CHRONOS

L'actualité hebdomadaire


Les faits de l’actualité du 12 au 17 mai

* Photo : Les chercheurs du Musée Egidio Feruglio, et les restes du plus grand dinosaure découvert à ce jour.

12 mai – ARGENTINE Carmen Argibay, première femme à entrer en 2005 à la Cour suprême après la restauration de la démocratie dans le pays est décédée à Buenos Aires à 74 ans. En décembre 2000, elle a fait partie du Tribunal international des femmes sur les crimes de guerre et en 2001, elle rejoint le Tribunal pour l’ex-Yougoslavie à la Cour pénale de La Haye. À sa mort, elle reçoit des éloges de tout l’éventail politique parce qu’elle était “un exemple de juge” dans “un pays qui a tant besoin d’exemples”.

12 mai – BRÉSIL Le nord-américain Boeing et le brésilien Embraer créent un centre de recherche pour les biocarburants au Brésil. Les deux constructeurs cherchent à renforcer la capacité de ce carburant alternatif pour l’aviation commerciale.

12 mai – PÉROU – Le gouvernement d’Ollanta Humala a promulgué des lois visant à fixer des règles pour l’exploitation pour la mine artisanale qui se développe sans payer impôts ni taxes, sans être titulaire de la concession et sans respect des normes environnementales. Les délais fixés pour la présentation des exigences auxquelles plus de 100 000 travailleurs dans 21 provinces ne pourraient pas répondre – et pour cette raison, à deux occasions les échéances ont été reportées sous la pression des grèves régionales, des barrages routiers et de protestations, même dans la capitale, Lima. Le gouvernement poursuit ses opérations contre les exploitations artisanales illégales mais annonce davantage d’investissement pour le développement. Même si la présidente de la Société des mines et du pétrole, Eva Arias, a déclaré que le modèle péruvien pour attaquer l’exploitation minière illégale est un exemple pour d’autres pays.

12 mai – CHILI La présidente Michelle Bachelet a choisi l’Argentine comme destination pour le premier voyage à l’étranger de son nouveau gouvernement. Elle a confirmé son intention de transformer son pays en un lien physique, mais aussi politique et économique, entre l’Alliance du Pacifique – à laquelle le Chili appartient, avec le Mexique, la Colombie et le Pérou – et le Mercosur (comprenant l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l’Uruguay et le Venezuela). Dans une conférence de presse à la Casa Rosada, le palais présidentiel  de l’Argentine, les deux présidentes se sont engagées à élargir les passages par la cordillère des Andes de la troisième frontière entre deux pays la plus longue du monde, avec plus de 5 300 kilomètres et ont convenu de reprendre des projets suspendus pendant la durée de la présidence de Sebastián Piñera qui a été l’un des fondateurs de l’Alliance du Pacifique en 2012.

12 mai – PÉROULe nouveau procureur de la nation du Pérou, Carlos Branches Heredia, cousin de l’épouse du président Ollanta Humala, a prêté serment pour sa charge, bien que le Conseil National de la Magistrature (CNM) – l’organe de contrôle du Pouvoir Judiciaire – enquête depuis avril sur ses actes comme procureur dans les cas de corruption et de décès liés au président régional d’Ancash sur la côte du Pacifique, ainsi que dans une enquête contre une famille suspecte de trafic de drogues. Il est celui qui décidera éventuellement des accusations contre deux ex-présidents péruviens, Alan García et Alejandro Toledo.

13 mai – CHILI Des chercheurs du Musée national des sciences naturelles (MNCN) de Madrod ont découvert pour la première fois dans l’Atacama, au nord du Chili, la région la plus aride de la planète, des micro-organismes eucaryotes (cellules pourvus d’un noyau). Le ton verdâtre de la roche montre la présence d’algues avec chlorophylle à l’intérieur. Jusqu’à présent selon des scientifiques, il était impossible de déceler la présence de vie photosynthétique dans un tel environnement.

13 mai – MEXIQUE – Le président mexicain a décidé d’utiliser l’arme militaire pour rétablir l’autorité de l’État dans le Tamaulipas et déployé l’armée, la marine et la police fédérale contre l’empire de la drogue et la montée de la violence dans l’État de Tamaulipas, frontalier des États-Unis. Les forces de police restent un casse-tête pour les autorités fédérales. Le journal Milenio a publié qu’à 58 %, 408 policiers, n’ont pas réussi les examens de contrôle de confiance. Beaucoup pour avoir des liens avec le trafic de drogues ou pour consommation de drogues.

13 mai – MEXIQUE – Sur les 32 hommes et femmes qui ont régné dans les six pays d’Amérique centrale entre 1990 et 2010, il y en a 13 qui sont ou ont été interrogés pour des actes irréguliers présumés. Parmi ceux-ci : deux ne sont pas encore condamnés : le salvadorien Francisco Flores Pérez et le général guatémaltèque Efraín Ríos Mont ; le nicaraguayen Arnoldo Alemán Lacayo a été condamné à vingt ans de prison puis acquitté par la Cour suprême grâce au pacte Aleman-Ortega en 2009, comme l’ont été le hondurien Rafael Leonardo Callejas Romero, les costaricains Rafael Ángel Calderón Fournier et Miguel Ángel Rodríguez Echeverría et le panaméen Ernesto Pérez Balladares, ou pas été inculpés comme la panaméenne Mireya Moscoso Rodríguez et le costaricain José María Figueres Olsen, mais exilé à Madrid. Quant au guatémaltèque Jorge Serrano Elias réfugié au Panamá, il est sous le coup d’un mandat d’arrêt et a plus de chance que son compatriote Alfonso Portillo Cabrera qui a été extradé aux États-Unis et emprisonné pour blanchiment d’argent et autres charges. Le président du Nicaragua Daniel Ortega Saavedra et le nicaraguayen Enrique Bolaños Geyer sont protégés par leurs fonctions officielles, le premier comme président, le second comme délégué par la loi à l’Assemblée nationale du Nicaragua.

14 mai – AMÉRIQUE LATINE Le degré de pénétration des réseaux à large bande de l’Internet est l’un des meilleurs thermomètres pour mesurer le développement économique de l’Amérique latine et de vérifier le large fossé qui les sépare encore des pays les plus avancés. Sur une échelle de 1-8, en 2012,  l’Amérique latine a fourni un indice de l’expansion de ces réseaux de 4, 37 points, tandis que dans les pays de l’OCDE était de 6, 14, selon un indice compilé par la Banque interaméricaine de développement (BID), qui révèle une légère amélioration au cours des dernières années. En Amérique latine, le Chili est le pays avec la plus haute cote (5, 57), suivie par la Barbade (5, 47) et le Brésil (5, 32). À l’autre extrême Haïti (1, 71), Belize (3, 11) et le Suriname (3, 12) sont situés. Tout cela se traduit par des différences sous régionales : le cône sud a la pénétration du haut débit la plus élevé avec un score de 4, 87 suivi de l’Amérique Centrale (4, 26) et la région andine (4, 13), tandis que celui des Caraïbes est le plus faible (3, 72).

14 mai – VENEZUELA – Quelque 105 manifestants ont été interpellés à Caracas, au cours d’incidents survenus à l’issue d’une marche d’étudiants. Ces derniers, mobilisés depuis début février contre le président socialiste Nicolás Maduro, manifestaient contre l’arrestation de camarades lors d’une vaste opération de police la semaine dernière.

14 mai – PÉROU – Tout au long de leurs vies professionnelles, les travailleurs peuvent décider de contribuer au système de retraite de l’État (Bureau de Normalisation) ou des rendements prometteurs de fonds privés pour ceux qui investissent dans les entreprises. L’âge de la retraite est de 65 ans. Sur les 30, 5 millions de Péruviens, 5 millions contribuent au système de retraite privé ; un rapport a révélé qu’il ne garantit pas une retraite tranquille. La révélation qu’entre 20 % et 50 % des cotisations qu’effectuent les travailleurs ne sont jamais reçues par les retraités, a suscité un débat au Pérou sur la transparence et les critères de paiement du système de retraite privé. Le modèle péruvien a été importé du Chili dans les années 90. Dans ce rapport, le revenu de retraite prévu est administré par des sociétés privées de fonds de pension et la rente viagère est vendue à une compagnie d’assurance.

14 mai – BOLIVIE – La Cour suprême électorale de Bolivie a présenté une série d’ajustements dans le mécanisme de distribution des députés uninominaux. Ce processus avait rencontré beaucoup d’opposition et était prévu que se produiraient des protestations des régions à une nouvelle délimitation des circonscriptions qui allait provoquer l’inégalité du vote des citoyens. Toutefois, l’annonce de la cour a jusqu’à présent réussi à apaiser ces actions.

14 mai – ARGENTINE – La présidente Cristina Fernández de Kirchner a réagi à l’augmentation de la pauvreté dans la dernière année à cause de l’inflation et annoncé l’augmentation de la subvention principale destinée aux pauvres de ce pays. Elle a annoncé une augmentation de 40 % de l’aide aux enfants de chômeurs (6,4 %) et des travailleurs informels (34 %) ; l’inflation est de 33, 5 % par an, qui peuvent être déduit de l’indicateur d’avril annoncé le même jour par le ministre de l’économie Axel Kicillof. Ce même jour se produisait également la démonstration de la Plaza de Mayo des deux branches opposées de la péroniste Confédération générale du travail (CGT). Ce n’était pas une concentration massive, mais les dirigeants des deux CGT critiques du gouvernement, Hugo Moyano et Luis Barrionuevo, en ont profité pour revendiquer l’insécurité dans les rues, l’inflation et la pauvreté.

14 mai – AMÉRIQUE CENTRALE Le département du Trésor des États-Unis découvre une organisation criminelle qui s’étend sur “le monde entier” avec des entreprises fictives de stupéfiants et de blanchiment d’argent qui frappent un réseau de narcotrafiquants. Le département du Trésor a gelé la propriété, les comptes bancaires, les biens et autres intérêts dans le cadre des sanctions économiques solides imposées à un réseau mondial d’opérateurs de trafic de drogue et blanchiment d’argent, contrôlé par un Colombien-libanais, Jorge Fadlallah Cheaitelly, arrêté en décembre 2011 au Costa Rica et extradé en juillet 2012 sur le sol des États-Unis et un avocat panaméen, Jorge Plata McNulty, ayant des succursales dans des entreprises fictives ou écrans au Mexique, en Colombie et au Panamá.

15 mai – BRÉSIL – Les grandes villes brésiliennes ont été le théâtre de manifestations contre les dépenses liées à l’organisation de la Coupe du monde de football en juin. De grandes artères ont été bloquées à São Paulo et Rio de Janeiro. Dans la capitale, Brasilia, le Mouvement des travailleurs sans-abri a envahi les locaux de Terracap, la société nationale qui gère le stade réputé le plus cher du pays. A Recife, des pillards ont dévalisé des magasins et des véhicules avant l’intervention de l’armée et de la gendarmerie.

15 mai  – VENEZUELA – L’Union des Nations sud-américaines (Unasur) reporte sa visite à Caracas pour relancer le dialogue de paix interrompu entre le gouvernement et son opposition. Le ministre des Affaires étrangères du Brésil, Luiz Alberto Figueredo, a annoncé de Brasilia la suspension de la visite qu’il allait faire ce jour au Venezuela avec leurs homologues colombien, María Ángela Holguín, et équatorien, Ricardo Patiño, en mission de l’Unasur pour relancer les pourparlers entre le gouvernement de Nicolás Maduro et l’opposition regroupée dans l’Unité Tableau démocratique (MUD). Le Vatican et l’Unasur parrainent la table ronde comme une réponse à la crise politique engendrée par les manifestations de rue et entrée dans son quatrième mois.

15 mai – CHILI-ÉQUATEUR Les présidents chilien et équatorien, Michelle Bachelet et Rafael Correa ont annoncé leur intention de renforcer la coopération en matière de défense et de signer des accords sur l’énergie lors de la première visite officielle d’un président de la région au palais de La Moneda, la résidence officielle du gouvernement de Michelle Bachelet. Après la tenue d’une réunion d’une heure, les dirigeants ont informé la presse qu’il y a une volonté de « renouveler et de renforcer » les relations bilatérales dans tous les domaines, en particulier de renforcer la coopération existante en matière de défense et de signer un accord bilatéral d’achat et de vente d’électricité et de tout autre transfert de technologie et le développement de compétences humaines.

16 mai – ANTARCTIQUE Deux études distinctes, à paraître dans les revues Science et Geophysical Research Letters, concluent que les principales formations glaciaires de l’Antarctique de l’Ouest sont entrées dans un processus d’effondrement auto-entretenu et le recul du glacier de l’île du Pin — l’un des plus importants de la calotte polaire antarctique -, pourrait bien être irréversible. Une équipe de recherche française suggère que d’ici 20 ans, la limite terre-mer du glacier pourrait reculer de 40 km, engendrant une importante hausse du niveau de la mer.

16 mai – COLOMBIE Le gouvernement colombien et la guérilla ont conclu un accord pour lutter contre les cartels. C’est le troisième accord d’un programme en six points qui régit les négociations de paix de La Havane. Les FARC se sont engagés à couper tout lien avec le trafic de drogue et feront partie d’un programme de déminage dans les zones de coca. Par ailleurs les deux guérilleros les FARC et l’ELN ont adopté un cessez-le pendant les élections présidentielles dont le premier tour est le 25 mai.

17 mai – COSTA RICA Le président du Costa Rica Luis Guillermo Solís, qui vient de prendre ses fonctions, a honoré sa promesse pour la Journée nationale contre l’homophobie en hissant le drapeau gay, l’emblème arc-en-ciel, à côté du drapeau national sur le siège présidentiel de son pays, de religion officielle catholique.

17 mai – ARGENTINE Les chercheurs du Musée Egidio Feruglio, situé dans la ville de Patagonie de Trelew (province de Chubut) ont présenté des restes de ce qu’on considère comme le plus grand dinosaure découvert à ce jour dans le monde. Le musée paléontologique a diffusé des images d’un fémur [de 2,40 mètres, ce qui fait que les scientifiques ont calculé que l’animal appartient à des espèces herbivores de sauropodes, mesurant 40 mètres de la tête à la queue, pour une hauteur de 20 mètres et pesant environ 77 tonnes, soit l’équivalent de 14 éléphants d’Afrique. (Photo)

17 mai – COLOMBIE – Le pays a approuvé le projet de loi qui assure la justice pour les victimes de violence sexuelle dans les conflits armés. Dans la dernière décennie, quelque 170 femmes furent violées chaque jour, mais seulement 44 ont osé le dénoncer. On parle de seulement 4 923 rapports de l’Unité des Victimes parmi les 489 687 cas de violence sexuelle dans les années de guerre. Il est clair que ceux qui ont commis ce crime, considéraient que cela faisait tout simplement partie du métier et que notre société n’a pas fait assez pour les rendre visibles.

Guy MANSUY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie