Actualités


La semaine du 1 au 7 juillet 2013

1 – GUATEMALA Selon les statistiques du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance ( UNICEF) en 2012, 54971 est  le nombre de naissances dues aux mineures de moins de 19 ans. « Parmi eux, 3771 étaient des filles âgées de 10 à 14 ans », a déclaré le représentant de l’organisation au Guatemala, Christian Skoog,  dont  32 filles de 10 ans. Ces statistiques de l’UNICEF concernent non seulement le Guatemala, mais aussi le Nicaragua et le Honduras en tant que pays d’Amérique latine avec le plus grand nombre de mères adolescentes. « Le Guatemala a le pourcentage le plus élevé. Dans la mesure où il fait partie des dix premiers pays dans le monde avec les cas les plus documentés », a déclaré Skoog. Le phénomène influe également sur le nombre de décès maternels dans laquelle le Guatemala a un des rangs les plus élevés dans le monde: 139 décès pour 100.000 naissances. Son voisin le Costa Rica a seulement 30 cas signalés. Pour l’UNICEF, le manque d’accès à l’éducation est la principale cause de ce phénomène. « Il y a un engagement croissant d’améliorer l’accès à l’éducation, mais il est encore insuffisant. L’éducation n’est pas de qualité », a déclaré l’expert. « Au Guatemala, il y a un très bon cadre juridique, mais les recettes de l’État sont insuffisantes pour le faire fonctionner. (…) À l’adolescence, une femme n’est pas physiquement capable pour nourrir convenablement un bébé. C’est un point qui met l’avenir de chaque enfant en danger depuis  la  naissance », explique Skoog.

2 – CHILI – Suite à une pétition lancée à l’occasion du 40e anniversaire de la mort de Salvador Allende par des intellectuels de Santiago, parmi lesquels la socialiste Maya Fernández, candidate pour le Congrès et petite-fille de Salvador Allende, le Conseil municipal de Providencia, dirigé depuis octobre 2012 par l’indépendante de gauche Josefa Errázuriz, a décidé de  rendre son nom original à « l’Avenida Nueva Providencia », que la dictature avait rebaptisée « Avenida 11 de septiembre » en septembre 1980 après le  coup d’état contre le président socialiste Salvador Allende  «  considérant que l’acte du jour du 11 septembre 1973, qui a libéré le pays de l’oppression marxiste, devait être rappeler aux générations présentes et futures ». En 2012, pour la première fois en 16 ans, l’opposition unie a détrôné l’ex-militaire Cristian Labbé, ancien ministre d’Augusto  Pinochet et son dernier porte-parole du gouvernement. Les propositions de Josefa Errázuriz, qui a gagné avec 55,3% des suffrages, incluait la modification du nom de l’avenue. La maire de Providencia a dit : « Je crois que fin juillet nous allons pouvoir avoir les panneaux indicateurs changés. De ce que nous avons besoin est, dans la prochaine session du Conseil, approuver l’acte de la session d’ hier, rendre le décret municipal et ensuite procéder au changement, qui en réalité prend seulement quelque trois jours ou moins, pour changer les 27 panneaux. »

3 – VENEZUELA – Le pétrole vénézuélien ne restera pas cher pour les pays de Petrocaribe mais entre mai et juin 2013, le nouveau gouvernement de Nicolás Maduro a augmenté de 50%  les intérêts de financement de la facture pétrolière pour certains des pays membres de l’organisation. À long terme, le changement dans les règles se traduira par plus de dette pour les pays partenaires, qui doivent déjà à Caracas plus de 20.000 millions de dollars pour les livraisons de pétrole brut au cours des huit dernières années. À court terme, cette augmentation a provoqué que des alliés comme le Guatemala pose des conditions de leur pleine intégration dans le bloc, qui compte désormais 18 membres des Caraïbes et d’Amérique centrale. Mais Hugo Chávez est mort et le Venezuela est en proie à une crise économique qui ne lui permet plus de tout payer. Par conséquent, depuis mai dernier, le gouvernement de Nicolás Maduro a tenu des réunions bilatérales avec certains de ses partenaires pour négocier une augmentation des taux de financement des factures de Petrocaribe, de 1% à 4%, selon le cas.

3 – COSTA RICA – Une décision parlementaire maintenant attribuée à une erreur accidentelle, à la tromperie et même à un manque de documents de discussion, légitimerait les unions de même sexe au Costa Rica, mais limitées à la catégorie des 15-35 ans. La situation – qui a causé un certain émoi dans les secteurs sociaux et politiques costaricains  – est apparue à  l’Assemblée législative lors d’un vote à l’unanimité qui a modifié la Loi Générale de la Jeunesse et a introduit des changements qui ouvriraient la brèche pour que soit reconnu légalement les unions civiles entre personnes de même sexe pour la frange d’âge et après trois ans de vie commune. « Même si c’est un moyen détourné, limité et si vous partez d’un secteur encore victimes de discrimination, c’est à la fin une percée », a déclaré la députée Carmen Muñoz Quesada de centre-gauche, chef du Parti d’action citoyenne (PAC), le principal parti d’opposition et qui s’est déclarée publiquement lesbienne. Dans une interview, Carmen Muñoz a déclaré que le changement « est un pas en avant biaisé, car il est limité à la tranche d’âge entre 15 et 35 ans, qui est la plage qui est considérée comme jeune. C’est limité, mais certainement un progrès, une fenêtre qui ouvre des possibilités pour les droits personnels et économiques reconnus dans de telles unions entre personnes du même sexe ». Pour sa part, l’adjoint José María Villalta Florez-Estrada, de la gauche Frente Amplio et candidat à la présidence de ce groupe minoritaire, a souligné que c’est un « substantiel progrès » depuis que la réforme promet  « le plein respect des droits de l’homme de tous les personnes, notamment celles sexuellement diverses ». Sollicitée par les opposants, la présidente Laura Chinchilla a déclaré qu’elle refuse d’opposer son veto au projet de loi.

4 – BOLIVIE – Le Parlement bolivien menace de demander l’expulsion des ambassadeurs de France, d’Espagne et d’Italie, en représailles à l’interdiction par ces trois pays du survol de leur espace aérien par l’avion du président bolivien, Evo Morales [photo de la une]. Des manifestants ont brûlé des drapeaux français à La Paz, la capitale administrative de la Bolivie, et jeté des pierres contre l’ambassade de France. L’affaire du plan de vol de l’avion du président Morales, qui s’est vu interdire l’accès à l’espace aérien français dans la nuit du 2 au 3 juillet, s’est rapidement transformée en un phénoménal imbroglio diplomatique. Plusieurs pays sud-américains ont appelé à une réunion « d’urgence « pour dénoncer » l’attitude dangereuse de la France ». Paris est accusé d’avoir refusé le survol de l’avion présidentiel bolivien, parti de Moscou, en raison de soupçons sur la présence à bord de l’informaticien américain, Edward Snowden, ancien agent de la NSA, à l’origine de révélations sur l’espionnage des communications par les États-Unis. Depuis Berlin, le président François Hollande est intervenu, pour essayer de mettre fin à la controverse. « Dès lors que j’ai su que c’était l’avion du président bolivien, j’ai donné immédiatement l’autorisation de survol » du territoire français, a-t-il affirmé. D’après les autorités françaises, la polémique a été déclenchée par un malentendu lorsque les « administrations chargées des procédures de survol du territoire » ont cru, dans la soirée, qu’il y avait deux avions qui se dirigeaient vers l’espace aérien français, alors qu’un seul avait reçu l’autorisation d’y pénétrer. « Il y a alors eu une décision technique de bloquer un de ces deux Falcon 50, sans que la personne qui a pris cette décision sache que le président Morales se trouvait à bord », raconte une source impliquée dans l’incident. En réalité, il n’y a jamais eu qu’un seul avion, celui transportant le chef d’État bolivien, qui avait bien reçu toutes les autorisations nécessaires pour survoler l’Hexagone. La méprise a finalement été corrigée trop tard. « Quand on a finalement donné l’autorisation de survol à l’avion du président Morales, il était déjà en route vers Vienne. » Furieux contre la France, Evo Morales a convoqué une conférence de presse et dénoncé une « erreur historique » et une « agression envers l’Amérique latine ». Après une escale prolongée de treize heures, l’avion a repris sa route pour La Paz où il a atterri le 4 au matin.

4 – COLOMBIE – Si l’Armée de libération nationale, ELN, deuxième guérilla en Colombie, veut lancer un processus de paix comme il se développe avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) il faut qu’il le prouve par des faits et la première preuve est de libérer le Canadien Jernoc Wobert (47 ans), enlevé il y a cinq mois dans le nord du pays. C’est ce qu’a déclaré le président Juan Manuel Santos à l’annonce faite par les hauts dirigeants des deux guérillas – Timoshenko pour le FARC et Gabino pour l’ELN – à l’union des deux groupes et à la demande faite au gouvernement de dialogue  avec cette dernière. L’ELN n’a pas évoqué le citoyen canadien mais a libéré le caporal Carlos Fabian Huertas, qui a été confié à une commission humanitaire. « Nous serions bien de négocier avec l’ELN. Nous voulons la paix, mais pour cela ils ont besoin de libérer le Canadien kidnappé. Quant à savoir si ils se joindraient à la même table avec les FARC ou non, il semble plus facile en dehors  séparé » a déclaré Juan Manuel Santos à un groupe de journalistes en Suisse. Le « sommet » des commandants des deux guérillas – tenue quelque part dans « les montagnes de Colombie » – vise à construire ce qu’ils ont appelé « le processus unitaire de la guérilla. » À La Havane, les membres de la délégation des FARC ont rapidement célébré l’union des deux guérilleras, appelant à démarrer des pourparlers avec l’ELN. Aussi également une lettre a été diffusée à Juan Manuel Santos et le groupe rebelle , signée par plus de 80 personnes dont des universitaires, des analystes, des responsables politiques et des ONG nationales et internationales, qui soutiennent que la paix sans ELN est incomplète, mais demande à ce groupe d’arrêter les enlèvements.

5 – UNASUR – Six présidents des pays membres de l’Union des nations sud-américaines (Unasur) réunis à Cochabamba (Bolivie) pendant quelques heures, ont signé une déclaration qui juge inacceptable les restrictions sur la liberté de mouvement du président Evo Morales dans de l’espace aérien de plusieurs pays européens. Ils ont exhorté les gouvernements de la France, le Portugal, l’Espagne et l’Italie des excuses publiques et une explication claire des raisons qui les ont conduit à empêcher l’avion bolivien de survoler leurs espaces aériens, parce qu’il était soupçonné de cacher l’ancien agent de renseignement étatsunien Edward Snowden, recherché par son pays pour avoir dévoilé des informations secrètes. Les pays signataires de la déclaration par leurs chefs d’État présents sont l’Argentine, l’Équateur, le Venezuela, l’Uruguay et le Suriname. Les présidents du Brésil, de Colombie, du Chili et du Pérou n’ont pas été à Cochabamba. Au lieu de cela, il y a eu les représentants de ces quatre pays de l’UNASUR pour une autre partie de l’acte, qui a été appelé Déclaration de Cochabamba et a apporté son soutien au président Evo Morales, victime, dit le document, d’un « acte insolite, inamical et hostile qui dénote un fait illicite. » La Déclaration, en sept points, soutient les actions que la Bolivie puisse acheminer devant des organisations internationales, ainsi que la plainte qui a été déposée devant la Haute Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU « pour la violation grave des droits de l’homme et mise en péril de la vie », du président Evo Morales et de l’équipage de l’avion. Les six chefs d’État ont approuvé la création d’une commission des ministres des Affaires étrangères en charge du suivi de clarifier pleinement les faits de la cause. Dans le débat, le Président de l’Uruguay, José Mujica, a défendu le droit d’asile pour tous les êtres humains et a déploré que « les pouvoirs, paraît-il, veulent appliquer une sorte de terrorisme politique sur le droit d’asile, une institution pour défendre tous combattants dans l’histoire de l’humanité ».

5 – VENEZUELA-NICARAGUA – Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, et son homologue nicaraguayen, Daniel Ortega, ont tous deux affirmé qu’ils étaient prêts à accorder l’asile à l’ancien consultant de l’Agence de la sécurité américaine (NSA) Edward Snowden, bloqué depuis treize jours à Moscou. Le jeune informaticien pourrait bénéficier à Caracas de « l’asile humanitaire » et d’une protection « contre la persécution de l’empire le plus puissant au monde qui s’est déchaînée sur lui », promet le chef de l’État vénézuélien. « Qui est le coupable ? Un jeune homme qui dénonce des plans guerriers ou le gouvernement des États-Unis, qui lance des bombes et arme à l’opposition syrienne contre le peuple – syrien – et le président légitime Bachar Al-Assad ? Qui est le terroriste ? Qui est le délinquant global ? », s’est interrogé Nicolás Maduro. Réunis pour un acte officiel du Front sandiniste, devant une foule de militants, le président du Nicaragua, Daniel Ortega, a déclaré qu’il est prêt à offrir l’asile politique à ex-analyste de la CIA, Edward Snowden. Le président a confirmé qu’il a reçu une demande officielle d’asile de Edward Snowden et « Nous, nous sommes ouverts et respectueux du droit d’asile et il est clair que, si les circonstances le permettent, nous recevrons Snowden avec grand plaisir et nous lui donnerons l’asile, ici au Nicaragua », avait déclaré plus tôt Daniel Ortega.

6 – CHILI – Elle a 11 ans et est enceinte de 14 semaines. On la connaît sous le nom supposé de Bethléem. Elle est Chilienne et son cas a déchaîné un débat intense sur l’avortement dans ce pays, où l’interruption volontaire de grossesse a été interdite il y a 24 ans, pendant les derniers mois de la dictature d’Augusto Pinochet. Elle n’est pas permise ni même dans le cas de Bethléem, adolescente enceinte en raison des violations continues – on estime que depuis deux années – de son beau-père. Dans la peau de Bethléem, qui ne peut pas légalement avorter, on trouve des centaines de femmes de cinq autres pays de l’Amérique – le Salvador, le Honduras, la République Dominicaine, le Suriname et le Nicaragua – qui interdisent cette pratique dans toute circonstance. La mèche a été allumée il y a quelques semaines par l’El Salvador avec la jeune Beatriz, de 22 ans, qui a combattu contre le système légal pour pouvoir mettre fin à une grossesse en danger de vie. L’histoire de petite Bethléem est sortie à la lumière durant le journal nocturne du canal de la télévision publique. C’est la grand-mère de la mineure, qui vit à Puerto Montt (à quelque 1.000 kilomètres au sud Santiago) qui a dénoncé à la police le cas et le beau-père (32 ans) de la petite a été arrêtée. Toutefois, même si l’homme a admis avoir maintenu des relations sexuelles avec la petite – acte puni, parce que la loi fixe à 14 ans l’âge minimal pour que les relations sexuelles avec un mineur soient considérées consenties -, la mère de l’enfant, Capeline Echaura, assure que celles-ci se réalisaient par un accord mutuel entre la mineure et l’adulte, et que dans aucun cas il s’agit d’une violation. « C’est une injustice ce qu’ils font contre mon partenaire », a dit la femme à la sortie du tribunal. Ses mots ont servi à intensifier encore plus la polémique que vit le pays à la suite du cas, surtout dans les réseaux sociaux, où a commencé une forte campagne pour la légalisation de l’interruption volontaire de grossesse. « Le Gouvernement est contre tout type d’avortement », a déclaré le ministre de Santé, Jaime Mañalich à CNN du Chili ; il a expliqué que l’exécutif de président Sebastián Piñera n’est pas partisan de la légalisation et que l’année passée le Congrès a rejeté l’idée de discuter sur le sujet. Comme des élections sont prévues, certains candidats à la présidentielle ont commencé à manifester en faveur de la dépénalisation de l’avortement en cas de viol. L’ancien Président, Michelle Bachelet, qui a dirigé jusqu’en mars dernier, l’ONU-Femmes et favorite les élections de novembre, a rappelé qu’il faut légaliser l’avortement en cas de viol, compte tenu des risques pour la santé de la femme ou des anomalies fœtales. Les organisations de femmes et des groupes de défense des droits civiques ont lancé une campagne de médias sociaux appelant à la dépénalisation de l’avortement.

Guy MANSUY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie