Actualités


La semaine du 29 avril au 3 mai 2013

29 – MEXIQUE – Des militants des droits de l’homme ont livré au siège de l’ambassade des États-Unis à Mexico 20.000 signatures de Mexicains demandant au gouvernement étasunien plus de contrôle sur le problème du trafic d’armes à la frontière entre les deux pays, à l’occasion de la visite du président Barack Obama au Mexique le 2 mai. La remise de la lettre a été dirigée par le poète Javier Sicilia, fondateur du Mouvement pour la Paix avec Justice et Dignité, et des représentants d’Amnesty International et du Musée de la tolérance.  Les militants ont été accueillis par un représentant de la section politique de l’ambassade américaine. Javier Sicilia a été catégorique : le gouvernement mexicain doit mettre ce sujet à discussion lors de la prochaine visite de M. Obama. « Le président Peña Nieto a l’obligation de faire pression depuis le Mexique vu que c’est un élément fondamental de l’agenda bilatéral et derrière cela le sujet de la drogue et de blanchiment d’argent », a-t-il déclaré à la livraison des signatures, recueillies par les réseaux sociaux et courriel. Le poète a dit que les représentants de l’ambassade américaine ont promis d’envoyer la demande à la Maison Blanche. Il a également déclaré que le problème du trafic d’armes est également lié à des citoyens nord-américains qui ne sont pas conscients des conséquences des ventes excessives au Mexique de ces objets. « Ils doivent être conscients de cela aussi : derrière le manque de contrôle de ces armes qui sont vendues comme des bonbons aux États-Unis, il y a nos morts », a-t-il dit.

29 – BOLIVIE Le Tribunal constitutionnel de Bolivie a autorisé Evo Morales à briguer un troisième mandat présidentiel en décembre 2014, ce qui n’est pas prévu par la Constitution. Au pouvoir depuis 2006, Evo Morales estime que son premier mandat ne doit pas être pris en compte, car il est antérieur à l’adoption de la nouvelle Loi fondamentale, en 2009. L’ancien président, Carlos Mesa, a qualifié la décision du Tribunal de «  juridiquement inacceptable ».

30 – MEXIQUESelon un rapport du Réseau pour les droits des enfants au Mexique, plus de 1.750 enfants ont été tués dans des incidents liés à la guerre contre le crime organisé depuis 2007 jusqu’en mars dernier. Le groupe d’âge le plus touché est celui des adolescents entre 15 et 17 ans et les états les plus dangereux sont Chihuahua – dont le taux d’homicides de mineurs dépasse cinq fois la moyenne nationale, même s’il a diminué ces dernières années – Nuevo León, Guerrero, Sinaloa et Tamaulipas. Cette ONG estime, d’une part, qu’entre 15.000 et 20.000 adolescents sont exploités par des gangs criminels et des cartels de la drogue et que, d’autre part, sept enfants sur dix sont tués par des armes à feu. En outre, 80% des homicides ne sont pas liés à un groupe criminel spécifique ; c’est la raison pour laquelle leur résolution reste impunie et au moins 3% d’entre eux, selon les ONG, sont causés par les forces de sécurité. Ces ONG soulignent qu’il y a « une tendance croissante à l’exploitation sexuelle des mineurs, ainsi que la disparition de jeunes filles » et ont fermement condamné la criminalisation comme « enfants tueurs », alors qu’en fait, ils sont « victimes de l’exploitation narco ». « Ils les traitent comme des criminels. Actuellement au Mexique il n’y a pas une seule institution qui est chargée de prévenir ou de soigner des enfants face à la violence ».

30 – GUATEMALA Après une suspension de 12 jours, au cours de laquelle la défense de l’ex-dictateur Efraín Ríos Montt semblait avoir atteint son objectif d’annuler le procès pour génocide et crimes contre l’humanité, le procès au Guatemala contre le vieux général et son ancien chef du renseignement militaire (G-2), le général à la retraite Mauricio Rodríguez Sánchez  se poursuit et l’affaire a été renvoyée devant le tribunal par le juge Jasmín Barrios, qui en avait la charge jusqu’au 18 avril, le jour de sa suspension. Le juge Barrios a accepté la demande de la défense de Rodríguez Sánchez, pour qu’un nouveau défenseur puisse se charger du procès qui se poursuivra jeudi 2 mai. Le procès revient, alors, à l’époque de sa suspension.

30 – CUBA Après l’avoir refusé la semaine dernière, le Département d’état des États-Unis a décidé d’accorder un visa à Mariela Castro,[photo de la une] fille du président Raúl Castro, pour qu’elle se rende à Philadelphie pour recueillir une récompense pour son travail en faveur des homosexuels. Equality Forum – Forum pour l’égalité -, l’organisation qui a décidé de récompenser la Cubaine, a confirmé sur son site internet le changement d’avis du gouvernement américain. Mariela Castro est la directrice du Centre national de Cuba pour l’éducation sexuelle, un organisme relevant du ministère de la Santé cubain, et est un ardent défenseur des droits des homosexuels. Elle a mené plusieurs campagnes dans l’île pour promouvoir la tolérance et a fait pression sur les membres du régime castriste en faveur de la légalisation des couples de même sexe. « Elle est la chef de file incontestée du changement de perception de la communauté gay à Cuba », a déclaré Malcolm Lazin, directeur exécutif du Forum pour l’égalité. Ce n’est pas la première fois que les États-Unis permettent à Mariela Castro d’entrer dans le pays. L’an dernier, on lui a également accordé un visa afin qu’elle puisse participer à un séminaire international également lié aux droits des homosexuels à San Francisco.

1 – BOLIVIE – Le président Evo Morales a annoncé l’expulsion de la Bolivie de l’Agence pour le développement international des États (USAID, son sigle en anglais) pour « nationaliser la dignité du peuple bolivien ». L’annonce a été faite lors des célébrations de la fête du Travail, la date à laquelle Morales a annoncé la nationalisation de plusieurs entreprises à capitaux étrangers, y compris plusieurs entreprises espagnoles. États-Unis « conspire, afin de prendre avantage de cette concentration, nous avons décidé d’expulser l’USAID. Jamais plus l’USAID ne manipulera et n’utilisera nos frères dirigeants », a déclaré Morales lors d’un rassemblement de dirigeants syndicaux et des représentants des paysans et des mineurs, et les mouvements sociaux liés à son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS), dans une place de La Paz. Après des informations sur l’USAID, le président a annoncé l’augmentation de son salaire -2000 euros par mois- pour favoriser l’augmentation des salaires dans le secteur public, en plus d’autres lois en faveur des mineurs des coopératives et des retraités.

1 – MEXIQUE – Le Rapporteur de l’ONU sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, Christof Heyns, enquête sur le Mexique. Les cas d’exécutions arbitraires et sans raison apparente par les organes de sécurité s’accumulent dans la mémoire des familles des victimes partout dans le pays. Cette situation date depuis les années 70, pendant la guerre sale, jusqu’à ce jour, avec la guerre contre la drogue. Christof Heyns est maintenant en tournée dans le pays – états de Chihuahua, Guerrero, Nuevo León et Mexico – pour rencontrer des politiciens, des associations civiles et des institutions officielles, en rapport avec le sujet. La Commission des droits de l’homme du District fédéral a délivré un document dont les détails sont rapportés uniquement dans des notes sur les exécutions extrajudiciaires au Mexique, celle de l’ONG Human Rights Watch (HRW) qui a documenté 24 cas, et celle de la Commission nationale des Droits de l’Homme, qui compte 68 personnes tuées par des agents du gouvernement entre 2007 et 2011. Ces dossiers ne comprennent que les événements rapportés et vérifiés par des organismes, mais on suppose qu’il en existe des centaines. Le rapport de HRW de février dernier a enregistré jusqu’à 149 disparitions de personnes dans lesquelles a été prouvée l’implication des forces de sécurité au cours de six ans de l’ancienne présidence de Felipe Calderón. La Commission des droits de l’homme a enregistré dans le district fédéral de Mexico de 2006 à 2013 jusqu’à 36 exécutions extrajudiciaires appuyées sur des documents.

1 – VENEZUELA Dans la rue comme dans les urnes, le Venezuela est divisé. Pour le 1er mai, deux cortèges imposants ont défilé à Caracas : rouge à l’ouest, bariolé dans les quartiers résidentiels de l’est de la capitale. À l’ouest, les « chavistes » ont manifesté leur soutien au président Nicolas Maduro ; à l’est les opposants ont continué de contester le résultat du scrutin du 14 avril. La journée s’est déroulée dans le calme. Mais la tension reste vive. La veille, à l’Assemblée nationale, les élus des deux camps en étaient venus aux mains. Les parlementaires de l’opposition entendaient protester contre la décision du président de l’Assemblée, Diosdado Cabello, de leur refuser la parole tant qu’ils ne reconnaîtront pas la légitimité de Nicolas Maduro. Majorité et opposition se rejettent mutuellement la responsabilité des premiers coups. Onze députés ont été légèrement blessés, sept de l’opposition et quatre de la majorité présidentielle. Nicolas Maduro a souhaité que « ce genre d’incident ne se reproduise plus ». Le nouveau président n’en traite pas moins l’opposition de « fasciste » et la juge responsable des violences qui, au lendemain de l’élection, ont causé la mort de sept à neuf personnes, selon les bilans. La coalition d’opposition, la Table d’unité démocratique (MUD), dénonce pour sa part « les campagnes gouvernementales de nature fasciste mises en œuvre pour accuser l’opposition de faits de violence inexistants ». « Fascistes », « putschistes », « assassins », les accusations fusent des deux camps et l’escalade verbale fait craindre un dérapage. Le secrétaire général de l’Organisation des États américains (OEA), le Chilien José Miguel Insulza, s’est dit inquiet de « l’absence de tout dialogue politique au Venezuela ».

3 – MEXIQUE-ÉTATS-UNIS – En visite au Mexique, le président étasunien Barack Obama et son homologue mexicain, Enrique Peña Nieto, se sont accordés, lors de leur réunion à Mexico, sur  les bases d’une relation stratégique qui visera à renforcer l’intégration économique entre les deux pays afin de transformer l’Amérique en un grand pôle mondial d’influence. À cette fin, les dirigeants ont annoncé la création d’un groupe spécial binational de dialogue de haut niveau, que rejoindra le vice-président Joe Biden, pour exploiter leur potentiel et rendre la région la plus compétitive du monde. La première réunion de ce groupe aura lieu à l’automne. Sur le front de la sécurité et de la lutte contre le trafic de drogue, Barack Obama a accepté le changement de stratégie du nouveau gouvernement mexicain, axée sur la réduction de la violence, mais sans desserrer l’étau sur la lutte contre le crime organisé. Dans une conférence de presse conjointe tenue au Palais national dans le centre de Mexico, Enrique Peña Nieto a insisté sur une nouvelle relation qui « n’est pas concentré sur un seul thème », comme ce fut celui de la sécurité au cours des dernières années, mais de mettre l’accent sur « la complémentarité économique » des deux pays, à partir de l’Accord de libre-échange (ALENA) signé il y a près de 20 ans maintenant. Barack Obama a rappelé que le commerce annuel entre les deux pays était de plus de 500.000 millions de dollars et a souligné la nécessité de progresser dans l’intégration économique pour « concourir ensemble sur le marché mondial. » Le Mexique est devenu une priorité pour l’administration étasunienne, jusqu’à présent, toujours en termes de sécurité des frontières et d’immigration. Mais maintenant, le Mexique est aussi un partenaire économique potentiel dans un réalignement stratégique qui inclut le développement croissant du continent et son ouverture vers le Pacifique. Cet objectif commun d’une plus grande intégration économique aura lieu également dans le domaine de l’éducation, l’innovation et la promotion des petites et moyennes entreprises.

3 – PÉROU-VENEZUELA – Bien que le président Ollanta Humala a été l’un des premiers dirigeants de la région pour saluer Nicolás Maduro comme chef de l’État et le soutenir en étant présent à la cérémonie d’assermentation du successeur de Hugo Chávez, le président vénézuélien a annoncé une note de protestation « si aucune excuse pour les déclarations du ministre des Affaires étrangères Rafael Roncagliolo » est présentée. Lors d’une conférence de presse conviée à l’occasion de la présence à Lima du ministre des Affaires étrangères et du ministre de la défense du Chili, Rafael Roncagliolo a mentionné que le Pérou attirait l’attention sur une déclaration des pays membres de l’Union des nations sud-américaines (UNASUR) appelant au dialogue et à la tolérance au Venezuela « pour résoudre les problèmes légués par le récent processus électoral. » Le ministre des Affaires étrangères se référait au deuxième point de la déclaration de consensus écrit à la réunion d’urgence de l’Unasur – présidé temporairement par le Pérou – du 18 Avril à Lima. Lors de cette réunion, les présidents du bloc ont évalué la situation délicate du Venezuela, quatre jours après l’élection. « Le deuxième élément de l’intervention de l’Unasur est de demander au Venezuela qu’il y ait un climat de dialogue et de tolérance, une demande de maintien de l’ordre, une demande que je le réitère. Il nous semble fondamentale pour les Vénézuéliens et la région que puisse être établi un climat de dialogue, de tolérance et de respect mutuel », a affirmé le ministre péruvien des Affaires étrangères. Il n’a pas fallu longtemps pour le président Nicolás Maduro réagisse avec indignation, devant une foule qui applaudit. « J’espère que ce n’est pas la position du gouvernement d’Ollanta Humala. Il [Roncagliolo] n’a pas consulté le Venezuela sur ce qu’il vient de déclarer. Ce n’est pas ainsi. Peut-être vous chancelier du Pérou, compañero Roncagliolo, je vous connais bien, mais je ne peux donner une opinion sans consulter le gouvernement souverain du Venezuela », a déclaré le leader chaviste.

Guy MANSUY

News antérieures

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie