70 ans au service de la diversité culturelle

La Maison de l'Amérique latine


La Maison de l’Amérique latine de Paris vient de fêter ses soixante-dix ans

Le mardi 18 octobre dernier s’est tenue une cérémonie  en présence du président de la République François Hollande à la Maison de l’Amérique latine de Paris, à l’occasion de ses soixante-dix ans d’existence au service de la diversité culturelle et politique de l’Amérique latine en France.

La Maison de l’Amérique latine a été fondée dans le sillage de la Résistance, en 1946, sous l’impulsion du Général de Gaulle et à l’initiative du ministère des Affaires étrangères. Elle est née de la nécessité de faire se rencontrer, pour mieux se connaître, les Latino-américains et les Français. Les professeurs Paul Rivet, Pasteur Vallery-Radot, l’ancien Ambassadeur du Brésil en France M. Luiz de Souza Dantas et M. Robert de Billy concrétisent cette généreuse idée, en jetant les bases de la Maison de l’Amérique latine, dont le but est de servir, renforcer et développer les relations et les échanges de toute nature entre la France et les vingt Républiques d’Amérique latine.

La Maison de l’Amérique latine occupe actuellement deux hôtels particuliers distincts : L’hôtel de Varengeville, construit en 1704 par l’architecte Jacques Gabriel V et l’hôtel Amelot de Gournay, construit en 1712 par l’architecte Boffrand. Ces deux hôtels, après avoir appartenu à d’illustres familles, deviendront propriété de la Banque de France. Ils sont réunis entre eux par les salons du rez-de-chaussée donnant sur des jardins à la Française. Si l’hôtel de Varengeville a été fâcheusement mutilé en 1876 par le percement du boulevard Saint-Germain et par les « humeurs » des différents propriétaires, en revanche, l’hôtel Amelot de Gournay a conservé l’aspect qu’il avait au moment de sa construction. Le portail d’entrée, la cour, le jardin et le salon dit des « Ambassadeurs » sont inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

La Maison de l’Amérique latine aujourd’hui

Depuis 1984, les pouvoirs publics successifs se sont attachés à pérenniser l’existence de l’institution et à lui donner les moyens d’acquérir un statut et une visibilité à la hauteur des ambitions de la politique étrangère française à l’égard des États latino-américains. Sous la présidence de M. Guy Georgy, les moyens mis en œuvre ont permis de restaurer, rénover et adapter les parties du bâtiment qu’occupe la Maison de l’Amérique latine, afin de les rendre plus conformes à ses principales missions : diplomatique, culturelle et économique. Elle a démontré, qu’à son échelle, elle jouait un rôle irremplaçable au service de la politique latino-américaine de la France. Ce rôle étant particulièrement apprécié par les nations de l’Amérique latine et les Ambassadeurs en poste en France. La Maison de l’Amérique latine est présidée depuis 2003 par M. Alain Rouquié, ancien ambassadeur de France au Salvador, au Mexique et au Brésil, directeur des Amériques et Caraïbes au Ministère des Affaires étrangères entre 1992 et 1996 et auteur de nombreux ouvrages de référence sur l’Amérique latine.

Hors série Le Monde : Afin de souligner les « 70 ans de la Maison de l’Amérique », un numéro spécial du Monde, qui vient de paraître, est vendu en librairie. Une centaine de pages,  sous le titre « L’Amérique latine de A à Z », introduit par Alain Rouquié, président, suivi d’une cinquantaine de contributions d’Amazonie à Z comme Enrique Zañartu et une conclusion de l’écrivain Guy Scarpetta sur Paris, capitale littéraire de l’Amérique latine. 10 euros.

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie