Archives des catégories :

Pérou

Le célèbre acteur Salvador del Solar devient Premier ministre du Pérou

Ce lundi 11 mars, le président du Pérou, Martín Vizcarra, a nommé le célèbre acteur Salvador del Solar au poste de Premier ministre, en remplacement de César Villanueva, dont il a accepté la démission le vendredi 8 mars. Salvador del Solar change donc de registre, et va diriger le deuxième gouvernement de Vizcarra, qui fêtera sa première année au pouvoir le 23 mars prochain.

Photo : Tele Sur

M. Villanueva a officiellement donné sa démission pour des raisons personnelles. La version officieuse veut qu’il ait été vivement critiqué par le président Vizcarra pour son voyage effectué fin février au Portugal et en Espagne, où il assistait à des manifestations culturelles, pendant que des pluies abondantes ravageaient des maisons, des ponts et des routes dans des dizaines de villes péruviennes.

Au Pérou, il est habituel que les présidents renouvellent leur gouvernement lorsque leur cote de popularité baisse, et Vizcarra a chuté de sept points en mars (56% de satisfaits, selon un sondage de la firme Datum International).

Salvador del Solar est né le 1er mai 1970 à Lima. Il a étudié au Colegio Santa María Marianistas de Lima, et a obtenu son diplôme d’avocat à l’université Pontificale Catholique du Pérou en 1994. Il a également obtenu une maîtrise en relations internationales à l’université de Syracuse, dans l’État de New York.

Il a été nommé ministre de la Culture par Pedro Pablo Kuczynski en 2016, mais a démissionné fin 2017, après que Kuczynski a accordé la grâce à l’ancien président Alberto Fujimori, qui purgeait une peine de 25 ans d’emprisonnement pour crimes contre l’humanité (quelques mois plus tard, un juge a annulé la grâce et Fujimori est retourné en prison).

Mais Salvador del Solar est surtout connu au Pérou pour sa carrière d’acteur et de réalisateur. Il a joué dans de nombreux films péruviens ou colombiens, téléfilms et séries, la plus célèbre d’entre elles étant Narcos, diffusée par Netflix. Il a réalisé en 2015 le film Magallanes, inspiré du roman La Pasajera de l’écrivain péruvien Alonso Cueto, qui a été nominé aux Goya Awards en Espagne dans la catégorie du meilleur film ibéro-américain, et a été récompensé dans différents festivals. Ce film est un amer portrait des ravages du conflit armé interne qui a secoué le Pérou dans les années 1980 et 1990 entre le groupe terroriste Sendero Luminoso et les forces armées.

Même si aucun changement majeur n’est attendu dans la politique générale du gouvernement, que peut-il apporter ?

Del Solar sait que sa force est d’être un bon communicant et il veut l’exploiter au maximum. Il a la réputation d’être un homme de dialogue, engagé dans la lutte contre la discrimination et favorable au modèle économique qui favorise les partenariats public-privé.

Il a déclaré sur Canal N qu’il voulait «reprendre une pratique devenue très difficile dans le pays qui consiste à dialoguer, à écouter et à mieux communiquer quels sont les problèmes et les défis». Il a également ajouté qu’il fallait «continuer à nettoyer la maison et à mettre fin à la corruption».

D’autre part, le nouveau gouvernement Vizcarra se distingue par sa parité, et pour la première fois, un des ministres est ouvertement homosexuel. Il est de tradition au Pérou que tous les ministres mettent leur poste à la disposition du président, qui peut ainsi les confirmer ou les remplacer, à l’occasion du changement du Premier ministre.

Le nouveau gouvernement est donc composé de neuf femmes et neuf hommes, alors que le précédent ne comptait que cinq femmes parmi les 18 postes. «Pourquoi est-il important qu’il y ait neuf femmes dans un gouvernement mixte au Pérou? Parce qu’il est important que nos filles grandissent en sachant qu’elles peuvent incarner l’autorité, puisque depuis des siècles les hommes pensent que l’autorité leur revient, et qu’il est encore difficile pour nous de respecter les femmes dans notre société», a souligné Del Solar dans son entretien avec Canal N.

Le Premier ministre du Pérou se présente comme un homme politique centriste, favorable aux accords de libre-échange et également aux «efforts déployés par la Commission Vérité et Réconciliation (sur le terrorisme subi au Pérou entre 1980 et 2000), dans le respect des droits de l’homme».

En tant que Premier ministre, ou officiellement président du Conseil des ministres, Del Solar devient le porte-parole du gouvernement péruvien et sera chargé de la coordination entre les membres du gouvernement. En outre, il prendra en charge les relations de l’exécutif avec les autres pouvoirs de l’État. Peut-être travaille-t-il déjà son meilleur rôle au Pérou.

Catherine TRAULLÉ

Le Pérou signe un accord de collaboration judiciaire avec l’entreprise brésilienne Odebrecht

La signature d’un accord de collaboration judiciaire entre l’entreprise brésilienne Odebrecht et les procureurs Rafael Vela, José Domingo Pérez, Jorge Ramírez et Silvana Carrión, en charge de l’affaire Lava Jato, s’est finalement faite ce vendredi 15 février. Les deux objectifs principaux de cet accord, conclu dans le cadre du scandale de corruption, sont d’une part d’obtenir des informations, et d’autre part, d’obtenir une compensation financière.

Photo : Clarin

On rappelle qu’Odebrecht, une entreprise de BTP brésilienne qui opère dans la construction, la pétrochimie, la défense et la technologie, le transport et la logistique, le carburant et dans d’autres secteurs, aurait, au cours des vingt dernières années, versé des pots-de-vin à des fonctionnaires de 12 pays, essentiellement d’Amérique latine, afin d’obtenir des avantages en matière de marchés publics… Cette vaste affaire de corruption implique au Pérou, outre toute l’élite politique actuelle, plus de 300 personnes et des dizaines d’entreprises, ainsi que quatre anciens présidents, Alejandro Toledo (2001-2006) qui a fui aux États-Unis et fait l’objet d’une demande d’extradition, Ollanta Humala (2011-2016) qui a été emprisonné pendant neuf mois, jusqu’en juin dernier, Alan García (1985-1990 et 2006-2011) qui a tenté d’obtenir, en vain, l’asile politique auprès de l’ambassade d’Uruguay, et Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018) qui a démissionné en mars dernier.

Cet accord de coopération avec l’entreprise brésilienne de construction, permettra au système judiciaire péruvien d’accéder à des informations «très précieuses»sur les «crimes graves» commis dans le pays, selon une déclaration faite lors d’une conférence de presse au consulat du Pérou à São Paulo par Rafael Vela. Selon lui, cet accord, qui aura un caractère «progressif et permanent», rendra possibles, si Odebrecht assume bien l’engagement de communiquer à tout moment les informations requises,que «de nouveaux axes de recherche» ou même de «nouvelles enquêtes» soient menés dans l’avenir. Odebrecht a clairement reconnu avoir contribué à la gestion de grands travaux d’infrastructure au Pérou entre 2005 et 2014, ainsi qu’à la campagne électorale de plusieurs personnalités politiques du pays, qui font donc actuellement l’objet d’enquêtes.

L’accord prévoit par ailleurs le versement, sur quinze ans, de 610 millions de soles (182 millions de dollars) pour les pots-de-vin versés, ainsi que les intérêts légaux correspondant à la valeur convenue, ce qui pourrait atteindre 150 millions de soles (environ 45 millions de dollars). Jorge Ramírez a de plus souligné qu’Odebrecht, en échange de sa possibilité de candidater aux appels d’offres publics au Pérou, devrait encore payer en 2019 «tous les impôts en vigueur à ce jour», ce qui représente 450 millions de soles (135 millions de dollars). «C’est-à-dire que cette année entreraient dans le Trésor public 450 millions de soles (135 millions de dollars), plus 80 millions de soles (24 millions de dollars) qui correspondent au premier versement d’indemnisation civile», a t-il déclaré.

Dès le 18 février et jusqu’en mars, les procureurs péruviens recueilleront les déclarations de plusieurs anciens responsables péruviens d’Odebrecht, dont Barata, dans la ville de Curitiba, capitale régionale de l’État du Paraná, dans le sud du pays. Outre les témoignages directs, le Bureau du Procureur aura accès aux informations des systèmes «My Web Day» et «Drousys», par lesquels Odebrecht a demandé, traité et contrôlé les opérations de paiement de pots-de-vin. Le procureur Vela a célébré la signature de «l’accord fructueux» après un processus de négociation «complexe», car, a-t-il expliqué, nombre de ces données étaient «sous la garde des autorités brésiliennes».

Pour sa part, l’entreprise Odebrecht a fait savoir que le Pérou était le huitième pays avec lequel elle parvenait à signer un accord, et qu’elle continuera «à rechercher des accords de même nature» avec les autres pays où elle opère, dans le cadre de la «restructuration en profondeur» qu’elle met en œuvre, et de «la mise en œuvre d’un système mondial de conformité rigoureux». Les autres pays avec lesquels elle a signé des accords sont le Brésil, les États-Unis, la Suisse, la République dominicaine, le Panama, l’Équateur et le Guatemala.

Catherine TRAULLÉ

La lutte continue contre la corruption judiciaire au Pérou autour d’Odebrecht

Le président péruvien Martín Vizcarra a demandé au Congrès, le mercredi 2 janvier, d’adopter une loi déclarant le ministère public en situation d’urgence pour suspendre ses activités, et ainsi révoquer le procureur général Pedro Chávarry. Ce dernier a limogé le lundi 31 décembre 2018 deux procureurs enquêtant sur l’élite politique impliquée dans des pots-de-vin de la société Odebrecht, révocation qui a provoqué des manifestations dans plusieurs villes du pays.

Photo : Pedro Chávarry/La República

Martín Vizcarra a écourté son séjour au Brésil, où il devait assister à l’intronisation du président Jair Bolsonaro, et a annulé une réunion avec le secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo, afin de se joindre aux protestations contre l’éviction des deux procureurs.

Les procureurs Rafael Vela et José Domingo Pérez enquêtaient depuis six mois sur l’affaire Odebrecht. Leur éviction, au nom d’une supposée violation du «principe de réserve» et d’un «manque de rigueur», intervenait alors que fin décembre, José Domingo Pérez avait accusé le procureur général Chávarry de dissimulation et d’obstruction dans les enquêtes contre Odebrecht et contre la leader de l’opposition, Keiko Fujimori. L’équipe que dirigeait le procureur Vela était chargée d’enquêter sur quatre anciens présidents péruviens : Alejandro Toledo (2001-2006) qui a fui aux États-Unis et fait l’objet d’une demande d’extradition, Ollanta Humala (2011-2016) qui a été emprisonné pendant neuf mois, jusqu’en juin dernier, Alan García (1985-1990 et 2006-2011) qui a tenté d’obtenir, en vain, l’asile politique auprès de l’ambassade d’Uruguay, et Pedro Pablo Kuczynski (2016-2018) qui a démissionné en mars dernier. Dans le collimateur également, Keiko Fujimori, actuellement en détention préventive, accusée d’avoir reçu des versements illégaux d’Odebrecht lors de sa campagne électorale de 2011.

On rappelle qu’Odebrecht est une entreprise brésilienne, qui opère dans la construction, la pétrochimie, la défense et la technologie, le transport et la logistique, le carburant et dans d’autres secteurs, qui aurait au cours des vingt dernières années versé des pots-de-vin à des fonctionnaires de 12 pays : Angola, Argentine, Colombie, Équateur, États-Unis, Guatemala, Mexique, Mozambique, Panama, Pérou, République dominicaine et Venezuela, afin d’obtenir des avantages en matière de marchés publics… Le scandale péruvien éclabousse toute l’élite politique actuelle, plus de 300 personnes et des dizaines d’entreprises.

La presse péruvienne a tiré à boulets rouges contre la décision du procureur général, et des centaines de personnes ont spontanément manifesté devant le siège du ministère public aux cris de «Dégage, Chávarry!». Dans un pays où les Péruviens méprisent les magistrats et les considèrent parfois comme indolents ou corrompus, les procureurs Vela et Pérez sont populaires. Les manifestants portent même des drapeaux péruviens avec le visage de Pérez imprimé à l’encre noire. Certaines radios l’ont nommé homme de l’année le dernier jour de 2018, date à laquelle il a été démis de ses fonctions.

Bien que Pedro Chávarry ait réintégré les deux procureurs dans leurs fonctions dès le 2 janvier, en expliquant avoir décidé cette réintégration «en prenant en considération la portée et l’importance des investigations liées à des délits de corruption de fonctionnaires et autres dans lesquels serait impliquée l’entreprise Odebrecht», et que le président ait déclaré aux journalistes qu’il en était satisfait, il n’en a pas pour autant annulé sa décision de révoquer le procureur général. Le projet de loi soumis au Congrès propose également qu’un procureur général temporaire dirige le ministère public jusqu’à l’élection d’un nouveau procureur général par le conseil de magistrats élu. La décision initiale de M. Chávarry de destituer les deux procureurs a provoqué une indignation populaire qui ne faiblit pas malgré son revirement ultérieur.

Le licenciement des procureurs mettait en péril l’accord signé avec Odebrecht en décembre. Les procureurs allaient recevoir toutes sortes d’informations des systèmes informatiques cryptés appelés «MyWebDay» et «Drousys» utilisés par Odebrecht pour protéger leurs pots-de-vin. L’entreprise de construction s’était également engagée à verser 181 millions de dollars en quinze ans à titre de réparation.

Même si Martín Vizcarra a déclaré qu’«Odebrecht ne devrait pas continuer à travailler au Pérou», il respecte cependant les autorités qui ont négocié un accord avec Odebrecht. La signature d’un accord de collaboration judiciaire entre l’entreprise brésilienne Odebrecht et l’équipe fiscale de l’affaire Lava Jato, prévue pour le 11 janvier, a été reportée en raison de la crise interne que traverse le ministère public. Pour l’instant, Pedro González Chávarry refuse de démissionner de son poste…

Catherine TRAULLÉ

Martín Vizcarra, président du Pérou, remporte son référendum contre la corruption

Le président péruvien, Martín Vizcarra, a remporté haut la main «son» référendum anticorruption, dimanche 9 décembre dernier. L’actuel président, ingénieur de 55 ans, était quasiment inconnu lorsqu’il a succédé il y a quelques mois à Pedro Pablo Kuczynski. 

Photo : TDG.ch

M. Vizcarra s’était livré à un bras de fer avec le Congrès, dominé par l’opposition fujimoriste (extrême droite), pour l’obliger à accepter un référendum national ayant pour but de déraciner la corruption dans le pays, son «cheval de bataille». Il avait présenté ses propositions de réformes le 28 juillet, après un scandale frappant l’institution judiciaire qui avait entraîné de multiples démissions, y compris celle du président de la Cour suprême, Duberlí Rodríguez. Et rappelons que les quatre derniers présidents du pays sont dans le collimateur de la justice péruvienne dans le scandale Odebrecht : outre M. Pedro Pablo Kuczynski, il s’agit d’Alejandro Toledo (2001-2006), d’Alan García (1985-1990, 2006-2011) et d’Ollanta Humala (2011-2016).

Ce référendum constitutionnel a eu lieu le 9 décembre dernier et était composé de quatre questions distinctes portant sur une réforme de la magistrature, la limitation du financement des campagnes électorales, celle du nombre de mandats des élus, ainsi que le retour au bicaméralisme. C’est la première fois depuis l’adoption de la Constitution, en 1993, que les Péruviens étaient appelés à se prononcer sur sa modification. Voici quelles étaient précisément les questions soumises au référendum :

  • «Approuvez-vous la réforme constitutionnelle sur la structure et les fonctions de la Cour nationale de justice, anciennement Conseil national de la magistrature ?»

La réforme propose la dissolution du Conseil, et son remplacement par une Cour nationale de justice dont les membres seraient désormais sélectionnés par le défenseur des droits, le procureur général, le président de la branche judiciaire, le contrôleur général et le président du tribunal constitutionnel, dans le cadre d’un processus public basé sur le mérite. La durée de leur mandat serait notamment limitée à cinq ans, non renouvelables. La Cour devrait également présenter un rapport annuel de ses activités devant le Congrès. Cette réforme est considérée comme la plus susceptible d’entraîner des changements en profondeur dans le pays.

  • « Approuvez-vous la réforme constitutionnelle qui régule le financement des organisations politiques ?»

L’article 35 de la Constitution régule le financement des partis politiques. Ses dispositions ont été vivement critiquées comme insuffisantes lorsque l’ex-directeur d’Odebrecht a avoué en mars 2018 avoir illégalement financé les campagnes électorales des quatre précédents présidents et même de l’adversaire du dernier. La réforme soumise à référendum propose d’établir des audits et des mécanismes de contrôle, de brider au maximum le financement des campagnes des candidats par des entités privées, et de mettre en place des sanctions pour les partis qui ne s’y conformeraient pas. Les groupes politiques se verraient également interdits de recevoir des dons de la part d’individus condamnés pour certains crimes, de même que ceux d’origine anonyme. Les nouvelles mesures imposant la transparence vont jusqu’à stipuler que «tout don d’origine non établie devra être considéré comme d’origine illicite».

  •  «Approuvez-vous la réforme constitutionnelle qui interdit la réélection immédiate des parlementaires de la République ?»

La réforme prévoit l’interdiction pour les parlementaires de se présenter à leur réélection pour un mandat consécutif. Ce changement est considéré comme en partie symbolique, le taux de réélection au Congrès se limitant à environ un tiers de ses membres en moyenne. Les Péruviens considèrent cependant à une très large majorité que leur législature est l’institution la plus corrompue de tout le pays. 

  • «Approuvez-vous la réforme constitutionnelle qui établit le bicamérisme au Congrès de la République ?»

La réforme prévoit un passage au bicaméralisme, qui ferait de l’actuelle chambre unique, le Congrès de la République composé de 130 députés, la chambre basse d’un Parlement auquel serait ajouté pour chambre haute un Sénat composé de 50 sénateurs. Les candidats devraient être Péruviens de naissance et être âgés d’au moins 25 ans pour les députés et 35 ans pour les sénateurs. Le système législatif péruvien avait déjà été bicaméral jusqu’en 1992. Cette année-là, le président Alberto Fujimori avait procédé par un coup de force à la dissolution du Congrès et à l’adoption d’une nouvelle constitution ne conservant que la chambre basse. 

Le projet originel prévoyait de baisser le nombre de députés à 100 et de porter à 30 celui des sénateurs. Le congrès dominé par le parti Force populaire est cependant parvenu à en détricoter le contenu. Le nombre de parlementaires était ainsi relevé et les dispositions imposant la parité homme/femme retirées. Surtout, les parlementaires procédaient à une modification du texte retirant au président le pouvoir de poser au Congrès une question de confiance sur un projet de loi qui, dans certaines circonstances, lui permet, en cas de refus, de procéder à la dissolution de l’Assemblée. Cette disposition venait justement d’être utilisée en septembre par le président Vizcarra pour forcer la main du Congrès qui tentait d’enterrer le projet référendaire. Les changements apportés au projet étaient tels que Vizcarra lui-même avait annoncé qu’il voterait contre.

Selon des résultats officiels provisoires portant sur 83,69 % des bulletins, les Péruviens ont approuvé massivement, à près de 80 %, les trois premières réformes constitutionnelles proposées par le chef de l’État. Les 130 législateurs actuels se retrouveront donc sans siège après la fin de leur mandat prévue le 28 juillet 2021. En revanche, les électeurs ont refusé de rétablir un système bicaméral, proposition initialement soutenue par le président Vizcarra qui s’était ensuite ravisé pour ne pas rogner les pouvoirs présidentiels. 

Ces résultats sont une victoire pour Martín Vizcarra, cet ingénieur de 55 ans quasiment inconnu lorsqu’il a succédé il y a quelques mois à Pedro Pablo Kuczynski. Il sort ainsi renforcé du scrutin au détriment du Parlement, ce dernier faisant les frais de son discrédit auprès des Péruviens. Ce référendum «marque le début d’un changement que nous souhaitons pour le Pérou et pour tous les Péruviens», a-t-il déclaré à l’issue du scrutin.

Catherine TRAULLÉ

Hommage à un héros de la Première Guerre Mondiale dans les Andes Péruviennes

Pour le centenaire de la fin de la «Grande Guerre», la France a envoyé une délégation militaire au Pérou pour honorer François Aubry, un combattant qui a eu un lien spécial avec ce pays. A l’entrée d’une mine de cuivre, sur les hauteurs des Andes péruviennes, les militaires français ont rendu un hommage solennel mardi dernier à un camarade mort au combat dans une tranchée, lors de la Première Guerre Mondiale. Le premier Régiment d’Artillerie de France a envoyé une délégation au Pérou pour rendre hommage au lieutenant français François Aubry (1879-1914), l’un des 10 millions de soldats morts dans le conflit qui a marqué l’histoire du XXème siècle.

Photo : France 3 Régions.

C’était certainement l’unique cérémonie organisée en Amérique Latine à l’occasion du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre du 11 novembre 1918, un fait historique qui a été commémoré dimanche dernier à Paris en présence de 70 représentants de l’État. La délégation est venue au Pérou avec l’étendard de ce régiment historique créé en 1671 par le roi Louis XIV, sous lequel Napoléon Bonaparte a servi de 1785 à 1791, alors qu’il était un tout jeune lieutenant. L’hommage a eu lieu à l’entrée de la mine d’Huaron, dans la région de Pasco, à 300 km au nord de Lima, mine que François Aubry dirigeait avant de partir à la guerre. «Les travailleurs de la mine étaient tellement attachés à cet homme qu’ils ont érigé un monument à sa mémoire», a commenté le commandant du Premier Régiment, le colonel Alexandre Lesueur.

Son histoire

François Aubry a 35 ans lorsqu’il meurt au combat contre les Allemands, dans la forêt d’Apremont, à Noël 1914. Son épouse Marie Louise, avec qui il s’était marié en 1911, et son fils Claude, né à Lima le 14 septembre 1914, qu’il n’a pas connu, l’attendaient au Pérou. Un des petits-fils du lieutenant Aubry a été invité à la cérémonie de la mine de Huaron, à 4.300 mètres d’altitude. Les autorités locales et des diplomates français y ont assisté également, aux côtés des huit membres de la délégation du Premier Régiment d’Artillerie.

Le Premier Régiment, qu’on appelle encore par tradition «l’Artillerie Royale», a combattu pendant la Révolution Française et sous l’Empire Napoléonien (1792-1815), pendant la Guerre de Crimée (1854) et la Guerre Franco-Prussienne. François Marie Prosper Aubry est né le 9 mai 1879 à Henrichemont, dans le département du Cher, et a effectué ses études supérieures à l’École Centrale des Arts et Manufactures de Paris. En 1899, il s’est engagé volontairement dans le service militaire et il a été assigné à l’artillerie. Il en est sorti avec le grade de sous-lieutenant de réserve en 1902 et a obtenu son diplôme d’ingénieur cette même année.

Du Pérou à la Guerre

François Aubry est arrivé au Pérou en 1912, mandaté par son entreprise, pour évaluer le gisement de cuivre et d’argent de la mine d’Huaron, mine dont il fut ensuite le premier directeur. Il dirigeait cette mine quand le conflit européen a éclaté début août 1914, un mois après l’attentat dirigé contre l’héritier de l’Empire Austro-Hongrois à Sarajevo. En tant qu’officier de réserve, François Aubry a été immédiatement mobilisé. Il a été assigné au Premier Régiment d’Artillerie le 16 septembre 1914, deux jours après la naissance de son fils au Pérou. En tant qu’officier d’observation, il devait être en première ligne pour guider les projectiles de la batterie militaire. C’est en accomplissant son devoir qu’il est mort le 25 décembre 1914. Il a reçu la Légion d’honneur ainsi que d’autres décorations à titre posthume.

D’après RPP Noticias,
Traduit par Cécile PILGRAM

Texte en espagnol

Un juge péruvien condamne Keiko Fujimori à 36 mois de prison préventive

Une enquête est ouverte sur la leader de l’opposition pour blanchiment d’argent. Le juge péruvien Richard Concepción Carhuancho a condamné le 1ernovembre 2018 la leader de l’opposition Keiko Fujimori à 36 mois de prison préventive, dans le cadre de l’enquête qui se poursuit pour blanchiment d’argent présumé lors de sa campagne électorale de 2011.

Photo : andina-pe

«La cour considère qu’il existe de graves soupçons sur la participation de la coupable présumée Keiko Sofia Fujimori au délit de blanchiment d’argent en sa condition de leader d’organisation créé de facto à l’intérieur du parti Fuerza 2011»a indiqué le juge en soutenant sa décision. Fuerza 2011 est devenu aujourd’hui Fuerza Popular, parti présidé par Keiko Fujimori. Le juge considère qu’il y a suffisamment d’éléments pour suspecter que celle-ci a ordonné aux dirigeants de cette organisation politique le blanchiment de grandes quantités d’argent.

Pour délit de blanchiment d’argent aggravé, la fille de l’ancien président Alberto Fujimori  se trouve face à une éventuelle condamnation d’au moins dix ans de prison. Après avoir lu sa décision pendant plus de sept heures, le magistrat Concepción Carhuancho, titulaire du Premier Tribunal d’Investigation Préparatoire de la Cour Pénale Nationale du Pérou, a justifié la nécessité de placer Keiko Fujimori en détention préventive pour danger de falsification de preuves et intimidation de témoins. Le juge a mentionné dans sa décision les déclarations de témoins qui affirment que Keiko Fujimori a tenu des réunions avec l’ancien juge César Hinostroza, actuellement en détention provisoire en Espagne, afin d’obtenir de celui-ci un traitement de faveur dans les procédures judiciaires auxquelles elle est confrontée.

Hinostroza, accusé d’être à la tête d’un grand réseau de corruption dans la magistrature, présidait la Seconde Cour Pénale Transitoire de la Cour Suprême de Justice du Pérou et pour celle-ci, devait résoudre deux recours présentés par Fujimori afin de classer l’enquête contre le blanchiment d’argent menée par le procureur José Domingo Pérez.

Risque de fuite

Le magistrat a décrété qu’il existe aussi un «grand et intense» risque de fuiteBien que Fujimori fasse l’objet d’une assignation à résidence et d’une interdiction de mener à bien ses activités, il n’a pas prononcé d’interdiction professionnelle mettant en doute que présider le parti Fuerza Popular génère un lien professionnel. De la même manière, il considère qu’une partie de l’argent blanchi par Fuerza 2011 (un million de dollars) provient de l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht, qui a payé des pots-de-vin à une douzaine de pays d’Amérique latine afin d’obtenir en échange des chantiers de construction valant des millions.

Giuliana Loza, l’avocate de Keiko Fujimori, a immédiatement fait appel à la décision du juge. Décision qui incluait les 36 mois de détention préventive, durée maximum possible, que le procureur Pérez avait demandés. La décision fut émise alors que, dans une cour supérieure, la récusation présentée par l’avocate de Fujimori contre le juge était encore en suspens. Giuliana Loza considère celui-ci partial pour avoir ordonné trois semaines plus tôt une détention préliminaire de dix jours contre Fujimori et d’autres accusés.

El Periodico (Lima)
traduit par Géraldine GIRAUD

Keiko Fujimori, fille de l’ex-président Alberto Fujimori, arrêtée à la demande du parquet péruvien

Alors que d’autres cas de corruption plongent le Pérou dans l’une de ses crises les plus graves de son histoire, l’arrestation de Keiko Fujimori a eu lieu le mercredi 10 octobre, dans le cadre de l’affaire Odebrecht. La leader du principal parti de l’opposition est accusée d’avoir organisé «un stratagème pour commettre un crime» et d’avoir «blanchi» de l’argent illicite pour financer sa campagne présidentielle de 2011.

Photo : Trome

«Aujourd’hui, j’ai été arrêtée sans motif légal au moment où je me présentais volontairement» dans le bureau du juge pour être entendue sur le financement de la campagne électorale à la présidentielle de 2011, a twitté l’opposante âgée de 43 ans, qui se considère victime de «persécution politique». Keiko Fujimori, battue lors du second tour lors de ses deux candidatures à la présidence (2011 et 2016), est disposée à coopérer : «elle est à la disposition du parquet», a déclaré son avocate Giuliana Loza, qui considère cette décision comme un «abus de droit».

Mais, pour Victor Prado, cette arrestation préliminaire pour le présumé blanchiment d’argent n’est pas une revanche. En effet, le président du pouvoir judiciaire du Pérou a rejeté les propos de Mme Fujimori ainsi que les critiques de ses partisans contre l’arrestation, car «de telles observations ne répondent à aucun aspect de la réalité concrète», a-t-il déclaré à la presse. Pendant ce temps, le juge Richard Concepción Carhuancho a ordonné également l’arrestation d’une vingtaine d’autres personnes, dont des dirigeants de Fuerza Popular, le parti de Keiko Fujimori.

Selon les enquêtes, la fille de l’ancien président Alberto Fujimori a financé une partie de la campagne présidentielle avec de l’argent versé par le géant du bâtiment Odebrecht. En 2017, d’anciens dirigeants de l’entreprise brésilienne, aujourd’hui au cœur d’un scandale de pots-de-vin pour obtenir des chantiers en Amérique latine, ont déclaré avoir remis 1,2 millions de dollars pour la demande en 2011. L’argent a été «collecté» lors de cocktails, ce qui a valu à l’affaire Keiko Fujimori le nom de «Case coktails».

L’ancien patron d’Odebrecht au Pérou, Jorge Barata, a reconnu avoir versé de l’argent à deux des dirigeants du parti de Keiko, Jaime Yoshiyama et Augusto Bedoya, dont les maisons ont été perquisitionnées en mars dernier. Jorge Barata avait également avoué à la justice péruvienne avoir «contribué» aux campagnes électorales d’Ollanta Humala (2011-2016), Alejandro Toledo (2001-2006) et Pedro Pablo Kuczynski, l’ex-chef de l’État élu en 2016 qui a démissionné en mars 2018 sur fond de scandale de corruption.

Ces arrestations au sein de l’opposition interviennent alors que la grâce de l’ancien président Alberto Fujimori (1990-2000) a été annulée mercredi 10 octobre par la justice péruvienne. L’ex-homme fort du Pérou, qui a récemment fêté ses 80 ans, avait été gracié en décembre pour raison de santé alors qu’il purgeait une peine de vingt-cinq années de prison pour crimes contre l’humanité et corruption.

L’ex-chef de l’État, hospitalisé depuis ce jour-là dans une clinique de Lima sous surveillance policière, est considéré comme un détenu par la justice, tandis que sa fille, depuis sa défaite de justesse face à Pedro Pablo Kuczynski en 2016, dirige l’opposition péruvienne sur fond de rivalité avec son petit frère, Kenji. Âgé de 39 ans, Kenji Fujimori est devenu une personnalité politique de premier plan, bien que, pour la majorité des Péruviens, il est l’enfant gâté de la dynastie Fujimori : lorsque son père fut élu président, il «baladait ses amis en hélicoptère de l’armée ou s’amusait à effrayer les journalistes avec un boa apprivoisé».

Malgré son ascension fulgurante –il fut élu député en 2011–, le jeune Kenji «a redoublé trois fois au cours de sa scolarité, ce qui a longtemps fait courir des rumeurs sur un supposé retard mental». Pour Adriana Urrutia, politologue péruvienne spécialiste du «fujimorisme», Kenji «peine à se dépêtrer de cette image d’adolescent un peu benêt», comme l’explique le journaliste Romain Houeix à propos d’une vidéo «franchement gênante, d’un Kenji adolescent jouant avec son chien [qui] ne fait rien pour les démentir : l’héritier d’Alberto y apparaît quasi arriéré et se livre à des jeux possédant un double-sens graveleux». Et il ajoute : «encore aujourd’hui, il arrive qu’on lui demande de s’expliquer sur cette vidéo avec son chien. Il a même dû démentir être zoophile en 2013».

Le fils chéri des Fujimori a été éclaboussé par une affaire de corruption passive, révélée par une vidéo le 20 mars, où l’on peut le voir en train de négocier, en décembre dernier, un achat de votes lors de la procédure de destitution de l’ancien président Pedro Pablo Kuczinski. De son côté, sa sœur Keiko a déclaré qu’elle n’arrêtera pas de se battre pour réaliser son rêve de gouverner le Pérou, et a demandé que le Congrès lève l’immunité parlementaire de son frère. «Ce n’est pas une lutte contre la corruption, mais une lutte pour le pouvoir» a répliqué Kenji à propos de cette guerre fratricide. Ainsi, pour les futures élections de 2021, certains voient déjà le peuple péruvien pris en étau par un duel Fujimori contre Fujimori.

Eduardo UGOLINI

Le Pérou balayé par les scandales de corruption au cœur de la justice

Alors que le nouveau président péruvien Martín Vizcarra tente de redresser le pays, après la crise politique déclenchée par la démission de son prédécesseur Pedro Pablo Kuczynski à la suite du scandale de corruption lié à l’entreprise brésilienne Odebrecht, de nouveaux cas de corruption plongent le Pérou dans l’une des plus graves crises de son histoire.

Photo : Martín Vizcarra/Diario Financiero
«Si les empires, les grades, les places ne s’obtenaient pas par la corruption,
si les honneurs purs n’étaient achetés qu’au prix du mérite,
que de gens qui sont nus seraient couverts, que de gens qui commandent seraient commandés.
»
W. Shakespeare, Le Marchand de Venise.

L’information a été révélée par des enquêtes journalistiques : trois des sept membres du Conseil national de la magistrature, organisme chargé de nommer et de destituer les juges et les procureurs, ont été impliqués dans des affaires de corruption. Soupçonnés d’avoir des liens avec des membres du réseau criminel de blanchiement d’argent fonctionnant à Puerto Callao, près de Lima, ils ont été mis sur écoute téléphonique sur ordre d’un juge fédéral.

Sur les enregistrements, ils ont parlé de pots de vin en échange de la manipulation de documents, de trafic d’influence et autres crimes. Ces écoutes sont survenues dans le cadre d’une enquête judiciaire qui vise une organisation de trafic de drogue, mais «il n’y a aucun lien jusqu’ici entre les personnages des écoutes téléphoniques et l’organisation criminelle d’origine», a déclaré le procureur supérieur Jorge Chávez Cotrina.

Parmi les fonctionnaires impliqués figurent le président de la Cour supérieure de justice de Callao, Walter Ríos, et les membres Julio Gutiérrez, Guido Aguila et Ivan Noguera. Sur l’un des enregistrements, Noguera, qui est musicien et magistrat, demande à un entrepreneur d’acheter cinquante billets pour son concert en échange de la ratification d’un juge à son poste !

Sur un autre enregistrement apparaît également le président de la deuxième chambre criminelle transitoire de la Cour suprême, César Hinostroza, qui a déjà été démis de ses fonctions. Il s’agit sans doute de la partie visible de l’iceberg, comme le relève Adriana León, de l’Institut de la presse et de la société du Pérou : «Au Pérou, il y a un pouvoir exécutif très faible, coopté par la corruption du Congrès […] et la justice a également été prise par la corruption. Parmi les 130 députés, 80 ont des plaintes de toutes sortes. Ce qui se passe ici est une chose terrible

Les Péruviens découvrent-ils soudain comment fonctionne leur système ? Qu’on ne s’étonne pas de tous ces cas de corruption. Cette situation dure depuis des décennies et il faut bien voir que cette crise en englobe plusieurs. En effet, le Pérou traîne derrière lui un très lourd passé de corruption qui débouche sur la crise actuelle.

On pourrait se demander comment ce pays en est arrivé là. Pour comprendre la situation actuelle, il est nécessaire de rappeler que le Pérou était le berceau de l’empire le plus puissant de l’Amérique. En expansion depuis le XVe siècle, au moment de l’arrivée du conquistador Francisco Pizarro (l’homologue austral de Hernán Cortéz), l’empire Inca était cinq fois plus grand que celui des Aztèques. Un immense territoire qui équivaut, en Europe, à un espace compris entre le pôle Nord et l’Afrique septentrionale, avec un réseau de 30 000 km de sentiers et dont la route nord-sud, ou «voie royale», faisait 6000 km de long. Voilà la seule civilisation américaine qu’on compare souvent, par l’étendue de son territoire et son réseau de communication, à la Rome antique.

Vers la fin du XVIIIe siècle, Lima, la capitale du Pérou, était encore le centre vital de l’Amérique latine. Durant le siècle suivant, grâce à l’exportation de matières premières, comme la laine, le nitrate, et le boom du guano, le pays connut un début de modernisation, interrompu par sa défaite lors de la guerre du Pacifique contre le Chili (1879-1883). Les premiers cas de corruption commencent à voir le jour dans la première moitié du XXe siècle, quand les capitaux étasuniens investissent dans le pétrole et les ressources minières, qui deviennent alors la principale source d’exportation. Or, dépendant désormais du prix des matières premières, imposé par le marché international, l’autonomie et le contrôle financier du Pérou ont été fortement réduits, entraînant de graves conflits sociaux et politiques (coups d’État) et, par conséquence, une corruption récurrente.

Le retour à la démocratie en 1980 n’a pas fait disparaître les «vices» liés à l’exercice du pouvoir. Après la présidence de Belaúnde Terry, le mandat de Alan García (1985-1990) s’achève sur une débâcle économique et des accusations de corruption. Le triomphe d’Alberto Fujimori aux élections de 1990 marque la fin des actions terroristes menées par le Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru (guevariste) et surtout le Sentier lumineux (maoïste). Mais, en septembre 2000, une grave affaire de corruption le contraint à convoquer des élections anticipées.

Et si aujourd’hui les fonctionnaires de la Cour supérieure de justice de Callao ont été impliqués dans des nouveaux cas de corruption, c’est par le biais d’une enquête judiciaire contre une organisation de trafic de drogue. Sur ce point, mentionnons que dans l’économie en ruine des années 1990, la drogue était l’industrie vitale du Pérou : la production de cocaïne représentait 15 % du PNB, ce qui équivaut à 135% de la production agricole et 145 % des exportations.

Comme on peut le constater, depuis des décennies les dirigeants péruviens ont été, ou bien poursuivis par la justice, ou mis en examen pour corruption. Et justement, la corruption était le thème essentiel du dernier Sommet des Amériques qui s’est tenu les 13 et 14 avril derniers à Lima : «la gouvernance démocratique face à la corruption et l’adoption de mesures concrètes sur ce sujet». Or, ironie du destin, au même moment, le président du pays organisateur, Pedro Pablo Kuczynski, a été contraint de démissionner après avoir reconnu entretenir des liens personnels illicites avec l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht, déjà sous l’œil de la justice dans différents pays de la région.

Ainsi, cette affaire répond en quelque sorte à la question que nous nous sommes posés dans un précédent article : si le Sommet des Amériques ne fournit pas le cadre approprié pour mener à bon terme ce projet, alors à quoi sert-il ? 1 On pourrait donc voir dans les nouveaux cas de corruption découverts récemment au Pérou (ainsi qu’au Brésil et en Argentine) que des mesures concrètes ont été mises en place pour lutter contre ce fléau devenu indissociable de la vie politique.

Enfin, au regard des grands bouleversements en tous genres qui frappent à présent de nombreux pays (Venezuela, Nicaragua, Brésil, Argentine, etc.), force est de constater que l’Amérique latine est en train de vivre un moment clé de son histoire, dans son ensemble. Et tandis que Transparence International dénonce une hausse de la corruption dans la région, d’autres se demandent «pourquoi certains pays sont plus corrompus que d’autres», et certains assurent que «la baisse de compétitivité de l’Amérique latine favorise la corruption». La grande majorité de la population péruvienne se montre fermement disposée à ne pas laisser passer l’occasion de faire évoluer la vie en démocratie : ainsi cette crise a généré plusieurs marches contre la corruption à l’échelle nationale, notamment les 19 et 27 juillet derniers.

Eduardo UGOLINI

  1. Article du 13 avril 2018, Sommet des Amériques.

Martín Vizcarra nommé président du Pérou à la suite de la démission de Pedro Pablo Kuczynski

On note deux évènements majeurs cette semaine au Pérou : d’une part, la démission de Pedro Pablo Kuczynski, et d’autre part, l’arrivée d’un nouveau président, Martín Vizcarra. L’ancien président Kuczynski était censé se soumettre à un vote du parlement avant sa destitution, le 21 mars. Pourtant, il a présenté sa démission dans un message télévisé sans même attendre les résultats du vote. Et de quoi était-il accusé ?

Photo : Todo Noticias

Pedro Pablo Kuczynski devait s’expliquer sur différents points, notamment sur ses liens avec l’entreprise brésilienne Odebrecht. Selon Clarín, journal argentin, alors qu’il était ministre de l’Économie, celui-ci aurait obtenu un prêt pour la « Corporación Andina de Fomento » de 77 millions de dollars en 2005 pour financer un projet commandé à Odebrecht. Le problème se pose puisqu’Odebrecht était alors client de la société Westfield Capital, dont Kuczynski était le patron. Aussi, alors qu’il était ministre de l’Économie, Pedro Pablo Kuczynski a signé un contrat avec un groupe de sociétés, dont Odebecht était à la tête, pour la construction de deux tronçons de l’autoroute transocéanique. Marcelo Odebrecht, ex-PDG de l’entreprise de construction Odebrecht, a confirmé aux impôts le paiement à Kuczynsky pour des travaux dans son entreprise. D’ailleurs, il a admis avoir financé tous les candidats les plus importants des élections présidentielles de 2011, soulignant qu’il pouvait montrer les détails de ces apports.

Ce n’est pas la première fois qu’une session parlementaire est convoquée pour voter sa démission. Trois mois plus tôt, ce vote, pour les mêmes raisons, n’avait pas abouti. Normalement, il n’avait pas suffisamment de soutien. Pourtant, Kuczynski a réussi à en réchapper grâce à l’appui des membres du parti FP (Force Populaire). Ces membres auraient obtenu des contreprestations, comme la grâce à Fujimori, et, étant eux-mêmes sous les yeux de la justice, la promesse de faire arrêter ces poursuites pénales. Cette fois-ci, selon le congressiste Héctor Becerril, l’ex-président aurait passé plusieurs jours à tenter d’acheter les voix nécessaires afin de gagner le vote. C’est ce que montrent des vidéos confirmant cette accusation. Kuczynski a donc présenté sa démission, entraînant avec lui les dix-neuf ministres du Conseil. Il perd ainsi son immunité devant la justice. Pour l’instant, il lui est interdit de sortir du pays durant les dix-huit mois à venir. Hamilton Castro, responsable de l’enquête sur l’affaire Odebrecht au Pérou, défend ces dix-huit mois de peine afin de l’empêcher de prendre la fuite (on se souvient de l’ancien président Toledo).

Suite à cette démission, le Pérou est face à un nouveau président. Il s’agit de Martín Vizcarra, l’ancien ambassadeur du Pérou au Canada. Vizcarra faisait partie de l’équipe de Kuczynski dans le parti PPK (Péruviens pour le changement). Il était chargé des politiques sociales en-dehors de la capitale. Martín Vizcarra a aussi occupé le poste de gouverneur dans sa ville d’origine, Moquegua, de 2011 à 2014. Il est parvenu à mettre en place, avec succès, des politiques sur le plan de l’éducation et il a réussi à mener de bonnes négociations avec les compagnies minières. Il aurait investi l’argent obtenu lors de ces négociations dans l’éducation. Vizcarra faisait partie du gouvernement de PPK comme ministre des Transports. Cependant, il s’est vu également contraint de démissionner. Après quoi, il est devenu ambassadeur du Pérou au Canada en 2017.

Martín Vizcarra a prononcé un discours d’investiture afin de présenter les lignes maîtresses de sa politique : lutte contre la corruption, amélioration des politiques d’éducation et de santé, et la promesse de stabilité constitutionnelle, entre autres. Par ailleurs, il a promis d’annoncer sa prochaine équipe, totalement renouvelée, pour gouverner dans dix jours, début avril. Face à cette nomination, les réactions sont nombreuses, comme celle de Juan Sheput (El Universo) : «Je pense que la gestion de Vizcarra va dans le même sens que les politiques menés par Fujimori. Si c’est le cas, je devrai faire de l’opposition.» Lors de sa visite à l’Hospital Del niño, le nouveau président a parlé de politiques de santé. En revanche, il a refusé de se prononcer sur le départ de son prédécesseur.

Le nouveau président ne semble pas concerné par le scandale Odebrecht. Il a pourtant été contraint de démissionner alors qu’il était ministre des Transports, à cause de l’affaire Chinchero (à propos de la construction d’un aéroport international). Les travaux étaient accordés à la société Kunturwasi, société avec laquelle l’ex-ministre a été accusé d’entretenir des rapports. Des photos de l’ex-ministre accompagné des dirigeants de cette société ont été publiées à l’époque. Finalement, l’enquête a été conclue et le nouveau président n’a pas été condamné. Pourtant, face aux pressions, il a renoncé à son poste en devenant ambassadeur au Canada. Aujourd’hui, il s’apprête à faire son entrée sur la scène politique au Pérou. Attendons quelques mois et voyons si le Pérou se trouve de nouveau confronté à des scandales de corruption…

Mario PÉREZ MORALES

Le pape François en visite au Chili et au Pérou entre les 15 et 21 janvier 2018

Le 15 janvier prochain, le pape François entreprendra son sixième voyage pontifical en Amérique latine. Depuis son élection, François a porté son message de paix et d’espérance au Brésil en juillet 2013, en Équateur, en Bolivie et au Paraguay en juillet 2015, à Cuba en septembre 2015, au Mexique en février 2016 et en Colombie en septembre 2017. Le pape argentin, qui ne s’est pas encore rendu dans son pays d’origine (où certains lui reprochent son rôle pendant la dictature militaire), visitera à cette occasion le Chili et le Pérou jusqu’au 21 janvier.

Photo : Radio Canada

Son programme officiel commencera le 16 janvier à Santiago du Chili, avec la rencontre des autorités, de la société civile et du corps diplomatique au Palais de la Moneda, où il fera son premier discours avant de s’entretenir, vers 9 h, heure locale, avec la présidente Michelle Bachelet. Dans les jours suivants, le Saint-Père se rendra à Temuco, au sud du pays, et Iquique, grand port du nord. Au Pérou, François visitera la capitale Lima, Puerto Maldonado, au sud-est du pays, et Trujillo, au nord-ouest.

Ce qu’il faudrait retenir de cette présence papale, au delà des discours et des messes, des visites aux sanctuaires ainsi que dans une prison de femmes et dans un foyer pour des enfants en difficulté, au delà des circulations en papamobile, des rencontres avec des diplomates, des évêques, des prêtres consacrés et séminaristes et des incontournables déjeuners avec les habitants d’ici et là, c’est le fait que la présence du pape véhicule une forte charge émotive liée à l’agitation sociale et politique avec laquelle des minorités aborigènes expriment leurs inquiétudes. Ainsi, comme dans ses précédents voyages en Amérique latine, les Mapuches de Temuco et les autochtones de l’Amazonie péruvienne seront au cœur du voyage apostolique de François, après avoir donné sa bénédiction aux indiens du Mexique, d’Équateur, de Bolivie, du Paraguay et de Colombie, et demandé « pardon » pour l’exclusion dont ils ont été victimes.

Cette reconnaissance ouverte envers les « erreurs » commises dans le passé (voire des crimes) peut surprendre. Mais si l’on veut comprendre une grande partie de l’Amérique actuelle, afin de construire un avenir plus propre dans le respect d’autrui, il faudrait l’analyser comme le résultat de l’action conjointe de l’épée espagnole et de la Croix latine, aussi brutalement que les conquistadores l’ont fait. Le pouvoir et l’ambition de la première furent complétées par ceux du zèle religieux. Mais, bien que l’acier trempé dans le credo du monde civilisé imposa sa raison, il n’a pas pu éliminer l’essence millénaire, résultant aujourd’hui un syncrétisme bigarré entre deux manières différentes de communiquer avec les dieux. Au fil du temps, les grandes capitales indiennes devinrent progressivement des répliques espagnoles, et les autochtones commencèrent à parler la langue de Don Quichotte mélangée avec des termes nahuatl, mapuches et quechuas, etc.

Cette fusion, pour le moins prodigieuse de cultures antithétiques, a donné lieu à des fêtes baroques où les dieux indigènes portent souvent des noms catholiques, et où s’imbriquent les rites archaïques et les symboles européens. Par exemple au Pérou, berceau de la civilisation Inca, Cuzco porte un témoignage dans ce sens, dans le plus vaste monument de la ville et haut lieu de l’Empire, le Grand Temple du Soleil, appelé Coricancha (l’enceinte d’or). C’est sur les fondations en pierre de ce temple que les Dominicains construisirent leur couvent après la conquête. Dans le grand temple de Coricancha se trouvait, au-dessus de l’autel, une représentation de la vision cosmologique du monde inca. La peinture murale montrait sept petits cercles, chacun avec un point au centre, évoquant sept yeux. Ce sont « les yeux du créateur de toutes choses », qui n’étaient autres que les yeux de Viracocha, dieu suprême des Incas. Cette singulière représentation du monde sacré rappelle le texte de la Bible, où le prophète Zacharie (4, 10) parle des sept yeux du Seigneur qui surveillent tous les peuples de la terre. On peut donc voir là une influence de la pensée judéo-chrétienne.

Au regard de l’histoire, des mythes, des coutumes et des croyances des peuples qui habitaient jadis sur le continent américain, il apparaît que la notion de Territoire se révèle dans l’actualité être un élément important pour l’avenir de leurs descendants. Ainsi les Mapuches luttent pour que le gouvernement chilien reconnaisse leur souveraineté sur un territoire ancestral aujourd’hui géré par des entreprises forestières. Les plus radicalisés affrontent la police, coupent les routes et saccagent camions et engins depuis une vingtaine d’années. Selon Pauline Abramovicht, journaliste de Santiago du Chili, « privés de canaux de communication et critiqués par la majorité des Chiliens, les Mapuches espèrent que la visite du pape va permettre de « mettre en lumière » leur combat, bien que certains, peu enclins à négocier, disent ne pas attendre grand-chose de la visite du Saint Père ». Dans ce sens, un des leaders de la Coordination Arauco Malleco (araucanos : nom générique donné par les Espagnols aux tribus réunissant les Mapuches, les Pehuenches et les Puelches, parmi d’autres), Ramon Llanquileo, a dit : « Ici, les transformations concrètes, nous allons les obtenir nous-mêmes avec nos propres efforts ».

Cette organisation radicale pro-Mapuche fait sans doute écho au mouvements de revendication territorial qui ont eu lieu dans les années 70 et 90 aux États-Unis et au Canada : « Les autochtones n’ont pas à attendre la souveraineté. Ils n’ont qu’à la prendre […] Si les gouvernements résistent, alors les Indiens vont répliquer en organisant des barrages routiers ou des sit-in », avait déclaré en juillet 1996 Olide Mercredi, grand chef de l’Assemblée des Premières Nations du Canada.

Au Pérou, dans une salle de Puerto Maldonado, le pape va se réunir avec environ 3 500 indiens de l’Amazonie, où 350 000 autochtones habitent distribués en une cinquantaine de groupes ethniques. Cette zone est victime d’une intense activité aurifère illégale. « La présence du pape dans la région de Madre de Dios est liée à la pollution et à l’exploitation de nos territoires, outre la manque de sécurité juridique pour les terres des communautés indigènes », s’est ainsi exprimé Julio Cusuriche, président de la Fédération des natifs de la rivière de Madre de Dios. Pour conclure, une information susceptible de fournir matière à méditer : la visite du pape François au Pérou,  va coûter au contribuable près de 10 millions d’euros, « une somme correspondant à ce type d’événements » selon le ministre péruvien du Travail, Alfonso Grados, coordinateur général de l’itinéraire papal. Bien sûr, le plus important est de ne pas perdre la foi.

Eduardo UGOLINI

Page 1 sur 4123...Last »

Inscription newsletter

Inscription newsletter depuis le 11 mars

Articles par mois

Articles par catégorie