De Santiago à Paris

Relations franco-chiliennes


Première rencontre entre Emmanuel Macron et le président chilien Sebastián Piñera à Paris

Première étape de son déplacement officiel en Europe, le Président chilien Sebastián Piñera a rencontré Emmanuel Macron au Palais de l’Élysée le 8 octobre dernier. Coopération, défense, énergie et cybersécurité, cette réunion fut notamment l’occasion d’approfondir la relation entre les deux pays. «Cela permet d’établir une nouvelle feuille de route entre le Chili et la France, avec des objectifs concrets» a déclaré devant la presse le Président chilien, après s’être entretenu pendant près d’une heure avec son homologue français. 

Photo : Presidencia/Cooperativa

Le Président de la République et son homologue chilien, M. Sebastián Piñera, se sont entretenus à l’occasion de la visite officielle en France de ce dernier. Cet entretien a été l’occasion pour les deux présidents de souligner la richesse de la relation franco-chilienne, en particulier sur les plans économique et scientifique. 

Le Chili est aujourd’hui le deuxième client sud-américain de la France, qui y joue un rôle économique important, notamment dans des secteurs d’avenir de l’économie chilienne que sont les énergies renouvelables, les infrastructures et les transports. Les deux présidents sont convenus de continuer à approfondir les échanges économiques et commerciaux et de mettre un accent particulier sur le développement de leur coopération en matière d’innovation.

En outre, les deux chefs d’État ont abordé la question de l’accord qui unit le Chili à l’Union européenne, pour lequel Sebastián Piñera a assuré le soutien de la France. Les négociations qui ont débuté en novembre dernier visent à réformer le traité de 2002 et tendent, entre autres, à l’intensification des relations commerciales et financières entre le Chili et le vieux continent.

Les discussions se sont également tournées sur la demande d’extradition de l’ex-guerrillero Ricardo Palma Salamanca, condamné par la justice chilienne pour le meurtre du sénateur Jaime Guzmán, l’une des têtes pensantes du régime autoritaire imposé par le Général Pinochet. «Ce que le Chili veut est très simple : qu’il puisse revenir au Chili où il a été jugé et condamné pour un acte terroriste» a commenté Sebastián Piñera. 

Le Président de la République et son homologue chilien ont également tenu à réaffirmer leur attachement commun aux valeurs de la démocratie et du multilatéralisme, face aux menaces qui pèsent sur elles. Ils ont décidé de développer leur dialogue politique sur les principaux enjeux internationaux d’intérêt partagé, en particulier la lutte contre le changement climatique et la défense du système commercial multilatéral. Ils ont également partagé leurs analyses et leurs inquiétudes sur la crise au Venezuela et ses conséquences pour la région.

Les deux chefs d’État ont adopté une déclaration conjointe portant feuille de route bilatérale, comportant des actions opérationnelles visant à renforcer les relations franco-chiliennes, en particulier sur les enjeux du futur.

En amont de sa rencontre avec le Président Macron, Sebastián Piñera s’est rendu au siège de l’Unesco, où il a pu présenter sa politique en matière d’éducation, mais aussi à la Station F, le gigantesque incubateur de startups qui a récemment ouvert ses portes aux abords de la Gare d’Austerlitz. 

D’après l’Élysée et Le Petit journal de Santiago

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie