CHRONOS

La semaine du 6 septembre


Chronos du 6 au 14 septembre 2015

6 septembre – GUATEMALA – Le comédien Jimmy Morales (Front de convergence nationale, droite) évangélique et conservateur mais, novice en politique, est arrivé en tête au premier tour de l’élection présidentielle, avec presque 24 % des voix, après dépouillement de 98 % des suffrages. L’ancienne première dame Sandra Torres (social-démocrate) était qualifiée pour le second tour, avec près de 20 %. Elle était parvenue à dépasser le milliardaire Manuel Baldizón (droite), par une petite marge de 2 500 voix.

6 septembre – ARGENTINE – Le travail des enfants, sans compter la mendicité, a diminué de moitié de 2004 à 2012, selon les sondages du gouvernement. Il y a 11 ans, 7,8 % des enfants et adolescents de 5 à 15 ans étaient au travail ; en 2008, une loi a fait passer de 14 à 16 ans l’âge minimum pour l’emploi. Et il y a trois ans, le pourcentage d’enfants de moins de 16 ans qui travaillait a chuté à 3,4 %.

7 septembre – VENEZUELA – La Cour interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) a ordonné à l’État vénézuélien de rendre à la chaîne Radio Caracas Televisión (RCTV) la fréquence qui lui a été retirée en 2007, considérant que cette initiative avait violé la liberté d’expression. Le Venezuela devra payer des indemnisations aux actionnaires et employés. RCTV était la chaîne la plus ancienne du pays, avec cinquante-trois années de transmission, et proposait des programmes de divertissement, de sport, mais aussi d’information. La Cour avait été saisie de cette affaire après que la Commission interaméricaine des droits de l’homme eut considéré que sa fermeture résultait de sa ligne éditoriale, critique du président vénézuélien Hugo Chávez.

7 septembre – ARGENTINE – Un scandale de passation des marchés complique la campagne du principal candidat présidentiel de l’opposition en Argentine, Mauricio Macri. Un juge de Buenos Aires, Roberto Ponce a ordonné la perquisition du conseil municipal de la capitale, dont Mauricio Macri est le maire, pour rassembler une information sur les conventions de publicité et d’enquêtes pour 2,2 millions de dollars qu’il a souscrits avec une entreprise qui appartenait à un candidat député de son parti, Proposition Républicaine (PRO). La justice a aussi visité les bureaux de l’ex-compagnie du postulant, Fernando Niembro, un journaliste sportif célèbre qui avait été porte-parole du Gouvernement de Carlos Menem (1989-1999).

7 septembre – COLOMBIE –Le président Juan Manuel Santos a vivement réagi face à son homologue vénézuelien, Nicolas Maduro, après la fermeture d’un nouveau tronçon de la frontière entre les deux pays. Santos a décrit comme des « insultes et pitreries » les décisions récentes de Maduro qui ont encore aggravé cette crise qui a commencé 19 août dernier.

8 septembre – MEXIQUE – José Torero, expert en incendies qui a fait pour le groupe d’experts de l’OEA, une analyse médico-légale de la décharge où le Ministère Public du Mexique a conclu que fut incinérée au moins une partie des 43 étudiants d’Ayotzinapa, réaffirme son avis exhaustif. “L’hypothèse qu’ils les ont brûlé dans la poubelle de Cocula n’est pas possible. Il n’y a aucune preuve que dans ce lieu il y ait eu un incendie de l’ampleur nécessaire pour incinérer y compris un seul corps.” Le président Enrique Peña Nieto a dit que le rapport du groupe d’experts de la Commission Interaméricaine de Droits de l’homme (CIDH), de l’Organisation d’États Américains (OEA), sera évalué par la Procuraduría General de la República (PGR). “Bien qu’il y ait des différences entre les enquêtes de la Procuraduría, celles-ci pourront être complétées avec de nouvelles expertises. » Le président a annoncé que « des légistes de haut niveau” effectueront de nouvelles recherches pour régler les divergences entre la version officielle et les conclusions des experts. Pour lever enfin le mystère qui plane sur cette affaire, la CIDH a adressé au gouvernement vingt recommandations, dont l’ouverture d’une enquête sur les responsabilités ou omissions de la police fédérale et de l’armée.

8 septembre – VENEZUELA Le président Nicolas Maduro a décidé de fermer un autre tronçon de la frontière avec la Colombie, le passage de Paraguachón dans l’État de Zulia. Il a déclaré l’état d’urgence dans trois municipalités et a ordonné la mobilisation de 3 000 soldats. La mesure représente une escalade de la crise que les deux pays vivent depuis le 19 août et a forcé le retour de plus de 18 000 Colombiens résidant au Venezuela et la déportation de 1 500 personnes, selon les chiffres de l’ONU. Cette nouvelle fermeture de la frontière met dans une situation compliquée le président colombien Juan Manuel Santos qui est en faveur d’une solution négociée à la crise.

8 septembre – COLOMBIE – Elle est le dernier pays d’Amérique latine à adopter une loi contre l’homicide des femmes, la nouvelle loi 1761 2015. Cette loi porte le nom de Rosa Elvira Cely, morte après avoir été battue, violée et empalée par un camarade de classe dans le Parc National de Bogotá fin mai 2012 et devenue l’emblème de la violence contre les femmes en Colombie. Il est deuxième pays d’Amérique latine après le Mexique avec le taux le plus élevé de ce type de crime.

8 septembre – ÉQUATEUR – Le ministère de la Communication de l’Équateur (Secom) a commencé le processus pour fermer la Fondation andine pour l’observation et l’étude des médias sociaux (Fundamedios), une organisation civile travaillant depuis 2006 pour la liberté d’expression. Les autorités affirment que la fondation s’est éloignée de ses statuts en diffusant des contenus politiques. Les journalistes Robert Aguilar et José Hernández, qui gèrent ces sites Web, avaient été déjà attaqués par le Gouvernement dans le défunt Diario Hoy .

8 septembre – GUATEMALA – Le juge Miguel Ángel Galvez a publié une ordonnance de détention préventive contre l’ex-président du Guatemala, Otto Perez Molina et confirme la procédure engagée contre lui.

9 septembre – PORTO RICO – Le gouvernement élabore un plan d’ajustement budgétaire mais a averti que, malgré cela, il y a un écart de 14 000 millions de dollars de la dette qui restent entre 2016 et 2020.

9 septembre – MEXIQUE – Le ministre des Finances Luis Videgaray a annoncé au Congrès sa proposition pour le budget 2016 avec des réductions importantes en raison de la chute des prix du pétrole. Le Mexique fait face à la crise avec de nouvelles restrictions sur les dépenses publiques de 4,4 %, équivalentes à 1,15 % du PIB. La plupart des efforts seront dans les communications et les transports.

9 septembre – CHILI – Cette semaine, qui marque les 42 ans du coup d’État de 1973, le Musée de la mémoire et des droits de Santiago du Chili ouvre une exposition de photojournalisme qui renvoie à l’une des actions les plus hasardeuses du régime d’Augusto Pinochet : le Plan Condor. Dans cette opération, six dictatures sud-américaines ont coordonné leurs actions pour poursuivre et éliminer leurs adversaires pendant les années soixante-dix et quatre-vingts. Le Portugais João Pina étudie depuis 2005 des histoires de l’horreur. Il s’est entretenu avec une centaine de victimes, étudié des dossiers, assisté à des jugements naissants et visité des centres de torture, des prisons et des sites, comme le désert d’Atacama au Chili, qui sous leur beauté naturelle dissimulent des histoires tragiques. La synthèse de leur travail : des images puissantes, toutes en noir et blanc, qui pourront être vues du 9 septembre au 27 décembre. “Peu de gens connaissent l’existence du Plan Condor. Si vous parlez avec des jeunes et des adultes, la majorité ne connaît pas cette opération, dans laquelle les frontières du sous-continent ont été démolies et les opposants de gauche à être sûr qu’ils étaient là où ils étaient”, indique João Pina.

9 septembre – ARGENTINE – Des juristes internationaux menés par l’ancien juge espagnol Baltasar Garzón à Buenos Aires ont fait valoir que la notion de justice universelle non seulement poursuive les massacres et les génocides, mais aussi les délits économiques, financiers et environnementaux, qui coûtent aussi des vies humaines. “Nous parlons de victimes universelles de concernant les droits de la nature, de mécanismes avec lesquels on peut contribuer à ce que ces attaques indignes diminuent”, a déclaré Garzón à l’ouverture du deuxième Congrès de Juridiction universelle du XXIe siècle, organisé par sa fondation. Le premier avait eu lieu à Madrid en 2014. Depuis lors, quelque 75 experts de 40 pays ont participé à la discussion lors de diverses réunions.

9 septembre – CUBA – À Miami, qui loge à une bonne partie de la communauté cubaine dans l’exil, son maire Tomás Regalado, d’origine cubaine et un membre du Parti républicain dit qu’il y a encore de nombreuses “blessures” ouvertes entre la communauté cubaine vivant en Floride du Sud, pour rejeter avec force l’ouverture une mission diplomatique dans la ville qu’il dirige.

9 septembre – ARGENTINE – L’assemblée générale des Nations Unies a approuvé une proposition promue par l’Argentine pour éviter qu’à l’avenir, la situation vécue par le pays. En effet, un juge américain, Thomas Griesa, a bloqué une partie de la dette en Argentine parce qu’un noyau de fonds vautours refuse d’accepter la négociation que ce pays a finalisé avec plus de 90 % de ses créanciers. La résolution approuvée par 136 votes pour, six contre et 41 abstentions marque des principes de base à suivre dans des cas de restructuration de dette et indique que si une majorité de créanciers accepte une solution, la minorité ne peut pas suivre la voie des tribunaux ordinaires, qui profitent aux fonds vautour spécialisés pour plaider jusqu’au dernier jour pour atteindre des revenus millionnaires.

10 septembre – COLOMBIE – Le cas de la journaliste Flor Alba Núñez [photo], 25 ans, assassinée par des hommes armés alors qu’elle entrait dans la station où elle travaillait, a uni dans une seule voix des journalistes colombiens qui demandent une plus grande sécurité et des garanties pour exercer leur métier. Flor Núñez était journaliste à la station La stéréo préférée, de la municipalité de Pitalito, dans le sud-ouest de la Colombie, et a collaboré à des journaux et des chaînes de télévision locales. “Elle était une journaliste bien connue pour dénoncer des faits”, dit Pedro Vaca, directeur de la Fondation pour la liberté de la presse (FLIP). “Dans plus de 60 cas concrets on n a pas eu l’occasion de juger les auteurs. Nous sommes préoccupés par l’impunité”, dit-il.

10 septembre – VENEZUELA – Leopoldo López, l’un des principaux dirigeants de l’opposition au Venezuela, emprisonné depuis février 2014, a été condamné jeudi à 13 ans et 9 mois de prison. La juge Susana Barrientos l’a jugé coupable d’avoir participé et d’inciter les manifestations de 2014, pendant lesquelles 43 personnes sont mortes et des centaines ont été blessées. Dans une atmosphère tendue autour du tribunal, où les partisans de Leopoldo López étaient rassemblés et ceux du gouvernement de Nicolas Maduro. L’épouse du chef de l’opposition, Lilian Tintori a appelé au calme ses partisans et les a appelés à une concentration le lendemain sur la Plaza José Martí de Caracas, le jour anniversaire où Leopoldo López a été arrêté.

11 septembre – PEROU – Cinq œuvres d’auteurs latino-américains ont été traduites dans la langue indigène andine pour stimuler leur utilisation et combattre la discrimination de leur langue. L’écrivain et prix Nobel de littérature colombien Gabriel García Márquez, l’auteur de Cent ans de solitude ne soupçonnait pas que lui et le Péruvien prix Nobel Mario Vargas Llosa, l’écrivain uruguayen Juan Carlos Onetti, l’Argentin Adolfo Bioy Casares et la Brésilienne Clarice Lispector feraient partie d’une collection de classique latinos traduits en quechua. C’est une grande première. Cela permettra de sauvegarder la langue qui est dans une situation précaire, dit le conseiller à la Direction de la Culture de Cuzco décentralisée (CDR), Luis Nieto Degregori, au sein du Ministère de la Culture du Pérou, qui a encouragé cette initiative. Le conseiller CDR fait valoir que le transfert des droits ont été accordés parce qu’elle est la première traduction dans une langue indigène latino-américaine, qui a des millions de locuteurs principalement au Pérou, en Équateur, et un peu en Argentine et en Bolivie.

11 septembre – MEXIQUE – La police de Mexico a arrêté le troisième suspect dans l’assassinat du photojournaliste Rubén Espinosa et quatre femmes le 31 juillet dans un appartement dans la ville de Mexico. Le détenu est César Omar Martínez Zendejas, 32 ans, et a été localisé par les autorités grâce à son téléphone portable, par lequel il a contacté ses deux complices présumés déjà arrêtés.

12 septembre – ÉQUATEUR – Après presque quatre heures de réunion, les ministres des Affaires étrangères de Colombie et du Venezuela, María Ángela Holguín et Delcy Rodríguez, n’ont pas réussi à désamorcer la crise frontalière dans leur pays et ont quitté la capitale équatorienne Quito sans aucun accord. Le message final du Chancelier de l’Équateur et hôte de la réunion, Ricardo Patino, était que les négociations vont se poursuivre et que les présidents Juan Manuel Santos et Nicolas Maduro vont être consultés pour planifier un sommet entre les deux dirigeants.

12 septembre – AMÉRIQUE LATINE – Le film Desde allá du cinéaste vénézuélien Lorenzo Vigas, a été décerné hier, contre toute attente, avec le Lion d’Or à la Mostra de Venise. Le festival a honoré le cinéma latino-américain deux fois, puisque le Lion d’argent du meilleur réalisateur est allé à l’Argentin Pablo Trapero pour El clan.

12 septembre – MEXIQUE Le président Peña Nieto se réunira le 24 septembre avec les parents des disparus. Le Ministère public va autoriser les experts de l’OEA, qui ne croient pas à la thèse des incinérations, à prendre part à une nouvelle enquête de la décharge. Le président veut éviter les confrontations sur la tragédie d’Iguala.

14 septembre – CUBA – Le gouvernement cubain a accordé une amnistie à 3 522 prisonniers pour la visite du pape Francisco le samedi 19 septembre. Cette mesure a également été prise à la suite des visites de Jean-Paul II et Benoît XVI sur l’île. Les personnes âgées de plus de 60 ans, les jeunes âgés de moins de 20 ans, sans casier judiciaire, les malades chroniques, des femmes, plusieurs détenus qui allaient obtenir la liberté conditionnelle en 2016, ainsi que des étrangers, en seront les bénéficiaires.

Guy MANSUY