Archives des catégories :

Chronos-Hebdo

Les déclarations de Donald Trump dénonçant « l’oppression » à Cuba jugées « ridicules »

Les déclarations « ridicules » de Donald Trump selon la télévision d’État cubaine, les excuses de la chaîne TV Globo à Dilma et Lula, le Venezuela sur la liste noire financière des États-Unis, L’enquête sur le président Michel Temer autorisée par la Cour Suprême brésilienne, un procès contre l’ex-dictateur Efraín Ríos, l’enlèvement de Salvador Adame… La semaine a été agitée en Amérique latine !

photo: Flickr

Jeudi 18 mai VENEZUELA – Les États-Unis ont porté un rude coup au camp du président Nicolas Maduro en plaçant sur leur liste noire financière huit membres de la Cour suprême vénézuélienne, accusés d’avoir aggravé la crise politique du pays en affaiblissant l’autorité du Parlement. La Cour suprême a accusé les États-Unis de poursuivre des « intérêts obscurs » pour « prendre le contrôle de la justice » du pays.

Vendredi 19 mai – BRÉSIL – La Cour Suprême a autorisé une enquête visant le président Michel Temer, accusé d’être impliqué dans un vaste réseau de corruption, a indiqué l’agence d’État Agencia Brasil. Le juge Edson Fachin « a décidé d’ouvrir une enquête contre le président Michel Temer », basée sur les confessions d’un chef d’entreprise, Joesley Batista, qui a enregistré le chef d’État donnant son accord pour le versement de pots-de-vin, a précisé l’agence. Michel Temer a ignoré les appels de plus en plus pressants à la démission et a exclu de démissionner. Voir notre article principal.

Samedi 20 mai MEXIQUE – Le journaliste Salvador Adame, propriétaire d’une télévision locale, a été enlevé par des hommes armés dans l’État de Michoacán, a annoncé sa famille, au terme d’une semaine marquée par l’assassinat d’un reporter spécialiste du narcotrafic.

Dimanche 21 mai CUBA – La télévision d’État a qualifié de « ridicules » les déclarations du président Donald Trump dénonçant « l’oppression » dont souffre selon lui le peuple cubain, dans un communiqué publié à l’occasion de la fête de l’indépendance cubaine qui marque la victoire sur les autorités coloniales espagnoles voilà 115 ans.

Lundi 22 mai – BRÉSIL – La chaine TV Globo a dû s’excuser auprès de Lula da Silva et Dilma Rousseff pour avoir diffusé une « fausse information » en affirmant dans le journal télévisé le plus regardé du Brésil que Joesley Batista, propriétaire des plus grands frigos de viande du monde, mis en examen dans le scandale Petrobras, « avait affirmé qu’il avait déposé des pots-de-vin dans deux comptes aux noms des anciens présidents Lula et Rousseff. En fait Batista a dit que cet argent était bien dans un compte à son nom » mais qu’il comptait « le donner aux campagnes de Lula et Rousseff ».

Mardi 23 mai – GUATEMALA – Le Collectif Guatemala informe que la juge du Tribunal de risque majeur A, Claudette Domínguez, a décidé d’ouvrir le procès contre l’ex-dictateur Efraín Ríos Montt pour génocide et crimes contre l’humanité. Pour des raisons de santé (démence sénile), il bénéficiera d’un procès à huis clos et sera représenté par sa fille Zury. S’il y a condamnation, la sentence devra dicter des « mesures de sécurité et de correction » et non une sanction pénale. Selon la juge, en tant que chef d’État de facto et commandant général de l’armée guatémaltèque Ríos Montt était nécessairement au courant des actions réalisées par les militaires sur le terrain.

Guy MANSUY

Assassinat du journaliste mexicain spécialiste du narcotrafic Javier Valdez

Javier Valdez, spécialiste du narcotrafic et pigiste à l’AFP, a été tué par balles lundi à Culiacán dans l’État de Sinaloa, au nord-ouest du Mexique et fief du cartel de Joaquin «El Chapo» Guzman, actuellement incarcéré aux Etats-Unis. Il est le cinquième journaliste tué cette année au Mexique. «Être journaliste c’est faire partie d’une liste noire. Eux vont décider du jour où ils vont te tuer même si tu as du blindage et des gardes du corps», écrivait-il dans son dernier ouvrage «Narcoperiodismo, la prensa en medio del crimen y la denuncia» («Narcojournalisme, la presse entre le crime et la dénonciation»).

Photo: Associated Press

Mercredi 10 mai – ARGENTINE et MEXIQUE –  Des centaines de milliers de manifestants brandissant les foulards blancs des Mères et Grands-Mères de la place de Mai, ont défilé à Buenos Aires contre la décision de la Cour suprême d’alléger la peine d’un ancien tortionnaire de la dictature militaire (1976-1983). Les députés et les sénateurs ont adopté une loi limitant la portée de cette décision : les auteurs de crime contre l’humanité ne pourront pas bénéficier de réductions de peine. À Mexico, plusieurs centaines de femmes ont défilé dans les rues à l’occasion de la fête des mères pour exiger des autorités qu’elles retrouvent leurs enfants disparus. « Où sont nos disparus? », pouvait-on lire sur une pancarte brandie par une manifestante dans le centre de la capitale.

Jeudi 11 mai – VENEZUELA –  Le gouvernement a accusé les États-Unis de financer des « groupes violents » de l’opposition, alors que se multiplient depuis début avril les manifestations hostiles au président socialiste Nicolas Maduro.

Vendredi 12 mai – AMÉRIQUE CENTRALE –   Les mouvements migratoires en provenance du Salvador, du Guatemala et du Honduras vers le Mexique et les États-Unis doivent être considérés comme une « crise humanitaire« , a alerté Médecins sans frontières (MSF) dans un rapport. L’ONG demande aux gouvernements mexicain et nord-américain de mettre « rapidement » en application des mesures de protection légale.

Samedi 13 mai –  ÉQUATEUR –  Plus de cinq tonnes de cocaïne, dissimulées dans un navire battant pavillon panaméen et destinées aux États-Unis ainsi qu’à l’Europe, ont été saisies et  20 personnes appartenant à un réseau international de narcotrafiquants, ont été arrêtées.

Dimanche 14 mai – ARGENTINE –   Gustavo Arribas, le chef des services secrets argentins, est de nouveau sur la sellette : ce ne serait pas 600 000 dollars de pots-de-vin qu’il aurait reçus de la firme brésilienne Odebrecht à distribuer à diverses personnalités argentines corrompues, mais plus 850 000 ! Arribas dément et le président Macri le soutient.

Lundi 15 mai –  MEXIQUE   Assassinat du journaliste Javier Valdez, auteur de la chronique Malayerba de l’hebdo Riodoce, à Culiacán. En 2011, il avait reçu le Prix international de la Liberté de la Presse à New York. Pour la journaliste Sara Rafsky, sa traductrice, « Il était un parmi les plus courageux… qui avaient découvert qu’ils étaient devenus correspondants de guerre dans leur propre pays ». Pour le journaliste péruvien Gustavo Gorriti« Tuer un journaliste, c’est effacer la voix des autres, la mémoire de beaucoup, la narrative de leurs tragédies… Ceux qui permettent l’impunité de ces crimes (police, État, Congrès…) sont complices de ces assassinats… »

Mardi 16 mai  – ARGENTINE et CHINE –  En déplacement en Chine, le président Mauricio Macri annonce comme une victoire la signature d’un contrat portant sur la construction de deux centrales nucléaires par la Chine en Argentine. Sauf que ce contrat avait déjà été conclu par sa prédécesseure Cristina Fernandez.  La ministre des Affaires étrangères, Susana Malcorra, reconnait qu’il s’agit en fait d’une « confirmation » car il faut que « l’Argentine se montre prévisible et donne confiance à la Chine, un partenaire stratégique »

Mercredi 17 mai – BRÉSIL –   Le président Michel Temer a été filmé alors qu’il donne son accord à la remise par l’entreprise JBS Friboi de pots-de-vin pour des valeurs de plusieurs centaines de milliers de dollars devant acheter le silence de l’ancien président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha (condamné à 15 ans de prison pour corruption). L’opposition réclame la destitution du président.

Jeudi 18 mai – BOLIVIE –  Prélever des carottes dans les glaciers les plus exposés au changement climatique et les stocker dans le plus grand congélateur du monde, en Antarctique, pour les scientifiques des générations futures : c’est la mission d’Ice Memory, vaste programme international de sauvegarde. Après le Mont-Blanc en 2016, la deuxième expédition, déjà à pied d’œuvre, se prépare pour un mois physiquement difficile sur le glacier de l’Illimani, en Bolivie, à 6.400 m d’altitude.

Guy MANSUY et Maud REA

El Salvador est devenu le premier au monde à interdire les mines de métaux sur son territoire !

Mercredi 26 avril VENEZUELA |   En pleine crise, le pays a annoncé son retrait de l’Organisation des États américains (OEA), accusée « d’ingérence » par le gouvernement du président Nicolas Maduro. De son côté, Luis Almagro, l’un des plus critiques à l’international envers M. Maduro, avait annoncé à diverses reprises vouloir invoquer la charte démocratique de l’organisme pour obtenir la suspension de Caracas de l’OEA. L’opposant Henrique Capriles accuse le président Maduro « d’avoir ordonné l’extermination du peuple vénézuélien ».

Jeudi 27 avril | AMÉRIQUE LATINE |  L’agence d’information ALAI a 40 ans ! La Agencia Latino-americana de Información (ALAI) est née à Montréal au Canada en 1977 comme « un pilier pour une démocratie digne de ce nom avec participation effective des divers acteurs historiquement exclus » par des journalistes latino-américains « voulant affronter le défi d’un manque d’information et de la désinformation  existantes en Amérique latine comme dans le reste du monde » sur ce continent.

Vendredi 28 avril EL SALVADOR | Suite à un conflit entre l’Etat et les multinationales Oceana Gold (Australie) et Pacific Rim (Canada) gagné par Le Salvador devant les instances de la Banque mondiale, le pays est devenu le premier au monde à interdire les mines de métaux sur son territoire ! « Ni prospection, ni exploration ni extraction » ne seront autorisées, tant pour les mines de métaux à ciel ouvert que souterraines. Les entreprises minières auraient pollué presque toutes les eaux du pays.

Samedi 29 avril  |ARGENTINE Le président Mauricio Macri a inauguré une usine de construction de tuyaux d’acier de l’entreprise argentine Techint au … Texas ! Elle en profite pour fermer son usine en Argentine… Les syndicats soulignent que cela fera perdre 3 000 emplois en Argentine. Techint souligne que cela génèrera 600 emplois aux États-Unis.

Dimanche 30 avril | VENEZUELA |   Le pape François a assuré, dans l’avion qui le ramenait d’Égypte, que le Saint-Siège était disposé à intervenir comme « facilitateur » face à la crise, mais « avec des conditions claires« . Huit pays d’Amérique latine, dont le Brésil et l’Argentine, ont apporté leur soutien à la proposition du pape François.

Lundi 1er mai | AMÉRIQUE LATINE |  Travailleurs et syndicats défilent partout en Amérique latine. Parmi les principales revendications : la défense des droits acquis face au rouleau compresseur du néo-libéralisme.

Mardi 2 mai CHILI On apprend que la ville de San Antonio a décoré le Régiment Tejas Verdes installé en bordure de la ville soulevant ainsi l’indignation des organisations de défense des droits humains. Tejas Verdes a été un centre de tortures d’où ont disparu des dizaines de prisonniers politiques de la dictature du général Pinochet. Le chef de Tejas Verdes était le colonel Manuel Contreras que Pinochet mettra à la tête de la DINA, sa police secrète.

Guy MANSUY

 

Le bateau de l’ONG Women on Waves, positionné face à l’État de Guerrero, sur la côte Pacifique, est arrivé pour proposer des avortements médicamenteux gratuits

Mardi 18 avril | CHILI |  La Cour d’appel de Santiago a ordonné la mise en liberté pour « démence sénile » de Edgar Ceballos Jones, condamné pour avoir torturé à mort le général Alberto Bachelet, père de la présidente Michelle Bachelet, lors du coup d’Etat de 1973.

Mercredi 19 avril | COLOMBIE |  Au moins onze personnes sont mortes et vingt ont disparu lors de glissements de terrain dus à de fortes pluies à Manizales (centre), moins de trois semaines après la gigantesque coulée de boue qui a dévasté Mocoa, faisant 323 morts.

Jeudi 20 avril | VENEZUELA |  L’opposition  appelle à de nouvelles manifestations contre le président Nicolas Maduro, au lendemain de vastes rassemblements au cours desquels trois personnes ont été tuées dont un militaire.

Vendredi 21 avril | COLOMBIE |  Amnesty International dénonce une « vague d’assassinats » d’indigènes, ce qui selon l’ONG, « génère de sérieux doutes » sur l’efficacité des mesures appliquées par le gouvernement dans le cadre de l’accord de paix signé avec la guérilla des FARC.

Vendredi 21 avril | MEXIQUE |  Le bateau de l’ONG Women on Waves, positionné face à l’État de Guerrero, sur la côte Pacifique, est arrivé pour proposer des avortements médicamenteux gratuits et contrer ainsi une législation restrictive en la matière, a informé l’organisation néerlandaise. L’ONG considère que « l’accès à un avortement sûr est avant tout une question de justice sociale » en Amérique latine, particulièrement depuis la crise du Zika.

Samedi 22 avril | VENEZUELA |  Vêtus de blanc et en silence, plusieurs milliers d’opposants au président Nicolas Maduro ont défilé pour exprimer leur colère et rendre hommage aux vingt morts des trois semaines de manifestations en faveur d’élections anticipées. Neuf d’entre eux sont morts électrocutés lors du pillage d’un magasin. L’opposition annonce un « blocage national » des routes du pays dès lundi pour accentuer la pression sur le président qui a lancé un appel au dialogue.

Dimanche 23 avril |PÉROU-SUISSE |  Les présidents Pedro Pablo Kuczynski du Pérou et Doris Leuthard de Suisse, ont signé des accords concernant l’exploitation minière responsable, l’amélioration des finances publiques et le changement climatique afin de consolider les liens politiques, économiques, commerciaux et culturels entre les deux pays.

Lundi 24 avril | ARGENTINE |  Les grand-mères de la Place de Mai annoncent la découverte du petit-fils numéro 122 dont l’identité n’a pas encore été révélée. Il est le fils de Iris Garcia et d’Enrique Bustamante. Les deux parents sont toujours disparus. Plus de 500 enfants nés de mères prisonnières politiques durant la dictature ont été volés et donnés à des militaires ou des policiers, la mère ayant été ensuite exécutée et « portée disparue », en général jetée à la mer depuis des avions militaires.

Mardi 25 avril | CHILI | Décès de Agustín Edwards, propriétaire du journal chilien El Mercurio. Il  avait été le principal opposant médiatique à l’Unité Populaire de Salvador Allende (le journal avait reçu des centaines de milliers de dollars de la CIA) et un grand soutien médiatique  du général Pinochet pendant les 17 ans de la dictature. Un documentaire, El diario de Agustín, relate les bons rapports entre Edwards, El Mercurio et Pinochet. Sur l’affiche du film apparait l’inscription « El Mercurio miente » (le Mercurio ment), posé par les étudiants sur la façade de l’Université catholique de Santiago.

Photo : Womenonwaves

Guy MANSUY

Le juge du Tribunal suprême fédéral ouvre une enquête contre 108 personnalités brésiliennes

Mercredi 12 avril | BRÉSIL | Le scandale Petrobras a secoué de plus belle la politique avec le feu vert de la Cour suprême pour l’ouverture d’enquêtes visant notamment neuf ministres du gouvernement du président Michel Temer. Cette décision fait l’effet d’une véritable bombe : 108 personnalités politiques de premier plan, y compris des dizaines de députés et sénateurs, figurent sur une liste de personnes protégées par une immunité, dressée par Edson Fachin, juge du Tribunal suprême fédéral (STF), la plus haute juridiction du pays.

Jeudi 13 avril | HAÏTI | Le Conseil de sécurité de l’Organisation de Nations Unies décidé de mettre fin à treize ans de présence des Casques bleus, pour les remplacer par une force de police plus restreinte.

Vendredi 14 avril | MEXIQUE |  Le journaliste Maximino Rodriguez Palacios, spécialisé dans les faits divers a été abattu, portant à quatre le nombre de reporters tués depuis début mars dans l’un des pays le plus dangereux au monde pour les médias.

Samedi 15 avril | MEXIQUE |  Le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, au pouvoir) est rattrapé par les scandales. Soupçonné de corruption, l’ex-gouverneur de Veracruz, Javier Duarte, a été arrêté au Guatemala.  C’est le deuxième ex-gouverneur issu du PRI, arrêté en moins d’une semaine après l’arrestation à Florence en Italie, de Tomas Yarrington, ex-gouverneur de l’Etat de Tamaulipas (nord-est). Des scandales de corruption qui mettent à mal les promesses de renouveau du président Enrique Peña Nieto.

Dimanche 16 avril | ÉQUATEUR |   Le Conseil national électoral (CNE) a annoncé qu’il allait recompter 12 % des bulletins de vote du second tour des élections présidentielles suite à une plainte du perdant, Guillermo Lasso, devant le gagnant, Lenín Moreno, qu’il a accusé de fraude. Moreno a accepté le recomptage pour prouver qu’il a gagné cette élection de manière légitime. Après recomptage, le CNE confirme la victoire de Moreno avec 51,15 % des voix.

Lundi 17 avril | BRÉSIL |   Le président de fait Michel Temer reconnait que la destitution de la présidente Dilma Rousseff est bien due à l’esprit de vengeance de l’ancien président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha, et non pour sa soi-disant mauvaise gestion du budget national. D. Rousseff demandera l’annulation du procès qui l’a destituée. Cunha a été condamné à 15 ans de prison pour corruption.

Mardi 18 avril | ARGENTINE |  Décès de Carlos Slepoy, l’avocat argentin à l’origine du procès contre Pinochet à Londres, et avocat des familles des victimes du franquisme en Espagne. Voir notre article principal.

Photo : Carta capital

Guy MANSUY

VENEZUELA : Un des leaders de l’opposition privé de ses droits civiques, pendant quinze ans

Photo : Talcual

Mercredi 5 avril ǀ MEXIQUE ǀ    Le quotidien Norte de Ciudad Juarez, dont une journaliste, Miroslava Breach, qui collaborait également au quotidien national La Jornada, a été assassinée, a décidé de fermer son édition en ligne pour raisons de sécurité, quelques jours après avoir renoncé à sa version papier.

Jeudi 6 avril ǀ URUGUAY ǀ   Le pays deviendra en juillet le premier pays au monde à vendre en pharmacies du cannabis, produit sous contrôle de l’État et pour un usage récréatif, ont annoncé les autorités. Cette drogue douce sera commercialisée au prix de 1,30 dollar le gramme, chaque consommateur pouvant en acheter au maximum 10 grammes par semaine.

Jeudi 6 avril ǀ ARGENTINE ǀ   Arrivé au pouvoir il y a seize mois, Mauricio Macri n’est pas parvenu à redresser l’économie et doit faire face à sa première grève générale lancée par la Confédération générale du travail (CGT), contre la politique de rigueur du gouvernement. La manifestation rassemblera également la Centrale des travailleurs argentins (CTA), qui regroupe les employés publics et les enseignants, et des organisations sociales de gauche.

Vendredi 7 avril  ǀ COLOMBIE ǀ   De 37 à 52 années de prison pour 21 militaires qui faisaient partie d’un réseau organisant des « faux positifs » : ils convainquaient des jeunes gens de se diriger vers un endroit où ils trouveraient du travail, les exécutaient et les présentaient comme des guérilleros morts au combat, de façon à bénéficier d’avantages financiers.

Samedi 8 avril ǀ VENEZUELA ǀ   Des heurts avec les forces de l’ordre ont à nouveau éclaté à Caracas lors d’une manifestation qui a rassemblé des milliers d’opposants au président Nicolas Maduro, la quatrième en une semaine dans ce pays en pleine crise politique et économique. Le chef de l’opposition, Henrique Capriles Radonski, gouverneur de l’État de Miranda et deux fois candidat à la présidence de la République, a accusé la Cour des comptes de l’avoir privé de ses droits politiques pendant quinze ans. Le motif invoqué est la reconduction du budget de son gouvernorat.

Dimanche 9 avril  ǀ ARGENTINE ǀ   Informations contradictoires sur la santé économique du pays. D’un côté, le FMI (Fonds monétaire international) estime que « les politiques de libre marché adoptées par l’Argentine fonctionnent et devraient mener à une récupération économique ». De l’autre côté, l’INDEC (Institut argentin des statistiques) annonce que, suite à l’augmentation importante des tarifs des services (eau, gaz, électricité, transports), 30 % de la population ne gagnent plus assez pour acheter le panier ménager de base. La pauvreté touche 13 des 44 millions d’Argentins, soit 32,9 % de la population, selon les statistiques de l’université catholique argentine.

Lundi 10 avril  ǀ PARAGUAY ǀ    Un amendement à la Constitution pour autoriser la réélection d’anciens présidents déchire les partis politiques et provoque une crise institutionnelle. Plusieurs sénateurs ont formé un « sénat parallèle » favorable à la modification de la Constitution, y compris les deux derniers présidents Fernando Lugo et Nicanor Duarte, ainsi que l’actuel Horacio Cartes. 77 % des citoyens se disent opposés à cet amendement.

Mardi 11 avril  ǀ CHILI ǀ   Surprise : le Comité central du PS chilien a choisi le journaliste Alejandro Guillier pour le représenter lors des primaires internes de la coalition Nueva Mayoria (ex-Concertation, centre gauche) en vue des élections présidentielles de novembre. L’ancien président Ricardo Lagos (PPD, Parti pour la démocratie) renonce à se présenter. Voir notre article principal. 

Guy MANSUY

Le triste et grave drame de Mocoa, dans la province de Putumayo, en Colombie. Un bilan lourd en victimes

Photo : Wordpress

Mercredi 29 mars ǀ VENEZUELA ǀ  Les parlementaires, majoritairement d’opposition, ont été privés de leur immunité par la Cour suprême. Les anti-chavistes exigent des élections anticipées et accusent le président Nicolas Maduro de conduire le pays à la « catastrophe ». Une pluie de critiques internationales s’est abattue sur le président, accusé de « coup d’État » après la décision de la Cour suprême qui accuse des députés de « trahison à la patrie ». L’Organisation des États américains (OEA) s’inquiète de la démocratie à Caracas

Jeudi 30 mars ǀ COLOMBIE ǀ  « Entre le 1er janvier 2016 et le 1er mars 2017, il y a eu 156 homicides, cinq disparitions forcées et 33 attentats« , a précisé le service du Défenseur du Peuple, organisme public de protection des droits de la personne, Carlos Negret, en présentant un rapport. « L’une des principales causes du phénomène est la prétention de groupes armés illégaux à occuper les régions dont se retirent les FARC, pour prendre le contrôle des économies illicites qui ont financé la guerre« ,

Vendredi 31 mars ǀ PARAGUAY ǀ  Un projet controversé d’amendement constitutionnel qui permettrait la réélection du président du Paraguay – Horacio Cartes – a suscité des heurts entre la police et des manifestants qui ont envahi le bâtiment du Congrès. Les violences ont fait une trentaine de blessés, dont trois parlementaires.

Samedi 1 avril  ǀ COLOMBIE ǀ   Au moins 250 personnes ont trouvé la mort, 202 ont été blessées et près de 220 sont portées disparues après une coulée de boue due à de fortes pluies entraînant la  crue de trois fleuves qui a frappé la ville de Mocoa, province de Putumayo, dans le sud, a annoncé la Croix Rouge. La déforestation au profit des cultures d’huile de palme pointée du doigt.

Lundi 3 avril ǀ ÉQUATEUR ǀ  Lors du deuxième tour, après le dépouillement de plus de 97% des scrutins, le candidat de gauche, dauphin de Rafael Correa, Lenin Moreno semble avoir remporté l’élection présidentielle, avec 51% des votes, contre 49% à son adversaire le conservateur Guillermo Lasso qui n’a pas reconnu sa défaite et exigera un recomptage des voix. Pour l’heure il demande à ses partisans de descendre dans la rue pour empêcher une « fraude« .

Mardi 4 avril ǀ BRÉSIL ǀ   Eduardo Cunha, ancien président de la Chambre des députés et principal instigateur de la destitution de Dilma Rousseff, a été condamné à 15 ans de prison pour corruption. Voir notre article principal.

Guy MANSUY

Pour sa découverte de la première étoile naine brune, l’astronome chilienne a reçu le prix L’Oreal-Unesco

Photo : Radio Chile

Mercredi 15 mars ǀ BRÉSIL ǀ   Le procureur général de la République, Rodrigo Janot, a demandé à la justice d’enquêter sur 83 responsables politiques dont les noms figurent dans les aveux des directeurs d’Odebrecht, le géant du bâtiment impliqué dans un scandale de pots-de-vin. La liste contient les noms de dizaines de politiciens dont cinq ministres actuels, six sénateurs et deux anciens présidents, Luiz Inacio Lula da Silva et Dilma Rousseff.

Jeudi 16 mars ǀ COLOMBIE ǀ   Le Sénat  a approuvé une réforme constitutionnelle créant un système judiciaire pour juger les crimes du conflit armé interne (JEP), conformément à l’accord signé avec la guérilla des FARC. Le dispositif comprend une commission pour la vérité, une unité pour la recherche des personnes disparues et une juridiction spéciale pour la paix. La JEP disposera de 51 magistrats colombiens, assistés de 18 experts internationaux. Le gouvernement a annoncé que les guérilleros des Farc remettront sous peu environ 14 000 armes aux Nations Unies, dans le cadre de l’accord de paix conclu en novembre avec Bogotá.

Vendredi 17 mars ǀ MEXIQUE ǀ   La renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) voulue par le président états-unien Donald Trump devra se faire de façon trilatérale, ont averti le ministre de l’Économie mexicain, Ildefonso Guajardo, et le ministre canadien du Commerce international, François-Philippe Champagne, après leur réunion à Mexico. Par ailleurs, la tribu des Tohono O’Odham, dont le territoire s’étend par-delà la frontière avec les États-Unis, va déposer plainte avec l’appui du gouvernement contre le projet de mur frontalier de Donald Trump.

 Samedi 18 mars 17 ǀ  CUBA-COLOMBIE ǀ    Au titre de sa contribution concrète aux accords de paix entre le gouvernement colombien et les Farc, Cuba a offert mille bourses d’études de médecine, 500 pour le gouvernement et 500 pour les Farc.

 Dimanche 19 mars ǀ PÉROU ǀ  Selon l’Institut national de défense civile (INDECI), les pluies diluviennes causées par El Niño qui s’abattent depuis plusieurs jours sur le pays, ont provoqué inondations, avalanches et coulées de boue, dont le bilan s’établissait à 75 morts et à plus de 625 000 autres personnes affectées par ces intempéries, dont 70 000 qui ont perdu leur domicile. Le nord  n’a pas connu une telle situation depuis la fin des années 1990.

Lundi 20 mars ǀ BRÉSIL ǀ   Nouveau scandale : deux des plus gros exportateurs de viande au monde, livraient des stocks de viandes ayant dépassé la date de péremption, traités par des injections de produits chimiques, vendus au Brésil comme à l’étranger. L’affaire implique des multinationales du secteur et des inspecteurs du ministère de l’Agriculture chargés de délivrer les certificats sanitaires qui ont signé sans regarder, moyennant des pots-de-vin. L’UE, la Chine, le Chili et la Corée ont fermé leurs frontières aux viandes brésiliennes portant un coup dur à l’économie du pays, premier exportateur mondial de viande bovine et de poulet.

Mardi 21 mars ǀ PÉROU-NASA ǀ   Des scientifiques péruviens collaborent avec la NASA pour développer une pomme de terre génétiquement modifiée pouvant être cultivée sur la planète Mars. En corolaire, cette « patate martienne » pourrait également être cultivée par des petits producteurs vivant dans des zones arides…

Mercredi 22 mars ǀ ARGENTINE ǀ   Des centaines de milliers d’enseignants et de parents d’élèves ont empli la Plaza de Mayo devant le Palais présidentiel pour exiger du gouvernement « qu’il respecte les lois votées par le Congrès et qu’il convoque la paritaire fédérale ». Ces paritaires (des tables de négociation) discutent des salaires minimum des enseignants et des moyens de payer les salaires dans des régions pauvres. Les manifestants arboraient des panneaux du genre « 10 années de boulot pour 10 752 pesos – Panier de base officiel 13 376 pesos ! »

Jeudi 23 mars ǀ CHILI-FRANCE ǀ    « Pour sa découverte de la première étoile naine brune et ses travaux pionniers sur les étoiles de faible luminosité et les naines blanches » (un corps céleste à mi-chemin entre étoile et planète), l’astronome chilienne Maria Teresa Ruiz a reçu le Prix Femmes de science attribué par la Fondation L’Oréal et soutenu par l’Unesco. Une gigantesque affiche soulignant ce Prix a été placée dans les couloirs de l’aéroport de Roissy. M.T. Ruiz est présidente de l’Académie des Sciences du Chili.

Vendredi 24 mars ǀ ARGENTINE ǀ    Des centaines de milliers de personnes marchent dans les rues du pays pour rappeler la date du coup d’État militaire de 1976. Une différence avec les années précédentes : le gouvernement conservateur de Mauricio Macri, non seulement n’a participé à aucune manifestation populaire mais s’efforce de faire revivre la théorie « des deux démons », mettant dos à dos dictature militaire et opposants. Voir notre article principal.

Samedi 25 mars ǀ PÉROU ǀ  Le pasteur évangélique Ricardo Medina sait pourquoi le pays a subi d’énormes inondations qui ont provoqué 78 morts, 72 000 sinistrés et d’innombrables dévastations : rien à voir avec le phénomène atmosphérique El Niño, dit-il, mais « avec la politique du genre qui veut homosexualiser nos enfants que le ministère de l’Éducation va instaurer dans les écoles, Dieu nous prévient ainsi que si nous persistons dans cette voie, ce sera pire »…

Dimanche 26 mars ǀ EL SALVADOR ǀ    Les Salvadoriens se souviennent : ce jour, en 1980, un franc-tireur de la dictature militaire assassinait l’évêque Oscar Romero, le défenseur des pauvres, en pleine messe …

Lundi 27 mars ǀ  CHILI ǀ   Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté hier contre le système des AFP (les Administrations de Fonds de pension privés) qui obligent les travailleurs chiliens à leur donner 10% de leur salaire qu’elles investissent alors dans les marchés de capitaux à leur seul profit. Ce système, imposé par le général Augusto Pinochet, fut créé en 1981 par son ministre José Piñera, frère de Sebastián Piñera, candidat présidentiel aux élections de fin d’année 2017.

Mardi 28 mars  ǀ MEXIQUE ǀ   « On ne tue pas la vérité en tuant des journalistes ! », ont scandé des centaines de professionnels de la presse et des médias mobilisés, à Mexico et dans sept autres villes,  après l’assassinat de Miroslava Breach, 54 ans. C’est le troisième meurtre de journalistes en mars, dans le pays le plus dangereux du continent américain pour la profession. Il s’agit du 103e journaliste assassiné depuis 2000 ; vingt-trois autres sont toujours portés disparus.

Guy MANSUY

En Colombie : Il y a deux assassinats par semaine de défenseurs des droits humains

Photo : Asokinchas

Mercredi 8 mars  ǀ AMÉRIQUE LATINE ǀ  La Marche mondiale des femmes a rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes dans toute l’Amérique latine avec des revendications historiques et  nouvelles. Voir notre article principal.

Mercredi 8 mars ǀ PÉROU ǀ  Depuis le début de l’année, 43 personnes ont perdu la vie  et près de 550 000 ont été touchées, 6522 maisons se sont effondrées et 814 km de routes ont été détruits, selon les chiffres de l’Institut national de la défense civile (Indeci), victimes des conditions météorologiques provoquées par un El Niño. La température maximale de l’eau le long des côtes a grimpé de 6 degrés, atteignant les 27 degrés dans le nord.

Jeudi 9 mars  ǀ GUATEMALA ǀ  L’indignation était vive après la mort de 38 adolescentes dans l’incendie d’un foyer pour mineurs situé à San José Pinula, à 10 kilomètres à l’est de la capitale Ciudad Guatemala. Ce centre est par ailleurs aussi dénoncé pour des mauvais traitements et des abus sexuels. Il semble que les pensionnaires sont soupçonnées d’avoir elles-mêmes provoqué la tragédie en mettant le feu à des matelas.

Vendredi 10 mars  ǀ HONDURAS ǀ  La population vote pour désigner les candidats à l’élection présidentielle de novembre prochain. Juan Orlando Hernández, actuel président, se représente pour le Parti National alors que la Constitution interdit deux mandats successifs. Un décret de la Cour suprême, considéré comme illégal par des opposants, l’a autorisé à se présenter.

Samedi 11 mars  ǀ CHILI ǀ  Ángel Parra, chanteur, romancier et musicien, reconnu comme une Figure fondamentale de la musique chilienne, est décédé à Paris  à l’âge de 73 ans des suites d’un cancer alors qu’il participait activement avec sa famille à l’Année du Centenaire de Violeta Parra, sa mère.

Dimanche 12 mars  ǀ HAÏTI ǀ   Un autobus a foncé dans une foule de musiciens de rue dans la ville de Gonaïves, à environ 150 km au nord-ouest de Port-au-Prince, tuant 38 personnes au total et en blessant 13 autres.

Lundi 13 mars  ǀ COLOMBIE ǀ    La dirigeante sociale Ruth Alicia López a été tuée de huit balles. Il y a deux assassinats par semaine de défenseurs des droits humains. Depuis le début de l’année 2017, plus de 30 dirigeants sociaux, communautaires, défenseurs de la paix et des droits humains ont été assassinés en Colombie. Depuis le 1er janvier 2016, ils sont 120 ! Pour le ministère de la Défense et le Procureur général, « il ne s’agirait que de crimes passionnels ou de vengeance car le paramilitarisme n’existe plus ». Or il s’agit souvent de personnes ayant soutenu le processus des accords de paix dans des régions contrôlées par les paramilitaires qui ont bel et bien investi les zones évacuées par les FARC.

Mardi 14 mars  ǀ MEXIQUE ǀ  De janvier 2013 à janvier 2017, il y a eu 90 694 assassinats liés au crime organisé. Selon les analystes, c’est depuis la « déclaration de guerre » contre la drogue du président Felipe Calderón en 2007 que les exécutions ont subi une hausse exponentielles. Plusieurs ONG demandent à ce que la marijuana soit légalisée pour stopper les guerres internes entre mafias locales.

Guy MANSUY

Edgar Gutiérrez personnalité de la semaine du 1er au 7 mars 2017

Mercredi 1 mars  ǀ COLOMBIE ǀ  Le désarmement des FARC débute  avec un inventaire de 30 % des armes. Ces armes passeront ensuite sous contrôle des Nations unies. La mission des Nations unies a assuré être « en état » de terminer le processus de désarmement des FARC d’ici la fin mai, comme l’accord signé entre la guérilla marxiste et le gouvernement le prévoit.

Jeudi 2 mars ǀ  GUATEMALA ǀ  L’ancien ministre des Relations extérieures, Edgar Gutiérrez, divise la montée du crime organisé au Guatemala en trois étapes. La première, l’étape « prédatrice » (1996 à 2000), lorsque les bandes criminelles voulant conquérir un territoire affrontent d’autres groupes ou les forces de l’ordre. La seconde, l’étape « parasitaire » (2002 à 2012) : la grosse violence est remplacée par la corruption des politiciens et de la police. La troisième, l’étape « symbiotique » (à nos jours) : le crime organisé et le pouvoir politique se bénéficient l’un l’autre jusqu’aux plus hauts niveaux de l’État.

Vendredi 3 mars  ǀ HAÏTI ǀ  René Préval, dit « Ti René », ancien président d’Haïti, est mort, à 74 ans, d’un accident cardio-vasculaire. Il a dirigé le pays de la Caraïbe de 1996 et 2001, puis de 2006 à 2011. C’est le seul dirigeant, depuis la fin de la dictature des Duvalier en 1986, à avoir achevé ses deux mandats sans subir de coup d’État ou devoir partir en exil. Son successeur fut Michel Martelly de 2011 à 2016.

Samedi 4 mars ǀ MEXIQUE ǀ   Suite à la décision du président Donald Trump de vouloir renégocier le traité de libre-échange de l’Amérique du Nord (ALENA), le ministre de l’Economie du Mexique, Ildefonso Guajardo, a déclaré que le traité devait être négocié au bénéfice des trois partenaires (USA, Canada et Mexique), et qu’il quitterait la table si les USA voulaient imposer des taxes sur les produits mexicains.

Dimanche 5 mars  ǀ ALBA-TCP ǀ   Fin du XIVe Sommet extraordinaire de l’ALBA-TCP, l’Alliance bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique–Traité de commerce des peuples. La déclaration finale du bloc politico-économique composé de 12 pays appelle « à avancer dans la construction d’une Amérique indépendante et souveraine face à une nouvelle offensive des forces conservatrices dans la région ».

Lundi 6 mars  ǀ ARGENTINE ǀ   Face aux énormes augmentations des services publics (eau, gaz, électricité, etc.), les cinq syndicats nationaux d’enseignants ont entamé une grève de 48h par une marche des enseignants devant le ministère de l’Éducation. Ils demandent une augmentation des salaires pour simplement ne pas tomber en-dessous du seuil de pauvreté. La marche a occupé la rue sur 20 pâtés de maison. D’autre part, le président Mauricio Macri est accusé de conflits d’intérêts par la justice. Voir notre article principal.

Mardi 7 mars  ǀ MEXIQUE-ÉTATS-UNIS ǀ   Le Département de Sécurité Nationale des États-Unis a lancé l’appel d’offres aux entreprises intéressées à la construction du mur entre les deux pays. Selon CNN, il y aurait déjà 300 postulants. Le mur devra être construit en deux ans, tenir 12 m de haut et truffé de miradors, caméras, drones, etc. On pense qu’il pourrait coûter de 10 à 15 milliards de dollars.

Guy MANSUY

Page 1 sur 17123...Last »