Président du Brésil

Michel Temer encore en justice


Pour la deuxième fois en trois mois, le président brésilien Michel Temer accusé par le procureur général

Deux nouvelles affaires frappent le président Michel Temer : la police fédérale a découvert dans une maison appartenant à un membre de son parti proche de lui des billets de banque pour une valeur de 16 millions de dollars, et un financier déclare que Temer a reçu plus de 4 millions de dollars en pots-de-vin et qu’il a acheté des députés pour qu’ils votent la destitution de l’ex-présidente Dilma Rousseff.

Photo : Guasabaraediciones

Première accusation

En juin dernier, le président de fait Michel Temer avait été accusé de corruption passive par le procureur Rodrigo Janot. Réponse de Temer : une demande à la Cour suprême (CS) pour que le dossier soit retiré des mains de Janot ! Mais, sur 11 juges, 9 votèrent contre Temer et la CS déclarait l’accusation de Janot « recevable », ce qui obligeait la Chambre des députés à voter la levée de son immunité parlementaire. Les alliés du président à la Chambre firent échouer cette procédure. Temer n’était pas trop inquiet car le procureur Janot arrivait en fin de mandat et devait donc abandonner le dossier Lava Jato (fraude et corruption). Et c’est le président qui pouvait désigner son successeur. Il choisit Raquel Dodge qu’il pensait plus compréhensive envers le gouvernement…

Les porteurs de valise du président

Il est de plus en plus évident que pour destituer Dilma Rousseff et prendre le pouvoir, Temer et sa clique de députés corrompus du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB, droite) ont acheté le vote de nombreux parlementaires. La police a découvert les porteurs de valises pleines d’argent. Déjà en mars dernier, Rodrigo Loures, conseiller spécial de Temer, avait été filmé (puis détenu) portant une mallette contenant 165 000 dollars reçus de l’entreprise JBS. Un juge compréhensif lui concéda la détention à domicile ce qui garantissait son silence. Début septembre, la police fédérale de Salvador de Bahia découvre neuf valises et sept cartons contenant 16 millions de dollars en beaux billets verts au domicile de Geddel Vieira Lima, un proche du président, chargé de remettre l’argent aux membres des autres partis pour qu’ils votent avec le PMDB.

Deuxième accusation

Avant de quitter son poste, le procureur Janot lance une deuxième accusation contre Michel Temer. Selon son enquête, « Temer dirigeait une association illicite » qui avait reçu 175 millions de dollars qui proviendraient de pots-de-vin reçus de diverses entreprises pour arranger de juteux contrats entre elles et Petrobras (Pétrole du Brésil). La défense du président repose sur un article de la Constitution qui dit qu’un président ne peut être l’objet d’une procédure judiciaire que pour des faits ayant eu lieu pendant son mandat. Or les « achats » de parlementaires ont eu lieu avant les élections, pour qu’il devienne président et non lorsqu’il était devenu président… Quand cynisme rime avec légalisme. Après que la Cour suprême a de nouveau voté contre le président (6 voix contre 5), la parole est maintenant au Congrès. Le 27 septembre, la députée Mariana Carvalho a lu le texte de l’accusation réalisée par le procureur général Janot devant les parlementaires. Le vote du Congrès aura lieu la semaine prochaine.

Des élections incertaines
Si le Congrès rejette à nouveau la levée de son immunité, le président pourra très probablement se maintenir au pouvoir jusqu’aux élections d’octobre 2018. Garder le pouvoir semble très problématique pour la droite. D’abord parce que (presque) toutes ses personnalités sont en prison, suspectées ou mises en examen pour corruption, ensuite parce que tous les sondages montrent que le gagnant probable serait l’ancien président Lula da Silva. Il faut donc l’empêcher de se présenter. La justice a l’air de vouloir se charger de cette tâche : le juge Sergio Moro a condamné Lula à 9 ans de prison pour un délit pour lequel il n’a apporté aucune preuve. Lula a fait appel, on attend le verdict de la Cour.

Bruits de bottes ?

Si les coups d’Etat militaires ne sont plus nécessaires pour faire tomber un gouvernement (1), les militaires ne sont jamais très loin. Le 26 septembre 2017, le général (4 étoiles en activité) Antonio Mourao appelle « à un soulèvement militaire s’il n’est pas mis fin à la corruption… pour refonder le système politique » avec « de nouveaux leaders ». Son supérieur, le chef de l’armée, général Villas Boas, l’a félicité, ce qui signifie que les hauts gradés sont d’accord avec lui. Pour eux, il s’agirait de « garantir la stabilité institutionnelle ». On se rappelle que pour les militaires, la présidente Dilma Rousseff était une subversive et que, tous les 31 mars, le Club militaire évoque la période « aimable » de 1964 à 1985 (la dictature) « qui a permis la croissance économique » (2). Invité sur TV Globo, Villas Boas fut reçu par de chauds applaudissements du public à la demande de l’animateur ce qui montre la position de cette chaîne (radio, TV et papier).

Coup d’État militaire en 2018 ?

Villas Boas fait courir le bruit que « la Constitution contemple l’irruption des militaires si le pays était submergé par le chaos », une fausse « information ». Un Lula vainqueur en 2018 et pas de leader dans les partis de droite pourrait-il être considéré comme une forme de chaos par l’armée ? C’est ce que semble craindre le PT (Parti des travailleurs) de Lula da Silva qui se dit « préoccupé » et affirme que « la société doit garantir la démocratie ». C’est aussi ce que pense le célèbre théologien Leonardo Boff pour qui « le nouveau régime a donné lieu à une démocratie de très basse intensité ». Villas Boas ne vient-il pas d’appeler les juges à « écarter de la vie publique toute personne impliquée dans des actes de corruption » ? Il ne visait pas les Cunha, Loures, Vieira ou les députés « achetés », bien sûr, mais bien Lula qui attend toujours que la justice présente des preuves matérielles de sa soi-disant collusion avec une entreprise…

Jac FORTON

(1) Voir les coups d’État politiques au Venezuela en 2002, au Honduras en 2009, au Paraguay en 2012 et au Brésil en 2016. (2) Publié par le journal argentin Pagina12 en ligne le 26 septembre 2017.