Équateur - États-Unis

Relations diplomatiques


Un modus vivendi trouvé entre les États-Unis et le gouvernement équatorien de Lenín Moreno

Après la décennie sans dialogue de l’ère Correa – l’ancien président de gauche aujourd’hui poursuivi par la justice –, la position pro-étasunienne de Lenín Moreno tente de construire des ponts avec Washington sur une base d’intérêts commerciaux, sécuritaires et migratoires.

Photo : La Vanguardia

Dans le souci d’arrêter l’érosion de l’influence économique et politique de son pays dans la région, Mike Pence est arrivé mercredi 27 juin à Quito pour rencontrer le président équatorien. Le déplacement du vice-président des États-Unis d’Amérique, après sa visite au Brésil, a fait partie de sa tournée latino-américaine centrée sur la situation politique vénézuélienne comme conséquence de la récente réélection de Nicolás Maduro.

C’est justement cette question-là qui a dû se trouver au centre des pourparlers entre Lenín Moreno et Mike Pence. En ce sens, l’émissaire de Washington souhaitait visiblement voir en quoi ses partenaires d’Amérique latine peuvent lui être utiles pour régler l’épineuse question concernant l’héritier politique d’Hugo Chávez. Rappelons que le Venezuela, un pays immergé dans le chaos depuis plusieurs années, est considéré comme une menace pour les intérêts des États-Unis, et que Donald Trump avait manifesté, en septembre dernier, qu’il n’excluait pas un plan d’intervention militaire de la nation bolivarienne (nous y reviendrons plus bas avec une autre célèbre intervention étasunienne au service de la liberté).

Cependant, Lenín Moreno a su mettre de l’eau dans les intentions de Mike Pence. Le vice-président de Donald Trump comptait sur le soutien des dirigeants latino-américains pour resserrer le blocus continental afin d’augmenter la pression contre Maduro. Or le président équatorien s’est montré conciliant envers le Venezuela, pays où la démocratie a été le plus en danger ces dernières années, et avec lequel l’Équateur a entretenu «une relation de complicité» pendant la dernière décennie. Au lieu d’accentuer l’isolationnisme, Moreno a proposé la réalisation d’une nouvelle consultation populaire sous la supervision d’observateurs internationaux.

En ce qui concerne l’avenir de son pays, contrairement à la décennie passée, Moreno considère désormais l’Oncle Sam comme un partenaire privilégié, conscient de la nécessité d’entreprendre rapidement les réformes économiques et sociales qu’il juge indispensables. Ainsi la visite de Mike Pence a engagé une dynamique de relance des relations bilatérales s’orientant autour de cinq objectifs principaux : la lutte contre le «fléau» de la corruption ; la reprise des relations commerciales ; l’accueil des immigrés vénézuéliens qui ont quitté leur pays en crise ; le renseignement sur le transfert «inusuel» d’argent lié au blanchissement et au narcotrafic ; les droits d’environ deux millions de ressortissants qui composent la communauté équatorienne aux États-Unis.

«Nous sommes certains que par le dialogue, sincère, direct, en pressentant les intérêts de l’Équateur, nous trouverons des solutions. L’Équateur serait prêt à activer ce mécanisme d’ici la fin de 2018 et les États-Unis sont d’accord» a déclaré José Valencia, le ministre équatorien des Affaires étrangères et de la Mobilité humaine.

La présence de l’administration Trump sur le sol équatorien – une main tendue susceptible d’être interprétée comme une griffe impérialiste pour certains – peut choquer le lecteur non averti. C’est la raison pour laquelle il n’est pas inutile de mentionner que ce que l’on appelle de façon équivoque «expansionnisme américain» trouve ses racines loin dans le temps (annexion de la Floride en 1819, du Texas en 1845, la guerre avec le Mexique en 1846-1848 se terminant par l’annexion de la Californie), le tout couronné par l’idée de la Manifest Destiny : «il appartient aux États-Unis d’occuper tout le continent américain».

En Équateur, premier exportateur mondial de cacao au début du XXe siècle, une partie des plantations fut transformée en plantations de bananes lors de l’arrivée des compagnies étasuniennes, et en particulier de l’United Fruit Company, omniprésente en Amérique centrale. Ainsi, avec la complicité des oligarchies locales, les États-Unis donnèrent naissance à des économies issues du travail de la terre sans contribuer au développement industriel, d’où le très péjoratif terme «pays bananiers». À partir des années 1960, l’interventionnisme tentaculaire s’est développé dans toute la région par crainte de l’influence de la révolution cubaine.

Mais à présent, au-delà des craintes, bien que les émissaires de Washington suscitent encore des réactions violentes en Amérique latine, il est nécessaire de croire à un changement des mentalités. Car pour le Nord tout-puissant, un appauvrissement des économies locales entraîne inévitablement de nouvelles vagues d’immigration clandestine, et s’il ne parvient pas à collaborer avec les pays du Sud pour rétablir une justice sociale durable, il devra composer avec des événements comparables à ceux qui secouent aujourd’hui l’Europe et le nombrilisme de ses dirigeants.

Pour conclure, un extrait de l’entretient entre André Maurois et Bruce Catton[1], en 1962, offre matière à réflexion :

A. Maurois : J’ai quelquefois l’impression que vous, Américains[2], vous tenez pour responsables de la moralité du monde entier.
B. Catton : Oui, c’est peut-être regrettable, mais c’est comme ça. […] Nous pensions faire notre devoir en considérant l’Amérique du Sud comme une région où nous pourrions rendre des services. […] Tout ce problème de «responsabilité morale» est obscur. Prenez le cas de notre première intervention à Cuba : la guerre hispano-américaine de 1898. Je suis certain que l’immense majorité des Américains a accepté cette guerre comme un moyen de frapper un grand coup pour la liberté. Nous croyions briser les chaînes des Cubains. Évidemment, nous ouvrions en même temps un nouveau marché pour nos exportateurs. Bref, nous agissions comme l’aurait fait un pays impérialiste, mais avec l’impression de n’agir que pour des raisons morales. Je suppose que c’est un peu difficile à comprendre.

Eduardo UGOLINI

[1] Historien très connu dans les années 1960, autorité éminente sur tout ce qui concerne l’Amérique. Il a obtenu le prix Pulitzer et le National Book Award.

[2] Maurois commet ici un vice du langage discriminatoire, très répandu encore aujourd’hui, qui consiste à utiliser ce patronyme générique pour désigner uniquement les citoyens étasuniens. Il faut lire en filigrane une outra façon de perpétuer l’impérialisme au nom de la liberté, et en détriment de l’identité particulière de chaque pays qui apporte une richesse inhérente à la diversité culturelle du continent.

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie