Équateur

Référendum le 4 février


Entre référendum, démission, affaire Assange et plan social : retour sur l’actualité équatorienne

Les dernières nouvelles depuis l’Équateur mettent le pays au premier plan de la scène internationale. La nationalité équatorienne pour Julian Assange, la démission de Rafael Correa de son parti Alianza País, la fièvre de la préparation de la consultation populaire le 4 février, et le plan social de Lenín Moreno.

Photo : Julien Assange, Rafael Correa/Wikileaks

Contre toute attente, au vu de ses propos pendant la campagne présidentielle, et bien qu’il considère Assange comme un hacker, le président de l’Équateur, Lenín Moreno, a maintenu la défense du fondateur de Wikileaks en reprenant l’argument de Correa selon lequel il doit être protégé pour éviter toute atteinte à son intégrité. Mais le scénario ne se passe pas comme prévu, le Royaume-Uni ayant rejeté la demande de l’Équateur d’accorder un statut diplomatique à l’activiste informatique, l’empêchant ainsi d’accéder au privilège de l’immunité. Le gouvernement équatorien cherche actuellement d’autres alternatives. La ministre des Affaires étrangères, María Fernanda Espinosa a mentionné, entre autres, une éventuelle médiation devant les organisations internationales. « Toute alternative sera réalisée dans le strict respect des normes du droit international et en dialogue avec le Royaume-Uni » , a-t-elle assuré, rappelant les bonnes relations que l’Équateur entretient avec lui.

On rappelle que Julian Paul Assange, né le 3 juillet 1971 à Townsville, est un informaticien et cybermilitant australien, fondateur, rédacteur en chef et porte-parole de WikiLeaks. Il a publié, sur le site WikiLeaks (« leaks » signifie « fuites » en anglais), plusieurs millions de documents confidentiels relatifs aux modes opératoires de l’armée américaine en Irak, et a également dénoncé les circuits de corruption des dictateurs africains ou de certaines compagnies russes offshore. Il fait l’objet de poursuites judiciaires pour espionnage, menées par les autorités américaines, qui l’exposent à une peine de prison à vie, et potentiellement à la peine capitale. Chelsea Manning, membre de l’armée américaine et principale source des documents publiés sur Wikileaks (avant son changement de sexe, elle était Bradley Edward Manning, de sexe masculin), a été condamnée à 35 ans de prison pour espionnage ; le président Obama a réduit cette peine à la fin de son mandat. Devant la menace d’une extradition aux États-Unis, elle vit réfugiée à l’ambassade d’Équateur à Londres depuis juin 2012.

Démission de l’ex-président Rafael Correa de son parti

Rafael Correa, quitte le parti Alianza País (AP), qu’il avait créé en 2006 et avec lequel il a gouverné pendant 10 ans (2007-2017) et ce, après la décision du tribunal électoral équatorien de maintenir le président Lenín Moreno à la direction actuelle du mouvement. « Mais les convictions, les gens, la Révolution et le futur sont avec nous »,  a-t-il déclaré sur son compte Twitter. Sa démission, attendue, marque un point de non-retour dans la lutte pour le pouvoir que l’ancien président entretient avec son successeur à la présidence, et ancien vice-président, Lenín Moreno. La députée Gabriela Rivadeneira, alliée de Correa et qui a également quitté le parti, a ajouté que Correa prendra la tête d’une nouvelle formation, « la Révolution Civique ». Mais le conseil électoral équatorien a refusé le 16 janvier l’enregistrement du nouveau parti de Correa, en faisant valoir « des violations légales et réglementaires ». Quoi qu’il en soit, si le « oui » l’emportait à la consultation populaire du 4 février, et ratifiait donc l’impossibilité de se représenter à vie, Correa n’aurait plus aucune option pour reprendre le pouvoir.

La consultation populaire se prépare

En prévision du référendum, le Conseil national électoral (CNE) de l’Équateur a effectué ce dimanche 21 janvier une simulation de vote pour garantir son bon déroulement. Une seconde simulation est prévue le dimanche 28 janvier. Celles-ci visent, entre autres, à apprécier la capacité des invalides à aller voter, l’accessibilité au vote dans les régions les plus isolées uniquement joignables par voie fluviale ou aérienne, le bon fonctionnement du matériel (scanners), pour ne pas retarder de 3 ou 4 jours le résultat, comme cela a déjà pu se produire. Des observateurs invités par le CNE appartenant à l’Union des nations sud-américaines (Unasur), à  l’Organisation des États américains (OEA), à l’Union interaméricaine des organisations électorales (Uniore) et à l’Association mondiale des organisations électorales (OEA) participent à ces simulations. Rappelons que ce sont 13 026 598 électeurs à l’intérieur et à l’extérieur du pays qui auront le droit d’aller aux urnes le 4 février, 395 178 d’entre eux étant enregistrés à l’étranger.

Le plan social de Lenín Moreno

Dans le cadre du programme social de Lenín Moreno, la vice-présidente María Alejandra Vicuña a présenté le mardi 16 janvier le projet « Moins de pauvreté, plus de développement » qui vise à réduire la pauvreté de 5 % dans le pays d’ici l’année 2021. C’est son premier acte officiel en tant que vice-présidente. Avec ce projet, l’État augmentera ce que les bénéficiaires du Bonus de développement humain reçoivent, selon leurs conditions familiales, et pourra atteindre jusqu’à 150 dollars. Les principaux déterminants du montant que recevra chaque bénéficiaire seront le nombre et l’âge des enfants dans le ménage, et le statut socio-économique du noyau familial. L’État devrait investir 64 millions de dollars dans ce projet, pour « empêcher des milliers d’enfants de travailler. Les enfants doivent étudier, ils doivent jouer, ils doivent être heureux ! » Cette initiative fait partie du plan « Toda Una Vida », qui concentre les principaux projets d’État proposés par le président Lenín Moreno, visant à protéger et à soutenir les citoyens du pays depuis leur naissance jusqu’à leur mort.

Catherine TRAULLÉ

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie