Actualités


La semaine du 19 au 27 mai 2013

19 – VENEZUELA – L’opposition conteste son élection. Les pénuries d’aliments et de médicaments augmentent. Et dimanche 19 mai, une bonne moitié de Caracas était privée d’eau en raison d’un incident technique. Le président Nicolás Maduro lui-même a relancé la crise politique, en affirmant connaître l’identité des 900 000 électeurs qui avaient voté pour Hugo Chávez le 7 octobre 2012 et n’ont pas voté pour lui le 14 avril. La déclaration a soulevé un tollé dans l’opposition et parmi les défenseurs des droits de l’homme. Cette déclaration a été prononcée à Barinas, la terre natale du président Chávez ; Nicolás Maduro, qui multiplie les déplacements, y assistait à la remise de logements sociaux. « Quand il y a un mort au combat, comme notre commandant Hugo Chávez, notre devoir est de progresser », a-t-il martelé, en ajoutant, après une pause et avec un petit sourire : « 900 000 compatriotes, nous avons leur nom, leur numéro de carte d’identité, tout ». «  Nous savons tous que le vote est secret. Si ce monsieur dit qu’il sait qui n’a pas voté pour lui lors de cette élection, alors il est en train de dire qu’il y a eu fraude », a réagi l’opposant Henrique Capriles Radonski, ancien candidat présidentiel. L’opposition conteste le résultat du scrutin et a déposé un recours devant la Cour suprême. M. Capriles a demandé au président de la salle électorale de la Cour, Fernando Vegas, de se déclarer incompétent, en raison des liens personnels qui l’unissent au ministre et au vice-ministre de l’intérieur. Vicente Díaz, le seul directeur du Conseil national électoral qui n’est pas chaviste, a qualifié de « fausse » et de « criminelle »  l’affirmation de M. Maduro.  « Mettre en doute le secret du vote revient à utiliser la peur comme tactique de campagne », a dénoncé M. Díaz.

20 – BOLIVIE – La signature de la loi qui permet au président de la Bolivie, Evo Morales, de se représenter pour un troisième mandat grâce à une interprétation controversée de la Constitution a eu lieu pendant que les plus hautes autorités judiciaires du pays tout entier était à Madrid dans le cadre du renforcement de l’indépendance du pouvoir judiciaire en Bolivie, financé par l’Union européenne et mis en œuvre par l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement, avec le soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de humaine. La délégation comprend, en plus du président du Tribunal Constitutionnel (TC), Ruddy José Flores, le juge en chef, Gonzalo Hurtado, et le président du Conseil judiciaire (l’organe directeur des juges), Cristina Mamani. Ruddy José Flores, qui a signé l’arrêt 3/2013, a défendu que la décision a été rendue en se référant à « la volonté de l’électorat » et que la décision « tient strictement à la Constitution de l’Etat et les traités internationaux des droits de l’homme ». La Bolivie a promulgué en 2009 une nouvelle Constitution promue par le Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti du président Evo Morales. Ruddy José Flores est le premier président de la première TC de la Bolivie, créé pour interpréter la loi fondamentale, à la manière d’autres transitions, comme l’espagnol. En analysant le cas de réélection, selon Ruddy José Flores, le TC a décidé qu’une disposition transitoire pourrait être développée dans une loi. Et cette loi, parce que la plupart des MAS, décide qu’elle s’applique au président Evo Morales. Ruddy José Flores soutient que l’interprétation de la Constitution qui rend le TC est la seule valable, et toute interprétation politique est « subjective », ce qui n’est l’avis de la présidente du Conseil de la magistrature, Cristina Mamani qui rejette tout lien politique des nouveaux juges et fustige le manque de ressources de la justice. Pour sa part, la présidente du Conseil de la magistrature, Cristina Mamani, a refusé de commenter le récent jugement constitutionnel qui lui-même ne fait pas partie d’un organe juridictionnel, mais du gouvernement du Pouvoir Judiciaire. Cristina Mamani, un indien aymara, dirige la part de l’Etat qui a changé le plus radicalement dans la dernière année : la  réforme judiciaire d’Evo Morales a établi que tous les juges sont élus par le vote populaire. Les professionnels sont présentés, l’Assemblée fait une liste et la nation vote. Tous les juges de la Cour constitutionnelle et la Cour suprême membre du Conseil et ont gagné leur place lors d’un vote populaire. Une expérience unique au monde.

20 – GUATEMALA – La décision de la Cour constitutionnelle du Guatemala, qui a annulé la peine d’emprisonnement de 80 ans pour l’ex-dictateur Efraín Ríos Montt pour génocide et crimes contre l’humanité, a mis en évidence encore une fois à quel point la société guatémaltèque se trouve divisée. Ça fait 17 ans que la signature de la paix qui a mis fin à 36 ans de guerre civile. Mais l’accord n’a pas été en mesure de promouvoir l’articulation d’une société plus juste. Le juge de la Cour constitutionnelle, Roberto Molina Barreto, a déclaré lors d’une conférence de presse que la décision d’annuler la condamnation de l’ancien dictateur a « un caractère préventif ». Il a justifié la décision par le fait que le tribunal de première instance, présidée par le juge Jasmín Barrios, « n’était pas conforme à une ordonnance de la troisième chambre de recours, de sorte qu’il est tombé dans un malentendu ». Par conséquent, a-t-il ajouté, la poursuite du processus et la peine sont « illégales ». Il a conclu qu’« il ne peut y avoir de justice sans respect de la procédure régulière ». Le procès a suscité de grandes attentes à la fois national et international puisque, pour la première fois, était assis au banc des accusés à un militaire qui, à l’époque, incarnait le pouvoir absolu, tandis qu’il a donné la parole aux secteurs indigènes séculairement marginalisés , qui pouvaient être entendus et dénoncés les violations graves des droits de l’homme auxquels ils ont été soumis au cours de la «cinq ans noirs », qui a eu lieu entre 1978 et 1983, lorsque la répression militaire a atteint ses plus hauts niveaux de sauvagerie dans la lutte contre la guérilla marxiste. Pour l’archidiocèse de Guatemala « Il s’agit d’une parodie de la justice, pour le peuple Ixil, pour le monde, ainsi que d’un message très clair: au Guatemala il y a des secteurs qui ne peuvent être touchées. » L’annulation de la condamnation pour génocide est, de l’avis du Bureau des droits de l’homme de l’archevêché de Guatemala (ODHAG). « C’est un revers pour la justice », a déclaré le directeur du bureau, Rodenas Nery. « Sans aucun doute, c’est une gifle à une communauté, Ixil, qui a attendu 30 ans pour arriver à un débat qui vise à rétablir la confiance dans le système judiciaire et la phrase qui semblait être un pas en avant. »

22 – COLOMBIE – L’équipe de négociation de la guérilla colombienne des Farc à La Havane a déclaré que le groupe n’a pas en sa possession les touristes espagnols Ángel Sánchez Fernández et María Concepción Marlaska Sedano, enlevés il y a cinq jours en Colombie. « Nous rejetons catégoriquement cette nouvelle absurde d’accuser les FARC d’actions de crime de droit commun », a déclaré le guérillero connu sous le pseudonyme Andrés París, à l’entrée du Palais des Conventions à Cuba, qui accueille le neuvième round de pourparlers de paix avec le gouvernement de Juan Manuel Santos. Il a également dit que l’ordre et non pas de retenir des personnes pour des fins économiques, donné par le Secrétariat de la guérilla en février 2012, « est respecté sur tout le territoire national ».

22 – COLOMBIE – L’Armée de libération nationale (ELN), deuxième guérilla de Colombie a tué dix soldats et blessé cinq autres après une attaque rebelle sanglant sur une patrouille dans une zone rurale du hameau  Presidente, municipalité Chitagá, département Norte de Santander, à la frontière avec le Venezuela. Le commandant de la deuxième division de l’armée, le général Juan Pablo Amaya, a déclaré aux journalistes que l’ELN a tué un officier, un sergent et huit soldats et qu’également cinq soldats ont été blessés et conduit à l’hôpital de Pampelune. Il a ajouté qu’un autre militaire aurait été prisonnier de l’ELN. Les rebelles ont également volé 13 fusils, un lance-grenade et une mitrailleuse.  Le président colombien Juan Manuel Santos a déclaré qu’il avait « chargé les commandants qu’ils poursuivent ELN impitoyablement et ne laissent pas assassiner nos hommes sans punition. » Le revers militaire intervient alors que les négociations de paix menées par le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) se poursuivent à Cuba. Ce processus exclue l’ELN, qui cependant, a exprimé à plusieurs reprises sa volonté d’engager un processus de négociation et a même dit qu’il a déjà son équipe de négociation. En avril dernier, Juan Manuel Santos a dit qu’il devrait commencer « tôt ou tard » des pourparlers de paix avec l’ELN. Toutefois, il a dit que si il n’y a pas de rapprochement avec la guérilla, et a abordé des questions telles que l’emplacement possible d’un dialogue possible. Selon le gouvernement colombien, les FARC ont actuellement environ 7.800 hommes, alors que l’ELN en a moins de 1.500.

23 – ALLIANCE DU PACIFIQUE – Les membres fondateurs de l’Alliance du Pacifique (Juan Manuel Santos -Colombie-, Sebastián Piñera -Chili-, Ollanta Humala -Pérou- et Enrique Peña Nieto -Mexique-) et les  deux candidats à entrer au club (Laura Chinchilla -Costa Rica- et Otto Pérez Molina -Guatemala-) se sont réunis  à Cali (Colombie), pour le septième Sommet de l’Alliance du Pacifique, et se sont donnés jusqu’au 30 juin pour s’entendre sur les détails du démantèlement tarifaire, qui devrait affecter la première phase de 90 % du commerce entre les quatre partenaires. Ce bloc, constitué par les quatre économies les plus dynamiques de la région, a des conséquences géopolitiques importantes pour le continent: en face d’un Mercosur -composé du Brésil, de l’Argentine, Paraguay, Uruguay et Venezuela – désormais au point mort depuis des années, et avant les futures négociations de l’accord Accord d’ Association Transpacífique (TPP, son sigle en anglais), que poussent les Etats-Unis, ou dans des instances telles que l’Organisation mondiale du commerce (OMC), où ils peuvent prendre une position commune. Les quatre pays de l’Alliance du Pacifique, officiellement créé en juin l’année dernière à Cerro Paranal (Chili), représentent ensemble 35% du PIB en Amérique latine, 50% des exportations du continent et  sa population dépasse 200 millions de personnes, ce qui représente une véritable alternative aux géants brésilien. Cela signifie aussi un nouveau modèle d’intégration régionale intéressés par le renforcement des institutions démocratiques et orientée vers la libre circulation des marchandises, des capitaux, des services et des personnes et vers des marchés en Asie. Le nouveau bloc contraste avec d’autres organismes régionaux aux tendances protectionnistes comme le Mercosur ou plus idéologiques que l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les peuples de l’Amérique), dans le marasme après la mort du président Hugo Chavez, et ouvre une ligne verticale dans le continent. La liste des pays observateurs s’est élargie avec la France, le Portugal, l’Équateur, El Salvador, le Honduras, le Paraguay et la République dominicaine, ce qui porte à 16 les pays sont indépendants. Les dirigeants ont salué l’approche de l’Équateur, officiellement encadrée dans l’axe bolivarien, l’alliance idéologique opposée. Le président péruvien Ollanta Humala, qui devait initialement côté de l’ALBA, a déclaré qu’il est « à l’aise » dans l’alliance, mais cherche des relations amicales avec tous les pays de la région. Bien qu’elle accorde une attention à la coopération économique, l’alliance a pris des mesures provisoires dans le domaine de la coopération politique avec sa décision de partager les ambassades (Ghana et Singapour) et des bureaux commerciaux (Casablanca et Istanbul) ou la création d’un programme de bourses d’études pour les étudiants.

25 – CHILI – Les communistes chiliens ont franchi une étape historique et, pour la première fois depuis le retour de la démocratie en 1990, ont décidé de soutenir la candidate de centre-gauche, l’ex-présidente socialiste Michelle Bachelet, en vue des élections primaires du 30 juin prochain. La décision est une étape importante pour ce parti : le PC n’a pas fait partie d’un gouvernement depuis l’administration de Salvador Allende, et, si celle-ci remporte la présidentielle de novembre, il pourrait retourner à La Moneda après 40 ans dans l’opposition. « Notre parti va soutenir Michelle Bachelet comme notre candidate pour les primaires. Et bien sûr, elle le sera également pour le premier tour », a déclaré le président du PC, Guillermo Teillier, qui fait face à une forte opposition interne lors d’une réunion du comité central qui a duré 10 heures. La candidate  président non seulement a besoin du PC pour assurer sa réélection fort probable à en juger par les sondages, mais surtout pour avoir une force parlementaire pour les réformes qu’elle vise à faire dans un éventuel second mandat. Elle pense que le Chili a changé de cycle politique après le mouvement étudiant 2011 que cette nouvelle étape devrait se concentrer sur la lutte contre les inégalités et a annoncé des modifications fiscales, une nouvelle Constitution et les domaines prioritaires de l’éducation, de la santé et du travail. À ce jour, toutefois, on ne connaît pas la profondeur de ses propositions et on ignore si Bachelet donnera un coup à gauche, par opposition aux 20 ans de la Concertation qui suivit une voie réformiste. Le PC sera aussi un rouage clé pour tenter de contrôler les manifestations de rue dans un éventuel nouveau gouvernement socialiste et d’éviter, de cette façon, une répétition des problèmes sociaux qu’a rencontrés le président de droite Sebastián Piñera. Les communistes ont contrôlé le principal syndicat, la Centrale Unitaire des Travailleurs et alors qu’ils ont perdu de la force dans le mouvement étudiant, qui se méfie de l’approche de la direction du PC, de maintenir une certaine influence dans les fédérations du secondaire et universitaire.

26 – COLOMBIE – Après six mois de négociations, le gouvernement colombien et la guérilla des FARC ont annoncé à La Havane, être parvenus à un accord sur la question agraire, à l’origine du conflit qui déchire la Colombie depuis près d’un demi-siècle. Ce thème était le premier point sur six à l’ordre du jour des pourparlers de paix entre les deux délégations à Cuba. Dans une déclaration commune signée des délégations des deux parties, en présence du diplomate cubain Carlos Fernández de Cossío et le représentant du gouvernement de la Norvège Dag Nylander dont les pays sont garants des pourparlers  et  intitulée Vers une nouvelle Colombie rural: la réforme rurale globale, lu à La Havane, les parties ont annoncé que l’accord porte sur « l’accès et l’usage de la terre, les terres improductives, la régularisation de la propriété, la délimitation des terres agricoles et la protection des zones de réserve ». Sont également inclus l’assistance technique, les subventions, les prêts, la génération de revenus, le marketing, la formation professionnelle, des politiques alimentaires et de la nutrition. Après le thème rural, les négociations doivent aborder l’un des points les plus épineux, les garanties judiciaires offertes aux guérilleros pour participer à la vie politique sans passer par la prison. Le président Santos a célébré ce premier accord sur son compte Twitter.

Guy MANSUY

News antérieures

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie