Actualités


La semaine du 17 au 23 juin 2013

17 – ARGENTINE – Les quatre organisations patronales agricoles d’Argentine en grève pour cinq jours ont commencé à négocier pour protester contre les taxes et les quotas d’exportation de céréales et de viandes bovines. Eduardo Buzzi, directeur de la Federación Agraria Argentina, qui représente les agriculteurs moyens, a reconnu que l’arrêt est «symbolique», car il n’y a pas de risque de pénurie, étant donné que l’industrie de la viande dispose de réserves suffisantes de viande. Le ministre de l’Agriculture Norberto Yahuar, a rejeté lors d’une entrevue la protestation des agriculteurs et a déclaré que la plainte a été politiquement motivée parce que certains dirigeants agricoles ont voulu apparaître comme des candidats potentiels pour les élections législatives d’août et d’octobre prochains. Le gouvernement Fernandez a obtenu des alliés tant dans la Fédération Agraire que dans le collectif des coopératives agricoles. Cependant, il n’a toujours pas cassé le groupe Sociedad Rural Argentina aristocratique et d’autres grands propriétaires terriens plus nombreux dans un pays où le pouvoir de production de nourriture est dans ses vastes et riches terres.

17 – ÉTATS-UNIS – CUBA – Les États-Unis et Cuba reprennent les négociations pour tenter de rétablir le service de courrier direct entre les deux pays, suspendu depuis 1963. Le Département d’État, qui a confirmé la reprise des discussions, a insisté sur le fait que l’initiative n’est pas un changement dans la politique de ce pays envers l’île, tandis que les groupes d’exilés ont accueilli favorablement cette approche, bien que considérer celle-ci comme insuffisante. Depuis que la livraison de lettres et de colis est suspendue, les citoyens doivent transmettre leurs envois de fonds par des pays tiers, principalement au Mexique.

18 – COSTA RICACarmen Muñoz est devenue la chef du Parti d’Action Citoyenne (PAC, centre) après trois ans d’exercice législatif, pendant lesquels elle doit se charger de la cause des droits des couples de même sexe, alors qu’il y a deux mois, elle a parlé ouvertement de son « non hétérosexualité » dans une interview dans le journal La Nación. Maintenant elle se reconnait comme une « femme très libre » pour faire face « sans minauderies » aux forces conservatrices qui cherchent à maintenir le Costa Rica dans la norme d’Amérique centrale. La forme du mariage homosexuel n’est que la plus extrême, mais les militants soutiennent cinq propositions législatives, avec différents degrés, destinées à faire que l’État  attribue aux couples de même sexe les mêmes droits qu’aux hétérosexuels. Ce n’est pas une tâche facile dans un pays de confession catholique et où se développent également de plus en plus de confessions chrétiennes évangéliques, dont les dirigeants s’opposent aux unions légales homosexuelles avec beaucoup plus d’âpreté. Le gouvernement de la présidente Laura Chinchilla a dû jongler pour ne pas être considérée contre la reconnaissance juridique des couples de même sexe, même si des ministres ont apporté un soutien spécifique, y compris le ministre de l’éducation, Leonardo Garnier. « Chaque nation a son propre temps« , a déclaré Laura Chinchilla, ce qui signifie que le Costa Rica n’est pas prêt à rejoindre les 19 pays (six en Amérique) qui autorisent les mariages ou unions homosexuels.

18 – ARGENTINE – Alors que la présidente d’Argentine, Cristina Fernandez de Kirchner, avait impulsé six lois sous le slogan «la démocratisation de la justice », la Cour suprême a déclaré inconstitutionnelle la majorité de ces mesures. Le plus haut tribunal de ce pays, dont la majorité des membres ont été nommés pendant le gouvernement de Nestor Kirchner (2003-2007), a déterminé par six voix contre une que la réforme du Conseil de la magistrature (sélection d’organes et de révocation des juges) était contraire à la Constitution. Plus précisément, la majorité des magistrats s’est opposée à élargir le nombre des membres de 13 à 19 du Conseil de la magistrature et a également déclarées inconstitutionnel le fait que les représentants des juges, des avocats et des universitaires dans ce corps soient élus en tant que candidats des partis politiques pour un vote populaire et donc qu’ils resteront choisis par leurs pairs. La décision de la Cour suprême contre la loi principale de la réforme judiciaire Kirchner est un revers majeur pour la présidente et son intention de mettre fin au corporatisme des juges.

18 – VENEZUELA – Le rapport final de la Mission Électorale au Venezuela, présenté par l’Institut des Hautes Études Européennes en collaboration avec Rediunipaz, démystifie les prétendues forces électorales du système et met en évidence certaines tendances inquiétantes d’un pays ingouvernable. [Extrait du rapport] « Les dernières données économiques montrent que les niveaux de grande pénurie touchent 60% du « panier de la ménagère« . La crise politique depuis les élections d’avril, avec des accusations d’autoritarisme et de graves délits pré et post-électorales, conduit le Venezuela à ce que les experts appellent des «États défaillants». État inefficace et institutions fragiles sont la réalité de l’ État du Venezuela. Possédant une capacité obscène pour le « gaspillage » basé sur une fausse prospérité économique à « débit« , avec une élite politique et sociale qui suppose « l’état comme butin« ; l’ État a beau prôner un développement social très louable, il est incapable de le consolider sous la cape de la corruption, l’infaisabilité budgétaire et les insécurités, physique et juridique. Cette description proche de l’enfer dantesque de la littérature de Divine Comédie, est devenue pour longtemps la réalité quotidienne difficilement tenable des citoyens. Il est temps de reconstruire totalement le pays qui a comme base un large pacte politique et social dans lequel les différentes forces politiques ont une place. Il est urgent pour les secteurs institutionnels et les modérés des deux côtés d’ouvrir des voies d’entente et de compréhension entre les deux projets nationaux condamnés à s’entendre, tôt ou tard, dans des domaines clés tels que la recomposition politique, le déficit budgétaire et monétaire, la distribution efficace des produits de base, la nouvelle politique de l’énergie et de la sécurité comme la principale préoccupation citoyen. (…) La viabilité de ce pacte national essentiel passe par une question préliminaire : la nécessité de surmonter le schisme politique et social de la période post-électorale. (…) »

Gustavo Palomares est professeur à l’UNED européen, président de l’Institut d’études européennes et mission internationale d’élections mené au Venezuela.

19 – PÉROU – Le service militaire n’est plus obligatoire mais a été maintenu sur la base du volontariat. Seulement, les recrues ne se bousculent pas pour porter l’uniforme. Aussi, Ollanta Humala, le président péruvien, qui est un ancien lieutenant-colonel, a promulgué un décret le 20 mars dernier stipulant que si “le nombre de volontaires nécessaire chaque année pour le service militaire n’est pas atteint, il sera procédé de manière immédiate à un tirage au sort parmi les jeunes âgés de 18 à 25 ans qui ne suivent pas d’études ». Les jeunes tirés au sort devront intégrer l’armée sous peine de perdre leurs droits civiques et de payer une amende de 530 euros. Seulement, certaines organisations d’opposants ont affirmé que cela est discriminatoire. Cette année, le ministère de la défense allait tirer au sort le matin même 12.500 places sur 706 688 jeunes entre 18 et 20 ans. A une injonction contre le tirage au sort faite par le Médiateur du Peuple, un tribunal constitutionnel de Lima a suspendu l’une des mesures les plus impopulaires du président Ollanta Humala : le service militaire obligatoire pour les personnes incapables de payer une amende de 700 dollars ; ce sont pour la plupart des pauvres et des étudiants d’instituts techniques puisque les étudiants en universités sont exemptés de cette obligation en vertu des nouveaux règlements. La réponse du tribunal  indique que contraindre est « un recrutement forcé tant qu’il ne répond pas à un acte volontaire. » Le recrutement forcé est interdit au Pérou.

20 – BRÉSIL – Manifestement, Dilma Rousseff,[photo de la une] devenue présidente du Brésil le 1er janvier 2011, n’a pas l’art et la manière économiques de son prédécesseur, Lula da Silva. Il n’est que de regarder la courbe déclinante de la croissance : + 7,5 % en 2010, + 2,7 % en 2011, + 0,9 % en 2012, et + 2,9 % annoncés cette année par l’OCDE. Les taux d’intérêt remontent avec les risques d’une inflation atteignant 6,6 %.  » Ferme du monde « , le Brésil agricole continue sur sa lancée (+ 9,7 %), mais son activité industrielle est en recul (- 0,3 %). Il aura suffi d’une augmentation de 20 centimes pour mettre le feu aux poudres. Lorsque les autorités de São Paulo ont décidé, le 2 juin, de faire passer le billet de bus de 3 à 3,20 reais (de 1,05 à 1,12 euro), elles étaient loin d’imaginer l’onde de choc qui allait s’ensuivre. Un début de fronde sociale s’est répandu en l’espace de quelques jours dans les principales villes du pays. D’abord quelques centaines, puis plusieurs milliers de manifestants, très jeunes pour la plupart, ont battu le pavé contre la vie chère et pour exiger de meilleurs transports publics. Mais aussi pour critiquer la gabegie et les sommes colossales investies dans l’organisation des événements sportifs en cours ou à venir, alors que les services publics comme la santé et l’éducation sont dans un état déplorable. Pour les dirigeants brésiliens, l’ampleur de la grogne de la population qui ne faiblit pas préfigure un risque de divorce d’une partie de leur base avec les formations politiques traditionnelles. Le mouvement de contestation sociale qui déferle sur le pays trouve son impulsion au cœur d’une petite nébuleuse de militants – quelques dizaines de personnes -, très jeunes et urbains pour la plupart, disant n’être liés à aucun parti politique. Ce Movimento Passe Livre (Mouvement libre passage ou MPL), qui défend le principe de la gratuité des transports publics, est le principal instigateur des manifestations de São Paulo. Celles-ci ont suivi l’annonce, le 2 juin par le maire Fernando Haddad du Parti des travailleurs (PT, gauche au pouvoir), d’une augmentation du prix du billet de bus. Plus d’un million de Brésiliens sont descendus dans les rues dans une centaine de villes. En hausse également, le nombre d’affrontements avec la police, faisant des dizaines de blessés et un mort. Cette contestation, poussant le pouvoir à convoquer une réunion de crise, suffisamment pour pousser la présidente Dilma Rousseff à annuler un voyage prévu au Japon et convoquer une réunion de crise avec ses ministres les plus proches.

20 – COLOMBIE – Si quelque chose a marqué la guerre en Colombie, ça a été le fléau des enlèvements, un phénomène qui est allé si loin qu’il est devenu une épidémie et le crime que la plupart des Colombiens rejettent. Il est difficile d’imaginer qu’une seule personne ait été enlevée à cinq reprises pour finalement, être assassinée après 14 ans de captivité dans la jungle. Il n’est pas facile de reconnaître que plus de 39.000 personnes ont été enlevées dans le pays. Après une enquête de six ans menée par le Centre National de la mémoire historique, une institution gouvernementale, et la compagnie Cifras & Conceptos se sont associés pour établir la base de données la plus robuste des enlèvements en Colombie, allant de 1970 à 2010. Le résultat du rapport Una verdad secuestrada – une vérité enlevée -, qui a croisé l’information provenant de sept sources différentes, excède les mesures les plus pessimistes car il recense 39 058 personnes (les statistiques officielles parlent de 24.000) enlevées au moins une fois en 40 ans. Parmi les auteurs d’enlèvements confirmés, les FARC ont une responsabilité dans 33% des cas, suivi par l’ELN, l’autre guérilla colombienne, 30%, les réseaux criminels 20% et  les paramilitaires 4%. Il faut dire aussi que 9% des victimes étaient en captivité depuis plus d’un an. Dans ce groupe, certains ont été enlevés pour des raisons politiques : l’armée, la police et les politiciens. 9% des kidnappeurs ont exigé une  libération pour moins de 20 millions de pesos, soit environ 10.000 dollars. « L’enlèvement n’est pas seulement un phénomène qui affecte les personnes étrangères ou riches ou ceux qui vivent dans les zones de conflit. C’est un phénomène qui a touché l’ensemble de la société colombienne « , dit Cesar Caballero, le directeur de la recherche. Sur les 1.102 communes de Colombie, dans 1006 il a été commis au moins un enlèvement, en particulier dans les grandes villes.

21 – CHILI – Quand, après avoir surmonté une vive opposition de certains membres de son parti, le président du Parti communiste (PC), Guillermo Teillier avait déclaré « Notre parti va soutenir Michelle Bachelet comme notre candidat à la primaire [30 Juin]. Et bien sûr, il sera également pour le premier tour « . Les arguments dissidents – propres aux secteurs syndicaux, juvéniles et de base du PC  – indiquaient que ratifier Bachelet signifiait tourner le dos aux mouvements sociaux, ce qui se traduirait par la perte de l’électorat à gauche. Au sein de ce groupe était Camila Vallejo –  l’image la plus importante du mouvement étudiant chilien, – qui en janvier 2012 à El Pais a dit: «Ne jamais être prêt à faire campagne pour Bachelet ou à appeler les jeunes à voter pour elle. Personne ne dit que son programme est représentatif des idées que le mouvement étudiant a proposé. Et je ne reçois pas d’ordre du parti « . Toutefois, le leadership du PC a négocié son rapprochement avec la Concertación de l’opposition. Aussi lorsque Camila Vallejo est intervenue sur scène avec l’ancienne présidente dans un acte de la campagne avec des résidents de La Platina, un secteur au sud de la commune de Santiago du Chili et que Michelle Bachelet a parlé des réformes structurelles pour modèle politique chilien, du système fiscal et de l’éducation, plus personne n’a douté du soutien des communistes à l’ancienne directrice de l’ONU Femmes.

21 – BRÉSIL – La présidente Dilma Rousseff a convoqué une réunion urgente avec plusieurs ministres, a appelé plusieurs représentant des pouvoirs de l’État et a enregistré une vidéo avec un discours de 11 minutes qui a été émis par la chaîne nationale, toutes les stations émettrices radio et télévision du pays. Elle a tendu à nouveau la main envers les manifestants. Mais a fait une grande distinction entre les pacifiques et les groupes minoritaires violents. « Nous suivons avec beaucoup d’attention les manifestations qui arrivent dans le pays. Elles montrent la force de notre démocratie et le désir de la jeunesse de faire avancer au Brésil ». Elle a admis que les manifestations ont donné d’importantes leçons :  » Les tarifs des transports ont baissé et les revendications sont devenues une priorité nationale.  » Près d’une soixantaine de villes ont annoncé, sous la pression populaire, une réduction du prix de leurs billets de bus ou métro.  » Je vais m’entretenir, ces prochains jours, avec les chefs des différents organes de l’État, inviter les gouverneurs et les maires des principales villes à former un grand pacte pour l’amélioration des services publics « , a-t-elle promis, évoquant un plan national de mobilité urbaine avec  » des transports en commun de qualité à des tarifs justes « . Et de réitérer son souhait de consacrer 100 % des recettes pétrolières à venir à l’éducation, un projet qui avait provoqué un tollé sur les bancs du Congrès. Sans plus de précisions, Dilma Rousseff a estimé que le pays avait besoin d’ » oxygéner » son système politique pour le rendre  » plus perméable à l’influence de la société «  et de trouver des  » moyens plus efficaces pour combattre la corruption « . Face aux critiques sur les dépenses engagées pour l’organisation de la Coupe du monde de football, en 2014, elle a soutenu, d’un ton sec mais toujours sans entrer dans le détail, que  » l’argent dépensé pour les stades par le gouvernement sera dûment remboursé par les entreprises et les gouvernements des Etats qui les exploiteront « . Selon un sondage Datafolha, réalisé 55 % des habitants de São Paulo considèrent l’attitude de Dilma Rousseff face aux événements comme  » mauvaise «  ou  » très mauvaise « . Le Mouvement Passe Livre (MPL), à l’origine de la contestation, a annoncé son intention de ne plus convoquer de manifestations. Selon l’un de ses représentants, Douglas Belomi, le collectif a pris sa décision après avoir observé des revendications contraires aux idées du MPL et la présence de personnes conservatrices au sein des cortèges. Une façon de noter le danger de récupération du mouvement.

23 – URUGUAYL’anti-avortement a subi une lourde défaite après avoir échoué à réunir le soutien nécessaire à un référendum sur la loi qui dépénalise l’avortement en Uruguay. Pour convoquer un référendum, qui aurait eu lieu en octobre, il était nécessaire d’obtenir 25% de soutien des 2.620.772 citoyens inscrits sur les listes électorales, soit 655 192 votes en sa faveur. Mais, selon le Tribunal électoral après 99,71 pour cent des suffrages comptabilisés, la consultation a reçu 239 302 adhésions, soit 8,8% des inscrits. Peu après la clôture du scrutin, qui est resté ouvert de 8h00 à 19h30, ont commencé à circuler les premières informations que la consultation avait échoué et les groupes d’opposition partisans de la consultation  ont rapidement reconnu leur échec.

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie