêts étaient considérées jusqu’à il y a quelques années « le second poumon de l’Amérique, seulement après Amazone », souffre d’un processus préoccupant de déforestation. Selon des estimations officielles, on perd annuellement environ 101.000 hectares de forêt. L’une des raisons de la coupe impitoyable d’arbres est l’explosion démographique (1.400 enfants naissent chaque jour) dans un pays où la majorité de la population a accès au bois de chauffage pour cuisiner ses aliments. Mais ce n’est pas ce qui est seule. La plus forte, les intérêts patronaux d’industries minières, du bois et d’élevage. Selon Yuti Melini, directeur du Centre d’Action Légale, Environnementale et Sociale du Guatemala (CALAS), entre 1989 et 2012, dans ce pays ont été assassinées 46 gardes chargées de protéger les forêts et d’autres ressources naturelles. « Durant les dernières 10 années, le patronat a été modifié. Maintenant non seulement on poursuit les gens qui travaillent dans la défense de l’environnement, mais aussi ceux qui défendent leurs terres ou ressources comme l’eau. Et le plus grave : maintenant non seulement on les assassine, mais leur activité se criminalise », souligne Yuti Melini qui, il y a cinq ans a essuyé un attentat qui l’a maintenu environ 10 par jours dans une unité de soins intensifs. Le plus grave est que les organisations environnementalistes n’ont aucun soutien du Gouvernement pour l’accomplissement de leur tâche. « Pendant l’actuel gouvernement, présidé par Otto Pérez Molina, la protestation sociale de défense de la nature a été criminalisée. Que nous défendons l’eau, la vie et nous sommes contre l’industrie minière à ciel ouvert nous sommes considérés des terroristes par ce gouvernement ». En tant, la Fondation pour le Développement et la Conservation de la Nature (Fundaeco), qui opère majoritairement dans la zone des Caraïbes du Guatemala, celle-ci a perdu à sept hommes et essuyé deux attentats dans la dernière décennie, confirme le président-directeur général de l’organisation, Marco Cerezo. Pour l’environnementaliste, le fait que des personnes qui arrivent désarmées essayent de faire respecter la loi dans des zones où l’absence de l’État est séculaire, est gênante pour les contrevenants, habitués à opérer dans l’impunité la plus absolue. Sentiment qui a été augmenté depuis que les maffias du trafic de drogues ont envahi ces zones et ont fait valoir leur potentiel économique énorme et leurs armes. Ainsi, « les petits caudillos qui déboisaient des zones pour la culture de pâtures pour le bétail, se sont transformés potentats, dont les intérêts se rencontrent». La connivence entre des industries qui exploitent l’industrie minière, sans avis de protocoles de respect à la nature, et les autorités guatémaltèques, menace de créer des conflits au-delà de nos frontières. L’archevêque d’El Salvador, José Luis Escobar, a dit à la presse du pays voisin que son gouvernement devrait « faire appel à des organismes internationaux pour résister à la menace qui représente pour les eaux salvadoriennes la mine d’or Cerro Blanco», dans la province guatémaltèque de Jutiapa et la presse dit que le prélat salvadorien a qualifié comme « une aberration juridique et sociale » la pollution que la mine produit dans des eaux de rivières qui, selon des dénonciations, commencent déjà à causer des dommages dans la rivière Lempa et la lagune de Güija, dans le pays voisin.

Page 1 sur 4123...Last »