Vient de paraître

10e roman de Jordi Soler


L’écrivain mexicain Jordi Soler nous propose son 10e roman “Restos humanos”

À notre époque où on ne croit généralement plus à grand-chose, elle est réconfortante, cette figure de saint laïc qui, en butte aux moqueries, aux mesquineries, à la méchanceté de la rue, suit son chemin, modeste et indifférent ! Jordi Soler, qui nous l’a déjà montré à plusieurs reprises, présente avec son nouveau roman, Restos humanos, quelques personnages décalés, en marge de la société, jusqu’au moment où…

Empédocles mène sa petite vie dans les rues d’une ville anonyme, portant secours à qui le lui demande, laissant les samedis et les dimanches le champ libre au curé (pas question de concurrence, de rivalité). Il ne se prend pas pour le Christ : lui-même fils de prêtre catholique, il ne tient pas à ce qu’on le compare avec un ministre du Vatican : il est un vrai individualiste tourné vers les autres et démontre par ses actions que ces deux notions ne sont pas incompatibles.

Le point faible du “saint”, c’est son frère, deuxième rejeton de feu le curé. Il jouit d’une haute position, à la mairie du lieu et en voudrait encore plus, ce qui n’est pas rare chez ses semblables. Et quand une mafia russe entre dans la danse, la situation de chacun s’améliore ou se dégrade, selon le point de vue.

De la fantaisie dans un décor hyper réaliste, de la réalité sociale et politique dans un monde de fantaisie, chacun peut lui aussi adopter son propre point de vue. Tout défile sous les yeux d’un Empédocles vêtu d’une tunique à longs pans blancs, chaussé de sandales à lanières de cuir : politique locale truquée, corruption, trafics en tout genre, sexe tarifé et la rencontre de ces deux mondes est plutôt surprenante. On est parfois très proches des idées d’Edgar Morin, mais appliquées au niveau du marché couvert du quartier où vit le prophète.

Jordi Soler fait de son lecteur un témoin amusé d’épisodes qui flirtent avec l’absurde. À l’arrivée, il n’y aura aucune révolution morale ou sociétale, simplement un constat doux-amer, on gardera le souvenir d’une folie un peu trop sage !

 Christian ROINAT

Restos humanos de Jordi Soler, traduit de l’espagnol (Mexique) par Jean-Marie Saint-Lu, éd. Belfond, 191 p., 17,50 €.
Restos humanos Jordi Soler en espagnol, Mondadori / Nueve Aquitania / La mujer que tenía los pies feos / Los rojos de ultramar / Cuando nunca perdíamos / Ese príncipe que fui (Alfaguara) / La fiesta del oso / Diles que son cadáveres / Salvador Dalí y la más inquietante de las chicas yéyé / La guerra perdida (Mondadori) / La última hora del último día (RBA Libros).
Jordi Soler en français : Les exilés de la mémoire / La dernière heure du dernier jour / La fête de l’ours / Dis-leur qu’ils ne sont que cadavres, tous parus chez Belfond.
 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie