Actualités


Les faits du 17 au 24 Novembre 2013

17 NOV – CHILI – L’une des propositions phares de Michelle Bachelet est un profond changement de la Constitution de 1980, adoptée par Augusto Pinochet lors d’un référendum controversé. Pour cela il est nécessaire d’obtenir l’accord des deux tiers du Congrès, c’est-à-dire de 80 députés et 25 sénateurs. Mais la « Nueva Mayoría » – de centre gauche –, n’a réussi qu’à élire 68 (+12) députés et 21 (+1) sénateurs. Aussi Michelle Bachelet cherchera-t-elle un accord au Congrès entre tous les partis politiques concernant les réformes constitutionnelles. Elle n’a pas exclu d’appeler à une Assemblée constituante pour laquelle, lors des élections, 8 % des électeurs ont écrit les lettres « AC » sur leur bulletin pour obtenir la participation populaire pour changer de Constitution, après une forte campagne d’un mouvement appelé « Marca tu Voto ».

18 NOV. – ARGENTINE – La présidente Cristina Fernández de Kirchner a repris le travail après un mois et demi d’absence pour raisons de santé, en participant à des réunions privées à la résidence présidentielle des Oliviers, à la périphérie de Buenos Aires. En même temps, « Cristina K » a laissé à son porte-parole la tâche d’annoncer le retrait des ministres et des présidents de la banque Centrale et Nationale. Elle a annoncé des changements dans son gouvernement : le chef de cabinet faisant office de chef de gouvernement, Jorge Capitanich [photo] – économiste de 48 ans – ; le ministre de l’Economie, Axel Kicillof – économiste de 42 ans – et le ministre de l’Agriculture, Carlos Casamiquela – ingénieur agronome. Comme il est devenu évident qu’elle ne pourra plus briguer un troisième mandat, Jorge Capitanich, péroniste fidèle à la présidente,  peut être un héritier possible pour la présidentielle de 2015.

18 NOV – BRESIL Scientifiques et défenseurs de l’environnement ont tiré la sonnette d’alarme depuis des mois. Les chiffres rendus publics par le gouvernement brésilien montrent une réelle inversion de tendance : sur douze mois allant d’août 2012 à juillet 2013, la déforestation de l’Amazonie brésilienne, après quatre années consécutives de baisse, s’est accélérée. Les données satellitaires de l’Institut national de recherche spatiale (INPE) révèlent que près de 5 843 km² ont été déboisés sur un an, ce qui représente une hausse de 28 % du déboisement par rapport à l’année précédente, au cours de laquelle avait été enregistrée la plus faible déforestation de l’histoire récente. Ce rebond coïncide avec l’entrée en vigueur du nouveau code forestier, promulgué en mai 2012 par la présidente, Dilma Rousseff, et critiqué par les écologistes.

19 NOV. – MEXIQUE – À 81 années, l’essayiste et écrivaine, Elena Poniatowska (née à Paris en 1932),  a remporté le Prix Cervantes, la plus haute distinction des lettres espagnoles. Celui- ci est le cinquième gagnant pour un Mexicain et la première pour une Mexicaine. Elle est la quatrième écrivaine récompensée en 37 ans. Avant elle, il y a eu en autres les Espagnoles María Zambrano (1988) et Ana Maria Matute (2010), et la Cubaine Dulce Maria Loynaz (1992). Son livre le plus célèbre, La Nuit de Tlatelolco, est un témoignage saisissant de la répression contre les étudiants le 2 octobre 1968, une date gravée avec le sang dans l’histoire du Mexique. « On devrait officiellement la commémorer, une date de deuil national », répète-t-elle.

19 – VENEZUELA NOV – La majorité chaviste de l’Assemblée nationale a approuvé la loi d’habilitation qui autorise le président Nicolás Maduro à légiférer par décret « contre la guerre économique »  qui, selon le parti au pouvoir, est à l’origine la crise profonde que traverse aujourd’hui le Venezuela. Grâce à ces pouvoirs spéciaux, Nicolás Maduro peut examiner les contrôles des changes et commerciaux mis en place il y a une décennie pour réglementer davantage les importations, le contrôle du financement des partis politiques d’opposition et d’établir des mécanismes de lutte « contre les puissances étrangères cherchant à détruire le pays dans les domaines économique, politique et médiatique ». Le coût élevé de la vie se traduit par un taux d’inflation cumulé de 54 % l’an dernier.

19 NOV. – PÉROU – Le président péruvien Ollanta Humala a dû reporter sa visite au Canada en raison de la crise politique consécutive à la révélation des médias péruviens des liens actuels entre les agents de l’ex conseiller d’intelligence Vladimiro Montesinos de l’ancien président Alberto Fujimori, policiers et fonctionnaires de son gouvernement. Bien que le président ait essayé, pendant une entrevue d’une heure, de convaincre que l’épisode ne représente seulement que des « actes de corruption » de « quelques mauvais éléments de la police », les indices et les documents disponibles indiquent un problème de plus grande dimension. Les courriers d’opinion des journaux, les appels d’auditeurs de radios, et les réactions dans les réseaux sociaux, démontrent que les Péruviens sont insatisfaits avec cette explication. Et, pour aggraver la situation, le président a généré un malaise au sein de la police nationale en mettant toute la responsabilité sur l’institution.

19 NOV. – AMÉRIQUE LATINE – Aller à la salle de bain est un luxe pour 120 millions de Latino-Américains. La région est de plus en plus riche, mais il est plus facile d’avoir un téléphone cellulaire qu’un accès à des toilettes ou des sanitaires sécurités pour évacuer ses excréments. En dehors des villes, le problème est encore plus grave. Un tiers des habitants des zones rurales d’Amérique latine sont potentiellement exposés. Le chiffre est de 13 % pour les habitants des villages et des villes d’Amérique latine. De plus, il tend à aggraver l’extrême pauvreté et à augmenter la malnutrition et la mortalité infantile ; le manque d’assainissement adéquat a aussi des coûts économiques élevés selon Ivo Imparato, directeur du Programme Eau et de l’Assainissement pour l’Amérique latine et les Caraïbes de la Banque mondiale.

21 NOV. – PARAGUAY – Comme dans d’autres pays d’Amérique latine, la population a commencé à protester ces derniers temps pour des raisons allant de l’éducation aux transports en commun. Des milliers de Paraguayens se sont rassemblés à Asunción contre le népotisme et la corruption dans leur pays. L’usage de la corruption a été historiquement une affaire en suspens à régler au Paraguay, tout comme l’inégalité, la distribution de la terre et le développement économique. Cette fois, les citoyens ont réagi parce que plus d’une vingtaine de sénateurs ont voté contre la destitution d’un collègue du Parti conservateur Colorado du président paraguayen Horacio Cartes, accusé par la presse d’engager comme employés du Congrès la nourrice de ses enfants et une ex-candidate Miss Univers. Organisés sur les réseaux sociaux, les participants ont manifesté devant le Congrès avec des rouleaux de papier de toilette, comme un symbole qu’ils voulaient nettoyer après les politiciens. Plus de 100 magasins à travers le pays ont annoncé qu’ils ne seront pas servis ni l’accusé, ni les 23 autres sénateurs qui l’ont défendu.

21 NOV. – COLOMBIE – Après l’annonce par le président Juan Manuel Santos qu’il briguerait un second mandat en juin 2014, si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, les plus grands obstacles pour la réélection du président seraient le vote blanc et le scepticisme des Colombiens, qui pensent que le pays est sur la mauvaise voie. Toutefois, les enquêtes montrent que, même si Juan Manuel Santos n’est pas le président le plus populaire de ces dernières années, il n’a pas encore de rivaux qui pourraient compromettre sa réélection.

22 NOV. – COSTA RICA-NICARAGUA – La Cour internationale de Justice des Nations Unies (CIJ) de La Haye a rendu pour une seconde fois des mesures préventives sur le différend frontalier autour de la rivière San Juan entre  le Costa Rica et le Nicaragua depuis 2010. Cette fois, les juges ont ordonné au Nicaragua de quitter Isla Portillos et d’arrêter, dans les deux semaines, le dragage de deux canaux pour une sortie à la mer depuis la rivière. Sept jours plus tard, les autorités nicaraguayennes doivent démontrer, avec preuves photographiques qu’ils ont remis les choses en état car  la zone est incluse dans la Convention (des Nations unies) pour la préservation des zones humides.

23 NOV. – VENEZUELA – Après une période de calme relatif, le transfert des pouvoirs législatifs pour une année au président Nicolas Maduro a conduit l’opposition à appeler à des manifestations dans les 335 municipalités du pays. Le but est de protester non seulement contre la situation politique, mais aussi contre l’appauvrissement national formulé -par certains observateurs-, comme la plus grave crise économique des 30 dernières années. Dans le même temps, le leader de l’opposition et le gouverneur de l’État de Miranda, Henrique Capriles Radonski, vise à fusionner ses partisans avant les prochaines élections municipales, le 8 décembre.

24 NOV. – MEXIQUE – Lors de son XIVe Congrès national, le Parti de la révolution démocratique (PRD) a conclu des accords sur son orientation pour l’année prochaine, mais a également accumulé des divergences autour de la question de se maintenir dans le Pacte de México. Mais finalement les dirigeants du PRD ont décidé que cette politique restera en vigueur, en accord avec le président mexicain, Enrique Peña Nieto, pour faire voter des réformes structurelles, au moins tant que la proposition de réforme de l’énergie n’est pas approuvé par le président cette semaine, qui marque une année de pouvoir. En désaccord sur ce sujet, Marcelo Ebrard, l’ancien maire de México, a accusé les chefs du PRD – principalement par les permanents du parti – de prendre des décisions de façon unilatérale, et a annoncé qu’il demandera l’appui de Cuauhtemoc Cardenas, fondateur du PRD, pour mobiliser le parti à sa transformation en parti de gauche.

24 NOV. – HONDURAS – Lors de l’élection présidentielle, Juan Orlando Hernandez, comme sa rivale Xiomara Castro, estime l’avoir emporté, au terme d’une journée de vote sans incident, marquée par une importante participation des 5,4 millions d’inscrits. Le candidat du Parti National (droite) au pouvoir, Juan Orlando Hernandez, s’est déclaré vainqueur, après des résultats partiels basés sur 42 % des suffrages lui accordant 34,15 % des voix contre 28,45 % pour la candidate de gauche, Xiomara Castro avec 28,45 %, devant Mauricio Villeda (Parti Libéral, 20,9 %). Les électeurs ont également désigné leurs 128 députés et leurs 229 maires.

Guy MANSUY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie