Équateur

Affaire de corruption


L’affaire «Riz Vert» a un goût amer pour l’entourage de l’ex-président équatorien Rafael Correa

Les procédures judiciaires en cours impliquent l’ex-juge et conseiller de Rafael Correa, Pamela Martinez, et son assistante Laura Teran Betancourt, dans le cadre de l’instruction fiscale en matière de corruption, de trafic d’influence et d’association illicite. Caisse noire – financements occultes – entreprisse Odebrecht, c’est l’accablante trilogie qui pèse sur le Conseil électoral national (CNE) après la dénonce des «contributions» pour les campagnes présidentielles de Rafael Correa en 2013 et 2014.

Photo : Keystone

La détention préventive de Pamela Martinez et de son assistante a été ordonnée le dimanche 5 mai, à la suite d’un rapport publié par les médias La Fontaine et Mil Hojas. Mme Martinez est soupçonnée d’avoir «géré et partagé» une partie des financements illicites, dont 4, 6 millions de dollars en espèces et plusieurs millions par le truchement de factures de campagne. Selon Fernando Villavicencio, l’un des journalistes chargés de l’enquête, le parti politique Alianza Pais aurait reçu au total 11, 6 millions de dollars en tant que «dons volontaires». Dans ce début de l’affaire «Riz vert» aux conséquences incalculables, les impliqués affirment fermement avoir tout ignoré de ses pratiques et que les informations apportées au bureau du Procureur étaient «fausses». Pour sa part, leur avocat, Gustavo Garcia, a dit qu’il ferait appel «parce que les conditions requises n’auraient pas été remplies». Entre temps, P. Martinez et Laura T. Betancourt ont été transférés au Centre de réhabilitation social de femmes de Latacunga, à Cotopaxi.

C’est le site Mil Hojas qui a mis en lumière, le 2 mai, l’existence de «dons volontaires» avec la révélation d’un courrier électronique reçu par Pamela Martinez. Ce courrier contenait un document intitulé «Recette du riz vert 502», mais au lieu d’une explication sur la manière de préparer un risotto très savoureux, il s’agissait des sommes d’argent versées par plusieurs entreprises, parmi lesquelles la tentaculaire Brésilienne Odebrecht

Rappelons qu’ Odebrecht, premier groupe de BTP de toute l’Amérique latine, est devenu tristement célèbre ces dernières années à cause de ses liens, trop serrés, avec des dirigeants de tous les horizons politiques, dont beaucoup se trouvent aujourd’hui sous l’œil de la justice. Dans le cas de l’Équateur, son représentant Geraldo Pereira de Saouza apparaît dans un échange de mails, avec Pamela Martinez et Laura T. Betancourt, qui attestent d’une étroite relation, donnant au procureur un nouvel élément de conviction dans la cause.

Parmi les perquisitions ordonnées par les juges, dont sept immeubles situés à Quito et à Guayaquil, figure le bureau de l’ex-secrétaire juridique de M. Correa, Alexis Mera qui a assisté à l’audience de formulation des charges dans les tribunaux de Quito, ainsi que l’Avocat général Diana Salazar et Ivonne Proaño, coordinatrice de l’Unité de transparence et lutte contre la corruption et le blanchissement d’argent.

Dans un communiqué officiel, les magistrats indiquèrent que, entre 2013 et 2014, les deux femmes misent en examen «auraient administré et transféré de fonds à travers d’un inextricable système de collecte d’argent en espèces et de factures fictives». Mais les défenseurs de P. Martinez réfutent les charges retenues, ainsi que la prison préventive pendant les 90 jours de la durée de l’investigation, car ils considèrent que la procédure légale n’a pas été respectée. 

En effet, les avocats Edgar Molina et Gustavo Garcia accusent les magistrats de se prononcer sur la seule base des courriers diffamatoires, dont la justice n’a pas établi leur origine. En outre, G. Molina a expliqué que ces courriers ont été obtenus de façon illégale, par la presse, et non sur ordre d’un juge comme cela aurait dû se faire*. Par conséquent, il a qualifié la situation comme un «État d’opinion de Facebook». 

Désormais, si les soupçons de la justice sont avérés, si le scandale des financements de la campagne présidentielle de M. Correa gagne en ampleur, la question qu’on se pose est de savoir qui donnait les ordres à Pamela Martinez. Pour le journaliste Fernando Villavicencio, il n’y a pas de doute, c’est Correa lui-même le patron : dans un entretien à la radio, Villavicencio a déclaré qu’il possède des «documents qui montrent la responsabilité de l’ex-président, parce que Martinez était son assistante, et qu’elle n’était pas autorisée à agir de façon autonome.» 

Par ailleurs, les soupçons de cette association illicite planent sur M. Correa depuis le 11 mars 2017. Ce jour-là, c’était la première fois que le nom de Martinez fut évoqué en relation à cette affaire par Pedro Delgado. L’ex-président de la Banque Centrale équatorienne, et évadé de la justice, avait assuré sur Twitter, depuis Miami, que Mme Martinez était chargée d’administrer l’argent versé par les entreprises lors de la campagne de 2013, et que tout était orchestré sous l’ordre explicite de Rafael Correa.

Eduardo UGOLINI

*Cependant, l’année dernière au Pérou, après la crise politiquedéclenchéepar la démission du président Pedro Pablo Kuczynski (à la suite duscandalede corruption lié àl’entreprisse Odebrecht), c’est grâce à la presse qu’ont été révélés des nouveauxcas de corruption au sein du Conseil National de la Magistrature, l’organisme chargé de nommer et de destituer les juges et les procureurs.

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie