LE CHRONOS

Semaine du 1er au 7 juin 2015


Le temps fort de la semaine: Le Parti révolutionnaire institutionnel remporte les législatives au Mexique

1 juin – ARGENTINE – Dans l’affaire de la mort du procureur Nisman, toute question aux experts se termine avec la même réponse : vous ne saurez jamais ce qu’il s’est passé dans son appartement parce que dans les premières heures la scène du crime a été contaminée, on ne sait pas si c’est par incompétence ou intentionnellement. Une vidéo publiée à une heure de grande audience dans l’émission de Jorge Lanata (le journaliste le plus connu d’Argentine) montre avec une rigueur énorme cette réalité. Il s’agit de l’enregistrement qu’a effectué la police elle-même dans l’appartement de Nisman dans la tour Le Parc à Puerto Madero, des images inconnues qui montrent la chaîne d’erreurs commises dans les premières heures, des explications pour solliciter les indices qui peuvent mener à l’hypothèse du suicide ou du meurtre. L’équipe de Journalisme pour tous, l’émission de Lanata, possède l’enregistrement complet, de quelque quatre heures, mais dans l’émission on ne voit que quelques parties qui montrent les erreurs les plus graves.

1 juin – MEXIQUE – La suspension de la réforme de l’éducation ouvre un conflit avec les organisations civiles qui font pression sur le gouvernement pour reprendre l’évaluation des enseignants un des points des réformes les plus importantes du mandat d’Enrique Peña Nieto. Le président, qui a été remarqué pour son courage de réformer le secteur de l’éducation, otage depuis des décennies de la direction du syndicat, est aujourd’hui sévèrement critiqué pour revenir sur l’une des principales mesures de la réforme de l’éducation, l’évaluation des enseignants. Une organisation civile qui a suivi la mise en œuvre de la loi a déclaré que le gouvernement a cédé de nouveau aux dirigeants syndicaux et a appelé à une collecte de signatures pour « sauver la réforme de l’éducation ».

1 juin – COLOMBIE – Il y a 25 ans que Luis Carlos Galán Sarmiento (qui se profilait comme futur président de la Colombie) a été assassiné en pleine place publique alors qu’il allait donner un discours au sud de Bogota comme chef du parti Nuevo Liberalismo. À sa mort en 1989, selon les enquêtes judiciaires, ce sont des trafiquants de drogue, les paramilitaires et agents de l’État qui ont été impliqués. Actuellement le général colombien Miguel Maza Márquez, directeur du Département administratif de la sécurité du défunt-DAS (police secrète) entre 1985 et 1991, est accusé par les procureurs colombiens pour son implication présumée dans l’assassinat du candidat présidentiel, en plus de liens possibles avec des organisations illégales.

1 juin – PÉROU – Le président Ollanta Humala doit se battre contre deux situations qui ont surgi en 2014 et sont la cause de sa grande chute de popularité et de soutien de la société d’aujourd’hui, selon les sondages GfK : le conflit de l’exploitation minière Tía María gérée par la Southern Copper, Grupo Mexico dans la province méridionale d’Islay et une enquête pour corruption présumée et blanchiment d’argent de l’ex-assesseur de campagne et son ami Martín Belaunde Lossio, emprisonné à Lima après sa fuite et son arrestation en Bolivie. 77% des Péruviens désapprouvent la manière dont le chef d’État conduit son gouvernement, ce qui suppose une perte d’appuis de 8% en ce qui concerne le sondage effectué en avril passé.

2 juin – ARGENTINE – La bataille électorale atteint son moment de vérité: le 10 juin les coalitions doivent se faire enregistrer. Compte tenu de la chute dans les sondages de Sergio Massa, le tiers des candidats clef, plusieurs maires de la banlieue de Buenos Aires, où sa forteresse est née, l’abandonnent pour retourner dans le giron du gouvernement. Le péronisme dissident perd aussi de sa force et on se regroupe autour du pouvoir du Gouvernement, chaque fois plus solide face à l’opposition contre Mauricio Macri. Dans ce contexte, au cours des dernières semaines, il se produit un réarrangement au sein du péronisme qui en principe favorise Daniel Scioli, le candidat du gouvernement qui prétend être l’héritier de Cristina Fernández de Kirchner. Plusieurs personnalités du groupe des péronistes dissidents qui étaient avec Sergio Massa l’abandonnent.

2 juin – COLOMBIE – Pendant le discours inaugural de la Conférence internationale sur le contrôle des drogues, qui s’est tenue à Cartagena de Indias devant des représentants de 106 pays, le président Juan Manuel Santos a admis l’échec de la politique actuelle d’éradication en rappelant qu’il y a 54 ans, avec la signature de la Convention Unique de l’ONU sur les Stupéfiants « le monde a entamé une guerre et il ne l’a pas encore gagnée » « Nous avons dépensé des milliards de dollars dans une guerre avec d’importants résultats – sans doute mais insuffisants; des milliards qui devraient avoir été investis dans des hôpitaux, des collèges, des logements pour les plus pauvres et des emplois… » a ajouté Juan Manuel Santos pour « produire de meilleurs résultats que ceux que nous avons atteints jusqu’à présent ».

2 juin – MEXIQUE – Miguel Ángel Luna Munguía, un candidat à la députation fédérale pour le PRD, a été tué dans son propre bureau de campagne de Valle de Chalco par un groupe armé. Sa mort a rappelé, encore une fois, que la politique au Mexique est une profession dangereuse. Du nord au sud, les attaques se répètent. En moins de trois mois, il y a eu 70 incidents violents, avec 19 meurtres. Parmi les victimes figuraient des candidats, des dirigeants, de conseillers ou de simples militants. Parfois, ils ont été tués par la drogue, d’autres par vengeance et, dans de nombreux cas, pour des raisons qui, dans un pays où seulement 3% des crimes se terminent par une condamnation, resteront à jamais dans l’ombre.

3 juin – COLOMBIE – Rosa Elvira Cely, cette femme qui a été violée et assassinée dans un parc à Bogota en mai 2012, est devenue l’emblème de la lutte pour la justice dans les crimes contre les femmes en Colombie. Son nom a servi à promouvoir des marches et des campagnes contre la mortalité des femmes. Maintenant, un projet de loi porte aussi son nom, adopté par la Chambre des représentants par 104 voix pour et 3 contre, qui stipule que l’on punit sévèrement ceux qui tuent une femme pour cela. La peine pourrait être de 50 ans de prison, supérieure à celle pour homicide involontaire dans le pays.

3 juin – ARGENTINE – Tout a commencé avec un assassinat terrible. « Un de plus, mais il a été la goutte qui a fait débordé le vase« , explique Fabiana Tunisie, fondatrice de la Maison de réunion, une ONG qui lutte contre la violence sexiste. Le petit ami de Chiara Páez, 14 ans, enceinte, l’a tuée et enterrée dans son jardin avec l’aide de ses parents. Elle avait 16 ans ce 11 avril. Cela a commencé un mouvement, #NiUnaMenos, qui a réussi à impliquer l’ensemble de la société argentine, des politiciens, des célébrités, des journalistes, et a culminé avec un rassemblement sans précédent dans plusieurs villes dans lesquelles des centaines de milliers ont appelé à plus d’actions contre la violence sexiste, qui tue une femme toutes les 30 heures en Argentine. Le mouvement a été repris alors dans les réseaux sociaux et a envahi des pays voisins où ce problème est aussi une question très sensible, comme au Chili et en Uruguay. (voir article)

3 juin – GUATEMALA – L’avocat Francisco Palomo Tejeda, 63 ans, un expert dans des affaires notoires comme le procès pour génocide contre l’ancien dictateur Efraín Ríos Montt et l’un des avocats les plus interrogés du barreau du Guatemala, a été abattu dans une zone résidentielle au sud de la capitale guatémaltèque. Selon des témoins, il a été abattu par deux personnes circulant sur une moto de forte puissance, qui s’est approchée de sa voiture et a tiré en plein cœur sur l’avocat. Le ministre de l’Intérieur, Eunice Mendizabal a jugé que la mort pourrait être attribuée à la criminalité de droit commun.

3 juin – COSTA RICA – La forte pression des militants pour les droits de la population homosexuelle au Costa Rica a donné des petits résultats, des avancées progressives, mais aucun comme celui rendu public du jugement d’une cour qui reconnaît comme union de fait à un couple de deux hommes. Cristián Zamora et Gerald Castro sont, par conséquent, les premiers jeunes en Amérique centrale à recevoir une reconnaissance étatique comme couple, en accord avec la résolution d’un juge de famille qui s’est basé sur un écart légal d’une loi sur la jeunesse.

3 juin – COLOMBIE – Après huit débats et à une large majorité – 90 voix pour et 10 contre -, la Chambre des représentants a éliminé la réélection présidentielle dont le président sortant Juan Manuel Santos a bénéficié et également son prédécesseur, Álvaro Uribe. L’initiative, qui fait partie de la réforme constitutionnelle d’équilibre des pouvoirs, a été examinée depuis septembre 2014 et va maintenant à l’approbation présidentielle. La réélection avait été mise en place en 2004 pour permettre un second mandat du président Álvaro Uribe,

3 juin – VENEZUELA – Le Ministère public du Venezuela a perquisitionné les bureaux de l’agence de Rafael Esquivel à Caracas, le président de la Fédération vénézuélienne de football pour étudier sa gestion longue et obscure, et qui a été arrêté en Suisse pour le scandale des pots-de-vin à des fonctionnaires de la FIFA à travers le système financier américain.

4 juin – COLOMBIE – Les négociateurs du gouvernement de Colombie et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) ont annoncé la création d’une Commission de la Vérité, de la Coexistence et Non la répétition, de nature indépendante, impartiale et de caractère extrajudiciaire Ceci est une percée dans les négociations qui se déroulent à La Havane depuis presque trois ans, dans la mesure où il s’agit du premier accord en matière de victimes qui est conclu après un an de travail sur ce point de l’agenda.

4 juin – PÉROU – Une commission du Congrès péruvien a déposé la proposition législative visant à dépénaliser l’avortement en cas de viol. En suivant une initiative citoyenne, présentée l’année passée, par plus de 64 000 personnes, le Congrès n’avait d’autre choix que de mettre le sujet à l’ordre du jour après l’avoir fait traîner pendant plus de six mois.

4 juin – PÉROU – Dans la seule région de Lima, le ministère de la Culture a enregistré 85 cas d’urgence dans les lieux considérés comme patrimoine archéologique, mais dans le pays ce sont 52 sites qui courent un risque majeur ou ont déjà souffert d’invasions de population depuis l’année dernière. La directrice générale de Défense du patrimoine culturel, Blanca Alva, a expliqué que ses collègues en Amérique latine  » n’affrontent jamais une telle quantité de cas » comme au Pérou. Les invasions de terrains de l’État dans le pays andin se produisaient généralement à la période de Noël et du Nouvel An, quand la police est plus occupée, mais maintenant elles arrivent à tout moment de l’année et affectent des sites historiques. Le 19 mai, par exemple, plus de 1 000 personnes ont occupé Tablada de Lurín, un secteur qui comprend un complexe de sites préhispaniques au sud de Lima, et qui est visité par les scolaires, il s’agit du seul cimetière préhispanique intact excavé et où sont faites des recherches depuis la fin des années 50.

4 juin – AMÉRIQUE LATINE – En 2014, pour la sixième année consécutive, le plan de migration s’est inversé depuis le début de la crise économique en 2008. Le flux d’immigration en provenance du Vieux Continent vers l’Amérique latine dépasse les Latino-américains qui migrent vers l’UE, selon un rapport publié par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) en Suisse à Genève. L’Espagne, avec 181 166 émigrés en Amérique latine en 2012, est en tête de la liste des États dont la plupart des citoyens sont sortis à la recherche d’opportunités dans cette région.

5 juin – MEXIQUE – Le sénateur mexicain Manuel Camacho Solis est décédé à Mexico à 69 ans, victime d’un cancer. Son nom est lié à des étapes clés de la politique de son pays dans la dernière décennie du siècle dernier. En 1994, après le soulèvement au Chiapas de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN), il était le coordinateur des pourparlers qui ont conduit à un cessez-le-feu.

5 juin – CHILI – Le pape François a reçu la présidente Michelle Bachelet en audience privée au Vatican. Le Vatican a déclaré que Jorge Mario Bergoglio et Michelle Bachelet ont parlé, entre autres, de « la sauvegarde du droit à la vie », une question de pleine actualité au Chili. La détermination de la présidente de permettre l’avortement – actuellement interdit dans les tous cas même existe un risque pour la vie de la mère, si le fœtus est non viable ou est la grossesse est la conséquence d’un viol.

7 juin – MEXIQUE – Le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) du président Enrique Peña Nieto a obtenu une majorité simple aux élections législatives, selon des résultats préliminaires. Ces élections de mi-mandat constituaient un test pour le président et son parti, confrontés à une série de violences et de scandales politiques. Le PRI obtiendrait entre 29,87 % et 30,85 % des suffrages exprimés, suivi par le parti conservateur PAN, crédité de 21,47 % à 22,7 % des voix, selon le président de l’Institut national électoral, Lorenzo Córdova. Le PRI devrait au final obtenir entre 196 et 203 des 500 sièges de l’Assemblée. Le principal parti de gauche mexicain, le Parti de la révolution démocratique (PRD), est le grand perdant de ces élections, crédité seulement de 11-12 % des voix, contre 18,4 % en 2012. Ce parti paie le prix de son implication dans le drame des 43 étudiants disparus d’Iguala. Le Parti écologiste, allié du PRI, fait une percée notable, obtenant 7 % des voix, soit entre 41 et 48 sièges. Malgré des incidents, les autorités électorales ont indiqué que 99,95 % des bureaux de vote avaient pu fonctionner normalement afin d’élire 500 députés, neuf gouverneurs et 900 maires. Profitant d’une réforme électorale qui autorise depuis l’an dernier des candidatures indépendantes, un candidat de l’État de Nuevo León, dans le nord du Mexique, Jaime Rodríguez Calderón, surnommé « El Bronco » [photo] pourrait quant à lui devenir, selon un sondage effectué à la sortie des bureaux de vote, le premier candidat indépendant élu gouverneur.

Guy MANSUY

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie