Actualités


La semaine du 28 mai au 2 juin 2013

28 – ÉQUATEUR – Plus de deux millions d’Équatoriens ont quitté leur pays à la fin des années 1990 et des centaines de milliers ont gagné l’Espagne au début du siècle quand l’économie de celle-ci avait une croissance de 3% par an. Maintenant, tout a changé: le pays hôte est en récession. La diaspora équatorienne est divisée entre ceux qui tiennent bon à l’étranger et ceux qui sont tentés par la campagne lancée par le gouvernement du président Rafael Correa sous le slogan Bienvenue à la maison pour faciliter le retour leurs compatriotes émigrés. L’Amérique latine est aujourd’hui de plus en plus à des taux de croissance de 3%. L’Équateur a réduit son taux de pauvreté et s’intéresse à tirer parti du cycle de croissance pour donner une impulsion à l’éducation. Pour elle il offre des emplois fixes de professeurs jusqu’à présent occupés par des temporaires, auxquelles ces derniers pourront opter, mais aussi recrute des talents parmi les universitaires équatoriens qui sont en dehors de leur pays. Pour cela, 772 de ceux qui sont en Espagne ont commencé à être testés pour devenir des enseignants de l’enseignement primaire et secondaire en Équateur. Ils ne leur ont offert pas beaucoup d’argent: 616 €, en dessous du salaire minimum espagnol, c’est vrai, mais plus du double du salaire moyen en Équateur, où le coût de la vie est faible.

28 – ARGENTINE – CHILI – L’éruption du volcan Copahue à la frontière sud entre l’Argentine et le Chili, est imminente. Quelque 3.000 personnes des deux côtés de la frontière ont été évacuées pour éviter des victimes dans le cas où la lave commence à se répandre sur les populations voisines dans les Andes de Patagonie. Du côté des paysans indigènes chiliens, ils étaient réticents à quitter leurs terres, car il y a 21.000 têtes de bétail. « Nous avons décidé d’évacuer parce que la lave est en phase d’ascension, à faible profondeur et peut se déclencher (l’éruption) dans des minutes, heures ou jours », explique un volcanologue de l’Université de Rio Black (Argentine), Alberto Caselli, au journal Clarín. « Le temps de l’évacuation est limité. Lorsque la monté de lave se détecte l’éruption est imminente », a déclaré Alberto Caselli. Du côté argentin, les 800 habitants du village ont été évacués de Caviahue. Environ 300 avaient déjà quitté avant à l’activité sismique accrue dans la région. Les autorités de la province de Neuquén ont également ordonné aux 500 autres de partir dans une autre ville appelée Loncopué, à 50 km de là. En Caviahue ne restent que des gendarmes, des policiers, un médecin, une infirmière et des gardes des sociétés de gaz et d’électricité, même si se concrétisera l’éruption. 700 tremblements à l’heure ont été enregistrés. « La quantité de gaz que libère le cratère n’est pas compatible avec le niveau de sismicité, il est  peut-être obstrué, et des explosions ont été observées, fortes secousses, des bruits comme le tonnerre » dit Caselli. « Quand le magma se rapproche de la surface, il peut y avoir une pression accrue et un processus explosif qui ouvre des fractures. Bien que cela puisse ne pas durer trop longtemps », a ajouté l’expert argentin. L’information est fournie par l’Observatoire du volcan de la Cordillère des Andes du Sud (OVDAS) du Chili.

28 – BRÉSIL – Le Brésil domine le classement des universités latino-américaines, selon la dernière évaluation des meilleures institutions dans le monde. Parmi les 300 meilleures universités du continent, le Brésil apparaît avec 81, et l’Université de São Paulo se trouve en numéro un en Amérique latine. Le résultat a été divulgué par l’organisation QS Quacquarelli Symonds qui mesure la qualité des universités dans le monde, en tenant compte d’un certain nombre de critères étudiés avec les enseignants et les responsables universitaires. Après le Brésil et ses 81 universités, 50 sont du Mexique, 42 de Colombie, 30 d’Argentine, 30 du Chili et 17 du Pérou. Cependant, la qualité de ces centres brésiliens dans le classement, par rapport à tous les établissements d’enseignement supérieur du continent, se situe encore bien en bas du classement mondial. Il n’y a, par exemple, aucune université d’Amérique latine parmi les 50 premières dans les domaines importants de la science et de la technologie, comme l’a souligné Ben Sowter, directeur de la recherche de la QS. En ce qui concerne le Brésil, Forbes a noté cependant, il y a quelques semaines, l’importance de prendre les universités brésiliennes sur le continent. Il estime qu’il existe un déficit de connaissances en dehors de la croissance des établissements d’enseignement supérieur du Brésil, où l’Université de São Paulo a été pendant trois années consécutives comme la meilleure d’Amérique latine. Le magazine note que, contrairement à des pays comme les États-Unis, au Brésil les universités publiques sont de loin supérieures en qualité de l’enseignement que celles du privé, et qu’elles bénéficient de systèmes de sélection « rigoureux et compétitifs ». En même temps, l’enseignement supérieur au Brésil, qui commence à s’intéresser plus aux les problèmes de la science et de l’invention, est considéré par Forbes comme une éventuelle importante affaire économique. Bien que certains centres importants du monde ont commencé à collaborer avec des centres brésiliens, beaucoup ont adopté cette pratique depuis des années. Le Brésil, à son tour, a un plan gouvernemental d’envoyer une centaine de milliers d’étudiants brésiliens se former dans les meilleures universités dans le monde à l’instar du gouvernement chinois. Plusieurs milliers d’entre eux sont déjà à l’étranger. Enfin, pour que  le pays ne continue pas à apparaître dans les dernières places du classement mondial, le Brésil doit améliorer l’enseignement primaire. Le gouvernement n’est pas parvenu encore à réaliser l’école à temps plein et les enfants arrivent avec un taux allant jusqu’à 30% en enseignement secondaire incapables de lire et d’écrire correctement et de comprendre le sens de ce qu’ils lisent

28 – BRÉSIL – Le dernier rapport du bien-être économique et social produit par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) met le Brésil devant le Mexique dans la classification de la qualité de vie. Les deux pays sont, avec le Chili, à la queue des 36 pays analysés (la plupart des économies avancées, mais aussi certains pays émergents): le Mexique est l’avant-dernier, devant  la Turquie; le Chili est classé 34e et le Brésil 33e. L’indice alternative au produit intérieur brut (PIB) de la zone OCDE pour mesurer les indicateurs de bien-être économique et social prend en compte le logement, le revenu, l’emploi, la communauté, l’éducation, l’environnement, l’engagement civique, la santé, la satisfaction de la vie, la sécurité et l’équilibre travail-vie personnelle. En termes de données économiques, le Brésil est le dernier pour le revenu disponible des ménages net ajusté (l’argent qu’une famille gagne par année, après impôts). Alors que la moyenne de l’OCDE est de 23047 $ par an, les Brésiliens ont seulement 10225. Au Mexique (classé 31 sur 36) le revenu du ménage s’élève à 12732 par an, mais le pays a un autre problème: l’écart entre les plus riches et les plus pauvres : les 20% des plus riches gagnent 13 fois plus que le 20% des plus pauvres. En ce qui concerne l’emploi, tant le Brésil le Mexique 66% des citadins entre 15 et 64 ans ont  un travail rémunéré. Au Mexique, près de 29% des travailleurs ont un horaire de travail très long, beaucoup plus que la moyenne de l’OCDE, autour de 9%. En moyenne, un Mexicain travaille 2250 heures par an et a, après la Turquie, moins d’heures à consacrer aux loisirs et pour lui. Le Brésil est, cependant, au 16e rang en termes d’heures consacrées à la vie en dehors du travail, et le pourcentage d’employés ayant de longues heures de travail est de 13%. Les chiffres sont moins encourageants pour l’éducation : 41% des adultes brésiliens et 36% des Mexicains entre 25 à 64 ans ont un diplôme d’études secondaires, comparativement à 74% pour la moyenne générale. Dans la zone OCDE, en termes de niveau d’éducation, le Brésil (classé 33e) et le Mexique (34e) précèdent seulement le Portugal et la Turquie. Le rapport sur le bien-être analyse d’autres indicateurs tels que l’espérance de vie, qui est en moyenne de 80 ans pour les pays de l’OCDE, mais qui tombe à 74 d’un citoyen qui vit au Brésil et au Mexique. En matière de logement, la famille de la moyenne de l’OCDE consacre 21% de son salaire pour payer le loyer ou les frais hypothécaires et des ménages, ainsi qu’au Brésil. Au Mexique, le pourcentage est légèrement inférieur à 18%. Le niveau de polluants atmosphériques de particules PM10, assez petit pour entrer dans les poumons et causer des dommages, est de 20 microgrammes par mètre cube au Brésil, à proximité de la moyenne de 21 microgrammes par mètre cube et inférieure à 33 microgrammes inquiétants pour le Mexique. Malgré les pires conditions économiques au Brésil et au Mexique, les deux sont légèrement plus satisfaits de leur vie que la moyenne de l’OCDE. Les 85% des Mexicains et 82% des Brésiliens disent qu’ils ont plus d’expériences positives que négatives au quotidien, contre 80% en moyenne mondiale.

29 – HONDURAS – À la surprise générale, les deux principaux gangs du Honduras, la Mara Salvatrucha et Barrio 18 se sont engagés envers le gouvernement à zéro homicide, zéro violence et plus de recrutement national pour faciliter leurs conditions de réintégration. « Nous voulons enseigner à la société que nous ne sommes pas des monstres, et nous allons le prouver par des faits…», a déclaré Marco, porte-parole de la Mara Salvatrucha qui est apparu devant les caméras portant une chemise à carreaux pour cacher les tatouages, bouc taillé et des mocassins. Le Salvatrucha ou M13 est le plus puissant gang du pays, avec environ 7000 membres actifs, selon le décompte de l’Observatoire de la violence et de l’histoire sanglante de toute la région. Toutefois, il a reçu hier la presse dans la boutique d’un menuisier où des membres sont gardés en prison et où ils ont déjà préparé 50 lits et tables de chevet qu’ils vont donner à une maison de retraite de la ville. Après 20 ans d’existence, le gang, qui est apparu en Amérique centrale après la guerre froide, proclame que les héritiers du conflit armé dans la région ont des familles et sont fatigués de vivre dans la persécution et la stigmatisation. Au Honduras, la simple appartenance à la bande est une infraction pénale et être tatoué est une preuve. Alors maintenant ils demandent la paix, de l’emploi et des opportunités. Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la stratégie de paix en Amérique centrale qui a été proposée par l’Organisation des États Américains (OEA), qui a commencé à être mis en œuvre au Salvador depuis plus d’un an avec l’annonce d’une trêve entre ces mêmes gangs. Malgré les critiques et la méfiance de la société, 14 mois plus tard, le Salvador a réduit le taux de criminalité de plus de moitié. Les 14 homicides en moyenne quotidienne sont passés à 5 et le délit d’extorsion a diminué d’environ 20%. « C’est un processus très semblable au Salvador, d’abord une trêve avec la société et puis progressivement une trêve entre eux, il n’y a pas de solution miracle, mais la stratégie extrémiste n’a pas fonctionné et bien que ce soit un processus fragile, nous avons démontré au Salvador que cela est possible », a déclaré le secrétaire à la sécurité multidimensionnelle de l’Organisation des États Américains (OEA), Adam Blackwell qui a été impliqué dans les deux processus de négociation. Tout comme l’annonce de Mgr Romulo Emiliani. « C’est l’histoire du Honduras, c’est le début de quelque chose de nouveau, mais pas facile », a admis le prélat qui a plus de dix années de travail avec les gangs dans les prisons honduriennes. Le président Porfirio Lobo a salué l’initiative des gangs et a déclaré publiquement que « nous sommes ouverts à tout processus de réduction de la violence. »

29 – CHILI – Le secrétaire général de l’Organisation des États Américains (OEA), José Miguel Insulza, prévoit de terminer son mandat à la tête de l’organisation, qui se termine en 2015. Dans une interview à la presse, le vétéran politique socialiste chilien a indiqué qu’il a encore deux ans à la tête de l’OEA et qu’il avait l’intention de s’y conformer. Les rumeurs de sa possible démission d’accord avec le Parti socialiste du Chili pour participer aux élections dans son pays en novembre ont circulé dans son administration au cours des derniers mois. L’annonce, en avril dernier, qu’il  pourrait devenir sénateur de sa formation, a couru à Washington et a conduit à la confirmation que le mandat d’Insulza ne serait pas accompli. Il est que dans une autre interview en mars dernier, le Secrétaire général a alimenté des doutes quant à son avenir. « Je ne vais pas laisser quoi que ce soit, parce que quand une personne décide de mettre fin à une fonction, la première chose est de mettre en garde ceux qui ont donné le mandat et laisser un délai raisonnable pour élire un successeur », a-t-il dit alors, mais a laissé un porte ouverte. « Maintenant, bien sûr, je n’ai jamais dit si je vais rester ici jusqu’au dernier jour », a-t-il dit. Maintenant il a été plus catégorique. « J’ai deux ans de l’OEA », a-t-il insisté. Il y a quelques semaines, Álvaro Elizalde, secrétaire général du Parti socialiste chilien, a déclaré que sa formation souhaiterait le retour de José Miguel Insulza à la politique. Mais l’insistance de la candidate à la présidence de son parti, Michelle Bachelet, que tous ceux qui sont en lice pour le Sénat et le Congrès devaient passer par un processus de pré-primaire, aurait pu faire repenser l’intention pour José Miguel Insulza de revenir à la politique active.

29 – BRÉSIL – Les femmes qui ont été torturées pendant la dictature militaire brésilienne, dans certains cas par des soldats encore en vie, défilent devant la Commission Vérité, établie par la présidente Dilma Rousseff  pour exposer les noirceurs encore cachées de cette période. Il y a des jours, Amnesty International avait demandé à la présidente qu’elle relate en public comment elle avait été torturée par les militaires au cours de ses trois années d’emprisonnement. Nous ne savons pas si elle finira par le faire devant la Commission qui achèvera ses travaux d’ici la fin de l’année prochaine. Pendant ce temps, les histoires des femmes sont impressionnantes pour l’opinion publique brésilienne qui, en raison de la loi d’amnistie scellée par les deux parties à la fin de la dictature militaire pour faciliter le passage vers la démocratie, a vécu une sorte de silence sur les horreurs de ces années de terreur. Après avoir été sanctionnés par la Constitution la loi d’Amnistie de la dictature au Brésil, les tortionnaires encore en vie ne peuvent pas être condamnés. La Commission vise à faire la lumière uniquement sur ces événements, beaucoup d’entre eux inconnus jusqu’à aujourd’hui.

30 – SALVADOR – Beatriz, la Salvadorienne qui avait demandé dans son pays l’interruption grossesse qui met gravement en danger sa vie, ne pourra pas la faire au Salvador. La Chambre constitutionnelle de la Cour suprême du pays a refusé sa demande d’injonction. La femme, âgée de 22 ans, souffre de lupus, une maladie rénale grave et pré-éclamptique et est enceinte d’un fœtus anencéphale – faute d’une partie du cerveau – qui, en outre, ne vivra pas tout en portant la grossesse à terme. Raisons pour lesquelles les médecins qui la soignent avaient conseillé interruption de sa grossesse. La Cour constitutionnelle a cependant considéré que l’intervention thérapeutique que sollicitaient tant elle que les médecins est contraire à la Constitution. Au Salvador, l’avortement est interdit et est passible de 50 ans de prison pour les femmes qui s’y soumettent et de 12 pour les médecins qui le pratiquent. « Les droits de la mère ne sont pas privilégiés par rapport à ceux de l’enfant à naître [le non  né] ou vice versa », a déclaré la haute cour dans sa décision, notifiée aux parties  il y a quelques heures. « Il y a un obstacle absolu à autoriser l’avortement pour aller à l’encontre de la protection constitutionnelle, qui est donnée à la personne humaine dès le moment de la conception » disent les juges. Trois des cinq juges de la Constitution salvadorienne ont voté pour refuser la demande de défense de Béatrice, un contre et un s’est abstenu. La cour a informé également les médecins qui soignent et qui avaient considéré que la meilleure option était de mettre fin à la grossesse Beatriz: « Les médecins doivent assumer les risques associés à l’exercice de leur profession, c’est donc à eux de décider strictement les procédures et le temps de l’action, en tenant compte du mandat constitutionnel précité pour garantir la vie de la mère et du fruit de la conception ». La Cour du Salvador n’a pas partagé le critère que depuis des semaines a exprimé la Cour ibéro-américaine des droits de l’homme (CIDH), à laquelle la femme avait eu recours aussi pour sa couverture. L’organe judiciaire de l’Organisation des États américains (OEA), exige depuis plus de trois semaines que le pays d’Amérique centrale suive le traitement recommandé par le comité médical traitant Beatriz : l’interruption de grossesse. Dès la notification de la décision, les organisations de femmes et des groupes de défense des droits civiques ont appelé le président du Salvador, Mauricio Funes, d’intercéder pour permettre l’avortement à Beatrice. Son cas a relancé le débat sur l’avortement dans ce pays d’Amérique centrale, qui dans les années 1990 avait éliminé l’option de l’avortement thérapeutique, qui alors avait retiré de son projet de loi. Ils ne sont pas les seuls groupes ; il y a quelques semaines un groupe d’experts des Nations Unies a appelé le président Funes pour permettre une intervention et a critiqué l’inaction du gouvernement qui soumet les femmes « à vivre une situation cruel, inhumain et dégradante », disaient-ils dans un communiqué. D’autres personnalités, comme le ministre de la Santé María Isabel Rodríguez, se sont positionnés en faveur de l’intervention. Rodríguez a appelé pendant des semaines pour obtenir une permission spéciale pour mettre fin à sa grossesse et que ni les médecins effectuant l’opération ni Beatriz soient punis. Toutefois, les organisations anti-avortement dans ce pays et la Conférence épiscopale du Salvador se sont montrés absolument opposés à cette intervention thérapeutique. Le Salvador est l’un des cinq pays d’Amérique latine, avec le Nicaragua, le Honduras, la République dominicaine et le Chili interdisant l’avortement pur et simple.

30 – CUBA – Cuba continuera une autre année sur la liste des pays qui encouragent le terrorisme, liste que chaque année, élabore le Département d’État des États-Unis. Les associations et les groupes en exil ont fait pression ces derniers mois pour que l’administration Obama élimine l’île de ce groupe, en pensant le garder comme une concession politique à la ligne dure du Congrès américain. « Le rapport publié par le Département d’État est incompatible avec la politique d’aider la société civile cubaine dont se vante l’administration Obama », a déclaré Tomas Bilbao, directeur exécutif du Groupe d’étude cubaine, un organisme indépendant composé de professionnels et d’entrepreneurs cubains et étasuniens. « Que Cuba reste sur la liste des états terroristes ne peut s’expliquer que par la pression politique », dit-il. En 2009, lorsque l’actuel secrétaire d’État, John Kerry était encore sénateur, il s’est prononcé en faveur d’un changement dans la politique des États-Unis à Cuba. Beaucoup s’attendaient depuis qu’il est à la tête de la diplomatie qu’il pourrait le pousser à l’élimination de l’île de la liste des pays terroristes. « Il est trop tôt pour critiquer Kerry », a déclaré Arturo López Levy, membre du conseil de la Cuban Americans for Engagement, qui espère que, comme dans le cas de la Corée du Nord, le président Obama signe, à propos d’une proposition du Secrétaire d’État, un décret qui supprime l’archipel des pays terroristes sans avoir à attendre le rapport de l’année qui vient. « Éliminer Cuba sur la liste est quelque chose que le président peut faire sans l’approbation du Capitole, et qui sert à faire avancer l’amélioration des relations bilatérales avec l’île », a déclaré Geoff Thale, directeur des programmes de Washington Office on Latin America (WOLA).

30 – COLOMBIE – La Colombie a été officiellement invitée à entamer des négociations pour faire partie de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) , qui conseille les pays à améliorer les politiques publiques et représentent désormais 34 pays à travers le monde. L’OCDE est connu comme le club des pays riches ou développés, mais le président Juan Manuel Santos [photo de la une] préfère appeler « le club des bonnes pratiques ». Juan Manuel Santos a estimé que la Colombie lance le processus pour faire partie de l’OCDE, après que le Conseil de cette organisation réunis à Paris, lui ait délivré l’invitation officielle. « C’est une reconnaissance des réalisations du gouvernement et du pays dans les domaines social, économique et de sécurité », a déclaré le président colombien après les nouvelles et a expliqué que les membres de ce club ont « les meilleures pratiques économiques, sociales et de la gouvernance du monde ». Cette invitation a été faite également à la Lettonie. En annonçant la décision de l’OCDE, son secrétaire général, le Mexicain Ángel Gurria a déclaré à Paris que cela fait partie de « l’engagement de l’institution de diversifier davantage son adhésion globale et renforce son rôle comme organisme normatif et de maison de bonnes pratique. La Colombie et la Lettonie ont mis en évidence que l’adhésion est essentielle pour leur développement et les efforts de réforme ». Pour Santos, qui a décrit les nouvelles comme un fait historique « qui bénéficiera à tous les Colombiens », a déclaré la rentrée dans l’OCDE comme «  un reflet de la transformation de la Colombie et une consécration du travail que nous faisons ». Pour le ministre des finances, Mauricio Cárdenas, avec cette invitation la Colombie entre dans la modernité. « Être membre de cette organisation est adhérer au club de meilleures pratiques, l’appartenance à un label de qualité et de confiance dans la gestion de nos politiques économiques. Beaucoup aspirent, peu réussissent » a-t-il déclaré aux médias nationaux. Le président colombien a expliqué que cette adhésion permettra au pays d’accroître la confiance des investisseurs étrangers, ce qui permettra de créer des emplois et améliorer la qualité de vie des Colombiens. Récemment, la Colombie a été nommée en tant que président pro tempore de l’Alliance du Pacifique, qui représente ensemble la huitième économie du monde. Deux pays de cet ensemble sont déjà membres de l’OCDE : le Chili et le Mexique

31 – COLOMBIE-VENEZUELA – Suite à la réunion qui s’est tenue avec les leaders de l’opposition vénézuélienne Henrique Capriles, le président colombien Juan Manuel Santos a fait paraître un démenti pour nier les accusations du président du Venezuela, Nicolás Maduro qui a dit que la rencontre avec Henrique Capriles était « un coup de poignard dans le dos du Venezuela ». La Colombie est accusée d’élaborer un plan pour renverser Nicolás Maduro qui doute des intentions de Juan Manuel Santos pour parvenir à la paix, déclenchant ainsi une tempête politique avec son voisin colombien. « Il est absurde de penser que le gouvernement colombien est conscient, ou pire encore, qu’il soutient une action visant à déstabiliser le gouvernement du Venezuela », a déclaré Santos à Palmira, sud-ouest du pays, et  a ajouté que les Colombiens seraient les plus touchés par les problèmes de la frontière du pays. Juan Manuel Santos a également noté – comme l’a fait Maduro- l’accord d’août 2010 avec Hugo Chávez, dans la ville colombienne de Santa Marta. A cette époque ont été restaurées des relations détériorées entre les deux pays et ils ont convenu de respecter les différences. Juan Manuel Santos, qui a décrit le désordre diplomatique comme un malentendu, a souligné que l’accord avec Hugo Chávez était de résoudre les différends par la voie diplomatique. Alors que pour Nicolás Maduro, le gouvernement colombien a violé l’accord, Juan Manuel Santos a parlé en gardant l’esprit de l’alliance. « Je tiens à réitérer que nous allons garder l’esprit de cet accord nous avons fait retour dans la Quinta de San Pedro Alejandrino » a-t-il dit. Pour lui, la formule de « résoudre civilement » ce conflit est la prudence.

Guy MANSUY

News antérieures

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie