Archives des catégories :

Colombie

Le 26 juillet : une mobilisation géante contre les assassinats politiques en Colombie

Des milliers de Colombiens ont défilé dans une cinquantaine de villes du pays le 26 juillet dernier, pour dénoncer les crimes et assassinats de centaines de militants, de paysans et d’indigènes dans le pays. Entre janvier 2016 et aujourd’hui, d’après l’institut pour le développement de la paix colombien (Indepaz), 756 leaders sociaux, paysans et indigènes ainsi que des ex-membres des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie, dissoutes en 2017) ont été assassinés.

Photo : Espaces Latinos

Dans une centaine de villes du monde, en incluant une cinquantaine de villes colombiennes, des citoyens se sont joints aux Colombiens pour exiger l’arrêt de la violence et de l’impunité, suite à l’appel d’une marche pour la vie et la défense des leaders sociaux et défenseurs des droits de l’homme colombiens. Les organisateurs de la marche ont demandé à Héctor Abad Faciolince, grande figure de la littérature colombienne, d’être leur porte-voix. 

L’initiative est une réponse à l’indignation généralisée provoquée par les assassinats des leaders sociaux d’Antioquia, Cauca, Chocó, Valle Del Cauca, Córdoba, Nariño, Caquetá, Santander, Cesar et d’autres régions de Colombie. Les victimes faisaient partie d’organisations paysannes, indigènes, des communautés d’Afro-descendants ainsi que des anciens membres des Farc démobilisés. 

Le cri d’un enfant

L’indignation est arrivée à son comble le 21 juin après l’assassinat de María del Pilar Hurtado, leader social à Tierra Alta (Córdoba), criblée de balles devant sa famille et sous les yeux de son fils de 12 ans. Cet événement a été le déclencheur d’une mobilisation générale en Colombie, et de l’appel international à manifester le 26 juillet dernier. Ce crime fait partie d’un contexte de violence accrue avec déjà plus de 700 militants assassinés. En moyenne, tous les trois jours, un dirigeant social est assassiné, et 90 % de ces crimes ne sont pas élucidés, restant donc dans l’impunité.

L’image d’un enfant désespéré qui crie et frappe contre le mur devant le corps inerte de sa mère est insupportable. Une des personnes de la communauté qui a assisté à ce crime a enregistré la scène, provocant une clameur nationale en Colombie, et l’indignation de tous les Colombiens au-delà des différences politiques. Selon la Fiscalía General de la Nación (équivalent du Procureur), 66 % des assassinats ont lieu dans les zones rurales et 34 % dans les zones urbaines. 

María del Pilar Hurtado, 34 ans, dirigeante de la fondation de victimes «Adelante con Fortaleza» (Funviavor) de la région du Cauca, était arrivée à Tierralta (Córdoba) il y a un an avec sa famille, pour se protéger des menaces qu’elle avait reçues suite à ses dénonciations sur des lieux de tortures, de crimes et de disparitions. Elle était devenue une cible des paramilitaires soupçonnés d’en être les auteurs. 

Les AGC (Autodefensas Gaitanistas de Colombia), des «paramilitaires», faisant partie des groupes d’autodéfense Unidas de Colombie avant leur démobilisation, selon les habitants de Tierralta, «se sont imposés comme l’acteur armé illégal principal, présents dans la totalité des municipalités et territoires au sud de Córdoba». «Ils portent des armes, des moyens de télécommunication, s’habillent en civil le jour et en noir ou en uniforme de camouflage pendant la nuit». Les AGC contrôlent aussi les cultures de coca et les exploitations illégales d’or ainsi que leur transit vers les côtes. D’après le Défenseur du peuple, une institution colombienne, le plus inquiétant est leur expansion territoriale. 

Un groupe de 38 eurodéputés a adressé une lettre à Federica Mogherini, la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, dans laquelle ils expriment leur profonde inquiétude concernant la sécurité des défenseurs des droits de l’homme en Colombie et l’avenir des Accords de paix. 

Cette journée de mobilisation a été lancée après que le Défenseur du peuple a dénoncé les meurtres de militants pour les droits de l’homme dans le pays. «Le silence, c’est l’indifférence», ont dénoncé les manifestants réunis sur la place Bolivar à Bogotá, où ont afflué des milliers de personnes portant des bougies, des banderoles et des silhouettes représentant les victimes.

Pour les organisations sociales, il est urgent que l’État, qui a eu du mal à admettre le caractère systémique de ces crimes, élabore une politique publique de protection des dirigeants sociaux, qui soit construite avec la participation des communautés. Cependant, le président de droite Iván Duque, continue de fermer les yeux. Ce panorama dramatique est le contexte dans lequel se préparent les élections colombiennes en octobre prochain. 

Olga BARRY

Jesús Santrich, un ancien chef des Farc devant la justice colombienne

Jesús Santrich, ancien chef de la guérilla des Farc, accusé de délits présumés commis lors d’une implication dans le narcotrafic, qualifie le procès intenté contre lui de «coup monté». À ses yeux, il existe en Colombie une faction de la population qui souhaite nuire aux accords de paix. Dans cette entrevue exclusive avec France 24, il souligne qu’il faut trouver un moyen pour offrir des solutions aux différents problèmes d’ordre social.

Photo : RCN radio

Le 29 mai 2019, la Cour suprême de Colombie a émis un verdict ordonnant la libération de Seuxis Paucias Hernández Solarte, mieux connu sous le nom de Jesús Santrich, un ex-leader guérillero qui occupe désormais un siège au Sénat colombien. Santrich a été capturé en avril 2018 pour sa présumée participation dans plusieurs délits liés au narcotrafic, notamment dans l’envoi de 10 tonnes de cocaïne aux États-Unis. Actuellement membre du Parlement colombien, il qualifie de coup monté l’action menée à son encontre.

«Je ne pense pas que l’accusation du parquet et de la DEA (Drug Enforcement Agency, Administration pour le contrôle des drogues), était personnellement dirigée contre moi. Il était question de détourner l’attention du processus de paix de la part non seulement du procureur mais d’un secteur belliciste qui existe dans le pays» affirme Santrich lors d’une conversation avec les journalistes de France 24 Pascale Mariani et David González.

Le membre du parti Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común (Farc), apparu après les accords de paix, soutient son innocence face aux accusations qui l’inculpent. De plus, il tient pour responsable le Département d’État des États-Unis ainsi qu’une partie du gouvernement colombien d’entraver le processus de paix.

«Je suis innocent et j’ai tous les éléments nécessaires pour corroborer cela. Quand j’étais en Colombie, j’étais constamment sous surveillance policière […] Maintenant, le procès s’apprête à maintenir un tissu de mensonges perfides qui mine la bonne foi de ces personnes qui sont arrivées en même temps que les ex-combattants» ajoute le politicien.

Le rejet de l’extradition

Un ordre d’extradition est lancé afin que Santrich soit transféré aux États-Unis pour ces délits de narcotrafic, une mesure qui a été refusée par la Justicia Especial para la Paz (JEP) en Colombie. Malgré cela, l’ex leader guerrillero souligne qu’il continuera à se battre pour défendre les accords de paix dans son pays.

«Je préfère mourir en luttant en Colombie plutôt que d’être extradé par un empire qui a nuit à notre pays en y intervenant, en surexploitant ses ressources naturelles et en y installant un esprit belliciste» ajoute Santrich.

Le politicien semble aussi être préoccupé par la quantité des chefs de file et ex-membres de la guerilla qui sont morts ces dernières années à cause de l’escalade de la violence. Malgré cela, il reste confiant dans le processus de paix et souligne qu’il est disposé à le défendre.

«Je ne me risquerai pas à contrôler les statistiques quant au respect de l’accord, mais ce que je peux dire c’est que 150 camarades de nos camarades se retrouvent sous terre et plus de 300 dirigeants sociaux se sont fait assassinés dans une escalade guerrière infâme […] Il est nécessaire de redoubler d’effort pour rebâtir la réputation dont jouissait l’accord de paix lors de sa signature à La Havane» dit Santrich.

En ce qui concerne les quelques ex-combattants dissidents qui sont retournés au combat armé, Santrich explique que cela a été grandement débattu, et qu’il ne s’oppose pas à la décision prise par certains de ses camarades.

«La rébellion armée est un droit universel des peuples, le fait que nous ayons emprunté la voie pacifique ne nous élève pas à un rang supérieur, nous respectons totalement la décision de nos camarades. […] tant qu’il y aura de la conflictualité sociale il y aura des rébellions armées», explique l’ex-chef guérillero.

Enfin, il signale que lorsque son parti le lui demandera, il prendra possession de son siège au Parlement colombien. «C’est une autre lutte que nous devons mener : la lutte parlementaire

D’après France 24
Traduit par Alice DREILLARD

Un attentat contre Francia Márquez lauréate du prix Goldman pour l’environnement

«Aujourd’hui, nos leaders continuent de souffrir des violences du conflit armé et nous ne le supportons plus ! Président Iván Duque, sommes-nous condamnés à mourir ici ?» a récemment déclaré Francia Márquez. C’est le fruit d’un processus observé sur plusieurs mois qui éclate en ce début de mai avec l’attentat visant des leaders sociaux de la communauté afro-colombienne de Cauca en Colombie. Ces défenseurs de l’environnement sont sujets à des violences de plus en plus fortes pour leurs revendications sociales et territoriales.

Photo : Guylaine Roujol Perez

L’ascension de complot visible dans le département de Cauca révèle un climat de tension plus général où sont visés plus particulièrement les communautés aux ethnies colorées et les activistes engagés pour faire valoir leurs droits. Le 5 avril 2019, un collectif d’associations de Colombiens de France et d’autres pays d’Europe avait dénoncé à La Haye aux Pays-Bas l’accroissement du nombre de leaders sociaux assassinés pour leur militantisme, exposant ainsi sur la scène internationale la situation alarmante. Le 4 mai 2019, l’Aconc (Association des conseils de la communauté du nord Cauca) s’est réunie dans le but de planifier des négociations avec le gouvernement à la suite de la marche du 10 mars entreprise par les communautés indigènes autour du projet de route panaméricaine. 

Accompagnée du PNC (Processus des communautés noires), l’Aconc a exprimé son soutien comme une «expression valide de la réclamation des peuples colombiens contre un racisme structurel». Les accords et pétitions des communautés noires se répartissent en cinq lignes directrices qui sont le territoire, les ressources pour les systèmes de santé et d’éducation, les droits humains, l’extraction minière et la mobilisation des femmes pour la protection de la terre. Alors que ses membres s’étaient réunis à la Finca de la Trinidad, dans la municipalité de Santander de Quilichao, un attentat a été court-circuité par la présence des agents de sécurité de certains leaders. Ceux-ci ont repoussé l’embryon de ce qui aurait pu être un véritable massacre. L’utilisation de grenades et d’armes à feu contre ces fervents défenseurs des communautés noires du Cauca n’est qu’une démonstration de plus du tonnerre grimpant dans cette région menacée. 

Ce mercredi 8 mai 2019, les membres de l’Aconc se sont réunis une nouvelle fois à Santander de Quilichao en présence des ministres de la présidence de la République afin de réactiver le dialogue et de pointer les 300 accords signés, mais non accomplis depuis 1986. Bien qu’elle se révèle peu concluante, cette réunion a pu réaffirmer la quête de justice poursuivie par la population noire de Cauca.

Francia Márquez, lauréate en 2018 du prix Goldman pour l’environnement (région Amérique centrale et du Sud) prend la parole à ce sujet. Jeune femme à la personnalité affirmée, elle a mis ses études de droit au profit de ses idées en dénonçant l’exploitation minière illégale, la déforestation ainsi que la contamination des eaux au mercure dans sa région. En 2016, elle s’est battue et a obtenu des accords de paix au sein d’une délégation de victimes à La Havane. Elle pointe ici la «négligence du gouvernement» face au «crime humanitaire» qui se perpétue dans la région de Cauca. «Nous vivons dans un pays très dangereux, où pas même le président ne connaît la tranquillité de parcourir le territoire qu’il gouverne. Nous refusons de continuer de voir mourir les leaders sociaux ainsi que les membres de notre communauté. Sommes-nous condamnés à mourir ici ? Je pose cette question au gouvernement. Nous continuons d’avancer et nous continuons de lutter pour un pays en paix», ajoute-t-elle avec détermination.

Marine COMMUNIER

Colombie et lutte contre le narcotrafic : quand le glyphosate tombe du ciel

Pendant plusieurs années, la Colombie a eu recours à une méthode pour le moins controversée pour lutter contre le narcotrafic : l’épandage de glyphosate à haute concentration largué par avion sur les plantations de coca. Catastrophique pour l’environnement et pour les paysans, cette pratique avait été interdite en 2015 mais pourrait bien reprendre. C’est en tout cas le souhait du président colombien.

Photo : El Economista

Alors qu’en France et plus largement en Europe, le glyphosate enflamme les débats pour savoir quand interdire cet herbicide et comment le remplacer, il est pendant ce temps allègrement utilisé en Colombie par l’armée et la police militaire. Premier producteur de cocaïne au monde, la Colombie a depuis longtemps usé de la méthode forte pour détruire les plantations de coca, matière première de la cocaïne. Jusqu’en 2015, les États-Unis –premier pays consommateur de cocaïne dans le monde– ont même mis à disposition des autorités colombiennes des avions militaires pour pulvériser des tonnes de glyphosate sur les plantations de coca sans se soucier ni de l’environnement ni des paysans vivant aux alentours.

Cette pratique avait été suspendue par la Cour constitutionnelle colombienne après que l’Organisation mondiale de la santé a classé le glyphosate comme cancérigène probable en 2015. Depuis, la destruction des plantations de coca se faisait par l’arrachage ou la fumigation manuelle. Mais l’expansion des plantations depuis 3 ans et les pressions exercées par les États-Unis de Donald Trump ont conduit le président colombien Iván Duque à demander le jeudi 7 mars 2019 à la Cour constitutionnelle de modifier sa décision de 2015 sur la suspension des pulvérisations aériennes de glyphosate.

Pourtant, cette stratégie brutale s’est avérée inefficace puisqu’elle n’a jamais permis de venir à bout du narcotrafic et elle a fait payer un lourd tribut aux populations locales. Entre 2005 et 2014, 1 200 000 hectares auraient été traités avec du glyphosate, alors que la superficie des champs de coca n’a diminué que de 14 000 hectares. Avec des dosages de glyphosate concentrés jusqu’à 44% dilués dans l’eau avec d’autres substances chimiques (loin de la limite des 3% préconisée par le fabriquant), les fumigations aériennes sont vivement dénoncées par les populations colombiennes qui habitent à proximité des plantations, par des groupes de chercheurs et des associations de défense des droits de l’homme.

Dans le film documentaire Colombie, poison contre poison datant de 2016, le journaliste Marc Bouchage a notamment recueilli les témoignages des victimes en Colombie et à la frontière avec l’Équateur. Il y montre les ravages des fumigations : enfants malades ou morts nés, destruction des plantations vivrières de cacao et de papaye, mort du bétail, peaux brûlées et explosion des cancers… La reprise des épandages ferait ainsi payer à nouveau le prix fort aux paysans pauvres, premières victimes de la lutte contre le narcotrafic.

Mise à part la suspension des épandages, d’autres facteurs expliquent d’ailleurs la hausse des plantations de coca : la dévaluation du peso colombien face au dollar ; la chute des cours de l’or qui a amené les habitants des campagnes à préférer la culture de la coca aux mines clandestines ; et l’espoir suscité par le programme de substitution des narco-plantations prévu par l’accord de paix de 2016 avec l’ex-guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). Ce programme aurait ainsi entraîné comme effet pervers une hausse des déclarations des terres concernées dans l’espoir de bénéficier de ce dispositif…

Gabriel VALLEJO

Le film Colombie, poison contre poison, de Marc Bouchage et Maud Rieu, 52 minutes, 2016 est en accès libre ici. Autoproduit, le documentaire a été sélectionné dans une quinzaine de festivals de cinéma d’Amérique latine et d’Europe. Il a reçu le prix du meilleur moyen métrage étranger au Festival international du film des droits humains de Sucre, en Bolivie (2017) et le prix du Public au festival Documental : l’Amérique latine par l’image (2017), à Lyon, en France.

Vers une nouvelle situation de guérilla en Colombie face aux accords de paix ?

L’attentat du 17 janvier dernier, perpétué contre l’École de police à Bogotá, et qui a fait 21 morts et plusieurs dizaines de blessés, a finalement été revendiqué par l’ELN (Ejército de Liberación Nacional), un groupe guérillero qui mène une guerre contre l’État colombien depuis 1964. Toutes les forces politiques colombiennes, à gauche comme à droite, dont l’ancienne guérilla des FARC, aujourd’hui transformée en parti politique, ont condamné l’attentat dans les termes les plus fermes. Nous reproduisons ici une tribune de l’IRIS.

Photo : Amambay News

Dauphin politique de l’ex-président Alvaro Uribe, l’actuel président colombien Iván Duque avait mené sa campagne présidentielle de 2018 en critiquant les accords de paix signés en novembre 2016 entre le gouvernement du président Juan Manuel Santos et les FARC. Il s’était aussi opposé au nouveau processus de négociation entamé avec l’ELN depuis février 2017.

Si les auteurs de l’attentat pensaient que leur acte obligerait le président Duque à relancer les négociations de paix, leur pari a échoué. L’attentat a fourni une raison de poids au nouveau gouvernement pour annoncer la fin des pourparlers avec la guérilla. La «paix complète» qui avait pour but la fin des hostilités avec les deux grands groupes insurgés de Colombie n’aura donc pas lieu cette fois-ci.

Il se pose cependant une autre question qui a déjà des sérieuses retombées internationales. Au-delà de la fin des négociations, le gouvernement colombien a demandé que Cuba, siège des pourparlers de paix, lui livre les membres de la délégation de l’ELN pour que ceux-ci soient jugés pour actes terroristes en Colombie. Le problème est que cette exigence va à l’encontre du «protocole en cas de rupture des négociations» qui a été signé par le gouvernement colombien, l’ELN et les six pays garants initiaux : le Brésil, le Chili, Cuba, l’Équateur (garant jusqu’en avril 2018), la Norvège et le Venezuela (garant jusqu’en septembre 2018).

Or ce protocole existe précisément pour que les délégations puissent, dans l’éventualité de désaccords insurmontables, retourner indemnes dans leurs théâtres d’opérations. Sans protocole de ce type, aucune négociation de paix ne serait possible nulle part. Tous les pourparlers qui ont eu lieu en Colombie depuis les années 1980 ont été dotés de protocoles de ce genre qui ont d’ailleurs été appliqués à la lettre chaque fois que les négociations n’ont abouti à rien.

Il faut ajouter que, mis à part un bref cessez-le-feu en septembre 2017, les négociations entre le gouvernement colombien et l’ELN se sont déroulées sur toile de fond d’affrontements fréquents. Un des représentants des pays garants admettait, en 2017, qu’à la table des négociations, «on ne parle pas des morts»[i].

La réponse du gouvernement cubain ne s’est pas fait attendre. Après avoir condamné l’attentat, Cuba a confirmé qu’elle «agirait en strict respect des Protocoles des dialogues de paix signés par le gouvernement [colombien] et l’ELN». Cuba n’extraderait pas les guérilleros vers la Colombie.

Face à la réponse cubaine, le président Duque a insisté qu’on «ne pouvait justifier un protocole qui empêcherait que justice soit faite». Il a aussi fait remarquer que son gouvernement n’était plus, de fait, en pourparlers avec la guérilla, et que pour autant ce protocole n’était plus applicable. Plusieurs analystes colombiens ont rétorqué que s’il était vrai qu’aucun représentant du gouvernement colombien ne se trouvait à La Havane au moment de l’attentat, certains contacts avaient néanmoins été maintenus et qu’aucune rupture officielle n’avait été annoncée[ii].

Reste les autres pays garants. La Norvège, qui a joué un rôle fondamental dans le processus de paix avec les FARC et dans les négociations avec l’ELN, a rappelé au gouvernement colombien, par le biais d’une note verbale assez ferme, qu’elle avait «accepté d’assumer la responsabilité d’être un pays garant», qu’elle «prenait très au sérieux cette responsabilité et la confiance en elle déposée», qu’elle avait signé le protocole ; avant d’ajouter : «en tant que facilitateur et garant conséquent, la Norvège doit respecter ses engagements»[iii]. La position de la Norvège, pays légitime en matière de négociation de paix du fait de son expérience accrue dans plusieurs processus de ce genre, aura surement un impact dans certains cercles diplomatiques.

Le Chili a exprimé au contraire son «appui total au gouvernement colombien et sa ferme détermination de poursuivre en justice les responsables de cet acte terroriste brutal», sans rien dire de précis sur la potentielle rupture du protocole. Quant au Brésil, il n’a encore rien dit. Il est facile d’imaginer que les diplomates d’Itamaraty, le prestigieux ministère brésilien des Affaires étrangères, croisent les doigts pour que le président Jair Bolsonaro ne se prononce pas.

L’opinion des élites de la diplomatie mondiale n’est sans doute pas le souci le plus criant du président Duque, plus préoccupé par une opinion publique colombienne fortement interpellée par l’attentat du 17 janvier. Pourtant, la position du président Duque face à Cuba ne fait pas l’unanimité dans un pays marqué par une tradition légaliste de longue date. Toute l’opposition, au centre-droit comme à gauche, s’accorde sur le manque de sérieux d’un gouvernement qui se doit de respecter les engagements de l’État colombien.

L’opinion éditoriale du quotidien colombien El Espectador du 22 janvier est accablante : «C’est de cette façon que le gouvernement Duque va traiter les pays alliés qui ont été fondamentaux pour les négociations ? En les mettant dos au mur ? Ces pays ont prêté leur crédibilité pour que les deux parties puissent avoir confiance, que des règles définies au préalable soient dûment respectées. Comment peut-on aujourd’hui exiger qu’ils violent ces règles et, s’ils ne cèdent pas, laisser entendre qu’ils sont des facilitateurs du terrorisme ?»

Cette nouvelle crise latino-américaine s’insère dans le contexte de forte polarisation aux accents prononcés de guerre froide, notamment signalée par Jean-Jacques Kourliandsky sur le site de l’IRIS. Le regain des pressions contre Cuba, accélérées aujourd’hui par les revers successifs de la gauche dans le sous-continent, joue sans doute beaucoup. Aux États-Unis, l’influent sénateur républicain Marco Rubio a tweeté que «les leaders [de l’ELN] vivent à Cuba sous la protection du régime» et «opèrent depuis le Venezuela […] Tous deux des États qui parrainent le terrorisme». Le secrétaire général de l’Organisation des États américains, Luis Almagro, en campagne depuis peu contre le gouvernement cubain et à la recherche de votes pour sa réélection, a lui aussi soutenu la demande d’extradition colombienne.

Hormis la reprise d’une guerre fratricide qui a déjà fait beaucoup de morts, la conséquence de ces événements sera d’empêcher toute possibilité de pourparlers de paix dans un futur immédiat. La guérilla de l’ELN ne s’empressera pas de rejoindre une table de négociation ; les pays voisins ne se hâteront guère à se porter volontaires. Il faut espérer que ce retour à la violence ne colonisera pas le post-conflit dans le cas des accords avec les FARC. Certains indices nous mènent à penser que c’est déjà le cas.

Quant à sa dimension internationale, cette nouvelle couche d’animosité vient s’ajouter au contexte de mésententes latino-américaines croissantes qui menacent de façon de plus en plus alarmante la stabilité régionale.

Guillaume LONG
D’après l’IRIS

[i] Conversation avec le représentant anonyme d’un pays garant.

[ii] Voir en particulier https://lasillavacia.com/blogs/mi-plebi-si-tio/es-valida-la-exigencia-cuba-de-que-entregue-los-negociadores-del-eln-69646

[iii] Note verbale du Royaume de Norvège du 22 février.

La guérilla colombienne de l’ELN revendique l’attentat de Bogotá contre une école de police

L’attentat qui a visé jeudi l’école nationale de la police à Bogotá a été revendiqué lundi dernier par la guérilla colombienne de l’ELN. Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière survenue en Colombie depuis 2003. Nous reproduisons ici un article signé France 24.

Photo : Radio Rumba

La guérilla colombienne de l’ELN a reconnu lundi 21 janvier être responsable de l’attentat contre l’école nationale de la police à Bogotá qui a fait 20 morts jeudi et entraîné la rupture du processus de paix. «L’opération effectuée contre ces installations et ces troupes est licite dans le cadre du droit de la guerre, il n’y a eu aucune victime non combattante», a déclaré la direction nationale de l’ELN dans un communiqué diffusé lundi matin sur son site internet.

L’attentat à la voiture piégée a visé l’école des officiers Général Francisco de Paula Santander située dans le sud de Bogotá. L’auteur de l’attaque est entré en début de matinée jeudi dans l’enceinte de l’École des officiers Général Francisco de Paula Santander, au volant d’une camionnette grise chargée de 80 kg de pentolite, un puissant explosif, selon le procureur général, Néstor Humberto Martínez.

Il s’agit de l’attaque la plus meurtrière qu’ait subie Bogotá depuis un attentat, également à la voiture piégée et commis alors par les Farc, qui avait fait 36 morts, des dizaines de blessés le 7 février 2003, au Nogal, un club social très exclusif du nord de Bogotá.

Le président Iván Duque a condamné «ce misérable acte terroriste» : «Nous tous, Colombiens, rejetons le terrorisme et sommes unis pour l’affronter. La Colombie s’attriste, mais ne cède pas face à la violence», a ajouté le président sur Twitter. L’attentat a été unanimement condamné, en particulier par le bureau de l’ONU en Colombie, les États-Unis, le Venezuela voisin et les Farc qui ont exprimé leur solidarité avec les victimes.

Le dernier attentat majeur commis en Colombie remonte à janvier 2018, quand un commando de l’Armée de libération nationale (ELN) a fait exploser une bombe dans la ville portuaire de Barranquilla, tuant cinq policiers et faisant des dizaines de blessés.

D’après France 24

Fragmentos, un «contre-monument» qui rend hommage aux victimes des guérillas

Cinquante-trois ans. C’est le nombre d’années qui marquera à jamais la Colombie. Cinquante-trois ans de conflit armé auquel un accord de paix, signé entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les FARC, a mis fin le 24 novembre 2016. Depuis, les rebelles ont rendu leurs armes et se sont reconvertis en parti politique. Depuis, un «contre-monument» a été construit, à l’initiative de l’artiste Doris Salcedo, afin de recueillir les mémoires plurielles du conflit.

Photo : Le Soir Plus

2018 a posé une nouvelle pierre à cette paix en construction. L’artiste Doris Salcedo a réalisé une œuvre consacrée à la mémoire des victimes, concentrée dans ce nouveau musée, à Bogotá, dont le sol d’acier est fait de 26 tonnes d’armes broyées livrées par les Farcs et conservées par la Police pour la paix (Unipep) tout au long du processus.

Fragments est ainsi devenu un lieu où des dialogues difficiles se tiendront, car l’ambition de l’artiste est de faire cohabiter et accepter des mémoires antagonistes, celles des 8 millions de victimes du conflit, afin de générer une polyphonie de voix discordantes. La mémoire des femmes victimes sexuelles des acteurs du conflit armé n’a pas non plus été oubliée, elles qui ont martelé ce métal de leurs angoisses et de leur colère.

Fragments est pour elles une réparation symbolique des souffrances engendrées par cette guerre et, pour tout le pays, un signe de pardon, de paix et de réconciliation. Deux autres monuments verront également le jour, conformément aux accords de paix, à New York et à Cuba.

Chaque «fragment» d’acier martelé de ce contre-monument rappelle à tous les Colombiens, ainsi qu’au monde entier, qu’il est important de se souvenir pour ne pas que l’histoire se répète. Ainsi est désormais scellée, pour les cinquante-trois prochaines années, l’histoire de la violence.

Marlène LANDON

Après avoir obtenu un diplôme d’artiste plasticienne en 1980 à l’université Jorge Tadeo Lozano de Bogota puis un master en art à l’université de New York en 1984, Doris Salcedo retourne en Colombie, où elle enseigne la sculpture et la théorie de l’art. Son œuvre personnelle, récompensée en 1993 par une bourse de la Fondation Penny McCall, est constituée pour l’essentiel d’installations. Ce sont le plus souvent des dispositifs de mémoire qu’elle élabore après avoir écouté des individus ayant subi la perte violente d’un être bien aimé. En savoir plus sur Doris Salcedo

Femmes Farc, adieu à la guerre : le premier documentaire réalisé par des ex-guérilleras

La file d’attente a envahi tout le pâté de maison du Musée national. C’était le lundi 26 novembre à 19h. Les premières personnes à pénétrer dans le lieu avaient attendu plus de deux heures pour obtenir de bonnes places dans la petite salle Teresa Cuervo, où allait être projeté le documentaire Nunca invisibles : mujeres Farianas, adiós a la guerra, le premier long-métrage imaginé et créé par des anciennes Farc. Ces ex-combattantes Farc concrétisent un projet : raconter leurs vies à travers le cinéma. C’est, pour elles, un premier pas pour la réinsertion dans la vie civile. Nous reproduisons ici un article extrait de Pacifista.

Photo : Tanja Jungle

Toutes les protagonistes de l’histoire, les femmes de l’Espacio Territorial de Capacitación y Reincorporación (ETCR), organisme travaillant à la réinsertion des Farc dans la ville d’Icononzo, département de Tolima, sont entrées par la porte arrière du musée. Une véritable entrée VIP. Le vigile les a appelées par leurs prénoms et elles ont passé la porte d’acier avec fierté.

Il y a un an, fin 2017, elles travaillaient à Icononzo sur le thème de la mémoire et des perspectives de genre. C’est dans cet espace que leur est venu à l’esprit de reconstituer leurs histoires à travers un héritage nouveau, né avec l’Accord de paix : l’art audiovisuel. Elles étaient habituées aux visites de la presse et aux interviews, mais elles n’avaient jamais pris le contrôle de leur propre histoire, pensé à des caméras, et de la forme qu’elles souhaitaient donner à leurs récits de vie. C’est ainsi qu’est née cette histoire.

L’idée s’est concrétisée quand le groupe d’initiatives de mémoire du Centre national de mémoire historique, le PNUD et le gouvernement canadien, ont pris connaissance du projet des femmes d’Icononzo. Ils ont accepté de financer le documentaire. «Ce fut l’un des plus grands paris pour 2018 et la plus polémique des 25 initiatives annuelles que l’on ait eu» explique Daniel Valencia, l’un des membres du groupe des initiatives.

«Femmes Farc» : ce sont les mots que l’on pouvait lire sur les chemises blanches des ex-combattantes. Sur le devant, une rose rouge imprimée à côté du cœur. Entourées de journalistes, de photographes, d’acteurs et de personnes qui s’approchaient avec curiosité : jamais elles n’avaient connu cela.

«Que signifie être une femme révolutionnaire ?» a demandé une femme du M-19 en réinsertion à cinq femmes Farc qui attendaient à l’entrée : «Continuer à être révolutionnaires, même avec des cicatrices, c’est travailler sur l’empouvoirement, dans les régions, les espaces territoriaux et, pourquoi pas, dans la ville et ses salles de cinéma. Nous savons ce qu’est l’idéologie et l’identité des Farc» lui a répondu l’une d’entre elles.

Après quelques interventions et remerciements, dans une salle complètement pleine, le film a commencé. Les jeunes enfants des actrices leur criaient «maman !» en les voyant à l’écran, pendant qu’elles rougissaient de se voir ainsi projetées. Dans le long-métrage, chacune des cinq protagonistes répond aux questions suivantes : Pourquoi êtes-vous entrée dans la guérilla ? ; Comment était la vie dans le monte ? ; Qu’est-ce qui a changé avec le processus de paix ? Les récits touchent à des thèmes sensibles comme la grossesse et l’équité des genres dans les rangs guérilleros.

Les spectateurs ont applaudi lorsque les femmes ont prononcé des paroles fortes à propos de la fierté féminine chez les guérilleros. «Quand j’ai intégré les Farc j’ai vu que les hommes, par exemple, faisaient également à manger. Tout était fait de façon égalitaire, et ça c’était quelque chose que j’avais envie de voir.» Après avoir écouté ce témoignage, l’auditoire a explosé en brouhahas. «Il est nécessaire de pouvoir avoir enfin une paix fondée sur une justice sociale et que les femmes puissent y contribuer.» L’audience a redoublé d’applaudissements.

Le documentaire répond à une question clef : qu’est-ce qui a poussé tant de femmes à rejoindre les rangs des Farc et comment cela se passait-il quand elles y étaient ? Des interviews de cinq femmes appartenant à la guérilla et de l’une de leurs filles, née durant ces années de combat, ont été montrées pendant 40 minutes. Les questions de genre, de pardon, de réconciliation ont été abordées ainsi que la vie quotidienne dans le monte. Chacune d’elles, avec sa propre expérience, a contribué à l’éclaircissement de la vérité sur ce conflit. Et bien que chaque histoire soit unique, ces femmes ont tenté de raconter la vie quotidienne d’une femme guérillera et de les transposer sur le grand écran.

Le documentaire prend fin et les lumières se rallument : la salle est plus remplie qu’à son lancement, le film a été mieux reçu que ce que l’on pensait. Ce premier essai -recueillir la mémoire au travers d’une production audiovisuelle- pourrait ouvrir la voie à des ex-combattantes, afin qu’elles croient en l’art comme forme d’expression, pour raconter des vies. Et le plus important : le faire comme elles le veulent, comme elles le sentent. Il s’agit en fait de se réinsérer dans la vie civile par le biais de leurs propres récits.

Finalement, toutes ont déclaré que l’une des raisons pour lesquelles elle se montrent devant les caméras est l’héritage de paix qu’elles souhaitent laisser à leurs enfants. «Nous voulons qu’ils aient plus d’opportunités que ce que nous avons eu, et qu’ils ne soient pas condamnés à répéter notre histoire», cria une mère en sortant de la salle.

D’après PACIFISTA !
Traduit par Cécile PILGRAM

Iván Duque prend les rênes d’un pays axé sur l’accord de paix avec la guérilla

Dimanche dernier, la Colombie a vécu sa première élection présidentielle depuis la signature de la paix en 2016 qui a permis de mettre fin à un demi-siècle d’affrontements avec l’ancienne guérilla marxiste Farc. Iván Duque a été élu nouveau président de la République colombienne pour cinq ans.

Photo : La Semana

Le président élu, candidat du Centre démocratique, avait précisé pendant la campagne qu’il ne voulait pas réduire en miettes l’accord avec les Farc, mais qu’il était nécessaire de lui apporter certaines modifications. Car pour Iván Duque, poulain de l’ancien président Álvaro Uribe, si l’accord de paix a partiellement atteint son but, des corrections sont prêtes à être apportées à cet accord, dont l’un des axes était de permettre aux ex-guérilleros de déposer leurs armes et de se reconvertir dans la vie politique. Ainsi l’ex-FARC (acronyme des Forces armées révolutionnaires de Colombie) est devenu, en août dernier, le nom du nouveau parti FARC (Force alternative révolutionnaire du commun). 

En ce qui concerne les corrections à apporter à l’accord de paix signé par son prédécesseur Juan Manuel Santos –un accord qui lui a valu le prix Nobel de la paix–, le détail des modifications prévues n’est pas connu. Cependant, pendant sa campagne, Iván Duque s’en était pris à certains ex-chefs de la guérilla dont il avait dit vouloir envoyer en prison ceux coupables de crimes graves. Le nouveau président de la droite dure avait aussi promis de leur interdire de siéger au Parlement.

Après l’annonce des «corrections» à apporter à l’accord, le FARC n’est pas resté muet et a appelé le président nouvellement élu de faire preuve de bon sens. «Ce que demande le pays, c’est une paix intégrale qui nous mène vers la réconciliation», a affirmé la formation avant d’ajouter que «contourner cet objectif ne peut être un programme de gouvernement». Mais pour Iván Duque, ces corrections auront pour but de placer les nombreuses victimes au centre du processus pour leur garantir vérité, justice et réparations.

En effet, la guerre sans merci déclarée à la guérilla par l’ancien président Álvaro Uribe n’a pas épargné les civils : arrestations, contrôle du transport des aliments, restriction des ventes de médicaments étaient devenus monnaie courante en 2005. Pour ne donner qu’un exemple des exactions commises, rappelons que les groupes paramilitaires d’extrême droite débarquèrent, en 1998, dans la région de San Onofre, un gros bourg du nord de la Colombie, sous prétexte d’en finir avec la guérilla d’extrême gauche. Par la suite, on a retrouvé des fosses communes qui témoignent de l’horreur : en un mois, plus de quarante corps ont été exhumés, le crâne parfois défoncé ou les membres arrachés. «Et nous craignons de trouver d’autres corps», avait indiqué à l’époque le procureur de la République, Luis Carlos Osorio. Cela sur un fond de trafic de drogue, selon le témoignage d’Álvaro, un professeur de la région : «les paramilitaires ont massacré des dizaines de civils, paysans et villageois. Et sous prétexte de financer leur guerre, ces hommes sont devenus des narcotrafiquants.» Ainsi, depuis un demi-siècle de lutte contre la guérilla, on estime au moins qu’il y a eu 8 millions de victimes entre les morts, les disparus et les déplacés.

Après le scrutin, le FARC, qui ne ferme pas la porte à des discussions avec le nouveau pouvoir, a demandé à rencontrer Iván Duque. Si à première vue la pacification du pays est en cours, le conflit armé est toutefois loin d’être terminé, comme le rappelle le chercheur Yann Basset, de l’université El Rosario de Bogotá : «Aujourd’hui, le conflit n’a pas vraiment disparu en Colombie, mail il a été relégué un petit peu aux marges, aux zones les plus éloignées du centre du pays, sur la côte Pacifique notamment, ou dans le sud du pays, ou à la frontière vénézuelienne. Il a même pu prendre des proportions un peu plus importantes, puisque les problématiques qui affectaient des zones importantes du pays comme le trafic de drogue s’est déplacé vers ces zones-là et des groupes armés subsistent ou se réorganisent. Donc il y a toujours des opérations militaires et c’est une des principales préoccupations pour l’avenir.»

On peut conclure donc que l’insécurité est toujours palpable, notamment en zone rurale. «C’est encore pire qu’avant, rappelle Christoph Harnischn, parce que les point de repère ont complètement changé.» Le directeur du Comité international de la Croix-Rouge en Colombie demande de la part du nouveau gouvernement une «politique de sécurisation beaucoup plus décidée… L’État, seul, peut jouer ce rôle. Et c’est malheureusement quelque chose qui se fait très lentement

Eduardo UGOLINI

Juriste de profession, Iván Duque, membre du Centre démocratique et proche du président Álvaro Uribe, a été sénateur de 2014 à 2018. Le 11 mars 2018, il remporte la primaire de droite (Grande consultation pour la Colombie) en vue de l’élection présidentielle, obtenant 67,8% face à Marta Lucía Ramírez et Alejandro Ordonez. Pendant la campagne présidentielle, il reçoit l’appui explicite des milieux d’affaires colombiens. Il est également soutenu par les anciens présidents Álvaro Uribe, Andrés Pastrana et César Gaviria. Après être arrivé en tête du premier tour, il est élu au second, le 17 juin, avec 54% des voix contre 41,8% pour le candidat de gauche, Gustavo Petro.

Le président colombien à l’OIT : «il n’y a pas de paix possible sans justice sociale»

Le président colombien, Juan Manuel Santos, a dit aux délégués à la Conférence internationale du travail à Genève que la justice sociale devait être le fondement d’une paix durable. Il a également mis en exergue le rôle clé du travail décent.

Photo : OIT

Le président colombien, Juan Manuel Santos, a dit à la Conférence internationale du travail (CIT) qu’ayant réussi à établir la paix, la Colombie avait maintenant besoin de l’ancrer dans la justice sociale, en créant davantage d’emplois, en luttant contre la pauvreté et en réduisant les inégalités. «Je viens vers vous aujourd’hui comme président d’un pays qui commence à bâtir la paix et qui emprunte un chemin difficile, mais plein d’espoir, vers le développement, la prospérité et plus de justice», a déclaré M. Santos, qui avait reçu le prix Nobel de la paix en 2016 pour avoir conclu un accord qui mettait fin à plus de cinquante années de conflit.

Paraphrasant le préambule de la Constitution de l’OIT – qui célèbrera son centenaire l’an prochain –, M. Santos a rappelé la nécessité de réaliser la justice sociale pour instaurer une paix durable. «La justice sociale s’obtient par plus d’emplois, moins de pauvreté et moins d’inégalités», a-t-il précisé, ajoutant que «le travail décent était un pilier» de la justice sociale.

Dans une allocution de bienvenue prononcée en espagnol, le Directeur général de l’OIT, Guy Ryder, a rappelé que la Colombie était un membre fondateur de l’OIT. Ce qui veut dire «que nous avons parcouru ensemble près d’un siècle – un siècle de solidarité». «Malheureusement, pendant la moitié de cette histoire partagée, la Colombie a été plongée dans un conflit tragique», a déploré M. Ryder, ajoutant qu’aujourd’hui, alors que le pays consolide le processus de paix, «nous tous, dans cette maison, souhaitons à la Colombie des jours meilleurs, des jours de paix, des jours de justice sociale.»

«De nombreux défis demeurent et l’OIT s’engage à continuer d’œuvrer au côté de la Colombie pour parvenir à un avenir de travail décent pour tous, dans le respect total des normes internationales du travail, et avec une attention toute particulière aux victimes de la violence», a poursuivi M. Ryder. La CIT, qui rassemble les représentants gouvernementaux, employeurs et travailleurs de 187 États membres de l’OIT, s’est déroulée du 28 mai au 8 juin.

D’après OIT infos

Page 1 sur 7123...Last »

Articles par mois

Articles par catégorie