Actualités


La semaine du 25 au 31 mars 2013

22 – HONDURAS – Le Département d’État des États-Unis a ouvert une enquête pour s’assurer que les fonds destinés à financer les unités spéciales de la police du Honduras ne sont pas contrôlées par le directeur général du ministère, Juan Carlos Bonilla, comme l’a déclaré l’agence AP. Juan Carlos Bonilla, connu sous le nom de el Tigre a été accusé en 2002 d’avoir commis trois assassinats extrajudiciaires et d’être lié à plus d’une douzaine d’enlèvements et de disparitions. La réputation  de Bonilla a déterminé le Congrès américain en août l’année dernière à suspendre un fonds de 30 millions de dollars destiné à aider les pays d’Amérique centrale. Le Département d’État a levé une partie de cette suspension après avoir assuré que les législateurs que Bonilla ne contrôlerait pas un seul dollar de la contribution des États-Unis. « Nous sommes déterminés à défendre et protéger les droits de l’homme et de lutter contre l’impunité et les niveaux élevés de corruption au Honduras« , a déclaré lors d’une conférence Patrick Ventrell, le porte-parole du département d’État. Le Ministère des affaires étrangères du Honduras a toujours dit que les programmes de sécurité de son pays ont été mis en œuvre avec l’aide des États-Unis et étaient sous le contrôle des ministres de la Sécurité et de la Défense de ce pays. Des informations que l’AP conteste, précisant que la législation du pays interdit à toute unité ou commandement de la police du Honduras d’opérer en dehors de son directeur général, qui est Juan Carlos Bonilla. Avec un taux de 91 décès pour 100 000 habitants, le Honduras a gagné le titre de pays le plus dangereux au monde. 40% de la cocaïne qui arrive aux États-Unis passe par le territoire et 87% des transports aériens de sacs de drogue en provenance d’Amérique du Sud passe par l’espace aérien du Honduras.

25 – CUBA – Les catholiques cubains demandent des « élections directes, libres, secrètes, périodiques et concurrentielles » à tous les niveaux de la représentation. Ils précisent que les plus hauts dirigeants de la République devraient être élus selon ces règles. Ils reprennent à leur compte la limitation à deux mandats pour toutes les charges de l’exécutif, promise par le chef de l’État, le général Raul Castro, 82 ans, mais y ajoutent la nécessité d’une limite d’âge. Ces revendications font partie d’une plateforme en 23 points diffusée fin mars par Espacio Laical, la revue des laïcs de l’archidiocèse de La Havane, placée sous le patronage du cardinal Jaime Ortega, primat de l’Église cubaine. Imprimée à 4 500 exemplaires et distribuée dans toutes les paroisses de l’île, Espacio Laical touche un lectorat beaucoup plus large avec une version numérique et une diffusion par messagerie électronique. Elle est la seule publication indépendante, disposant d’un réel impact, tolérée par le pouvoir. Le texte critique des dispositions du code pénal qui condamne à des peines de prison la simple  » dangerosité «  présumée de l’inculpé, tout comme les discriminations entre Cubains et étrangers, sensibles en matière de propriété et d’investissement. Enfin, les catholiques estiment que la  » diaspora cubaine «  devrait se voir reconnaître une  » participation équilibrée «  à la vie du pays.

26 – PÉROU – Le Pérou et les États-Unis ont annoncé avoir signé un accord pour moderniser leurs mécanismes de coopération militaro-politiques aux nouveaux défis dans le trafic de drogue, le terrorisme, la sécurité nucléaire et de l’aide humanitaire. Cet accord prévoit l’échange de matériel, de technologie, de formation et d’expertise entre les deux États. Avec la signature de cet accord, qui prévoit régulièrement des réunions semestrielles pour ratifier la coopération bilatérale, le gouvernement du président Ollanta Humala renforce son rôle d’acteur clé dans l’équilibre des forces en Amérique latine, parmi les positions les plus radicales de l’ALBA et les états plus modérés comme le Brésil, la Colombie et le Chili. De plus le Pérou aura l’occasion de mettre en pratique ce rôle maintenant qu’il est président légitime de l’agence de la Défense de l’UNASUR.

26 – MEXIQUE – Amnesty International et d’autres organisations de défense des droits de l’homme appellent à la libération des prisonniers indigènes au Chiapas. La Cour suprême du Mexique a tenté de clore le dossier de l’indigène tzotzil Alberto Patishtán [photo de la une], prisonnier au Chiapas depuis 13 ans, en échouant sur sa libération au début de ce mois, mais aujourd’hui l’affaire est plus vive que jamais. Les organisations de défense des droits dans le monde entier ont critiqué la décision, laissant l’avenir de l’enseignant emprisonné dépendant d’un éventuel pardon du gouvernement d’Enrique Peña Nieto. Pour Amnesty International (AI) l’affaire est « entachée par des indices de la discrimination du fait du statut d’indigène d’Alberto« , seule personne reconnue coupable d’une embuscade qui a tué il y a 13 ans sept policiers dans une région montagneuse du Chiapas. Le processus qui l’a conduit à une peine de prison de 60 ans était plein d’irrégularités. Ses avocats ont démontré qu’on n’a pas préservé la présomption d’innocence, qu’on a pris en considération des déclarations de témoins contradictoires et qui se sont incorporée à des preuves de manière illégale. L’IA, dans une lettre aux cinq juges de la Cour après la résolution, a exprimé sa préoccupation à propos de « graves lacunes » dans le système mexicain, qui a produit d’autres cas d’injustice manifeste des indigènes poursuivis et condamnés. « Les autorités mexicaines ont l’obligation de veiller à ce qu’aucune injustice ne soit permise résultant de la violation des droits fondamentaux« , dit la lettre.

26 – BRÉSIL Les sénateurs ont approuvé à l’unanimité une proposition d’amendement de la Constitution qui permet aux employées de maison de bénéficier des mêmes règles du droit du travail que les autres métiers. La loi entrera en vigueur après sa promulgation par le Congrès, début avril. Elle représente d’ores et déjà, selon Eliana Menezes, présidente du syndicat des domestiques de Sao Paulo,  » la seconde abolition de l’esclavage «  pour le pays. « L’origine du travail domestique au Brésil est l’esclavage », souligne Creuza Maria Oliveira, présidente de la Fédération nationale des travailleurs domestiques. Le texte, également appelé  » loi Benedita da Silva « , du nom de la première sénatrice noire du Brésil, aujourd’hui députée du Parti des travailleurs et rapporteuse de la proposition, prévoit le non-dépassement des huit heures de travail par jour, un maximum de quarante-quatre heures par semaine, le paiement majoré des heures supplémentaires (au moins 50 % en plus du tarif horaire de base) et un tarif nocturne. Ces règles s’appliquent aux domestiques qui travaillent moins de trois jours par semaine auprès d’un même employeur. Le Brésil est le champion mondial du travail domestique, selon l’Organisation internationale du travail. Avec 15 % des femmes actives du pays, principalement des femmes noires, la profession est la troisième occupation féminine et dans plus de 70 % des cas, de manière informelle.

26 – MEXIQUE – Un groupe d’auto-défense, des citoyens qui ont pris les armes et agissent comme une police parallèle dans certaines régions particulièrement violentes du Mexique, a assiégé une municipalité de l’État de Guerrero et maintient en détention le chef de la police locale, huit de ses officiers et trois gardes du corps municipaux, les accusant de protéger les trafiquants de drogue dans la région. Ce fait s’est produit un jour après l’assassinat d’un de ses commandants, Guadalupe Quiñones. Ils soupçonnent l’armée d’être derrière ce crime. Cela les a amenés à prendre un village entier pendant la nuit. Les membres du Système de Justice pour les Peuples de la Costa Chica, composé de populations autochtones de la région, ont pris la mairie et organisé avec une autre poignée de personnes une patrouille pour rechercher des criminels de la ville. L’affaire semble si préoccupante que même la procuratrice de Guerrero s’est déplacée. Le maire, à midi, a commencé à négocier avec le groupe d’auto-défense ; il a décidé de renvoyer le chef de la police et d’ouvrir une enquête en échange de la libération de tous les otages. Les groupes d’auto-défense formés de citoyens armés qui  prennent la loi entre leurs propres mains, en ont assez de la violence et de la corruption de la police et décident d’agir de leur propre chef. Certains de ces groupes sont soupçonnés d’avoir un lien avec le trafic de drogue, mais d’autres ont plus à voir avec la tradition de l’Amérique latine de guérillas de gauche. Une enquête a révélé que six citoyens sur dix voient d’un bon œil son existence. D’autres, cependant, croient que c’est un vrai reflet de l’incapacité de l’État de protéger ses citoyens.

27 – CHILI – Michelle Bachelet, 61 ans, ex-présidente socialiste du Chili (2006-2010), a annoncé sa candidature à l’élection présidentielle de novembre 2013.  » Je suis prête à assumer ce défi « , a-t-elle déclaré à Santiago du Chili, après son retour de New York, où elle dirigeait l’ONU Femmes. Selon un sondage, 53 % des Chiliens sont favorables à son retour au pouvoir. Dans un premier temps, elle devra affronter trois autres candidats de gauche dans des primaires le 30 juin, pour lesquelles elle apparaît comme la grande favorite.

29 – ARGENTINE – L’Argentine a déposé devant la cour d’appel de New York, où ils ont été émis les deux tiers de la dette en souffrance depuis 2001, un plan de paiement à la minorité de créanciers qui a rejeté les remises de dette offertes en 2005 et 2010. A l’époque plus de 90 % d’entre eux ont accepté l’offre mise sur la table : celle-ci imposait une décote sur leurs titres allant jusqu’à 75 %. Le gouvernement de Cristina Fernandez de Kirchner propose actuellement un nouvel accord qui comporte des termes comparables à ceux porteurs d’obligations qui ont rejoint l’échange en 2010. Un groupe de plaignants dirigé par des fonds vautours EM et le LNM et accompagné par les épargnants argentins, le même que fait la saisie du navire, a réussi en octobre dernier une décision d’un juge de première instance à New York pour que soient bloqués les paiements de la dette régularisée du pays jusqu’à ce que soient versés en une fois environ 1 330 millions de dollars (1 037 millions d’euros) qu’exigent les plaideurs. L’Argentine leur offre maintenant de payer avec des obligations sans remise du capital de la dette originale, mais avec une échéance en 2038 et avec un taux d’intérêt annuel plus bas que celui des vieux titres, entre 2.5% et 5.25%. Cette proposition est limitée aux petits créanciers, c’est à dire de moins de 50 000 $ (39 000 €). Le gouvernement propose aux autres créanciers, les fonds des vautours, des lettres avec remise de 75% du capital, mais avec échéance en 2033 et un intérêt annuel de 8,28%. Il offre aussi que les intérêts impayés qui se sont accumulés depuis 2003 soient crédités jusqu’à ce jour en espèces ou titres. L’échange de dette sera rouvert après que le Congrès de l’Argentine, contrôlé par les partisans des Kirchner, ait approuvé la proposition du gouvernement de Fernández. Les plaideurs rejettent ces formes de paiement de la dette, mais maintenant, les juges décideront. Ils peuvent accepter l’offre, demander des modifications ou la rejeter.

31 – MEXIQUE – Au cours des six années du gouvernement de Felipe Calderon au Mexique, plus de 60 000 personnes ont été tuées pour des questions liées à la criminalité organisée. Durant la même période, plus de 140 000 ont perdu leur vie sur les routes du pays, selon Conapra (Conseil national pour la prévention des accidents), soient environ 24 000 décès par an. 60 000 vies sont beaucoup de vies, raison pour laquelle l’insécurité est la principale préoccupation des Mexicains, selon l’Institut national de la statistique et de géographie (INEGI) alors que les 140 000 victimes de la route, soit plus du double, ne figurent pas dans la liste des préoccupations des citoyens. Presque une personne sur trois des victimes est un piéton ; les accidents de la circulation sont maintenant la principale cause de décès chez les jeunes Mexicains entre cinq et 35 ans, qui représentent 28% du total et entre 40 et 60% de ces décès sont liés à la consommation d’alcool.

Guy MANSUY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie