Actualités


Les faits de l’actualité du 21 au 25 juillet 2014

21 juillet – MEXIQUE – L’affaire du « foyer de l’horreur » indigne les Mexicains. La polémique enfle au Mexique sur l’affaire de La Gran Familia (« la grande famille »), nom du foyer pour enfants abandonnés, à Zamora dans l’Etat du Michoacan (ouest), où la police a découvert 600 jeunes, dont 438 mineurs, qui vivaient dans des conditions « inhumaines » et « insalubres » extrêmes. La justice a déclaré l’irresponsabilité pénale de sa directrice et fondatrice, Rosa del Carmen Verduzco, 81 ans, en raison de troubles mentaux liés à son âge avancé.

21 juillet – BOLIVIE – Le gouvernement d‘Evo Morales et le Red Electricad’Espagne (REE) sont en train de négocier une solution au conflit en faisant suite à la nationalisation de cette filiale de la société espagnole – Transportadora de Electricidad (TDE) – en mai 2012. Le Procureur Général de l’État, Hector Arce, a annoncé que les parties sont « proches d’établir la base sur laquelle pourrait atteindre un accord au nom du peuple bolivien« . La date limite pour parvenir à une décision finale est de 60 jours.

21 juillet – MEXIQUE – Le gouverneur républicain du Texas Rick Perry a annoncé le déploiement de 1000 soldats de la Garde nationale à la frontière avec le Mexique pour lutter contre l’entrée des enfants d’immigrés d’Amérique centrale qui ont submergé les abris de l’État.

21 juillet – VENEZUELA – La Chine signe un « partenariat stratégique global » avec le Venezuela lors de la XIII Commission binationale de haut niveau Chine-Venezuela à Caracas. Le Président Xi Jingping, a accordé un crédit de 2,960 millions de dollars au gouvernement de Nicolàs Maduro, son principal allié en Amérique du Sud. Le crédit sera remboursé avec des livraisons de pétrole. En outre 38 nouveaux accords de coopération entre les deux pays ont été conclus et la Banque de développement de Chine a ouvert un bureau à Caracas.

21 juillet – NICARAGUA – La célébration du 35e anniversaire de la Révolution Populaire Sandiniste a versé dans la tragédie au Nicaragua, quand des sympathisants du gouvernement du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) ont été attaqués par des hommes armés non identifiés. L’embuscade a tué cinq personnes et en a blessé 19 autres. L’incident s’est produit dans des communautés du nord du pays, quand plusieurs groupes de sympathisants sandinistes retournaient en caravanes depuis Managua, la capitale, après la célébration. Le président Daniel Ortega a décrit l’événement comme « une véritable boucherie« , tandis que la police nationale essayer de clarifier ce qui s’est passé, mais sans donner d’informations à la presse.

21 juillet – VENEZUELA – Pour le IIIe congrès du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) – à partir du 26 juillet- les 537 délégués élus par vote direct des membres du parti n’auraient été qu’entre 15 et 20% de plus de sept millions et demi de membres appelés à voter et inscrits sur les listes des 1.932 centres mis en place par l’État du Conseil national électoral (CNE). Ces chiffres résultent des fuites recueillies par des journalistes et qui rapportent qu’à Caracas la participation aurait été encore plus faible.

22 juillet – ARGENTINE – Le juge nord-américain chargé du litige qui oppose l’Argentine à des « fonds vautours » a exhorté les deux parties à négocier pour éviter un défaut de paiement du pays qui serait, selon lui, la « pire des choses ».

22 juillet – PÉROU – La vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Sáenz de Santa María, a entrepris son premier voyage officiel à l’Amérique latine depuis qu’elle a pris ses fonctions il y a deux ans et demi, dans le but de « travailler dans une relation bilatérale d’investissements mutuels à créer des emplois« . C’est pourquoi elle a été accompagnée par des entreprises espagnoles qui réalisent des projets importants au Pérou : métro à Lima et gazoduc du Sud. L’Espagne est, depuis 20 ans, le principal investisseur étranger au Pérou avec un investissement cumulé de plus de 6.000 millions de dollars.

22 juillet – MEXIQUE – Le Sénat de la République a terminé une des transformations législatives les plus significatives depuis la fin de l’étape révolutionnaire. Avec l’approbation de la réforme énergétique, grâce aux votes du PRI et du PAN, le président Enrique Peña Nieto a non seulement enterré 76 années de monopole étatique sur le gaz et le pétrole, mais met fin au paquet de réformes structurelles né en 2012 grâce à l’Accord pour le Mexique, un accord ambitieux scellé avec l’opposition – le PAN et le PRD – dans le but de mettre un terme à des décennies de retard et de relancer la croissance économique. Avec l’adoption de la réforme de l’énergie – combattue par le PRD (la gauche) – culmine le plus grand changement législatif de ces dernières décennies.

22 juillet – ÉQUATEUR – Le gouvernement de Rafael Correa veut mettre fin à sa dépendance au pétrole et cherche une nouvelle voie de développement dans l’industrie pétrochimique et la construction de huit centrales hydroélectriques, ce qui permettra au pays de vendre de l’électricité à d’autres pays de la région. Ce sont quelques-unes des mesures qui ont été soulevées. C’est pourquoi le pays a investi plus de 17 000 millions de dollars dans l’enseignement supérieur et, jusqu’ici, envoyé 8.000 étudiants boursiers à l’étranger. Le Vice-président Jorge Glas, dans un entretien avec les dirigeants de l’économie, espère que le changement pourrait se faire en 10 ans.

22 juillet – MEXIQUE – Avec la bataille législative perdue, les secteurs modérés et radicaux de la gauche cherchent de nouvelles façons de faire rejeter la réforme pétrolière. S’appuyant sur une enquête publiée en juin dernier par GEA ISA qui montre que 65% des répondants sont en faveur d’une consultation nationale sur les changements dans ce secteur, la direction du Parti de la révolution démocratique (PRD) a choisi cette voie, en supposant que cette réforme sera « abattue » par référendum en 2015. Il s’est formé un front commun entre les deux figures les plus importantes de la gauche, qui se sont éloignées : Cuauhtémoc Cárdenas, fils de Lazaro Cardenas, le président qui a exproprié le pétrole en 1938, et Andrés Manuel López Obrador, tous deux ex-candidats présidents, qui ont appelé à la collecte de signatures.

22 juillet – CHILI – Après son échec pour la construction de l’autoroute de la mine d’El Teniente, le constructeur espagnol Sacyr a reçu deux offres pour des travaux routiers à Santiago du Chili de plus de 190 millions d’euros, tel que rapporté par la société qui a intensifié ces dernières années son engagement dans ce pays, où en 2013 elle a réalisé 258 millions d’euros de ventes.

23 juillet – CUBA – Lors d’une visite à La Havane, le président chinois Xi Jinping a signé avec son homologue Raul Castro, 29 nouveaux accords dans les domaines de la finance, de la biotechnologie, de l’agriculture, des infrastructures et des énergies renouvelables. Parmi les accords signés au Palais de la Révolution, il faut mettre en évidence celui pour la coopération dans le cyberespace et une ligne de crédit de Pékin pour construire un terminal dans le port de Santiago de Cuba, rapportent l’agence de presse Efe.

23 juillet – PEROU – Le cinquième président du Conseil des ministres, René Cornejo a été remplacé après qu’il ait été connu que son conseiller principal promouvait une campagne pour discréditer le membre du Congrès qui enquêtait sur René Cornejo pour conflit d’intérêts alors qu’il était ministre du Logement dans le gouvernement. La ministre du Travail, la parlementaire Ana Jara [photo], a prêté serment en tant que nouveau chef du cabinet. L’avocate est l’un des leaders de Gana Perú – l’alliance avec laquelle Ollanta Humala a pris ses fonctions en 2011 – proche de la première dame Nadine Heredia.

23 juillet – AMÉRIQUE LATINE – Le Rapporteur spécial pour la liberté d’expression, l’un des plus importants postes – contesté par certains gouvernements – de la Commission inter-américaine des droits de l’homme (CIDH) a un nouveau patron : c’est l’avocat et journaliste uruguayen de 44 ans, Edison Lanza, qui a été sélectionné par les commissaires pour succéder à Catalina Botero, dont le mandat se termine en début octobre. L’Uruguayen s’est imposé face à cinq autres finalistes: la guatémaltèque Ileana Alamilla Bustamante, l’équatorien Juan Pablo Albán Alencastro, le chilien Francisco Cox, l’argentin Damián Miguel Loreti et le péruvien David Lovaton.

23 juillet – URUGUAY – La santé publique uruguayenne, dont l’amélioration est l’une des principales réalisations de la gauche du Frente Amplio, est plongée dans un scandale après les poursuites judiciaires d’un de leurs administrateurs, le syndicaliste Alfredo Silva.L’enquête d’un réseau de détournement de fonds dans les hôpitaux éclabousse le Front élargi au pouvoir qui, octobre prochain, sera confronté à des élections présidentielles avec son candidat, spécialiste du cancer, l’ancien et premier président de gauche de l’Uruguay en 2007, Tabaré Vázquez.

24 juillet – AMÉRIQUE LATINE – Une étude de la Banque mondiale met en évidence la faible productivité des enseignants d’Amérique latine et révèle que les enseignants de la région perdent une journée de cours par semaine. « Il n’est pas facile de se tenir devant 25 jeunes enfants de huit ans ou des adolescents, certains avec des smartphones, et de retenir leur attention pendant une heure, parfois vous ne pouvez pas même avec vos propres enfants», a déclaré sur la complexité de l’enseignement le ministre de l’Éducation du Pérou, Jaime Saavedra, en présentant le rapport «  Professeurs excellents. Comment améliorer l’apprentissage en Amérique latine et dans les Caraïbes. » Après enquête dans 15 000 salles de classe de sept pays d’Amérique latine, l’étude met en évidence l’absentéisme et la « mauvaise préparation » parmi les principales limitations des enseignants.

25 juillet – BRÉSIL – La Banque centrale du Brésil a injecté plus de 10 000 millions d’euros dans l’économie pour que les banques prêtent aux ménages et aux entreprises dans l’une des mesures annoncées pour stimuler la croissance de plus en plus modeste de l’économie. À la haute inflation et à la basse confiance des familles et des entreprises, il faut ajouter au Brésil la décélération du crédit des banques. En 2010 la croissance des prêts était de 20.6%, tandis que pour 2014 la prévision est de 12%.

Guy MANSY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie