CINÉMA LATINO À MARSEILLE

Rencontres Aspas


Focus sur les Rencontres de cinéma sud-américain de Marseille de l’association Aspas

Une fois par an l’équipe de l’association de solidarité entre la Provence et l’Amérique du sud (ASPAS), se réunit avec un ensemble de bénévoles pour organiser ce festival de cinéma qui cherche à faire découvrir un cinéma latino-américain traitant de thèmes sociaux et d’actualité. La dix-huitième édition se tient à Marseille entre le 18 et 26 mars.

L’association Aspas, crée à Marseille en 1998, propose un festival à taille humaine. Celui-ci se déroule pendant une semaine, avec la projection de 32 films des pays sud-américains, films inédits ou en avant-première. Des rencontres avec le public sont organisées autour des films afin de créer le désir de la découverte de ces cultures un peu plus lointaines. Ces échanges et cette découverte constituent, en effet, en grande partie la motivation de l’association pour produire cet événement chaque année. L’association a tenu à garder cette appellation “Rencontres” et non pas “festival” pour mettre en valeur ce que le mot porte en soi, un dévoilement des activités autour de la rencontre entre individus au travers d’une découverte des cinémas d’ailleurs. Cette année l’événement a lieu du vendredi 18 mars dernier au samedi 26 mars, au Grand Plateau de La Friche de la Belle de mai, et à deux occasions au cinéma du même quartier Le Gyptis, pour deux projections. Cet évènement sera ensuite relayé en région dans 15 villes, une fois les rencontres Marseillaises terminées.

Une nouvelle édition sous le signe de la lumière

En 2016, nous fêtons la 18e édition des Rencontres et le catalogue est riche de l’expérience des années précédentes, avec le déploiement d’une programmation qui propose, en dehors des films en compétition, des séances scolaires et une série d’hommages à la littérature et au cinéma, du théâtre pour jeune public par la compagnie Les Anachroniques, une leçon de cinéma le 26 mars, avec le réalisateur uruguayen invité, Pablo Martínez Pessi, une table ronde Faire du cinéma en Amérique Latine et un concert pour partager et s’amuser avec la musique latino-marseillaise du groupe local La Cumbia Chicharra suivi du DJ Mobilette Sound System.

Le sujet phare choisi pour cette année est Claros, clairières, Clareiras pour mettre en valeur les lumières qui porte le cinéma et la compréhension de la société qu’il peut amener. Cette sélection est cohérente, notamment avec le choix des films en hommage,comme le long-métrage Brecha en el silencio (Brèche dans le silence) de Luis et Andrés Rodríguez (Venezuela, 2013), ainsi que les documentaires Dibujando memorias (Mémoires peintes) de Marianne Eyde (Pérou, 2015) et Milagro en Jujuy (Miracle à Jujuy) de Miguel Pereira (Argentine, 2007) qui nous raconte le cas de l’actuelle détenue Milagros Sala en Argentine.

Ce mercredi 23 un hommage sera rendu à la littérature d’Eduardo Galeano récemment décédé. Pour l’occasion le film documentaire  Mujeres de la mina (Femmes de la mine) de Malena Bystrowicz et Loreley Unamuno (Argentine, 2014) sera projeté. Il traite de l’expérience des femmes travaillant dans des mines. L’auteur y fait une de ses dernières interventions. Des lectures et des discussions avec le public sont prévues pour l’hommage également, échanges proposés par Pascal Jourdana de l’association La Marelle, lieu de résidence des auteurs et de soutien à la création littéraire.

Compétition et palmarès

Le jury qui désignera les meilleurs films en compétition est constitué d’artistes et de travailleurs de la culture des régions du sud de la France. Parmi lesquels, Patricia Gajardo (chanteuse, photographe), Sabine Putorti (Directrice de l’Institut de l’image d’Aix-en-Provence), Alain Bombon (secteur de la distribution), Denis Chapal (professeur de lettres), Christian Lichiardipol (interprète et médiateur social) et Claudia Wassman (docteure en médecine et en histoire).

Les prix décernés cette année sont les suivants :  Le Colibrí d’or, au meilleur film,  le Prix spécial du jury,  le Prix des meilleurs acteur et actrice, le Prix du meilleur court-métrage. Il existe également un jury jeunes et le prix du public qui distingueront chacun les meilleurs long-métrage et court-métrage. La sélection des films de cette année se caractérise fortement par des thématiques de luttes sociales traitant des enjeux de recherche d’identité, d’amour et de la vie. Onze pays du continent sont représentés. Parmi eux l’Argentine, le Brésil, la Colombie, le Mexique, Le Chili – avec le court-métrage récemment primé d’un Oscar comme le meilleur court-métrage d’animation, Historia de un oso (Histoire d’un ours) – mais également des pays à la production cinématographique moins connue, comme c’est le cas de Puerto Rico. Neuf long-métrages et onze court-métrages sont en compétition officielle. Cette année, le public pourra rencontrer huit invités, réalisateurs et artistes qui proposeront des débats et discussions sur leurs film et projets.

L’association s’appuie aussi sur des partenariats avec d’autres associations et institutions qui permettent d’élargir les actions après ou pendant le festival. Les rencontres disposent ainsi d’une Carte blanche avec le Festival International de cinéma de Marseille, le FID. L’association Lieux fictifs propose également une reprise du festival à la prison des Baumettes de Marseille et L’Arca delle lingue, lieu culturel avec qui s’est programmée la conférence en espagnol.

Retour sur le début du festival

La conférence de presse ainsi que la cérémonie d’ouverture du festival se sont déjà déroulée le samedi 12 et vendredi 18 mars à la Maison de la région, avec la projection des court-métrages Sed (Soif) de Lucía Romero (Équateur), La Gallina clueca (La poule pondeuse) de Maia Ferro, Argentine et El maquinador (Le Machiniste) de Pablo Latorre, Argentine, et le documentaire Dibujando memorias (Memoires peintes) de Marianne Eyde (Pérou). La soirée s’est prolongée avec un moment de partage entre les assistants et une invitation ouverte à venir découvrir des films et/ou à revivre l’expérience de ce rendez-vous annuel.

Pamela VILCHES

ASPAS : contact@aspas-marseille.org – 35, boulevard Longchamps, 13001 Marseille. 09 80 78 01 53