Elections présidentielles

Bientôt les primaires au Chili


CHILI : Pré-primaires présidentielles pour les coalitions politiques chiliennes

Le 2 juillet prochain auront lieu les primaires de toutes les coalitions en lice pour les élections présidentielles et législatives de novembre. Les partis conformant les coalitions réalisent en ce moment leurs primaires internes. Quelques surprises déjà. Aperçu des coalitions en course et de leurs candidats à quelques semaines des grandes primaires.

Photo : Agencia UNO

Chaque parti des diverses coalitions a le droit de présenter un candidat à une primaire interne. Chaque gagnant se présentera alors pour une primaire intra-coalition dont le vainqueur s’opposera aux vainqueurs des autres coalitions lors des élections nationales en novembre. Il y a aussi de nombreux candidats hors partis ou indépendants.

La Nueva Mayoria (Nouvelle Majorité, NM, centre gauche).   Coalition au pouvoir, la NM est composée de l’ancienne Concertation (les Partis socialiste-PS, Pour la Démocratie-PPD, Radical social démocrate-PRSD et Démocratie chrétienne-DC) à laquelle s’est joint  le Parti communiste (PC). La Concertation a gouverné quatre fois depuis la fin de la dictature, la droite une fois. La candidate de la DC est Caroline Goic, sa présidente depuis janvier 2017 et sénatrice. Le PPD proposait l’ancien président et vieux briscard de la politique Ricardo Lagos et le PS, sa présidente, Isabel Allende, fille du président Salvador Allende. Surgit alors une candidature inattendue, celle du journaliste et sénateur Alejandro Guillier, proche du PRSD qui lui apporta immédiatement son soutien suivi par le mouvement Gauche Citoyenne.

Le vote surprise du PS.   En octobre 2016, suite à des pressions internes du PS, Isabel Allende annonce qu’elle retire sa candidature au profit de Ricardo Lagos. Mais, surprise, le 9 avril dernier, le Comité central du PS décide, par 67 voix contre 36, de soutenir la candidature du sénateur Alejandro Guillier. Dépité, Lagos annonce qu’il retire sa candidature. Alors que la NM devrait choisir entre Guillier et Goic, cette dernière fait peser le doute sur sa participation à la primaire estimant que Guillier est trop à gauche et que « certains électeurs de centre droite pourraient se décider pour elle plutôt que pour Piñera pour former un vrai centre ». La DC se décidera dans les jours prochains.

Coalition Chile Vamos (Chili en avant, droite).   Anciennement la Alianza, elle est composée des partis Rénovation nationale (RN, centre droite), Evopoli (Évolution Politique, centre droite), Régionaliste Indépendant (PRI, centre droite), et Union démocrate indépendante (UDI, très à droite, ex-bras politique de Pinochet). La coalition devra choisir entre trois candidats : Felipe Kast, député d’Evopoli, Manuel Ossandón, ex-RN et sénateur, et Sebastián Piñera, indépendant proche de RN et unique président de droite (2010-2014) depuis la fin de la dictature. Les sondages le donnent favori de sa coalition, mais ici aussi des surprises sont toujours possibles. Ainsi Felipe Kast se présente comme une troisième voie entre RN et UDI avec un projet qui attire plusieurs jeunes dirigeants RN qui « ne sentent aucun espace » pour eux dans les partis traditionnels.

Frente Amplio (Front ample, gauche).   Le Front Ample rassemble plusieurs petits partis et mouvements de gauche sous l’impulsion de nouveaux dirigeants jeunes tels que Giorgio Jackson et Gabriel Boric.  Leur primaire se décidera entre le sociologue Alberto Mayol du mouvement Nouvelle Démocratie, l’avocat Luis Mariano Rendón pour le Parti Pirate, le sociologue Carlos Ruiz pour la Gauche Autonome, et la journaliste Beatriz Sánchez, étoile montante de cette coalition qui propose une « nouvelle alternative politique pour le Chili ».

Partis hors coalitions.   Ces candidats se présentent de manière autonome sans appartenir aux coalitions précédentes. Le député Marco Enriquez-Ominami (Partido Progresista, PRO, centre droite) se représente de nouveau de manière indépendante après avoir hésité à intégrer le Front Ample. Le Parti Todos (Tous) propose le présentateur de télévision Nicolas Larraín et l’ingénieur commercial Nicolas Shea. De son côté, le sénateur Alejandro Navarro défendra les couleurs du Partido País.

Candidatures Indépendantes.   L’avocate Carola Canelo, l’ancien député Tomás Jocelyn-Holt se présentent de manière autonome. L’économiste Franco Parisi a le soutien de Démocratie régionale patagonne et de plusieurs mouvements citoyens dont l’Anticorruption et le Pouvoir des gens. Le député José Antonio Kast, après avoir quitté l’UDI, se présente comme indépendant. Finalement, l’économiste Marcel Claude, déjà candidat aux élections de 2013, réitère sa candidature.

Les primaires (obligatoires) pour toutes les coalitions auront lieu le 2 juillet prochain, le premier tour de l’élection présidentielle le 19 novembre et le second tour le 17 décembre. Les électeurs devront alors également élire les sénateurs et les députés.

Jac FORTON