Actualités


La semaine du 8 au 14 juillet

9 – BRÉSIL Le gouvernement de la présidente brésilienne Dilma Rousseff a lancé un programme controversé appelé « Mais Médicos » – Plus de médecins – qui est, entre autres, un service médical obligatoire pendant deux ans dans les hôpitaux et dispensaires publics pour tous les étudiants en médecine. Si ce service n’a pas été fourni après six ans de cours, les étudiants en médecine ne peuvent acquérir un diplôme officiel. L’initiative a été vivement critiquée par les organisations médicales nationales, qui ont déjà annoncé qu’ils feront appel à cette décision devant la justice. Dans une note, ces entités ont qualifié la mesure de « travail forcé ». Les médecins ne rejettent pas l’idée de faire grève générale. La présidente a défendu fermement la décision du gouvernement qui, selon elle, aidera les étudiants de médecine à se former dans le Système Unique de Santé (SUS), un des plus avancés du monde, parce qu’il offre une assistance médicale gratuite à tous les citoyens, sans distinction. Pour la présidente, le programme « Mais Médicos » arrive au moment où le pays acquiert « plus de conscience citoyenne « . Maria do Socorro de Souza, le président du Conseil National de Santé (CNS), a répondu aux institutions médicales qui critiquent le service médical obligatoire en leur rappelant que les étudiants « doivent rembourser ce que la société a investi pour eux ». Le programme « Mais Médicos » apporte aussi une série de propositions pour augmenter le nombre de postes de spécialisation médicale dans les facultés de médecine du pays, principalement dans des secteurs où ils manquent le plus de ces professionnels. L’autre point controversé du programme est le contrat de médecins étrangers, principalement espagnols et portugais, pour travailler pour trois ans dans les zones les plus pauvres du pays, où les médecins brésiliens ont l’habitude de refuser d’aller. Les étrangers commenceront à travailler en septembre, avec un salaire de 10.000 réaux. Ils pourront occuper les postes que les Brésiliens, prioritaires, ne veulent pas, et devront parler portugais. De nouveau, les instances médicales ont critiqué la forme du contrat des médecins étrangers. Selon elles, le Brésil a suffisamment de médecins et, s’ils ne veulent pas travailler dans les zones périphériques, ce n’est pas pour le salaire, mais pour le manque de structures hospitalières, et de toutes autres structures, et de la difficulté d’y faire une carrière. Elles se disent favorables à ce que des médecins étrangers travaillent dans le pays, mais après avoir fait un examen de revalidation. Ces insuffisances dans le domaine de la santé de base sont une des plus grandes doléances dans les protestations de rues, conjointement à l’éducation et aux transports. C’est pourquoi, le gouvernement n’a pas voulu attendre et immédiatement a lancé ce programme révolutionnaire, critiqué par les uns et applaudi par d’autres.

9 – CUBA – La libéralisation progressive des entreprises publiques et la stimulation des investissements étrangers dans l’île pour fournir de la technologie, du financement, des débouchés ou de l’emploi seront certaines des réformes « plus complexes » à mettre en œuvre par le gouvernement de Cuba au cours de la prochaine année. « Pendant le reste de 2013 et 2014, nous travaillerons sur les transformations les plus profondes », a annoncé le vice-président du Conseil des ministres de Cuba, Marino Murillo, qui a ensuite présidé la commission chargée de l’application des directives de la nouvelle politique économique et sociale faite par Raúl Castro en 2010. « La première étape de la réforme a été jusqu’ici principalement d’éliminer les interdictions dans la société », a déclaré Marino Murillo lors d’une conversation avec des correspondants à La Havane. Marino Murillo a prédit que, parmi les changements envisagés pour l’avenir, le gouvernement cubain se donne pour but d’augmenter l’autonomie aux entreprises d’État. « Nous devons éliminer tous les obstacles qui mettent un frein à leurs possibilités », a ajouté le vice-président du Conseil des ministres. Il a précisé, cependant, que « le modèle sur lequel parie la révolution et ses dirigeants sera basé sur la propriété sociale et non sur l’entreprise privée, même si elle encourage l’emploi ». Comme l’a expliqué le vice-président, le processus de décentralisation permettra que les entreprises d’Etat conservent  50% de leurs bénéfices après impôts et qu’elles réinvestissent dans leurs processus de production, alors que jusqu’à présent, tous les bénéfices réalisés par les entreprises d’état sont gérés par le gouvernement, qui à son tour contrôle des dépenses et la répartition de ces ressources. Les capitaux étrangers occupent aussi une partie importante du plan. « Nous savons que l’île devrait attirer davantage d’investissements étrangers », a admis le vice-président du Conseil des ministres, mais il a dit qu’il  n’ouvrira la porte qu’aux entreprises disposées à transférer la technologie et le financement à l’économie de l’île. Cependant, pour les analystes et l’opposition intérieure, cela apparaît comme « réformes cosmétiques » qui n’impliquent pas une véritable ouverture politique ou économique.

9 – AMÉRIQUE LATINE Les États-Unis, à travers ses organismes centraux de renseignement (CIA) et de la sécurité nationale (NSA), espionnent les appels téléphoniques, les courriels et les communications vocales sur Internet non seulement au Brésil mais également dans 13 autres pays d’Amérique latine, comme le publie le journal O Globo. Certains gouvernements ont réagi avec colère aux nouvelles révélations divulguées par l’ex agent du renseignement américain Edward Snowden. D’autres pays sont restés silencieux ou ont  à peine manifestés. O Globo, en collaboration avec The Guardian, a indiqué que le renseignement américain en Amérique latine avait mis l’accent cette année sur le Brésil, sur le Mexique et sur la Colombie. En outre, non seulement pour rechercher des données sur les questions de sécurité, mais aussi sur la politique et l’économie. Par exemple, au Mexique pour infiltrer les communications contenant les mots «énergie» et «stupéfiants», plus au sud, à la recherche d’informations sur les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), les guérilleros qui se trouvent dans les pourparlers de paix avec le gouvernement de Juan Manuel Santos, au Venezuela, pour suivre la trace du terme « pétrole » et des données sur l’agonie et la mort de l’ancien président Hugo Chavez , une période au cours de laquelle les auditeurs ont également écouté  l’Argentine. L’Équateur, le Panama, le Costa Rica, le Nicaragua, le Honduras, le Paraguay, le Chili, le Pérou et le Salvador ont également été espionné. Le gouvernement colombien, par le biais de son ministère des Affaires étrangères, s’est dit « préoccupé » par l’information divulguée par O Globo : «Le gouvernement national enregistre avec préoccupation les informations de certains médias internationaux au sujet de l’existence d’un programme de collecte de données et d’interception non autorisée de communications personnelles en Colombie », a déclaré un court communiqué du ministère des Affaires étrangères. Également, le Mexique a choisi de réagir par un communiqué du ministère des Affaires étrangères. «À la suite des informations publiées aujourd’hui, le gouvernement mexicain a réaffirmé qu’il exige du gouvernement des USA, par la voie diplomatique, une information complète sur la question», a déclaré le titulaire des Affaires étrangères d’Enrique Peña Nieto. La présidente d’Argentine Cristina Fernandez de Kirchner, a prédit à Tucuman, lors d’une cérémonie de la proclamation de l’indépendance de son pays, que le prochain sommet du Mercosur à Montevideo adopterait « une déclaration forte et une demande des explications à ces révélations qui, en réalité, plutôt que de révélations sont des confirmations que nous avions de ce qui se passait.  » Le président de l’Uruguay, José Mujica a prévu de recevoir les président(e)s de l’Argentine, du Brésil, du Venezuela et de Bolivie , dont le pays est candidat à rejoindre l’Union. Le président du Pérou, Ollanta Humala, a dit qu’il est « contre les activités d’espionnage », mais a suggéré que c’était au Parlement d’enquêter.

10 – AMÉRIQUE LATINE L’Argentine et le Mexique sont les deux pays d’Amérique latine où les citoyens ont la plus grande perception grande de l’augmentation de la corruption, au cours des deux dernières années, selon le Baromètre mondial de la corruption 2013 de Transparency International. 72% des Argentins et 71% des Mexicains estiment que, dans la période mentionnée la corruption a augmenté. Le troisième pays en Amérique latine sur l’estrade de la mauvaise perception du public est le Venezuela, où 67% des personnes interrogées estiment que la corruption est endémique. Transparency International dans son rapport a choisi le Venezuela comme un exemple de corruption : il a utilisé le cas d’une dame de 50 ans qui dormait lorsque les policiers sont entrés dans sa maison et ils ont été portés des coups à leur fils de 27 années, l’ont amené au poste de police et lui ont demandé de l’argent pour lui restituer le corps. Finalement, l’ONG a signalé le cas et les autorités vénézuéliennes ont arrêté les agents escrocs. Le rapport se détache de la perception de la corruption qu’ont les institutions publiques en fonction de différents secteurs et pays. À cet égard, la police est le pire corps pour les Vénézuéliens, les Mexicains, les Boliviens et les Salvadoriens. Les Mexicains également connaissent également fortement la corruption des partis politiques, ainsi que les Brésiliens.

10 – COLOMBIE – L’ancien parti politique ayant participé aux FARC dans les années quatre-vingt revit en Colombie. La plus haute juridiction administrative de Colombie a décidé de rendre la personnalité juridique au mouvement appelé Union patriotique (UP). C’est un parti de gauche qui a émergé après la tentative d’accord de paix dans les années quatre-vingt et qui a permis à plusieurs dirigeants de ce groupe armé illégal de quitter les armes ainsi que de participer à la vie politique. La décision de la haute cour vient juste au moment de la fermeture d’un cycle de négociations. En effet, entre le gouvernement colombien et la direction des FARC à La Havane,la possibilité de participation politique des guérilleros en cas d’atteinte de la paix a été discuté et, ainsi la démobilisation est en question. Les deux parties ont dit que, pour l’instant, seulement ont été discutées les garanties d’une telle participation, c qui représente « un élément essentiel pour la construction d’un accord définitif », d’après un communiqué joint. Les négociations de paix que le gouvernement colombien a entamées avec les FARC en septembre dernier, devraient être terminées cette année. L’UP est né en 1984 et a réussi à gagner 16 maires, 256 conseillers et 16 sièges au Congrès. Cependant, quelques années plus tard, il a été victime de l’assassinat de plus de 4.000 personnes, dont des dirigeants et des militants. Selon les chiffres de la Corporación Reiniciar, une organisation non gouvernementale enquêtant sur l’extermination du mouvement politique était due à certains agents de l’Etat et de paramilitaires d’extrême droite. Parmi les victimes figuraient les candidats à la présidence Jaime Pardo Leal et Bernardo Jaramillo. Le président, Juan Manuel Santos, a salué la décision comme un acte de justice et à affirmer contribuer « à éradiquer la politique des armes. » Pour sa part, le Pôle démocratique alternatif, un mouvement regroupant divers partis de gauche, à travers sa présidente, Clara Lopez, a également salué la décision, mais il a déclaré qu’il était «insuffisant» pour compenser les dommages causés par l’extermination. Il a demandé des garanties pour les prochaines élections en 2014 dans lesquelles sera  éventuellement présente l’UP à travers des coalitions. Parmi les dirigeants des FARC issus de l’UP, se trouvent Braulio Herrera et Luciano Marin [photo de la une], mieux connu comme Ivan Marquez, qui est maintenant le négociateur en chef de la guérilla à Cuba. Les deux ont été élus à la Chambre des représentants de Colombie. Cependant, à la fin  des années quatre-vingt et l’effondrement des accords de paix, ils ont été renvoyés dans les rangs de l’insurrection.

10 – MEXIQUE – « Vols d’urnes, achats de votes, pressions sur les électeurs… C’est un triste retour à la préhistoire politique du Mexique « , martèle Gustavo Madero, président du Parti action nationale (PAN, droite), depuis les élections locales du 7 juillet dans 14 des 32 Etats mexicains. Six mois après le retour au pouvoir du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI, centre), hégémonique de 1929 à 2000, des accusations de malversations et de violences électorales réveillent les démons de son passé autoritaire. Cependant, le projet du « nouveau PRI »  défendu par Enrique Peña Nieto et présenté à la présidence du Mexique il y a un an, a réussi à convaincre les citoyens de la plupart des Etats en jeu. Le PRI et les coalitions alliées ont été placés en tête dela rénovation de dix des treize législatures d’État : Chihuahua, Coahuila, Sinaloa, Durango, Zacatecas, Aguascalientes, Tamaulipas, Veracruz, Hidalgo, Tlaxcala et Quintana Roo. Mais pas celui de la Basse Californie qu’il espérait conquérir. En effet, il reste sous les couleurs du PAN. En outre, le parti a maintenu le maire des grandes villes déjà en place – à l’exception de Aguascalientes et Saltillo. Il a également conquis d’autres grandes villes comme Cancun, qui était jusqu’à présent sous le PRD. Le décompte préliminaire a également accordé la victoire dans la ville d’Oaxaca, ce qui représenterait un progrès important. Après les élections, le PRI a réussi à « s’agrandir », comme le dit dans une interview Samuel Aguilar, secrétaire à l’Action électorale du Parti, le PRI est satisfait des chiffres obtenus lors de ces élections. La campagne a été l’une des plus violentes de l’histoire du pays avec une vingtaine de candidats et proches collaborateurs assassinés, enlevés ou menacés. « Certains meurtres ont été commis par des militants de tous bords », souligne Jorge Chabat, politologue au Centre de recherche et d’enseignement économiques. Mais, selon lui, « la plupart ont été perpétrés par le crime organisé pour écarter ses adversaires politiques et protéger ses trafics. « 

11 – BRÉSIL – Les cinq principaux syndicats ont appelé à la mobilisation qu’ils ont appelé «la journée nationale des luttes». Aux syndicats se sont joints les travailleurs ruraux sans terre (MST), le Parti des travailleurs (PT) et l’Union nationale des étudiants (UNE). Un appel lancé fin juin en plein mouvement de contestation et de manifestations dans tout le pays. Mais depuis, la pression de la rue semble être retombée et s’est muée en crise politique. C’est la première grande mobilisation syndicale à laquelle la présidente Dilma Rousseff est confrontée. Il s’agit d’un appel lancé par les principales centrales syndicales du pays comme la puissante CUT, la Centrale unitaire des travailleurs, proche du Parti des travailleurs, favorable à un référendum sur la réforme politique proposée par Dilma Rousseff, ou encore Força Sindical, et CSP-Conlutas, plutôt hostiles. Ce sont des organisations très structurées, contrairement aux mouvements qui ont surgi spontanément début juin. La très puissante CUT appelle à des manifestations dans tout le pays « en défense de la classe des travailleurs », écrit-elle sur son site. Son président veut aussi que ces mobilisations servent à établir un dialogue avec la société, sur leurs revendications de juin, comme l’amélioration du système de santé, de l’éducation publique et des transports collectifs, car dit-il, « ce sont des revendications que les syndicats portent depuis longtemps ». Força Sindical appelle les travailleurs « à croiser les bras en masse pour exiger des changements économiques et lutter contre l’inflation ». Le mouvement  » Passe Livre  » à l’origine de la mobilisation de juin contre la hausse du prix des transports appelle à manifester pour obtenir des services de transport public de qualité et bon marché, voire gratuits. Il ne se dit pas hostile à l’appel des syndicats, mais leur reproche des revendications trop floues. Cependant, derrière leur unité de façade, les centrales sont divisées. La CUT, liée au Parti des travailleurs (PT) de Lula et de la présidente Dilma Rousseff, prétend appuyer le gouvernement, tandis que Força Sindical dénonce sa politique économique.

12 – BRÉSIL – La décision de la présidente Dilma Rousseff de proposer un référendum sur une réforme politique – approuvée par la majorité de la population – a été sèchement retoquée par les responsables des partis politiques des deux Chambres. L’initiative, avec laquelle la présidente espérait regagner une partie de sa popularité perdue ces dernières semaines, a été enterrée sous prétexte qu’il était impossible d’entamer des réformes du système électoral avant la présidentielle d’octobre 2014, a indiqué Henrique Eduardo Alves, du Parti du mouvement démocratique brésilien (PMDB), poids lourd de la majorité présidentielle. Selon lui, 90 % des leaders du Congrès ont rejeté le texte de la présidente qui prévoyait une consultation populaire sous forme d’un questionnaire en cinq points. Les deux principaux portaient sur de nouvelles règles de financement des campagnes électorales et une réforme du mode de scrutin, à la proportionnelle actuellement. Afin de ne pas paraître à contre-courant de l’opinion publique, les représentants des différentes formations ont annoncé la création d’un groupe de travail visant à formuler un projet  » plus approfondi avec des mesures plus fortes « , dans les 90 jours. Seule la formation présidentielle, le Parti des travailleurs (PT), ne renonce pas au référendum. José Guimarães, un de ses chefs de file, a annoncé une pétition parlementaire afin de présenter un décret législatif autorisant la consultation. Mais même avec l’appui du PCdoB et du PDT, deux formations proches des partisans  du PT, le groupe ne pèserait que 128 députés – loin des 171 votes nécessaires pour présenter le texte à la Chambre. A force d’ignorer la rue,  » le Congrès le paiera cher «  aux prochaines élections, avertit Aloizio Mercadante, ministre de l’éducation et proche de Dilma Rousseff.

15 – ARGENTINE – Le pays, où les pâtes, la pizza, les facturas (petits pains) et le pain blanc font partie de l’alimentation de base, a constaté que les prix des produits ont augmenté de 50% au premier semestre 2013, à un rythme qui fait plus que doubler l’inflation annuelle, alors que le gouvernement de Cristina Fernandez de Kirchner a décidé de fermer les exportations de blé et d’appliquer la loi de l’offre, qui oblige les agriculteurs et les opérateurs à l’exportation à vendre sur le marché intérieur. Ainsi, le prix intérieur du blé a baissé de 25% dans la dernière semaine. Cette baisse devrait commencer à avoir un impact sur le prix de gros de la farine, qui avait triplé au cours de la première moitié de l’année. À son tour, cela devrait affecter le coût du pain, qui au cours des dernières semaines est venu à être offert entre 2,94 et 4,41 dollars par kilo, selon la région d’Argentine. Depuis la fin de juin, le gouvernement a négocié avec les minoteries et les boulangers pour que le kilo baisse à moins de 1,84 dollars, c’est ce qui a commencé dans certains petits commerces et grandes surfaces. Le gouvernement de Cristina Fernandez a également recommandé la semaine dernière aux habitants de cesser de manger des tomates pendant deux mois parce qu’elles sont devenues rares et que leur prix a fortement augmenté. Dans un communiqué de presse, le gouvernement a également rappelé que 35 autres produits « fruits et légumes composent dans le panier de base ».

Guy MANSUY

 

 

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie