Cinéma

Festival de San Sebastián


63e festival de San Sebastián : l’Amérique latine en lice pour la Coquille d’Or ?

Plus grand événement consacré au 7e art en Espagne, le festival international du film de Donostia – San Sebastián présente en ce moment-même son cru 2015, particulièrement riche en productions latino-américaines.

Du 18 au 26 septembre, San Sebastián verra défiler des grands noms du cinéma tels que Ricardo Darín, Benicio del Toro ou encore Emily Blunt, qui recevra cette année le prix Donostia en hommage à sa carrière d’actrice.

Ouverture du festival : le grand retour d’Alejandro Amenábar

Le coup de feu a été lancé mercredi dernier avec la projection en avant-première de Régression, nouveau long métrage du réalisateur hispano-chilien Alejandro Amenábar. Après six ans d’absence, Amenábar revient avec un thriller psychologique et pose sa caméra dans le Minnesota des années 90 dans lequel Angela, incarnée par Emma Watson, accuse son père d’un crime abominable qu’il confesse immédiatement sans pour autant garder le moindre souvenir des faits. Une intrigue qui impliquera l’arrivée d’un inspecteur et d’un psychologue afin de tenter de démêler le vrai du faux, jusqu’à découvrir que se cache derrière un mystère terrifiant qui concerne le pays tout entier. La promesse d’un récit haletant !

Une sélection officielle osée

Au total, plus de 200 films sont projetés cette année ; une sélection marquée par un désir de revendication et de dénonciation évidemment lié au travail de mémoire, thématique chère au continent latino-américain. Foncièrement éclectique, la section Concha de Oro (Coquillage d’Or), qui regroupe les films en compétition officielle, est un parfait mélange des genres : de la comédie au thriller en passant par le cinéma d’animation, le public passera du rire aux larmes. Quatre co-productions latino-américaines concourent en sélection officielle cette année.

Tout d’abord, El Apóstata de l’Uruguayen Federico Veiroj, une comédie dramatique sur le désir d’émancipation d’un jeune homme. El rey de la Habana ensuite, drame hispano-dominicain d’Agustí Villaronga qui suit la fuite de Reinaldo, adolescent tout juste échappé d’un centre correctionnel, dans les rues de La Havane où il devra lutter pour se faire une place et trouver un semblant d’équilibre en pleine période spéciale cubaine. Pablo Agüero présente quant à lui Eva no duerme, récit sur l’enjeu politique que représenta la dépouille d’Eva Perón en Argentine pendant plus d’un quart de siècle. Enfin, autre co-production argentine : Truman de Cesc Gay, présentée en avant-première au festival de Toronto, livre une ode à l’amitié à travers la rencontre entre Julián et Tomás (respectivement interprétés par Ricardo Darín et Javier Cámara), deux amis d’enfance, après des années de séparation. Une rencontre qui pourrait bien s’avérer être la dernière puisque Julián est atteint d’un cancer en phase terminale.

Horizontes Latinos

Dédiée exclusivement aux productions et co-productions latino-américaines, la section Horizontes Latinos regroupe cette année 14 longs métrages du Chili, du Mexique, du Brésil, de la Colombie, du Venezuela, du Guatemala et du Pérou. Elle inclut également la section Cinéma en construction qui reçoit, en partenariat avec les Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse, des longs métrages de fiction indépendants contraints d’interrompre leur cours au stade de la postproduction, faute de financements.

Parmi les films les plus attendus de la section : El Club du Chilien Pablo Larraín, déjà récompensé du Grand Prix du Jury à Berlin et candidat aux Oscars du meilleur film étranger, dans lequel le réalisateur s’attaque à l’Église catholique à travers le récit de quatre prêtres isolés dans un village côtier afin d’y expier leur pêchés. Également récompensé à la Berlinale par le prix du meilleur scénario, El Botón de Nacar de Patricio Gúzman, qui continue son parcours à travers un Chili marqué par la dictature de Pinochet.

Une semaine après avoir été auréolé du Lion d’Or à la Mostra de Venise, Desde allá, tout premier long-métrage du Vénézuélien Lorenzo Vigas, s’apprête à bouleverser San Sebastián avec l’histoire crue d’un cinquantenaire parcourant les rues de Caracas à la recherche de jeunes hommes à ramener chez lui. Producteur du film, Michel Franco présente de son côté (en tant que réalisateur cette fois) Chronic, film sur la douleur, la maladie et la mort récompensé du prix du meilleur scénario à Cannes. Autre film très attendu : Paulina, production argentine de Santiago Mitre distinguée lors de la Semaine de la Critique à Cannes, un essai sur les limites de l’idéalisme, celui d’une brillante avocate décidée à abandonner sa carrière pour enseigner en milieu rural.

Cette 63e édition est donc riche en productions et réalisations latino-américaines, reflétant la pluralité d’un continent en pleines mutations économique, sociale et politique. Des thématiques abordées souvent dures mais traitées avec nuances qui permettront, peut-être, de rajouter une récompense au palmarès latino-américain ? Réponse samedi !

Lucie DUBOEUF

Site internet du festival de San Sebastián
 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie