Année France-Colombie

Fin de l'année croisée


Clôture de l’Année Croisée France-Colombie : bilan d’un événement exceptionnel

Mi-décembre dernier, le Centquatre célébrait à Paris la fin de l’Année Croisée France-Colombie. Deux jours de concerts et de manifestations artistiques qui ont marqué officiellement la fin d’un événement riche en échanges et en découvertes, et qui soulignent la bonne entente et le désir de coopération entre la France et la Colombie.

Photo : 104

Le week-end du 16 et 17 décembre a marqué la fin de l’Année Croisée France-Colombie ; c’est l’emblématique Centquatre, établissement public de coopération culturelle parisien, qui a accueilli les festivités de ce dernier week-end, organisées avec le soutien de l’Institut français, de la Ville de Paris, et du ministère colombien de la culture ; les spectateurs ont pu profiter le samedi soir d’une nuit magique de musique électronique mêlée de rythmes traditionnels, avec la présence de nombreux artistes colombiens, tels que Crew Peligrosos, Mitú, Ghetto Kumbé et El Leopardo, suivie, le dimanche 17, d’un brunch auquel participaient Julián Estrada et María Teresa Vélez, des représentations des groupes Swing Latino et Los Salsos et du grand concert du chanteur Yuri Buenaventura. Le Centquatre a également accueilli ce week-end une exposition d’art digital colombien « Les faits du hasard », et une démonstration d’art sonore, « Origine de la nuit ».

Au cours de ce second semestre d’échanges entre les deux pays, la France a accueilli plus de 300 événements qui eurent lieu dans plus de 50 communes dans tout le territoire français, et auxquels ont participé plus de 800 colombiens et plus d’un million de spectateurs qui ont pu profiter des différentes activités de danse, arts visuels, littérature, musique, théâtre, cinéma, architecture, urbanisme, économie, science, technologie, éducation, innovation, sport et tourisme – comme nous l’avions déjà évoqué ici.

La Ministre colombienne de la Culture, Mariana Garcés Córdoba, a exprimé sa reconnaissance en ces termes : « Colombia n’a que des paroles de remerciement pour le gouvernement français, pour les institutions culturelles et pour leur personnel, qui nous ont permis d’être présents dans les lieux culturels les plus emblématiques de ce pays merveilleux. De plus, nous avons pu montrer notre patrimoine, notre identité, mais aussi, à travers les arts scéniques, les arts représentatifs, la littérature, une Colombie moderne ».

De même, la Conseillère des Affaires Étrangères Anne Louyot a déclaré : « L’année France-Colombie nous a permis de projeter en France l’image d’une Colombie que de nombreux français ne connaissaient pas. La Saison colombienne a montré une Colombie très créative, dynamique et intelligente. Nous avons eu par exemple de nombreux colloques avec des universitaires colombiens, artistes fantastiques qui ont réellement exercé une séduction profonde sur le public français, et je crois que ce projet est le début d’une nouvelle histoire d’amitié franco-colombienne ».

Si ces échanges marquaient le soutien mutuel des deux pays et leur bonne entente depuis de nombreuses années, ils étaient aussi le moyen de faire découvrir aux Français une Colombie différente de celle qu’ils connaissent habituellement, loin des clichés ; une Colombie en évolution qui, grâce au processus de paix en cours, peut désormais faire la part belle à ses artistes et tourner résolument le dos à des années de violences et de guérilla.

Si l’Année Croisée France-Colombie est désormais officiellement close, vous pouvez encore profiter de plusieurs événements d’ici la fin du mois de janvier. Depuis le 7 décembre et jusqu’au 13 janvier, l’IESA met également à l’honneur 21 jeunes artistes d’origine colombienne avec l’exposition « Attaches », qui interroge les questions d’identité, de la mémoire et du territoire. Le musée des abattoirs de Toulouse accueille également jusqu’au 21 janvier encore l’exposition « Medellín, une histoire colombienne des années 50 à aujourd’hui », et le CAPC, musée d’art contemporain de Bordeaux, propose jusqu’au 25 février une Rétrospective Beatriz Gonzàlez.

Léa JAILLARD

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie