Politique

Amérique latine et UE


L’Union européenne désire renforcer ses relations avec l’Amérique latine

La haute représentante de l’Union européenne (UE), Federica Mogherini, a déclaré que l’Union européenne devait avoir une « voix unique » qui puisse avoir de la force dans les forums internationaux.

Madrid. La haute représentante de l’Union européenne (UE), Federica Mogherini, a fait part de son intérêt pour le « renforcement » des relations avec l’Amérique latine, projet pour lequel elle a dit espérer pouvoir compter sur l’Espagne au vu des liens forts qu’elle entretient avec ce continent. Durant une conférence de presse à Madrid avec le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel García-Margallo, Mogherini a plaidé pour « un investissement politique » en Amérique latine, en soulignant que l’Europe est un « associé évident » de cette région, a insisté l’agence de presse EFE.

Au niveau international, Mogherini a déclaré que l’UE doit avoir une « voix unique » qui puisse avoir de la force dans les forums internationaux, projet pour lequel elle compte aussi s’appuyer sur l’Espagne en tant que membre non permanent au Conseil de Sécurité. Cette position de l’Espagne est « une énorme opportunité » pour les pays de l’UE afin de coordonner leurs politiques et réussir à avoir une plus grande efficacité, selon les dires de la représentante de l’UE. Mogherini a rappelé que l’Espagne avait manifesté le désir de voir le siège qu’elle occupe au Conseil de Sécurité représenter les intérêts de l’UE. D’autre part, García-Margallo et Mogherini ont souligné que le rôle de l’Europe en ce qui concerne l’Ukraine est essentiel et que la situation en Libye, « très complexe et dangereuse« , exige de mener une action conjointe. En ce sens, la responsable de la diplomatie communautaire a annoncé qu’elle rencontrerait cette semaine le secrétaire d’État des États-Unis, John Kerry, les autorités égyptiennes et des ministres de la région pour tenter d’affronter la double menace que représentent la progression des djihadistes et la décomposition du gouvernement libyen.

Pour commencer son tour d’Europe, la haute représentante de l’UE et vice-présidente de la Commission européenne s’arrêtera à Madrid et son programme dans la capitale prévoit des réunions avec le roi Felipe VI, le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, et le ministre de la Défense, Pedro Morenés. Elle participera aussi à une rencontre au parlement avec les membres de la commission des Affaires étrangères, de la Coopération internationale au développement et de la commission mixte pour l’Union européenne. Elle assistera également à la présentation de l’Année européenne pour le développement à la Casa de América, aux côtés de José Manuel García Margallo et de la secrétaire générale latino-américaine Rebeca Grynspan.

El Universal de Caracas
traduit de l’espagnol par
Julie BONNET

Lire le texte en espagnol
 
 

Articles par mois

Articles par catégorie