Mexique

Violences et meurtres


López Obrador annonce un plan de recherche pour les 40 000 personnes disparues au Mexique

Le président du gouvernement mexicain, Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a annoncé, ce lundi 4 février, un plan de recherche concernant les 40 000 personnes disparues officiellement, c’est-à-dire enregistrées, au Mexique. Le sous-secrétaire aux droits de l’homme a quant à lui annoncé la création d’un institut national de criminalistique en charge de ces recherches.

Photo : Noticias ONU

Lors de sa conférence de presse habituelle matinale, AMLO a
déclaré qu’«il s’agit d’un héritage douloureux et terrible de la politique économique néolibérale». Au Mexique, il y a eu environ 223 000 meurtres au cours des douze dernières années, depuis que le gouvernement de Felipe Calderón (2006-2012) a commencé la guerre contre les cartels de drogue en 2006.

«Notre pays est devenu une énorme fosse clandestine», a admis Alejandro Encinas, sous-secrétaire aux droits de l’homme du ministère de l’Intérieur. «Nous allons donner la priorité à la recherche des vivants», a ajouté M. Encinas, affirmant que le gouvernement aztèque tentera de libérer les victimes de la traite des êtres humains. Selon une étude réalisée par l’Université ibéro-américaine et la Commission pour la défense et la promotion des droits de l’homme, 1 075 fosses communes ont été découvertes au Mexique entre 2007 et 2016, contenant 2 204 corps.

L’institut national de police scientifique devrait être opérationnel en juillet, et dépendra du ministère de l’Intérieur. Il tentera de coordonner tous les services de police scientifique existant dans le pays. Environ 21 millions de dollars seront alloués au financement de ce plan.

Personne ne connaît avec exactitude le nombre réel de personnes disparues au Mexique, puisque dans de nombreux cas, les proches ne signalaient pas la perte d’un membre de la famille par peur des représailles du crime organisé. Selon les ONG, il y aurait peut-être plus de 300 000 disparus dans tout le Mexique, pour près de seulement 40 000 cas officiels.

La disparition des 43 étudiants d’Ayotzinapa en 2014 est l’un des cas les plus traumatisants et médiatiques de ces dernières années. Parce qu’au moins 34 suspects ont été torturés par les autorités lors de l’enquête sur le crime selon l’ONU. AMLO a signé un décret présidentiel créant une commission de la vérité chargée de mener une nouvelle enquête sur ce qui s’est passé dans la nuit du 26 septembre 2014. Selon un rapport de l’ONU, les résultats de l’enquête étaient «inacceptables» en raison des tortures commises, responsables d’incohérences chez les suspects.

Il faut également rappeler que les violences et meurtres perdurent actuellement au Mexique : un deuxième journaliste, Jesús Ramos Rodríguez, après Rafael Murúa, a été assassiné depuis le début de l’année 2009. La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a condamné l’assassinat de Jesús Ramos Rodríguez. Elle a demandé aux autorités mexicaines de «mettre en place des mesures de protection pour protéger la vie et la sécurité de sa famille» et de mener «une enquête approfondie» sur ce crime, notamment sur son lien avec la profession de la victime. Ces deux morts portent à 143 le nombre de journalistes assassinés au Mexique depuis 2000, selon les chiffres de la CNDH. 

Le Mexique est ainsi le deuxième pays le plus dangereux pour la presse après la Syrie, avec plus de 100 journalistes tués depuis 2000, selon RSF. En 2018, 10 journalistes ont été assassinés dans différentes régions du pays. La grande majorité de ces assassinats restent impunis. Et en décembre 2018, lors du premier mois de mandat du nouveau président de gauche Andrés Manuel López Obrador, 2 842 homicides ont été enregistrés, soit une hausse de près de 10% par rapport à décembre 2017.

Catherine TRAULLÉ

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie