EXPOSITION À LYON

Lucía et ses sculptures


L’artiste chilienne Lucía Araneda expose ses dernières œuvres à Lyon

L’artiste plasticienne d’origine chilienne Lucía Araneda, après une longue carrière et de nombreux prix pour son œuvre,  expose ses dernières sculptures au Salon du Sud-Est, à Lyon où elle a vécu  plusieurs années. Le Salon sera inauguré le samedi 5 novembre et  restera ouvert au public jusqu’au lundi 21 novembre prochain.

Photo : Alain Kaiser

Lucía Araneda suit des études à l’École expérimentale d’éducation artistique, puis à l’Université de Santiago. Jusqu’en 1973 elle enseigne à l’Université du Chili. Ancienne réfugiée politique, elle est arrivée en France en 1975 avec un solide bagage. Depuis, elle partage son activité professionnelle de sculpteur entre la création personnelle et l’enseignement. Après une formation au dessin et à la peinture débutée très jeune dans une école d’État expérimentale Lucía Araneda manie son art avec une remarquable technique et montre d’abord, à travers une multitude de personnages, le passé culturel de son pays et de son peuple. Son art évolue ensuite, de l’engagement politique initial et de la nostalgie de la patrie lointaine, vers une expression plus universelle, où la maturité créatrice de l’artiste se manifeste à travers des formes pleines et arrondies. Dans ses travaux plus récents, des lignes de tension plus marquées augmentent encore la force expressive de ses œuvres.

Elle a en effet vécu et travaillé entre Thizy et Lyon ces dernières années et a déjà eu l’occasion de présenter son travail dans de nombreuses expositions. De nombreux prix et acquisitions jalonnent sa carrière : bibliothèques de Meyzieu et d’Oullins, jardin de l’EM à Écully, sculpture pour le conseil général du Rhône, prix Rotary club, Grand prix des métiers d’arts de la Ville de Lyon, ou encore le 2e prix sculpture Jean-Moulin.

Matière et sujets

Le matériau de prédilection de l’artiste est la terre et le bronze : « C’est la tradition dans mon pays d’origine, héritier des civilisations précolombiennes ». Sous forme de terre cuite ou de bronze, ses sculptures ont longtemps eu pour sujet le corps humain, dans « une expression universelle où la maturité créatrice se manifeste à travers des formes pleines et arrondies ». Plus récemment, des lignes de tension plus marquées augmentent la force expressive de ses œuvres. Mais depuis quelque temps, l’artiste aborde les animaux…

Olga BARRY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie