Nicaragua

La répression continue


Chronologie de la crise au Nicaragua : un dialogue impossible ?

Trois mois après les manifestations de protestation contre le gouvernement du président sandiniste Daniel Ortega, le Nicaragua traverse une grave crise qui a provoqué jusqu’à aujourd’hui la mort de plus de 350 personnes, plus de mille blessés et des centaines d’arrestations. Le 19 juillet 1979, à la tête de l’insurrection qui fait chuter le dictateur Anastasio Somoza, Daniel Ortega devient un héros au Nicaragua. Trente-neuf ans après, il gouverne en tyran, avec son épouse Rosario Murillo, réprimant les manifestants qui réclament son départ.

Photo : Contraegemoniaweb

Le 18 avril 2018 a éclaté au Nicaragua un conflit social et politique qui ne semble pas trouver d’issue. Ce 18 avril, sur recommandation du Fonds monétaire international (FMI), le gouvernement a annoncé un projet de réforme des retraites qui prévoit la hausse des cotisations ainsi que la diminution des pensions de 5%. Cette annonce a provoqué dans les principales villes des manifestations initiées par des étudiants. Quatre jours plus tard, Daniel Ortega, sous la pression de la rue, déclare renoncer à la réforme, mais la répression a fait vingt-cinq morts en cinq jours. Le 23 avril, des dizaines de milliers de personnes, salariés, étudiants, paysans et entrepreneurs, ont manifesté à Managua, capitale du pays, pour dénoncer cette répression.

Le conflit social et politique et la violence ne cessent depuis plus de 90 jours. L’Association nicaraguayenne de défense des droits humains dénonce le fait que, dans la journée du 17 juillet, plusieurs personnes ont trouvé la mort dans la ville de Masaya, la principale ville rebelle du pays, à la suite de l’assaut des forces gouvernementales : la police et des paramilitaires. Le 14 juillet, une attaque des forces pro-gouvernementales contre une église de la ville de Managua dans laquelle 200 étudiants se sont retranchés pendant 20 heures a fait deux morts. Selon un étudiant, les paramilitaires étaient armés de fusils d’assaut AK47, de fusils de sniper et de grenades face à leurs «barricades».

Le directeur de Human Right Watch pour les Amériques, José Miguel Vivanco, a communiqué depuis Washington à un journal latino-américain qu’Ortega et sa femme Rosario Murillo, actuelle vice-présidente du pays, avaient décidé «de résoudre la crise qui secoue le pays dans un bain de sang».

Consulté sur une comparaison entre l’ancien dictateur Anastasio Somoza, que l’ancien leader révolutionnaire Ortega avait par ailleurs combattu, M. Vivanco a répondu que le contexte actuel n’était pas comparable, mais que pour lui «il est clair que le Nicaragua n’est plus une démocratie, mais une tyrannie dirigée par un couple qui administre le pays comme s’il s’agissait d’une “finca” privée». Des dix enfants, certains d’unions précédentes, la plupart occupent des postes importants dans la politique, l’économie et les médias ; de quoi réveiller les mauvais souvenirs dans ce pays habitué aux dynasties familiales.

Le couple Ortega-Murillo gouverne sous la terreur et, pour ce faire, ils n’hésitent pas à recourir, outre les forces de police, à des groupes de truands fortement armés et cagoulés qui tirent depuis leurs motos sur la foule qui manifeste, avec une cruauté inédite. Ces groupes armés tirent également sur les établissements universitaires, contre les églises, laissant ainsi des centaines de victimes. Ces agissements ne se limitent pas à Managua, la capitale, mais ont lieu dans diverses régions du pays. Ainsi à Masaya, ancien bastion sandiniste de la résistance, situé à une trentaine de kilomètres au sud-est de Managua (ville symbole où est né le leader Augusto Sandino et où, en 1979, les rebelles sandinistes ont mis fin à la dictarue de Somoza), cette révolte populaire se soulève contre l’«orteguismo». De son côté, le gouvernement accuse l’opposition de vouloir organiser un coup d’État.

La Conférence épiscopale du Nicaragua a dénoncé le fait que des groupes de choc, sous les ordres du gouvernement, attaquent et envahissent les églises et menacent avec des armes les prêtres et les fidèles. Le 9 juillet dernier, alors que le clergé nicaraguayen œuvre depuis le début de la crise à une conciliation entre le président Daniel Ortega et la population réclamant son départ, trois prélats ont été agressés par des partisans du régime. Le nonce apostolique, Mgr Waldemar Stanislaw Sommertag, le cardinal de Managua, Mgr Leopoldo Brenes, et l’évêque auxiliaire de la capitale, Mgr Silvio José Báez, se trouvaient en visite à quelques kilomètres de la capitale pour apporter leur soutien au clergé local. Alors qu’ils souhaitaient entrer dans la basilique San Sebastián de Diriamba, les prélats se sont faits bousculer et encercler par une centaine de personnes soutenant le président. Un groupe d’hommes masqués et armés a réussi à les suivre dans l’église, blessant Mgr Silvio José Báez au bras et le frappant à l’estomac. Une autre église a été saccagée par des paramilitaires, à quelques kilomètres de là, selon L’Osservatore Romano. Le 13 juillet, des groupes armés ont assiégé de leurs tirs une église où se réfugiaient des dizaines de jeunes de l’université autonome de Managua.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a lancé lundi 16 juillet un appel à l’arrêt des violences au Nicaragua — des violences qui ont fait plus de 282 morts en trois mois de manifestations —, et pour la reprise du dialogue entre pouvoir et opposition. «Il est absolument essentiel que cesse immédiatement la violence et que soit relancé le dialogue national, parce que seule une solution politique est acceptable pour le Nicaragua», a déclaré António Guterres à San José lors d’une intervention au côté du président du Costa Rica, Carlos Alvarado, soulignant «un nombre de morts qui est absolument choquant».

Les pressions diplomatiques s’intensifient sur le président du Nicaragua, Daniel Ortega. Après trois mois de manifestations violemment réprimées qui ont causé la mort de centaines de personnes, la communauté internationale réclame de toutes parts l’arrêt de la répression. L’ONU, treize pays d’Amérique latine, les États-Unis et l’Union européenne exhortent le président du Nicaragua, Daniel Ortega, à mettre fin aux violences alors que dimanche 15 juillet, une dizaine de personnes ont été tuées dans la ville rebelle de Masaya.

La voix des Nations unies n’est pas la seule à se faire entendre. Depuis Bruxelles, où se tient une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne (UE) et de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), treize pays d’Amérique latine ont demandé lundi 16 juillet dans une déclaration commune «la cessation immédiate des actes de violence» au Nicaragua. L’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, le Panama, le Paraguay, le Pérou, l’Uruguay et l’Équateur condamnent la «répression» des autorités contre les étudiants et civils et réclament «le démantèlement des groupes paramilitaires».

L’Union européenne a demandé mardi la «fin immédiate» de la violence au Nicaragua et exigé le démantèlement des groupes armés irréguliers, dans une déclaration publiée au cours d’une réunion avec les pays de la Communauté des États d’Amérique Latine et des Caraïbes.

L’UE a annoncé une aide humanitaire de 300 000 euros pour «faciliter l’accès aux soins préhospitaliers et le transport des blessés lors des violences» et a décidé de renforcer son soutien aux défenseurs des droits de l’homme. Federica Mogherini a souligné la disponibilité de l’UE pour participer à un processus de réconciliation, tout en rappelant les conditions préalables : «mise en œuvre de toutes les recommandations de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) et des commissions convenues dans le cadre du dialogue, notamment la Commission sur la vérification et la sécurité et celles sur la justice et la démocratisation».

L’impossible dialogue

Le 16 mai, un mois après le début de la crise, une tentative de dialogue national a eu lieu avec des représentants du gouvernement et de l’opposition, notamment pour obtenir justice pour les victimes de la répression et pour une démocratisation du pays. Ce dialogue a compté sur la présence de la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH) et le Haut-commissariat des Nations unies pour les droits humains. Ces deux commissions organisent des enquêtes sur les morts violentes depuis le 18 avril afin de désigner les responsables. Trois commissions ont ainsi été créées : une commission de vérification et sécurité, une commission judiciaire pour les effets des investigations, et une commission électorale pour aborder l’agenda de la démocratisation et les élections anticipées au mois de mars 2019. Mais ce dialogue initial reste au point mort sans la volonté politique du gouvernement Ortega.

À ce stade, la situation économique de ce pays, l’un des plus pauvres d’Amérique latine, se dégrade, la chute des investissements, le chômage et la baisse de la production ainsi que la forte inflation n’augurent qu’un avenir très difficile pour cette population déjà très châtiée. La question aujourd’hui est d’arrêter l’escalade de la violence, de faire cesser la répression et d’organiser un retour à la démocratie, obligatoirement avec des élections anticipées. Mais le Nicaragua a-t-il aujourd’hui une personnalité qui puisse représenter l’opposition démocratique ? Le président Ortega voudra-t-il se soumettre à la demande populaire et anticiper la tenue des élections (alors que son mandat va jusqu’à mars 2021) ?

Le prix Nobel de la paix Oscar Arias, dans une entrevue au journal espagnol El País, se montre un peu sceptique : «Je ne crois pas que Daniel Ortega accepte l’organisation des élections en mars 2019. Les dictateurs s’accrochent au pouvoir…» Alors que s’achève la rédaction de cet article, les réseaux sociaux signalent une alerte émise par la ville de Masaya où les forces de police et paramilitaires fouillent maison par maison à la recherche d’opposants.

Olga BARRY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie