CHILI

Mort du peintre José Balmes


Décès à 89 ans de l’artiste-peintre chilien José Balmes

Considéré comme l’un des plus grands artistes latino-américains, le peintre chilien José Balmes est décédé à 89 ans. Né en 1927 en Catalogne, en Espagne, José Balmes faisait partie des passagers du navire Winnipeg affrété par l’ambassadeur du Chili en France, Pablo Neruda en 1939 pour permettre aux Espagnols réfugiés en France suite au coup d’État du général Franco de quitter les camps de concentration où les avait enfermés l’administration française et d’émigrer vers le Chili.

Il réalise ses études supérieures à l’École des Beaux-Arts de l’Université du Chili. En 1947, à l’âge de 20 ans, il reçoit la nationalité chilienne. Il enseigne à l’Université du Chili dont il devient le Doyen de la Faculté des Arts. Dans les années 1970, il soutient activement le gouvernement de l’Unité populaire de Salvador Allende, raison pour laquelle, après le coup d’État du général Pinochet, il doit s’exiler en France où il enseigne la peinture pendant 10 ans à l’Université de Paris Sorbonne. Il rentre au Chili en 1986.

Un artiste engagé dans son temps

Ses peintures sont presque toujours liées à la réalité contemporaine. Ses oeuvres sont souvent proches des événements de son temps, voir ses peintures intitulées « Santo Domingo » après l’invasion de la République Dominicaine par les Marines US en 1965, ou « Vietnam », ou encore « Calama » en mémoire des prisonniers politiques de Pinochet exécutés dans cette ville du nord du Chili et enterrés quelque part dans le désert. Lors de son enterrement, la présidente Bachelet a souligné que son œuvre « brisait les schémas, ouvrait les limites esthétiques et créatives, faisant de la solidarité et du partage une attitude permanente devant la création… »  Pour Concepción Balmes, sa fille, interviewée sur Radio Cooperativa du Chili, « Il a défendu l’art au-delà du marché ou du prix de vente d’un cadre… Il a donné au Chili un legs culturel, de peinture, d’amour, de solidarité… Ce jour est l’hommage de tous les Chiliens, de tous les artistes, pour ensemble penser un Chili plus beau… ». L’association Maison Latina de Grenoble rappelle que l’ancienne fresque du Centre Social Teisseire Malherbe, reproduite dans le monument à Allende sur la Place Salvador Allende et qui a servi d’enseigne pour le Collectif Chili, était une fresque de José Balmes. Pour sa part dans le trimestriel Espaces Latinos de décembre 2015 nous consacrions quatre page à l’œuvre de José Balmes qui le directeur de la publication avait rencontre en avril 2015 à Santiago.

Jac FORTON