Personnalité de la semaine

L'argentin Torcuato Di Tella


Chronos des actualités du 6 au 12 juin 2016

5 juin | NICARAGUA | La convention nationale du Front sandiniste de libération nationale tenue à Managua a pour la septième fois désigné son ancien chef de la guérilla Daniel Ortega comme son candidat à la présidentielle de novembre lors des élections générales. Dans son discours d’acceptation de la nomination de son troisième mandat consécutif il a à nouveau fulminé contre « l’impérialisme yankee » et ses tentatives pour « déstabiliser » les gouvernements de gauche en Amérique latine.

6 juin | BRÉSIL | Le discrédit continue de frapper l’élite politique engloutie dans l’opération  » Lava Jato « , cette enquête sur le scandale de corruption lié au groupe public Petrobras. La Folha de Sao Paulo révèle que le ministre du Tourisme, Henrique Eduardo Alves, était à son tour visé par « Lava Jato« . Les charges s’accumulent contre l’ancien président de la Chambre des députés, Eduardo Cunha (PMDB), les soupçons se multiplient contre le président du Sénat, Renan Calheiros (PMDB) et enfin les doutes grandissent vis-à-vis du candidat de l’opposition à la présidentielle de 2014, Aecio Neves, du Parti social-démocrate brésilien (PSDB). Plus d’un tiers des parlementaires font l’objet de poursuites ou d’investigations judiciaires, selon le site Congresso em Foco. La probité de la Cour suprême elle-même est questionnée.

6 juin | CHILI | Parce que sa source jaillit à quelques kilomètres du côté de sa frontière avant de s’écouler à l’ouest vers le Chili, le président Evo Morales dit qu’il envisage une action en justice pour déclarer la rivière Silala bolivienne ; la présidente Michelle Bachelet va poursuivre la Bolivie devant la Cour internationale de Justice à La Haye (CIJ) pour qu’elle confirme que les eaux de Silala sont internationales.

7 juin | VENEZUELA | Le Parlement européen a approuvé mercredi à une large majorité, 501 voix pour et 94 contre, une résolution demandant au Venezuela de libérer les prisonniers politiques « immédiatement« .

7 juin | MEXIQUE | Le pays oblige les voitures à se moderniser pour réduire la pollution. Le gouvernement a présenté le nouveau plan qu’il appliquera pour ce qu’il reste de 2016 pour limiter les émissions des véhicules dans le centre du pays.

7 juin | VENEZUELA | Sans expliquer ses raisons, la Table de l’Unité démocratique, l’opposition du Venezuela, n’a pas assisté de la réunion de Saint-Domingue pour la rencontre avec José Luis Rodriguez Zapatero et l’Unasur à la recherche d’une solution consensuelle à la crise profonde dans le pays sud-américain. L’Unasur a reçu le soutien de toute la communauté internationale.

 7 juin | MEXIQUE | Le gouvernement a répondu à la publication du rapport accusant les militaires de commettre des atrocités contre la population civile. Il assure que la majorité « écrasante » des crimes violents sont perpétrés par des groupes criminels et que « l’armée et la marine sont les institutions les plus prestigieuses et ont la confiance de la population », indique le communiqué.

7 juin | ARGENTINE | Mort à Buenos Aires à 86 ans du sociologue et ancien secrétaire d’État de la culture Torcuato Di Tella. Fondateur de l’Institut Di Tella, épicentre de la vie culturelle de Buenos Aires, celui-ci est devenu ensuite l’université privée Universidad Torcuato Di Tella. Mondialement connu, il est l’auteur de « Histoire des partis politiques en Amérique latine ».

8 juin | VENEZUELA | L’autorité électorale accepte 1,3 million des 1,8 millions de signatures présentées par la Table de l’Unité Démocratique. Ceci est la première étape pour un référendum révocatoire du président Nicolas Maduro.

8 juin | CHILI Le Ministre de l’Intérieur, le démocrate-chrétien Jorge Burgos, a présenté sa démission de l’exécutif après avoir tenu une réunion d’une heure avec la présidente socialiste Michelle Bachelet. Selon un communiqué publié par la présidence, le ministre a démissionné « pour raisons personnelles » et sera remplacé par l’ambassadeur actuel du Chili en Uruguay, le démocrate-chrétien Mario Fernández.

8 juin | ARGENTINE  | La Cour suprême limite le droit de grève aux syndicats légalement constitués et non pas aux coopératives et aux organisations sociales qui ne sont pas enregistrées auprès du ministère du Travail. Le jugement convient à la Confédération Générale du Travail (CGT) et est un coup dur pour la Centrale des Travailleurs Argentins (CTA), dont le secrétaire général, Pablo Micheli, a annoncé qu’il interjetterait appel de la décision devant l’Organisation internationale du Travail (OIT).

9 juin | VENEZUELA | Le chef de l’opposition parlementaire a été blessé lors de heurts avec des partisans du gouvernement, dans un pays sous tension autour du projet de référendum pour révoquer le président socialiste, Nicolas Maduro. Julio Borges, chef du groupe parlementaire de la Table pour l’Unité Démocratique (MUD), a été frappé avec une barre métallique et a reçu des coups de poing et de pied.

9 juin | COLOMBIE | L’Audience nationale espagnole à Madrid attend la conclusion de l’extradition d’Alberto Beltran Niño, le médecin sportif colombien « roi du monde du dopage » arrêté dans une salle de gym à Bogota. Il est attendu à Madrid pour être jugé lors d’une audition pour trafic de substances dopantes.

9 juin | PÉROU | Le procureur anti-corruption Joel Segura a indiqué que le Tribunal du district de Luxembourg a statué en faveur de l’État péruvien et a décidé de rapatrier les 15 millions de dollars de Vladimiro Montesinos, l’ancien conseiller en intelligence de l’ancien président Alberto Fujimori, déposés à la Banque Générale de Luxembourg-BNP Paribas à la fin des années quatre-vingt-dix. L’argent provient des pots-de-vin dans l’achat d’avions russes pendant le gouvernement d’Alberto Fujimori.

10 juin | COLOMBIE | Un glissement de terrain à Quibdo, à l’est de la Colombie, a causé au moins six morts et 30 disparus. L’incident a eu lieu en raison du travail d’un groupe de travailleurs qui remuaient les terres d’un glissement de terrain précédent.

 10 juin | BRÉSIL | Pour la première fois depuis l’éloignement de la présidente Dilma Rousseff, sa formation, le Parti des travailleurs (PT), a organisé des manifestations à Sao Paulo et dans une trentaine de villes. Les manifestants ont demandé la démission du président intérimaire Michel Temer, qualifié de « putschiste ». Les rassemblements ont réuni 300 000 personnes selon les organisateurs, dix fois moins selon la police.

10 juin | PEROU | Keiko Fujimori a reconnu sa défaite aux élections présidentielles dans une déclaration à la presse. Le président élu Pedro Pablo Kuczynski a dit qu’il avait déjà en poche la liste de ses ministres. Alfredo Thorne sera le ministre de l’économie, et il lui semblait une « magnifique idée » que l’actuel ministre de l’Éducation, Jaime Saavedra, continue dans son poste ; « il faut le convaincre » a-t-il commenté.

10 juin | VENEZUELA | Après la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OEA en République dominicaine, son secrétaire général, Luis Almagro, a fixé au 23 juin le processus d’invocation de la Charte Démocratique Interaméricaine pour le Venezuela que le gouvernement de Nicolás Maduro rejette d’une manière tranchante et que réclame avec une égale insistance l’opposition qui contrôle le Parlement

10 juin | MEXIQUE | Arrêté à Madrid un des Porkys de Veracruz. Diego Cruz, qui avait fui en  Espagne, est l’un des quatre jeunes accusés de viol d’une adolescente. Du gang fugitif, il ne reste plus que Jorge Cotaita.

11 juin | VENEZUELA | L’opposition assure qu’elle va revenir à la table de dialogue « sans pression ». Enrique Marquez, vice-président de l’Assemblée nationale, admet des divergences dans la MUD et la méfiance envers le gouvernement.

11 juin | GUATEMALA | Trois anciens ministres de l’ancien président, le général Otto Pérez Molina, ont été emprisonnés pour « lui avoir offert » un hélicoptère. Il s’agit du général Manuel Lopez, de Mauricio Lopez Bonilla Ambrosio, anciens ministres de la Défense et de l’Intérieur respectivement, et également d’un ancien ministre de la Défense, Ulises Anzueto.

11 juin | BRÉSIL | José de las Heras Hurtado, ce fugitif de 72 ans, est le cerveau du groupe d’extrême droite Frente de la Juventud, scission violente de Fuerza Nueva dont les membres ont commis assassinats, agressions et enlèvements. Il est dissimulé depuis trois décennies au Brésil. Cet ultra est parvenu à éluder pendant ce temps trois ordres de recherche et des mandats d’arrêt internationaux, dont un pour assassinat. Avant de quitter l’Espagne, il a été considéré comme l’instigateur d’une douzaine d’attaques menées par l’extrême droite.

Guy MANSUY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie