Les informations de la semaine

Une date, une nouvelle


L’actualité du 30 mars au 2 avril

30 mars – AMÉRIQUE LATINE – Dans un scénario dans lequel le pouvoir politique ne repose plus exclusivement sur les ressources militaires et économiques, les déclarations des dirigeants des pays en développement, contestant l’autorité des puissances mondiales, sont fréquentes. Dans les Amériques, cette réalité a été évidente dans les discours des diplomates des pays de l’ALBA contestant leurs homologues nord-américains. De même, les différents gouvernements de la région ont encouragé l’Unasur à prendre un rôle plus important dans la médiation de leurs crises politiques internes, les processus d’observation des élections et d’autres fonctions qui, jusqu’à il y a une dizaine d’années étaient presque réservés à l’OEA. Le soutien diplomatique que les États-Unis ont donné aux dictatures militaires est pratiquement inaperçu par ses organes politiques, de sorte qu’il n’est pas exagéré de dire que lors de la guerre froide, l’OEA a agi comme un appendice de la politique étrangère des États-Unis. C’est ainsi qu’aujourd’hui l’Unasur privilégie la non-intervention au Venezuela et évite tout appel à pénaliser les violations des droits de l’homme dans le pays. Ceci résume l’opinion de Daniel Cerqueira, dirigeant de la Fundación para el Debido Proceso (Fondation pour un Processus Approprié).

31 mars – ARGENTINE – Appelée par les syndicats de différents secteurs économiques et politiques – proches du pouvoir et de l’opposition -, une grève paralyse le pays. Ces syndicats protestent contre le manque de mise à jour, du fait de l’inflation, du barème de l’impôt sur le revenu, mais veulent également mesurer leurs forces ensemble et offrir un message de force face aux candidats à la présidentielle qui se mesureront dans les primaires du 9 août – dans laquelle le vote est obligatoire – et, plus tard, le 25 octobre. L’inflation s’élevant à 29,9 % par an, selon les agences de statistiques provinciales, les syndicats craignent que les augmentations salariales négociées cette année soient en grande partie absorbées par l’impôt sur le revenu.

31 mars – PÉROU – Le Congrès a approuvé par 72 voix pour, 42 contre et 2 abstentions une motion de censure contre la présidente du Conseil des ministres, Ana Jara, en raison d’allégations d’espionnage politique de politiciens, de journalistes et d’autres personnalités par les services d’information dont Ana Jara était responsable. Elle devrait démissionner avec le reste des membres du cabinet et le chef de l’Etat l’accepter dans un maximum de 72 heures. Ana Jara était devenue en août dernier la sixième dirigeante du Conseil des ministres du gouvernement d’Ollanta Humala, élu président en 2011.

31 mars – MEXIQUE – Près de deux semaines de conflit de travail dans les domaines de Basse Californie ont attiré l’attention sur les conditions de travail dans la production de fruits et légumes pour le marché d’exportation. Ce conflit a engendré de la solidarité au delà de la frontière. Des milliers de travailleurs de San Quintín, au sud d’Ensenada, ont entamé une grève pour exiger de meilleures conditions de travail contre les abus perçus sur les exploitations agricoles qui servent le marché des États-Unis. Dans les négociations, qui sont toujours en cours, le gouvernement de l’État lui-même est impliqué après les violences des premiers jours. Le gouvernement fédéral a dû envoyer des troupes pour soutenir la police locale et d’État. Le gouverneur de Basse Californie, Francisco Vega de Lamadrid, a publié une note indiquant que la plupart des travailleurs avaient accepté la dernière augmentation de salaire de l’offre de 15 % et les activités avaient repris entre 85 % et 90 %. Fermín Salazar, l’un des leaders de la contestation, a déclaré à l’Associated Press que l’accord n’avait pas été accepté.

31 mars – AMÉRIQUE LATINE – Dernièrement, les nouvelles ne sont pas bonnes pour l’Amérique latine. Après une “décennie dorée” (2002-2013), le vent arrière a cessé de souffler. Le fort ralentissement économique, que vit l’Amérique du Sud, et la stagnation de la réduction de la pauvreté sont accompagnés d’un tableau croissant de malaises sociaux, de grèves, de scandales de corruption, d’un fort effondrement de la popularité de beaucoup de présidents et des situations politiques plus complexes dans plusieurs pays. Pour l’OCDE, ce fort ralentissement “n’est pas temporaire, mais est là pour rester”, c’est une “fin de cycle”.

31 mars – COLOMBIE – Le leader de gauche, considéré comme l’une des grandes figures politiques dans le pays, Carlos Gaviria Díaz [Photo] est mort à l’âge de 77 ans d’une affection pulmonaire. Il est reconnu pour ses qualités éthiques à la fois dans les universités et dans le militantisme à gauche. Pendant plus de 30 ans, il a enseigné et à l’université d’Antioquia, dont il a été doyen et recteur. Entre 1993 et 2001, il a été juge de la Cour constitutionnelle, puis président de cette même instance en 1996. En 2002, il devient sénateur du mouvement Front Social et Politique qui a réuni divers secteurs de la gauche. Bien qu’il ait perdu la présidence contre Álvaro Uribe, il a remporté le plus de suffrages de gauche à ce jour dans le pays. De 2006 à 2009, Carlos Gaviria était président de Polo Democrático. Ces derniers mois, Carlos Gaviria s’est consacré à la lecture et à l’accompagnement des candidats du parti aux élections.

1 avril – BOLIVIE – Deux personnalités Aymara représentant différents partis de l’opposition, ont obtenu les victoires les plus importantes sur le parti d’Evo Morales, le premier président indigène de la Bolivie, aux élections régionales récentes. Soledad Chapetón et Felix Patzi ont vaincu le Mouvement vers le socialisme (MAS) dans leurs bastions historiques, la ville d’El Alto et le gouvernement de La Paz, parce qu’ils savaient comment s’adresser à la classe moyenne métissée déçue par les candidats proposés par la bureaucratie. Ces triomphes symbolisent-ils le nouveau profil politique en Bolivie ?

1 avril – MEXIQUE – La police mexicaine a arrêté l’un des responsables du massacre de 72 migrants dans un ranch de San Fernando, dans l’État septentrional de Tamaulipas, où ils ont été exécutés en août 2010 de sang-froid par Los Zetas, une organisation criminelle qui fait des affaires enlevant des centre-américains cherchant à atteindre les États-Unis. José Guadalupe Rivera Reyes, pour lequel les autorités ont offert une récompense de 300 000 dollars, était localisé dans un local abandonné à Ciudad Victoria, la capitale de l’État. Un survivant de ce massacre, un Équatorien gravement blessé, a guidé les autorités jusqu’au ranch où ils ont découvert une vue terrifiante : des rangées de cadavres d’hommes et de femmes, pieds et mains liés, exécutés de sang froid. L’homme qui a été échappé à une mort certaine a rapporté qu’ils ont été interceptés sur la route par des tueurs à gages qui ont été identifiés comme membres de Los Zetas.

1 avril – BOLIVIE – Le président Evo Morales a renvoyé son ministre de la Défense, Jorge Ledezma, après avoir causé un incident diplomatique avec le Chili en remettant un don de la Bolivie aux victimes des inondations du nord du Chili avec un gilet qui disait “la mer est à la Bolivie”. Le chancelier du Chili, Heraldo Muñoz, a publiquement protesté et a signalé que “la tragédie et la douleur dues à la catastrophe ne devraient pas être utilisées à des fins politiques dans la campagne médiatique bolivienne”. Toutefois, il a estimé que ce n’était pas la peine d’envoyer une note de protestation à la Bolivie.

1 avril – VENEZUELA – Le gouvernement de Nicolas Maduro se prépare pour empêcher l’ancien président du gouvernement espagnol, le socialiste Felipe González, de venir rejoindre Caracas pour la défense des dirigeants de l’opposition vénézuélienne Leopoldo López et Antonio Ledezma, emprisonnés dans une prison militaire près de Caracas.

1 avril – BRÉSIL – Chaque jour semble ouvrir un nouveau front pour la présidente Dilma Rousseff déjà affaiblie ; c’est maintenant que l’ancien président, le mentor et collègue de parti, Luiz Inácio Lula da Silva a critiqué pour la première fois l’actuelle gestion de la présidente devant des centaines de militants du Parti des Travailleurs (PT), membres de mouvements sociaux et syndicats à São Paulo. “Nous faisons tous des erreurs. Soyons clairs: nous avons augmenté le prix de l’essence en 2012 et pas maintenant”, a admis Lula, qui a déclaré: “Celui qui est ici, est votre compagnon dans les bons moments comme dans les mauvais moments.”

2 avril – MEXIQUE – Les familles des 43 étudiants victimes de “l’affaire Iguala” maintiennent leur méfiance à l’égard du gouvernement dans son explication des événements – assassinés et brûlés par des trafiquants de drogue – et cette semaine, ils en sont arrivés au point de demander de l’aide publiquement à un narcotrafiquant local, Santiago Hernández Mazari – censé être un chef de cartel Reds -, pour connaître les détails de ce qui est arrivé.

2 avril – CHILI – L’entreprise de l’ex-gendre de Pinochet a déclenché un nouveau scandale avec encore des conséquences insoupçonnées. Le Service d’Impôts Internes (SII), chargé d’appliquer la réglementation fiscale, a dénoncé devant le Ministère Public les représentants de la firme minière Soquimich, dont le principal contrôleur est Julio Ponce Lerou, ex-gendre du dictateur Augusto Pinochet. Parallèlement, l’organisme fiscal a livré au Ministère Public une liste avec des noms de politiciens, de parents de parlementaires et de dirigeants, des militants de différents courants, des conseillers et des fonctionnaires publics de différentes administrations qui entre 2009 et 2013 ont émis des procès-verbaux et des factures supposés irréguliers à cette société. Le SII soupçonne le financement illégal de campagnes électorales et la corruption politique,

2 avril – MEXIQUE – Le commissaire à la sécurité nationale, Monte Alejandro Rubido, a informé de l’arrestation effectuée par les membres de la Marine et de la police fédérale de José Sánchez García, 47 ans, le chef régional du Cartel du Golfe (CDG) connu pour sa violence dans un quartier résidentiel de Matamoros, une ville frontalière avec Brownsville, au Texas. Les autorités ont affirmé que le présumé trafiquant de drogue est responsable de l’assassinat de deux policiers, l’enlèvement de deux employés du procureur général et d’extorsion d’argent de divers employeurs de la région.

Guy MANSUY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie