Chine-USA et les Latinos

Relations Internationales


Une Amérique latine ballotée par la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis 

Donald Trump, à l’approche des élections présidentielles nord-américaines, a décidé de changer de braquet avec la Chine. Il a ouvert le feu des droits de douane imposés à Pékin. La Chine a relevé le défi. Au risque de provoquer l’un et l’autre des dommages collatéraux ici, en Asie et là, en Europe ou en Amérique latine.

Photo : ELA

La Chine, en effet, est aujourd’hui un acteur central du développement économique de l’Amérique latine. Avec ou à côté des Etats-Unis, et de plusieurs pays européens.  La Chine est devenue le deuxième, et même parfois le premier partenaire de la quasi totalité des Latino-américains. Faute de pouvoir préserver autonomie et souveraineté les sujets de la société internationale partagent  les vassalités. Le «nassérisme» économique et diplomatique a été pratiqué en Amérique latine  bien avant l’Egypte. Tant est naturelle chez les Etats «périphériques» l’option des dépendances concurrentielles.

Toutes choses supposées en temps normal créer un climat accélérateur d’investissement. Tout en préservant les autonomies nationales. Les Latino-américains ont bénéficié à plein d’un tel contexte dans les années 2000/2016. Une pluie de dollars, euros, yens et yuans a irrigué le sous-continent du Mexique au Chili. Ces temps-là seraient-ils révolus ? La crise à deux temps des dix dernières années avait ralenti les flux. La guerre tarifaire déclenchée par Donald Trump va-t-elle porter un coup fatal à une manne aujourd’hui nécessaire aux équilibres commerciaux, financiers des Amériques latines ?

Le Président colombien Ivan Duque a exprimé le 23 mai 2019, une sourde inquiétude partagée par tous. L’idéal, et la sagesse bien entendue devraient conduire Donald Trump à trouver un terrain d’entente avec Xi Jinping. Le Brésil de Jair Bolsonaro partage le même réalisme prudent qui a été matérialisé par la visite des fils du Chef de l’Etat brésilien à Taïwan, suivie de celle du vice-président Hamilton Mourão, à Pékin. Un éventuel compromis Washington-Pékin, pourrait en effet se conclure sur le dos des exportateurs brésiliens de soja .. Le souhait et la prudence exprimés sont compréhensibles. Mais leur concrétisation relève pour l’instant du vœu pieux.

D’autres responsables ibéro-américains se sont frotté les mains, estimant que la circonstance Trump leur ouvrait des perspectives inédites. Le patron de BMW Mexique, José Oriol, a considéré que le Mexique pourrait se substituer aux fournisseurs chinois entravés par la hausse des tarifs douaniers nord-américains. Un cadre de Huawei, le 13 juin 2019, a depuis le Mexique signalé que dans les pays «où elle reste bienvenue», l’entreprise « récompenserait ». Panama a inauguré en avril 2019 un vol direct avec Pékin. Panama négocie depuis quelques mois un traité bilatéral de commerce avec la Chine populaire, malgré les avertissements venus du Département d’Etat nord-américain. En dépit du caractère «délicat» du moment sino-américain, les autorités de la République Dominicaine ont considéré qu’elles pouvaient se rapprocher de Pékin, «deuxième puissance économique du monde», en restant amies de Washington. Elles ont le 30 avril 2019 rompu avec Taïwan, et donc reconnu Pékin comme seul Etat chinois disposant de la légitimité internationale. Chili, Pérou et Uruguay ont participé fin avril à un forum sur la Route de la soie, organisé par et à Pékin. Les trois pays ont confirmé leur intérêt faisant la sourde oreille aux avertissements communiqués personnellement par le Secrétaire d’Etat de Donald Trump, Mike Pompeo, en avril dernier au Chili, au Paraguay et au Pérou. «65% de nos échanges», a commenté, le 12 avril 2019, l’ex-président chilien Eduardo Frei, «se font avec les Asiatiques, (..) Le Chili ne peut accepter les pressions de qui que ce soit».  ». Au Mexique le 12 avril c’est Wilbur Ross, Secrétaire au commerce, qui a fait le déplacement dans le Yucatan, à Merida, pour demander aux autorités locales de refuser les investissements chinois.

Il y a enfin les inquiets, ceux qui pèsent le pour et le contre. Un laboratoire d’idées mexicain se félicite que le Mexique, ait «volé», aux Chinois la place de deuxième partenaire commercial des Etats-Unis. Tout en ajoutant que cela est la conséquence partielle d’un regain d’investissements chinois au Mexique afin de bénéficier des retombées du nouvel accord nord-américain ayant pris la suite de l ‘ALENA, le T-MEC. Donc attention ajoutent-ils avec raison, il ne faudrait pas que Washington en prenne ombrage et adopte des mesures restrictives. La levée des droits imposés à l’acier et à l’aluminium mexicain et canadien, rappellent-ils, a été conditionnée à l’interdiction d’une entrée aux Etats-Unis de produits chinois instrumentalisant le T-MEC.

L’imprévisibilité imposée par Donald Trump perturbe les prises de décision, en Amérique latine comme ailleurs. La menace de sanctions tarifaires plane sur tous les gouvernements soupçonnés de comportements contraires aux intérêts des Etats-Unis. Et ce bien au delà du commercial avec la Chine. La puissance, l’influence et le rang des Etats-Unis sont l’enjeu de cet «affolement» diplomatique.

Jean-Jacques KOURLIANDSKY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie