Actualités


Semaine du 15 au 21 avril 2013

15 – VENEZUELA – Le Procureur général du Venezuela, a rapporté que les manifestations organisées à travers le pays pour exiger un nouveau dépouillement des votes exprimés lors de l’élection présidentielles ont fait sept morts et 61 blessés. Plus tôt, l’agence officielle, AVN, a signalé quatre décès dans les États de Miranda, Tachira et Falcon. Le Procureur Diaz Ortega a également annoncé l’arrestation de 135 personnes impliquées dans des actes de violence et qu’il allait ouvrir une enquête contre les détenus pour « incitation à la haine, à la désobéissance des lois et de la rébellion civile« .

17 – AMERIQUE LATINE – Les économies émergentes sont performantes grâce à des prix élevés des matières premières, des faibles taux d’intérêt comme du capital. Dans le cas des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, la Banque mondiale s’attend à croissance de 3,5 % de son PIB cette année, soit une amélioration de un demi-point de pourcentage par rapport à 2012. Ce taux de croissance est  proche de celui de la moyenne mondiale. La prévision est comparable à celle du Fonds monétaire international, qui se réfère à une croissance de 3,4% en 2013, quatre dixièmes de plus que l’an dernier, mais trois de moins que prévu en janvier. Elle remontera à 3,9% en 2014, un chiffre qui reste inchangé. La situation varie selon le pays. La stagnation du Venezuela et  la croissance timide de 1% en Jamaïque contraste avec une croissance de 6% au Pérou, de 9% au Panama  et de 11% au Paraguay. Argentine et Brésil rebondissent  à 3 % mais augmenteront l’année prochaine en dessous de la moyenne de  la région. La Bolivie, le Chili et la Colombie vont progresser à un taux compris entre 4 % et 5 %. « Ces taux de croissance sont bons, mais insuffisants pour suivre le rythme du progrès social« , selon les mots d’Augusto de la Torre, économiste en chef pour l’Amérique latine et les Caraïbes ; c’est pourquoi il invite les gouvernements à adopter des réformes pour stimuler la croissance.

17- CHILI – Après deux longues journées de procès, les sénateurs de centre-gauche et indépendants ont approuvé une accusation constitutionnelle contre le ministre de l’Education, Harald Bayer ; il a été démis de ses fonctions et interdit d’exercer des fonctions publiques pendant cinq ans. Le ministre est la troisième tête du portefeuille qui quitte l’exécutif depuis qu’a éclaté le conflit étudiant en 2011. Les étudiants, en juillet de cette année-là, ont réussi à chasser Joaquín Lavin. Le remplacement, Felipe Bulnes, a réussi à passer six mois dans le poste et en décembre  a présenté sa démission au président. Harald Beyer a été pendant 16 mois en charge de l’éducation d’un gouvernement qui devrait cesser d’exister dans moins d’une année avec la fin de l’administration Sebastián Piñera en mars 2014. Les lois du Chili, qui a un système présidentiel fort, donnent au Parlement la possibilité d’accuser un secrétaire d’État et de le destituer s’il porte atteinte à la Constitution. L’opposition a fondé son accusation contre Harald Beyer en trois chapitres: violation du principe d’intégrité, absence de contrôle hiérarchique et refus de contrôler le profit en dépit des plaintes. Les accusateurs  reprochent au  ministre de ne pas avoir agi promptement dans le cas de l’Universidad del Mar, une institution privée qui a été fermée en décembre 2012 pour diverses irrégularités. À la Chambre l’opposition et certains députés indépendants  ont approuvé le limogeage du ministre par 58 voix contre 56, après une forte pression des étudiants et le Sénat, par 20 voix  et 18 contre.

17 – ARGENTINE Une cour d’appel d’Argentine a statué en faveur du principal groupe de médias du pays, Clarin, dans son litige contre le droit des médias en 2009 engagé par le gouvernement de Cristina Fernandez de Kirchner. Les trois juges fédéraux ont décidé que Clarin ne doit pas renoncer à leurs licences d’opérateur de télévision par câble –  groupe qui contrôle 58% du marché – ni  les chaînes par abonnement. Il a été calculé que le groupe d’Ernestina Herrera de Noble et Hector Magnetto allait devoir laisser entre 150 et 200 licences de télévision et radio s’il se conformait à la loi adoptée par l’opposition de centre-gauche. Mais le tribunal a statué que Clarin doit seulement se conformer à un article, déclaré constitutionnel, qui limite le nombre de licences de canaux ouverts et de radios à un maximum de dix. Le groupe argentin qui avait entretenu de bonnes relations avec la dictature militaire (1976-1983), mais aussi avec le gouvernement de Nestor Kirchner (2003-2007), dit qu’il a seulement 11 licences et que pour cela il devrait donc en vendre un. Au lieu de cela, l’Autorité Fédérale de Services de Communication Audiovisuelle (AFSCA) l’accuse d’en posséder 25, alors qu’il devrait s’en défaire de 15. Le tribunal a aussi déclaré constitutionnelle l’obligation pour les groupes de respecter la limite de désinvestir dans l’année suivant l’adoption de la loi, ce qui s’est déjà passé de plus de trois ans. Bien que les juges aient validé une partie de la loi sur les médias audiovisuels, leurs contestations de la loi permettront d’éviter le démantèlement de Groupe Clarin et aussi de profiter à d’autres concurrents plus petits. Le gouvernement a rejeté cette décision et a annoncé qu’elle fera appel devant la Cour suprême.

18 – MEXIQUE – Le général de l’armée mexicaine, Thomas Angeles Dauahare, petit-fils d’un héros de la révolution, qui est en prison depuis mai 2012, accusé par le précédent gouvernement du Mexique pour crime de liens avec le trafic de drogue, a été libéré. Le procureur général de la République, Jesús Murillo Karam, a certifié qu’il n’y a aucune preuve de culpabilité et qu’il n’y avait pas lieu de continuer le procès. La libération de Thomas Angeles, a été confirmée quelques heures plus tard par un juge et ouvre la voie à un même traitement pour les trois autres militaires arrêtés dans des circonstances similaires, le général de brigade Roberto Dawe Gonzalez, le major-général à la retraite Ricardo Escocia Vargas et le lieutenant-colonel lui aussi retraité  Jesús Hernández Soto. Thomas Angeles, cependant, était le seul qui a déjà demandé la sentence tandis que les autres poursuivent leur procès. Les quatre ont été accusés de liens avec le trafic de drogue organisé dans l’armée, un élément clé dans la guerre contre la drogue que Felipe Calderon a ouverte en 2006 et a coûté la vie à  plus de 70.000 personnes. Les experts universitaires du monde militaire pensent qu’il y avait des motivations politiques derrière les arrestations et qu’il était peu probable que quelqu’un comme Thomas Angeles –  qui a participé à la campagne de Peña Nieto – émargeait à la pègre. Il avait une grande influence dans les forces armées, où il était sous-secrétaire (vice-ministre). Le général lui-même a traqué des collègues impliqués dans le trafic de drogues. Son avocat, Ricardo Sanchez Reyes, a dit que se termine par une injustice et interprété dans la décision politique. « La décision prouve la responsabilité de Peña Nieto de redresser les torts de l’administration précédente. »

18 – ARGENTINE Un million d’Argentins sont descendus dans les rues de Buenos Aires pour l’une des plus importantes manifestations anti-gouvernementales depuis des années, qui illustre l’ampleur de la colère de l’opinion face à la dégradation de la situation économique et les projets de réforme des médias et de la justice. Nombreux étaient les manifestants à frapper des casseroles, forme traditionnelle de protestation en Amérique latine, tandis que d’autres brandissaient des pancartes avec ces slogans :  » Argentine, réveille-toi ! «  et  » Cristina corrompue ! « , allusion à la présidente, éclaboussée par un scandale de blanchiment d’argent à l’étranger. D’autres manifestations étaient organisées en province.

18 – GUATEMALA – Coup de théâtre au Guatemala, où le procès pour génocide de l’ancien dictateur Efrain Rios Montt a été annulé, alors qu’il touchait à sa fin.  » La Cour constitutionnelle et la Cour suprême de justice l’ont ordonné « , a déclaré la juge de première instance Carol Patricia Flores, en annonçant l’annulation du procès qui s’était ouvert le 19 mars. Plus d’une centaine de témoins et d’experts ont décrit l’horreur des massacres durant le régime du général Rios Montt, au pouvoir de mars 1982 à août 1983. Avec son ancien chef du renseignement militaire, le général José Mauricio Rodriguez, il est accusé d’être responsable du massacre de 1 771 Mayas de l’ethnie Ixile, au plus fort de la guerre civile qui a fait plus de 200 000 morts entre 1960 et 1996. La procureure générale Claudia Paz y Paz s’est immédiatement opposée à la décision de la juge Flores, annonçant que  » tous les moyens à sa portée seraient utilisés pour la renverser « .

18 – AMÉRIQUE LATINE – Le journaliste, essayiste et écrivain mexicain Sergio Gonzalez Rodriguez (né à Mexico en 1950) a été désigné lauréat de la huitième version de la prestigieuse Casa America Catalunya à la Liberté d’expression en Amérique latine. González Rodríguez, connu pour ses recherches sur les femmes mortes de Juarez dans les années quatre-vingt-dix, a dédié ce prix à des journalistes qui sont morts dans l’exercice de leur profession au Mexique, considérés par Reporters sans frontières comme l’un des pays les plus dangereux au monde à pratiquer le journalisme, dans ce pays d’Amérique latine. Au moins 80 journalistes ont été tués au Mexique depuis 2000 et 18 autres ont été portées disparues. « La première chose que je veux dire merci pour ce prix, c’est que je veux l’étendre à ces personnes-là« , a-t-il dit lors d’une conversation téléphonique. Les autres lauréats du prix, que décerne la centenaire institution catalane, sont la journaliste chilienne Mónica Pérez, le Nicaraguayen Pedro Joaquin Chamorro et la Mexicaine Lydia Cacho.

19 – VENEZUELA – Nicolas Maduro a été investi à la présidence du Venezuela, succédant ainsi à son défunt mentor Hugo Chavez, au terme d’une violente crise politique ouverte par le refus de l’opposition d’admettre sa victoire. L’héritier du charismatique dirigeant socialiste élu avec une courte avance de 1,8 %, face au chef de l’opposition Henrique Capriles, a prêté serment en présence d’une vingtaine de dignitaires étrangers. Choisi comme dauphin peu avant sa mort par l’ancien homme fort du Venezuela, emporté le 5 mars par un cancer, le nouveau président a obtenu la reconnaissance de la quasi-totalité des pays latino-américains. Après plusieurs jours de vives tensions, le climat s’est nettement détendu après que le Conseil national électoral (CNE) a accepté in extremis de procéder à une vérification de l’ensemble des urnes, comme le réclamait inlassablement l’opposition.

19 – ARGENTINE – Un tribunal de Buenos Aires a condamné l’un des dirigeants syndicaux les plus puissants de l’Argentine, le cheminot péroniste José Pedraza, pour avoir provoqué en 2010 une attaque de militants de gauche qui a pris fin avec la mort d’un jeune de 23 ans, Mariano Ferreyra, et des blessures par balles de trois autres. L’affaire est arrivée à avoir un tel impact dans les médias que même footballeur Lionel Messi, habituellement loin des causes politiques, a posé avec un T-shirt argentin avec le nom Ferreyra, en solidarité avec sa famille. L’assassinat eu lieu sur route où des trotskistes du petit Partido Obrero (PO) s’étaient réunis pour exiger la constitution d’une coopérative des employés privatisés dépendant de l’Union Ferroviaria concessionnaire privé des trains de banlieue. La justice a établi que José Pedraza et son adjoint ont appelé par téléphone les militants de l’Union Ferroviaria pour qu’ils sévissent contre la protestation. C’est ainsi que plusieurs d’entre eux sont venus armés et ont commencé à tirer. Mariano Ferreyra, qui était un leader étudiant à l’université de la PO, a été tué par balle dans l’estomac. Deux employés de chemin de fer et un membre d’un club de football recrutés pour l’attaque, ont été condamnés à 18 ans de prison comme auteurs de l’assassinat et de trois tentatives de meurtre. José Pedraza et son adjoint ont été condamnés, à 15 ans de prison. Trois autres membres du syndicat doivent passer entre huit et 11 ans derrière les barreaux pour complicité.

21 – PARAGUAY – Le riche entrepreneur Horacio Cartès [photo de la une] du parti Colorado a remporté l’élection présidentielle au Paraguay contre le candidat libéral Efrain Alegre. Le politicien ramène ainsi au pouvoir le parti hégémonique de droite Colorado, qui a déjà gouverné le pays de 1947 à 2008, y compris pendant la dictature de 35 ans d’Alfredo Stroessner. D’après les sondages réalisés à la sortie des bureaux de vote, Horacio Cartès, 56 ans, totalise plus de 46% des voix, devant l’autre candidat de droite, Efrain Alegre, du Parti libéral, qui a rassemblé 37% des suffrages, selon les résultats préliminaires du Tribunal supérieur de justice électoral (TSJE). Le TSJE a proclamé Horacio Cartès vainqueur. Peu avant, Efrain Alegre avait reconnu sa défaite. Le candidat de la gauche, affaiblie par ses divisions, Mario Ferreiro, arrive en troisième position (6%). La participation a atteint près de 70%, selon le TSJE. Les 3,5 millions d’électeurs appelés aux urnes ont élu 45 sénateurs, 80 députés, les gouverneurs des 17 départements et les représentants du Parlasur, assemblée du Mercosur. Au Sénat, le Parti Colorado a obtenu la majorité absolue (23 sièges), selon les sondages. Pour la première fois, les Paraguayens exilés en Argentine, aux Etats-Unis ou en Espagne pouvaient voter. Faute de pouvoir se présenter une deuxième fois, le président destitué par l’opposition de droite en juin 2012, Fernando Lugo a brigué et obtenu un siège de sénateur.

21 – BRESIL – Le juge Jose Augusto Marzagao vient de condamner à Sao Paulo 23 policiers à 156 ans de prison pour le meurtre de 13 détenus lors du plus grand massacre de l’histoire du Brésil survenu dans une prison, en 1992. Trois officiers ont été acquittés. Cent onze détenus avaient été tués par balles dans le pénitencier Carandiru, à Sao Paulo. A l’époque, le centre carcéral était considéré comme le plus grand d’Amérique latine avec 7 257 détenus, le double de sa capacité. Cinquante-trois policiers – dont un tiers est encore en activité – devront répondre du meurtre d’autres détenus dans les mois qui viennent. Le verdict a été salué par la plupart des organisations de défense des droits de l’homme.

Guy MANSUY

 

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie