Hommage aux français aux Andes

Cent ans après la guerre...


Hommage à un héros de la Première Guerre Mondiale dans les Andes Péruviennes

Pour le centenaire de la fin de la «Grande Guerre», la France a envoyé une délégation militaire au Pérou pour honorer François Aubry, un combattant qui a eu un lien spécial avec ce pays. A l’entrée d’une mine de cuivre, sur les hauteurs des Andes péruviennes, les militaires français ont rendu un hommage solennel mardi dernier à un camarade mort au combat dans une tranchée, lors de la Première Guerre Mondiale. Le premier Régiment d’Artillerie de France a envoyé une délégation au Pérou pour rendre hommage au lieutenant français François Aubry (1879-1914), l’un des 10 millions de soldats morts dans le conflit qui a marqué l’histoire du XXème siècle.

Photo : France 3 Régions.

C’était certainement l’unique cérémonie organisée en Amérique Latine à l’occasion du centenaire de l’armistice de la Grande Guerre du 11 novembre 1918, un fait historique qui a été commémoré dimanche dernier à Paris en présence de 70 représentants de l’État. La délégation est venue au Pérou avec l’étendard de ce régiment historique créé en 1671 par le roi Louis XIV, sous lequel Napoléon Bonaparte a servi de 1785 à 1791, alors qu’il était un tout jeune lieutenant. L’hommage a eu lieu à l’entrée de la mine d’Huaron, dans la région de Pasco, à 300 km au nord de Lima, mine que François Aubry dirigeait avant de partir à la guerre. «Les travailleurs de la mine étaient tellement attachés à cet homme qu’ils ont érigé un monument à sa mémoire», a commenté le commandant du Premier Régiment, le colonel Alexandre Lesueur.

Son histoire

François Aubry a 35 ans lorsqu’il meurt au combat contre les Allemands, dans la forêt d’Apremont, à Noël 1914. Son épouse Marie Louise, avec qui il s’était marié en 1911, et son fils Claude, né à Lima le 14 septembre 1914, qu’il n’a pas connu, l’attendaient au Pérou. Un des petits-fils du lieutenant Aubry a été invité à la cérémonie de la mine de Huaron, à 4.300 mètres d’altitude. Les autorités locales et des diplomates français y ont assisté également, aux côtés des huit membres de la délégation du Premier Régiment d’Artillerie.

Le Premier Régiment, qu’on appelle encore par tradition «l’Artillerie Royale», a combattu pendant la Révolution Française et sous l’Empire Napoléonien (1792-1815), pendant la Guerre de Crimée (1854) et la Guerre Franco-Prussienne. François Marie Prosper Aubry est né le 9 mai 1879 à Henrichemont, dans le département du Cher, et a effectué ses études supérieures à l’École Centrale des Arts et Manufactures de Paris. En 1899, il s’est engagé volontairement dans le service militaire et il a été assigné à l’artillerie. Il en est sorti avec le grade de sous-lieutenant de réserve en 1902 et a obtenu son diplôme d’ingénieur cette même année.

Du Pérou à la Guerre

François Aubry est arrivé au Pérou en 1912, mandaté par son entreprise, pour évaluer le gisement de cuivre et d’argent de la mine d’Huaron, mine dont il fut ensuite le premier directeur. Il dirigeait cette mine quand le conflit européen a éclaté début août 1914, un mois après l’attentat dirigé contre l’héritier de l’Empire Austro-Hongrois à Sarajevo. En tant qu’officier de réserve, François Aubry a été immédiatement mobilisé. Il a été assigné au Premier Régiment d’Artillerie le 16 septembre 1914, deux jours après la naissance de son fils au Pérou. En tant qu’officier d’observation, il devait être en première ligne pour guider les projectiles de la batterie militaire. C’est en accomplissant son devoir qu’il est mort le 25 décembre 1914. Il a reçu la Légion d’honneur ainsi que d’autres décorations à titre posthume.

D’après RPP Noticias,
Traduit par Cécile PILGRAM

Texte en espagnol

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie