Quelques membres de notre équipe éditoriale arrivent au Chili pour suivre la situation historique de contestation sociale initiée la nuit du 18 octobre dernier. Un octobre chilien impressionnant et touchant par son ampleur et sa profondeur, qui a laissé des stigmates sur une société fracturée par d’énormes injustices. Depuis notre arrivée, nous avons déjà rencontrés différents acteurs de la société civile et nous espérons poursuivre nos reportages en nous rapprochant aussi des dirigeants politiques et culturels, ainsi qu’en suivant de près les manifestations de rue où la jeunesse joue un rôle essentiel. Tout ce matériau sera réuni dans notre revue trimestrielle de printemps qui donnera à lire une Amérique latine de révolte et d’exode, deux thèmes par ailleurs choisis pour le lancement de notre festival Primavera Latina qui se tiendra en quatre temps entre mars et juin.
 
Dans cette période de vœux, nous transcrivons quelques mots de Jacques Brel en janvier 1968 : « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable ». Une bonne année d’engagements à tous.

Januario ESPINOSA
Directeur de la publication

La photo de la une a été envoyé par l’équipe de presse du groupe Inti-Illimani réalisées lors du concert à Santiago les 28 et29 décembre dernier.

[info_box title= »NICARAGUA » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#004b9c » txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

Nicaragua  : une crise politique meurtrière qui dure

Le retour au pouvoir de Daniel Ortega date de 2007. Réélu depuis sans discontinuer, après une modification de la Constitution, l’ancien guérillero s’accroche au pouvoir avec son épouse Rosario Murillo qu’il a nommée vice-présidente. Aujourd’hui, le jeune guérillero sandiniste d’alors, âgé de 74 ans, réprime dans le sang les manifestations d’opposants au nom de la « paix sociale  ». « Nous sommes au courant que vous faites ce genre de choses. » (Amnesty International). (Maurice Nahory) – SUITE

[info_box title= »CHILI » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#004b9c » txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

Premières impressions : À Santiago, les murs racontent ce que les médias taisent

Les murs des rues de Santiago nous racontent la souffrance endurée par les classes populaires et moyennes pendant trente ans d’asphyxie sociale et économique : « Les murs parlent de ce dont la presse se tait », est écrit sur le rideau métallique d’un grand centre commerciale, avec un trait qui laisse deviner la colère. Les graffitis nous parlent de l’explosion sociale, de la révolte, mais aussi du courage et du réveil d’un peuple qui était comme ensorcelé par le sentiment de vivre dans une société prospère à coût d’un endettement généralisé. (Olga Barry) – SUITE

[info_box title= »CHILI » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#004b9c » txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

La CIDH exprime son inquiétude envers «  l’occupation policière disproportionnée  » sur les lieux de manifestations au Chili

La Commission Interaméricaine des Droits de l’Hommes (CIDH) a exprimé ce dimanche (29/12/2019, ndlr.) son inquiétude envers «  l’occupation disproportionnée  » des espaces publics où s’accomplissent habituellement les manifestations au Chili. Cela, soutient-elle, «  peut empêcher ou limiter sérieusement le droit de manifestation sociale pacifique au Chili  », comme l’a exprimé l’organisme sur son compte Twitter. (Traduit par Lou Bouhamidi) – SUITE

[info_box title= »BRÉSIL » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#004b9c » txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

Le drapeau brésilien : une fantaisie cachée ?

Denis Viala, français expatrié au Brésil y a vécu et travaillé durant des décennies. Ses nombreux amis attendent chaque année ses vœux qui allient le sérieux scientifique et l’humour pataphysique. (Denis Viala) – SUITE

[info_box title= »FESTIVAL » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#ce2420″ txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

VI Primavera latina
En 2020 en quatre temps

Le festival Primavera Latina bouscule les frontières de disciplines diverses. La sixième édition entre mars et juin prochain, sera en 4 dates et 6 événements, dans le cadre de la Semaine de l’Amérique latine et de la Caraïbe, chercheurs, universitaires, écrivains et artistes apporteront leurs éclairages, débattront entre eux et avec les publics sur les nouvelles réalités et les recompositions en cours en Amérique latine. SUITE

[info_box title= »LIVRES » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#ce2420″ txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

« La fille de l’Espagnole » de la journaliste Karina Sainz Borgo aux éd. Gallimard

Caracas, époque actuelle. Dans les magasins tout manque, même l’essentiel. Dans les rues, la tension monte. Les «  personnes ordinaires  » continuent de vivre, font semblant de pouvoir le faire, alors que des coups de feu résonnent de plus en plus souvent, alors qu’une autre «  personne ordinaire  » qui vous ressemble ne répond plus à une question banale, simplement par peur. C’est le cadre de ce roman composé par une journaliste vénézuélienne réfugiée à Madrid.  (Christian Roinat). SUITE

[info_box title= »BD » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#ce2420″ txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

Sortie de « Muertos » de Pierre Place aux éditions Glénat, dans la série «  Stranger Things  »


Mexique, début du XXe siècle. Une hacienda est subitement prise d’assaut par une horde d’étranges individus, des « calaveras », ces figures écorchées issues du folklore mexicain, hébétées et muettes, qui ne semblent tenir debout que par la pulsion de meurtre qui les anime. Les survivants de l’attaque, jetés sur les routes, forment alors un groupe sans distinction de classes, de milieux, ou d’origines… même si les patrons tentent de demeurer ceux qui donnent les ordres. Ils n’ont alors pour seul langage commun que celui de la violence et de la lutte pour la survie. Reste à savoir s’ils vont devenir aussi sauvages que les monstres qui les poursuivent…
  (
L. Moeneclaey). SUITE

[info_box title= »CINÉMA » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#ce2420″ txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

« La Llorona » du réalisateur guatémaltèque Jayro Bustamante

Selon la légende, la Llorona est une pleureuse, un fantôme qui cherche ses enfants. Aujourd’hui, elle pleure ceux qui sont morts durant le génocide des indiens mayas. Le prix du public du festival de Biarritz avait été décerné à La Llorona le troisième film du réalisateur guatémaltèque Jayro Bustamante. (Alain Liatard). SUITE

[info_box title= »FESTIVALS » titleColor= »#FFFFFF » titleBgColor= »#ce2420″ txtColor= »#000000″ txtBgColor= »#e6e7e8″]

Cinélatino de Toulouse prépare sa 32e édition avec une riche programmation de fin mars prochain

Cinélatino vous ouvrira les portes de l’Amérique latine pour sa 32e édition du 20 au 29 mars 2020 ! Cet événement incontournable du mois de mars vous fera découvrir en 150 films sur 10 jours les meilleures productions de l’année, les jeunes talents, l’univers de réalisateurs confirmés et revisitera l’histoire du cinéma latino-américain sous plusieurs angles thématiques. (Muriel Justis). SUITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/Ligne710x30.DERNIERESjpg.jpg » /]

DÉSABONNEZ-VOUS