Venezuela - Chine

De nouveaux accords


La Chine à la rescousse de l’économie bolivarienne du Venezuela

Nicolás Maduro s’est rendu dans le pays asiatique, le 13 septembre dernier, avec l’objectif de renforcer la confiance chinoise envers les grandes lignes de la politique qui a mené le Venezuela au bord du gouffre. C’est donc dans un climat d’incertitude économique et sociale totale, où l’exode de Vénézuéliens depuis des années ne cesse de s’accroître, que le grand empire oriental a engagé de «nouveaux accords» avec le Venezuela. Ces accords concernent principalement des projets d’infrastructures liés à la production du pétrole, mais aussi au développement de l’exploitation d’autres ressources naturelles.

Photo : Infobae

La relation commerciale entre les deux pays ne date pas d’hier. En effet, depuis le début du siècle, la Chine investit énormément dans la région. Par exemple, l’année dernière, le Brésil a été le premier bénéficiaire de ces fonds avec 10 600 millions de dollars, suivi de très près par le Venezuela (10 000 millions) et l’Équateur (7 000 millions). Les trois réunis, ils reçoivent 97 % du total des investissements du géant asiatique en Amérique latine.

Dans le cas du Venezuela, la relation étroite avec la Chine remonte à 2008. Au cours de cette décennie, certains estiment que la valeur totale des prêts accordés à la «révolution bolivarienne» se situe entre 50 et 70 milliards de dollars. «Ces relations économiques sont fondamentales pour les deux pays», souligne Alejandro Grisanti, économiste directeur du cabinet de conseil vénézuelien Ecoanalitica : «sur trois demandes de barils de pétrole dans le monde, deux proviennent de Chine. Il est normal que le principal pays doté de réserves pétrolières ait des relations stratégiques avec le principal consommateur du monde», explique-t-il.

De son côté, Margaret Myers, directrice du programme Chine-Amérique latine du Dialogue interaméricain, donne la clé pour comprendre le lien bilatéral : «L’investissement chinois n’est pas idéologique, il est pragmatique et économique. Les prêts au Venezuela ne sont pas tant un signe de confiance qu’un investissement stratégique pour tenter de protéger leurs actifs à un moment difficile.» Et elle ajoute : «Le problème est que le système utilisé jusqu’à présent, des accords avec une garantie pétrolière, montre des fissures

Des fissures qui ont atteint un point de rupture l’année dernière : sur les 10 000 millions de dollars reçus par le Venezuela, la moitié était un prêt à l’État pour refinancer sa dette et l’autre moitié était destinée à la compagnie pétrolière publique PDVSA. Or, lorsque le prix du baril était élevé et que le Venezuela progressait économiquement (plus de 5 % en moyenne entre 2005 et 2012), les prêts reçus de la Chine ont été régulièrement remboursés avec la production pétrolière. Mais depuis la dégringolade du prix du baril, en février, à 24 dollars, le Venezuela a été contraint de produire 800 000 barils par jour. Lorsque le prix était de 100 dollars le baril, il fallait moins d’un tiers, soit 228 000 barils.

C’est ainsi que la crise actuelle, sans précédent, s’est déclenchée à partir de 2013 avec la forte chute dans le marché mondial de la principale ressource vénézuélienne. Et aujourd’hui, la production pétrolière ne peut pas croître au rythme nécessaire pour compenser cette baisse des prix. C’est pour cette raison que dans un article précédent nous avons mis en relief le fait «qu’on ne peut pas assurer la prospérité d’un pays quand l’essentiel de son développement repose, pour presque 90 % du produit national brut, sur l’extraction du pétrole, sachant que dans un avenir tout proche la population mondiale s’apprête à vivre sans combustibles fossiles».

Telle est la difficile situation que doit désormais résoudre Nicolás Maduro et son «programme économique bolivarien». Et pour trouver des alternatives à la tyrannie du prix du pétrole, la vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodríguez, a rencontré son homologue chinois Wang Qishan dans le pays asiatique pour signer un certain nombre d’accords commerciaux sur l’industrie pharmaceutique, le tourisme et l’exploitation forestière et minière avec des entreprises leaders en Chine.

Et justement, la cerise sur le gâteau chinois se trouve sur le site «Arco Minero» en cours d’exécution du Guyana Essequibo (à l’est du Venezuela), à la frontière avec la Colombie (à l’ouest). L’Arco Minero est le croissant fertile du Venezuela, car la région possède de grandes réserves d’or, de coltan, de diamants, de minerai de fer, de bauxite et d’autres minéraux. Malheureusement, force est de reconnaître, comme le montre l’histoire de nombreux pays, que ces ressources ont toujours enrichi les investisseurs étrangers, nourri la corruption de l’élite locale et augmenté la déchirure du tissu social.

Quelles conclusions tirer de tout cela ? Et surtout, quel est l’avenir des relations entre le géant asiatique et le gouvernement de Nicolás Maduro? Si «la Chine ne lâchera pas la main du Venezuela», comme l’a dit le journaliste Marcelo Justo, en mars 2016, une analyse plus approfondie des derniers accords en dit long sur l’évolution de la République chaviste : les négociations placent l’économie vénézuélienne, ses projets d’infrastructure, et particulièrement sa production de pétrole, sous contrôle effectif de la Chine, dont le plus grand objectif est de devenir la première puissance mondiale dans un avenir proche.

Pendant ce temps, le 15 septembre, Maduro a décrété l’état d’urgence économique au Venezuela. Ce décret, qui durera soixante jours et peut être prorogeable, stipule que le pouvoir exécutif prendra «des mesures urgentes, efficaces, exceptionnelles et nécessaires pour assurer à la population la pleine jouissance de ses droits, préserver l’ordre interne, accéder rapidement à la propriété, services, nourriture, médicaments et autres produits essentiels pour la vie»…

Ainsi Nicolás Maduro s’arroge le pouvoir suprême en donnant également à son gouvernement le droit de «suspendre temporairement et exceptionnellement» les autorités gouvernementales. De cette façon, Maduro peut appliquer n’importe quelle mesure sans avoir le consentement d’aucun autre pouvoir. Ce décret avait déjà été appliqué en janvier : en sourdine, la mise en œuvre d’un démantèlement total des structures démocratiques est avancée.

Eduardo UGOLINI

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter

Articles par mois

Articles par catégorie