ANALYSE DE JEAN-JACQUES KOURLIANDSKY (PHOTO)

Le Venezuela en Espagne


Législatives espagnoles du 26 juin 2016 : Châteaux électoraux vénézuéliens outre Pyrénées ?

La campagne législative espagnole du 26 juin 2016 s’est délocalisée de façon déconcertante au Venezuela. L’Espagne est, selon la formule consacrée par l’usage, la madre patria. Et les Latino-Américains seraient donc ses enfants. La « mère patrie » a donc des affinités électives avec les peuples d’outre-Atlantique. Elle y a aussi des intérêts. Au Venezuela, l’assureur Mapfre, la banque BBVA, la Telefónica, les hôtels Melia, tentent de survivre à un Bolivar (la monnaie locale) dévalué par appartements (trois types de changes coexistent en effet). Les nationaux espagnols expatriés dans les terres de Bolívar seraient au nombre de 200 000. Mais enfin, de là à faire du Venezuela, l’enjeu ou l’un des enjeux centraux de la consultation législative espagnole du 26 juin, il y a plus qu’un écart géographique qui interpelle la raison politique.

L’Espagne a été un modèle de transition démocratique pour les pays sud-américains dans les années 1980. Mais pas au Venezuela qui n’a pas connu de dictature militaire de type argentin ou chilien. Paradoxe supplémentaire, l’Espagne est depuis plus de six mois en état d’aboulie institutionnelle. La consultation législative du 20 décembre 2015 a révélé l’usure du système fabriqué à la sortie de la dictature franquiste. Au point de contraindre à la dissolution d’un parlement à peine élu. Les Ibériques sont donc à nouveau invités à mettre un bulletin dans l’urne le 26 juin prochain. Le choix est ouvert, beaucoup plus que par le passé. À droite ou au centre droit on trouve le Parti Populaire et Ciudadanos. À gauche ou au centre gauche, les socialistes (le PSOE) et la coalition formée par Podemos et la Gauche unie. En Catalogne et au Pays Basque les électeurs ont un éventail d’options plus large, avec diverses formations d’inspiration nationaliste et/ou indépendantiste.

L’enjeu de ces législatives, pourrait-on penser, porte sur l’avenir de l’Espagne. Comment sortir d’une longue crise économique qui a fait exploser le chômage ? Comment arbitrer entre demandes sociales insatisfaites et exigences européennes d’austérité budgétaire ? Comment réhabiliter maires, députés et sénateurs qui aux quatre coins de la peau de taureau ont été compromis dans des affaires que la morale condamne ? Quel contrat territorial imaginer et proposer pour tenir compte des poussées nationalistes catalanes et basques ? Pourtant à la lecture des évènements courants, tels que relatés dans les gazettes, l’enjeu de la campagne ne serait, ni à Madrid, ni à Barcelone, ni à Vitoria, mais quelque part en Amérique du sud, et plus précisément à Caracas.

Les socialistes, le PSOE, ont initié ce déplacement de campagne électorale avec deux anciens présidents du gouvernement qui ont débarqué sur les côtes vénézuéliennes. Felipe Gonzalez, le plus ancien dans la fonction, le premier, entre les 8 et 10 juin 2015, est allé sur place. Pour apporter un soutien solidaire aux partis politiques de l’opposition la plus radicale, dont les responsables ont été condamnés à de lourdes peines de prison. José Luis Rodriguez Zapatero a quelque temps plus tard, le 16 mai 2016, prolongé cette affinité vénézuélienne. Avec un agenda différent. Il a en effet essayé de jouer les bons offices en rencontrant toutes les parties pour les inciter à trouver une sortie de crise, juste et pacifique. Albert Rivera, fringant leader du parti, qualifié communément d’émergent, Ciudadanos (Citoyens), arrivé bon dernier, a le 25 mai 2016, repris le flambeau là où l’avait laissé Felipe Gonzalez. Il est donc allé porter aide et assistance unilatérale, aux opposants du gouvernement de Nicolas Maduro. Le Parti Populaire interdit de séjour à Caracas s’est vengé en accordant la nationalité espagnole à une demi-douzaine d’opposants. Mariano Rajoy s’est fendu d’une tribune vengeresse dans le quotidien, El Pais, et a rappelé à Madrid, « en consultation » comme on dit quand il y a de l’eau dans le gaz, l’ambassadeur espagnol. Podemos aurait pu aller à Caracas. Mais il ne l’a pas voulu. Longtemps silencieux, en raison d’amitiés politiques datant de l’époque de Hugo Chávez, qui lui ont été reprochées par les autres partis politiques, Podemos a été en mai 2016 contraint de sortir du bois. Pour condamner, sans condamner, tout en condamnant les autorités de Caracas. Podemos a en effet reproché à Nicolas Maduro de suivre les traces de Mariano Rajoy, en « parlant des autres pays pour éviter de parler du sien ».

Cette échappée vénézuélienne des principaux partis politiques espagnols, en pleine campagne électorale, a surpris les observateurs extérieurs, et peut-être les électeurs. Elle est en tous le cas assumé par les acteurs partisans en compétition. Reste à savoir si l’intentionnalité vénézuélienne est gratuite, et bien qu’animée par des convictions divergentes, fondée sur la volonté altruiste d’aider un peuple ami ?  Ou plus si affinité, pour un pays « frère » selon la formule de Mariano Rajoy. Que dire ? Sinon bien sûr que géographiquement, l’Espagne est loin du Venezuela. Mais après tout dans le monde global d’aujourd’hui Caracas est à une touche d’ordinateur de Madrid. Et le cœur et la tradition, on l’a vu, effacent les distances. L’Espagne pour ces raisons-là, comme pour d’autres, économiques, commerciales, culturelles, d’influence en un mot, a vocation à maintenir un lien fort avec les pays latino-américains. Quelle que soit la majorité au pouvoir à Madrid. Quelle que soit la famille politique.

Encore faudrait-il que les Espagnols s’entendent de façon minimale sur un dénominateur national commun. Ce qui n’est plus aujourd’hui le cas. La crise économique, le regain d’intolérance mutuelle, ont rompu les consensus, territoriaux et institutionnels, si difficilement construits au sortir de la dictature. Chaque famille politique se replie sur des valeurs de pureté idéologique, voire d’authenticité infranationale en Catalogne. Cette mésentente collective, cette tribalisation de la politique, ont trouvé dans les querelles vénézuéliennes une sorte de reflet sans doute fortuit, mais induisant en tentation polémique.

Parti émergent, Podemos a des sympathies bolivariennes. Tout comme d’ailleurs la Gauche unie qui les exprime beaucoup plus directement. Inversement le Parti Populaire et Ciudadanos, au Venezuela, comme en Espagne font de la surenchère anti-Podemos, au nom des libertés.  Quant au PSOE, il est quelque part prisonnier des affinités de ses anciens premiers ministres. L’un Felipe Gonzalez navigue de concert sur ce dossier avec le PP et Ciudadanos. L’autre, José Luis Rodriguez Zapatero, a choisi de jouer les médiateurs.

La campagne espagnole incertaine a radicalisé et validé ce champ de bataille lointain. Le Parti Populaire a le 28 avril 2016 à la veille de sa dissolution demandée au Congrès des députés de se prononcer sur la crise vénézuélienne. Les députés du PP, de Ciudadanos, du PSOE, du PNV, de Democracia i Llibertat ont approuvé un projet demandant au gouvernement espagnol de faire des démarches permettant la libération des opposants incarcérés. La Gauche républicaine catalane (ERC), Bildu, et la Gauche unie ont voté contre. Podemos s’est abstenu.  Le 27 mai 2016 faisant monter la tension d’un cran le président de gouvernement intérimaire, Mariano Rajoy, a inscrit la situation vénézuélienne, à l’ordre du jour du Conseil de sécurité nationale.

Bien que membre du parti Populaire, le ministre espagnol des affaires étrangères, José Manuel Garcia-Margallo, les yeux rivés sur l’intérêt supérieur de l’Espagne, a signalé son inquiétude, face à cette dérive électorale transnationale.  Tout déplacement espagnol à Caracas est le bienvenu, a-t-il déclaré, s’il contribue à faire baisser les tensions. À l’autre bout du champ partisan espagnol, Pablo Iglesias, chef de Podemos, il est vrai sous le feu de critiques croisées du PP, de Ciudadanos, de la presse, au sujet des penchants supposés, idéologiques et financiers, de Podemos à l’égard du régime de Nicolas Maduro, a approuvé le ministre. « Monsieur Maragallo a raison », a-t-il déclaré.  « À un mois des élections comment comprendre que des candidats à la présidence du gouvernement estiment que parler de l’Espagne est une question secondaire ».

Jean-Jacques KOURLIANDSKY

 

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie