Exodes et révoltes en Amérique Latine. « Évolutions et nouvelles réalités »

Le festival Primavera Latina bouscule les frontières de disciplines diverses. La sixième édition entre mars et juin prochain, sera en 4 dates et 6 événements, dans le cadre de la Semaine de l’Amérique latine et de la Caraïbe, chercheurs, universitaires, écrivains et artistes apporteront leurs éclairages, débattront entre eux et avec les publics sur les nouvelles réalités et les recompositions en cours en Amérique latine.

La sixième édition de Primavera Latina est en préparation sous le titre : « Exodes et révoltes en Amérique Latine. Évolutions et nouvelles réalités ». Elle s’inscrira dans la cadre de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes 2020 et elle se déroulera en quatre temps et dans quatre lieux différents de la Métropole lyonnaise, entre mars et juin 2020.  Ces quatre manifestations comprendront des occasions d’information, de réflexion et de débats et, en même temps, des rencontres autour de créateurs et d’œuvres artistiques qui s’emparent du réel et nous permettent de déchiffrer la mémoire et le futur de sociétés qui nous parlent.

 L’Amérique centrale et du Sud connaissent une généralisation et une accélération des mouvements migratoires. Dans ce mouvement mondial, l’Amérique latine est un cas emblématique. Les crises économiques, la misère, les injustices et les atteintes aux droits humains ont des traductions diverses :  l’exil massif, surtout dans des pays de la région, mais aussi les soulèvements, les contestations de masse et les renversements politiques.

En 2020, trente ans après la fin de la dictature de Pinochet, le Chili élaborera et se choisira une nouvelle constitution, d’autres pays du sous-continent connaîtront des échéances politiques décisives. Le devenir des sociétés latino-américaines nous importe et ces sociétés nous tendent un miroir.

Primavera Latina 2020 : Exodes et révoltes en Amérique Latine  Évolutions et nouvelles réalités

Presque aucune région du monde n’est écartée des courants migratoires qui concernent 3,5 % de la population mondiale, soit un nombre qui a triplé depuis quarante ans et un record a été atteint en 2018 avec près de 71 millions de déplacés. Sur tous les continents on constate une généralisation et une accélération des mouvements migratoires. L’Amérique centrale et du Sud n’est pas en reste. Les crises économiques, la misère, les injustices et les atteintes aux droits humains ont des traductions diverses :  l’exil massif dans des pays de la région mais aussi les soulèvements, les contestations de masse et les convulsions politiques.

En Amérique du Sud, plusieurs pays, en particulier le Chili, la Colombie, le Mexique, le Venezuela, la Bolivie Le Salvador, le Guatemala, le Honduras, Haïti, et le Brésil connaissent des violences multiformes. L’Amérique latine est devenue un cas emblématique. Aujourd’hui, l’essentiel des migrations d’Amérique Latine vient d’Amérique Latine. Les pays andins, Bolivie, Colombie, Equateur, Pérou, Venezuela sont ceux qui fournissent des migrations au Brésil, à l’Argentine, à l’Uruguay et au Chili. Certains de ces pays sont à la fois territoires de départ, d’accueil et de transit comme cela est le cas en particulier de la Colombie et du Pérou. L’exode vénézuélien, chiffré à 5 millions de personnes, s’est accéléré à partir de 2014 et touche toutes les couches sociales.

En 2020, l’actualité politique de l’Amérique latine sera dans tous les esprits.  Durant l’automne 2019, presque tous les pays du continent sud-américain ont connu des mouvements sociaux ou des renversements politiques.  Il est urgent de déchiffrer ce qui se joue pour le devenir de ces sociétés, chacune avec ses spécificités, toutes confrontées aux inégalités économiques abyssales, à la détresse sociale qui touchent pauvres, immigrés et classes moyennes, à l’insécurité et à la dégradation des droits humains.

En 2020, trente ans après, sera commémoré le retour à la démocratie au Chili, en 1990.  Dans de nombreux pays du sous-continent, l’actualité politique, des réformes constitutionnelles en chantier, des aspirations à l’égalité et des œuvres artistiques qui s’emparent du réel nous permettront de déchiffrer le devenir de sociétés qui sont pour nous un miroir.

Maurice NAHORY

PARTENAIRES PRESSENTIS  : 

Université de Lyon III Jean Moulin – Service des Relations Internationales, Service des Affaires culturelles de l’Université Jean Moulin Lyon 3 en partenariat avec le Département d’études hispaniques de la Faculté des Langues

Le Rize -Ville de Villeurbanne

Le collectif C’est Pas Des Manières (porteur du projet Vidala)

Les Curieux Polyglottes (porteur du projet « La chose publique »)

Les Nouveaux Espaces Latinos (Coordination de Primavera Latina)

4 DATES, 6 évènements

17 mars 2020 à 18h30 – Table ronde « 2019-2020 : Révoltes et perspectives en Amérique latine » – Université Lyon III – Manufacture des Tabacs

02 avril 2020 à 17h Atelier « Canción de protesta »

02 avril 2020 à 19H Concert VADALA – Université Lyon III – Manufacture des Tabacs

27 mai 2020 à 19h : musique et chanson sous chapiteau et en plein air sur la place Colbert – Lyon -Croix Rousse

04 juin à 18h : Table ronde « 2019-2020 : Exodes en Amérique Latine : évolutions et nouvelles réalités » Le Rize -Villeurbanne

04 juin 2020 à 18h45 – Lecture de La « chose publique ou l’invention de la politique » Le Rize -Villeurbanne (sous réserve).