Chili

Intoxication de la population


À Quintero et Puchuncavi, la pollution industrielle tue depuis cinquante ans au Chili

Fin août, la situation devenait intenable. Les manifestations se multipliaient, les écoles étaient fermées. La cause de toute cette agitation : la pollution record de l’air dans ces petites communes au nord de Valparaíso qui a intoxiqué plus de trois cents personnes. Le méthylchloroforme (solvant interdit dans l’Union européenne), le nitrobenzène (classé comme «très toxique»), le toluène (irritant pour l’œil, la peau et les voies respiratoires), l’arsenic et le dioxyde de soufre (irritant lui aussi pour les yeux et les voies respiratoires) sont les principaux responsables de ces intoxications.

Photo : Quintero/La Otra Voz

En une seule journée, de nombreuses personnes ont été recensées comme intoxiquées, présentant nausées, vomissements et douleurs, et plusieurs d’entre elles ont été hospitalisées. C’est le résultat d’une seule journée d’ouverture de l’école. Dès le lendemain, celles-ci étaient de nouveau fermées. La situation est si grave que l’on n’hésite plus ici à parler de «zone sacrifiée».

Les enfants et les personnes aux voies respiratoires fragiles sont les premières victimes de ces produits toxiques. Depuis une cinquantaine d’années, les cas d’intoxications se multiplient, entraînant maladies et décès.

Ces violents épisodes de pollution qui mettent en péril la santé de nombreux habitants sont directement liés aux nombreuses usines de la zone. Au mépris de la santé publique et avec la bénédiction des autorités, de grandes entreprises ont installé de nombreuses usines de traitement des minéraux et des raffineries, qui rejettent sur les communes de Quintero et Puchuncavi des gaz nocifs.

L’air devient bien sûr irrespirable dans ces communes, mais ce n’est pas tout : la terre et l’eau sont également contaminées. La productivité de la terre dans la région s’est effondrée, l’eau courante et l’alimentation sont également contaminées et les populations en veulent aux pouvoirs publics qu’elles accusent de ne pas se soucier de la qualité de vie des habitants et de ne rien avoir fait pour prévenir une telle situation.

Un exemple de cette insouciance et de cette inaction est l’absence de systèmes de mesure permettant de contrôler ce type de pollution. Le seul système capable de repérer certains produits nocifs est basé à Santiago. Il a fallu attendre le 28 août pour que le président de la République annonce un plan comprenant plusieurs volets : envoi de renforts médicaux, mises en place de contrôle de qualité de l’eau, des sols et de l’air (jusqu’alors seules les entreprises présentes sur la zone étaient équipées pour mesurer la pollution), améliorer l’infrastructure de l’hôpital de Quintero (réparer le toit et les réseaux électriques par exemple).

Le 4 septembre, le député de la circonscription touchée, Luis Pardo, a clairement évoqué la possibilité que ces épisodes de pollution soient dus aux entreprises installées dans la zone. La pollution est, en effet, causée par «des éléments chimiques, tous de la famille des hydrocarbures» selon Jorge Martínez, l’intendant régional.

Les entreprises telles que GNL Quintero (usine de raffinage de gaz), ENAP (Entreprise nationale du pétrole), Oxiquim (production de produits chimiques) et la Codelco (Corporation nationale du cuivre) entres autres réfutent toutes responsabilités dans ces épisodes de pollution. Ces négations ont été abondamment commentées, en particulier celle d’Oxiquim. Il faut dire que le président de cette entreprise n’est autre que l’avocat personnel du président de la République, Sebastián Piñera.

Rai BENNO
Depuis Santiago du Chili

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie