Personnalité de la semaine

Margarita Stolbizer


Les faits de l’actualité latino-américaine du 1er au 11 avril 2015

1 avril – CUBA – Dépêchés en octobre pour aider à lutter contre l’épidémie d’Ebola, les personnels de santé cubains ont quitté la Sierra Leone. Au total, 256 médecins et personnels de santé cubains ont été déployés sur les trois pays atteints par le virus, Sierra Leone, Liberia et Guinée.

3 avril – CUBA – Le président des États-Unis Barack Obama et son homologue cubain Raúl Castro auront un “échange” au Sommet des Amériques au Panama, a indiqué la diplomatie américaine, dans le cadre du rapprochement historique entre les deux pays. “Le président Obama savait en décidant de se rendre au sommet que Cuba y était invité […] . Les dirigeants seront ensemble la majeure partie du temps. Il y aura donc un échange avec Raúl Castro”, a déclaré la secrétaire d’État adjointe pour l’Amérique latine, Roberta Jacobson.

4 avril – HAÏTI – Six personnes ont été tuées par les fortes pluies qui se sont abattues sur la région de Port-au-Prince. Selon le bilan dressé par les autorités, plus de 8 000 maisons ont été inondées.

4 avril – CHILI – Le bilan des victimes des inondations et des glissements de terrain qui ont affecté le nord du Chili, traditionnellement aride, s’alourdit de jour en jour en jour : 25 morts, plus de 125 disparus et quelque 30 000 sinistrés, a indiqué l’Office national des urgences (Onemi). Le phénomène El Niño serait en partie responsable des pluies exceptionnelles qui frappent la région d’Atacama.

6 avril – MEXIQUE – Le gouvernement mexicain nie que la torture soit généralisée dans le pays. Le ministère des Affaires étrangères a rejeté, pour incohérences, un rapport de l’ONU – préparé par Juan Méndez, rapporteur sur la torture du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies -, qui pointe fortement la police, les médecins légistes, les juges et les procureurs comme complices de ce problème.

6 avril – ARGENTINE – Les journaux sont pleins de publicités apparemment institutionnelles mais qui en réalité sont des publicités politiques. C’est tout à fait illégal et représente un coût énorme et personne ne sait qui paye. Pour la première fois, cette semaine, la Chambre Électorale argentine, formée par des juges chargés du contrôle le processus électoral, a franchi une nouvelle étape : il a rendu un jugement obligeant les candidats à justifier leurs dépenses de campagne et dénonce le “haut degré d’opacité quant à l’identité des sources de financement”. Tous les candidats à l’élection présidentielle doivent soumettre une liste détaillée de leurs dépenses et justifier son origine, selon le jugement. Le financement public est faible en Argentine, c’est pourquoi la plupart de cet argent provient de chefs d’entreprise amis par des voies opaques. En outre, la Chambre Électorale leur rappelle qu’ils ne peuvent faire campagne qu’un mois avant les primaires d’août, c’est à dire en juillet.

6 avril – MEXIQUE – Sur une route de campagne dans l’État de Jalisco (ouest du Mexique) un commando du crime organisé a attaqué un convoi d’agents de l’Office de Jalisco. 15 policiers ont été tués et cinq autres blessés dans une embuscade en plein jour, vers trois heures de l’après-midi. Les autorités pensent que c’est en représailles de la mort le 23 mars d’un trafiquant de drogue dans une opération de police et que c’est caractéristique d’un groupe qui gagne du pouvoir dans la région, le Cartel Jalisco Nouvelle Génération. L’embuscade a eu lieu entre deux lieux stratégiques dans l’État de Jalisco : Puerto Vallarta, un centre touristique connu mondialement, et Guadalajara, la capitale de Jalisco et la deuxième zone métropolitaine la plus peuplée du Mexique.

7 avril – VENEZUELA – 25 ex-présidents latino-américains ont annoncé qu’ils diffuseront le jour de l’ouverture du Sommet des Amériques à Panama City une déclaration commune pour dénoncer « l’altération démocratique » du Venezuela. Dans la déclaration appelée “Déclaration de Panama”, le groupe des ex-présidents – parmi lesquels se trouvent les Colombiens Andrés Pastrana, Belisario Betancur et Álvaro Uribe, les Costariciens Laura Chinchilla, Rafael Calderón, Miguel Ángel Rodríguez et Luis Alberto Monge, les Espagnols José María Aznar et Felipe González et le Chilien Sebastián Piñera – va demander aux chefs d’État des 35 pays se sont réunis lors du Sommet des Amériques qu’ils s’intéressent à la recherche d’une solution à la crise vénézuélienne pour que ce pays “respecte les principes constitutionnels et les normes internationales”.

7 avril – MEXIQUE – En criant “Vivants nous les avons portés et vivants que nous les voulons !”, les parents des 43 étudiants disparus il y a plus de six mois dans le sud du Mexique, ont demandé justice dans une manifestation devant la Maison Blanche à Washington et a exhorté le gouvernement des États-Unis à revoir sa relation avec le pays voisin. “Nous n’avons pas clos l’affaire. Nous allons continuer à demander justice, pour clarifier les faits et punir les responsables”, a déclaré Efe Anayeli Guerrero de la Cruz, une sœur de Jhosivani Guerrero de la Cruz, un de 43 étudiants de l’école normale d’Ayotzinapa.

7 avril – AMÉRIQUE LATINE – En seulement quatre mois, la Commission économique des Nations Unies pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) a considérablement réduit les prévisions de croissance pour la région pour 2015 de 2,2 % à 1 % seulement. Les causes de cette baisse sont la chute des prix du pétrole et la volatilité financière.

7 avril – MEXIQUE – Des hommes armés du crime organisé ont pris d’assaut dans une propriété de la mine canadienne McEwen Mining dans l’État de Sinaloa (nord-ouest du Mexique) et ont emporté 8,5 millions de dollars en or. Le groupe a volé 900 kg de concentré d’or, qui d’après la société pourrait obtenir environ 198 kg de métal à vendre. La région est fortement contrôlée par le cartel de Sinaloa et le site de la mine est à proximité de la ville de Badiraguato, le berceau du leader emprisonné de l’organisation, Joaquín El Chapo Guzmán.

8 avril – CHILI – Le gouvernement chilien réaffectera le budget de l’épreuve du Dakar 2016 dans la reconstruction des terres touchées par les inondations C’est ce qu’a annoncé la ministre des Sports du gouvernement du Chili, Natalia Riffo et que la 38e édition du Rallye Dakar ne passera pas par leur territoire.

8 avril – VENEZUELA – Les États-Unis cherchent à entamer un dialogue avec le gouvernement du Venezuela. Le Département d’État a confirmé que le conseiller du Secrétaire d’État, Thomas Shannon, se trouve à Caracas, en vue de clarifier la friction diplomatique permanente entre les deux pays avant le Sommet des Amériques et pour traiter la tension générée par les sanctions contre les fonctionnaires vénézuéliens imposées par Washington. “Le Venezuela a récemment invité le gouvernement des États-Unis à envoyer un représentant pour rencontrer le président Nicolás Maduro a dit le conseiller Thomas Shannon.

8 avril – BRÉSIL – Un entrepreneur minier, Bernardo Paz, a érigé en plein milieu du Brésil l’un des musées d’art contemporain de plein air les plus importants au monde, avec plus de 80 sculptures éparpillées sur 140 hectares entre des montagnes vert émeraude dans l’État de Minas Gerais , à Inhotim, à 70 km de la capitale Belo Horizonte ; c’est aussi un immense jardin botanique, des pépinières, des objets uniques et une collection de 800 types de palmiers différents.

9 avril – ARGENTINE – L’écrivaine argentine Samanta Schweblin remporte le IV Premio Internacional de Narrativa Breve Ribera del Duero décerné à la Casa de América de Madrid et reçoit la somme de 50 000 euros pour les “Siete casas vacías” (“Sept maisons vides).

9 avril – MEXIQUE – Le PAN vantait en vidéo le Système national de lutte contre la corruption, issue d’une réforme de 14 articles de la Constitution, conçues par le parti et soutenus par le PRI, le parti au pouvoir et le PRD de gauche. Le PRD veut ajouter la proposition au Système national de lutte contre la corruption qui consisterait à supprimer l’immunité du président. Le PRI et le PAN rejettent l’amendement qui retarderait la création de cet outil constitutionnel, un progrès, avant les élections du 7 juin, où la Chambre des représentants est renouvelée, plus de mille municipalités et de neuf gouverneurs.

9 avril – COLOMBIE – À l’appel de la gauche et du président Juan Manuel Santos, une marche a été organisée pour commémorer le jour du Souvenir et de la Solidarité avec les victimes du conflit armé. La marche, avec son point fort dans les rues de Bogotá, est aussi en faveur d’une solution négociée au conflit en cours et un coup de pouce au processus de paix. Cette date est bien connue des Colombiens : il y a 67 ans, suite à l’assassinat du dirigeant libéral Jorge Gaitán, une forte vague de violence avait éclaté dans le pays.

10 avril – ARGENTINE – Après des mois de divisions et de guerres internes, la gauche alternative au péronisme a officiellement une candidate à la présidentielle : Margarita Stolbizer [photo], une députée fédérale de 1997 à 2005 pour l’UCR puis depuis 2009 députée de Generación para un Encuentro Nacional (GEN) parti qu’elle a créé en 2007. La candidate, une avocate de 60 ans, est très respectée en Argentine pour l’ensemble de son parcours politique et ses dénonciations de la corruption.

10 avril – PANAMA – La poignée de main tant attendue entre le président des États-Unis, Barack Obama, et son homologue cubain, Raúl Castro, a finalement eu lieu en marge du septième Sommet des Amériques, au Panama. Leur réunion à huis clos a été suivie d’une brève rencontre conjointe avec la presse, au cours de laquelle les deux présidents sont apparus très décontractés. Dans ce sommet, le rapprochement entre les États-Unis et Cuba, deux voisins ennemis pendant cinquante-six ans, fait figure d’événement encourageant, mais exceptionnel. Barack Obama a été le premier à prendre la parole devant les caméras : il a estimé que le changement de cap dans la politique cubaine des États-Unis marquait “un avant et un après dans l’hémisphère”. Quant à Raúl Castro, il s’est dit disposé à aborder tous les sujets concernant Cuba et les États-Unis. “Tout peut se discuter si cela se fait avec beaucoup de respect pour les idées de l’autre”, a assuré le chef d’État cubain.

10-11 avril – VIIe SOMMET DES AMÉRIQUES – Les 35 chefs d’État et de gouvernement participaient à ce sommet. Alors que les discours prononcés au cours de la séance plénière étaient d’un durée de huit minutes chacun, Raúl Castro a justifié de parler six fois plus car Cuba était représentée pour la première fois dans ce type de conférence. Il a procédé à une virulente évocation des interventions des États-Unis dans l’île depuis le XIXe siècle et des méfaits du blocus” américain depuis un demi-siècle. Cette longue digression historique était suivie de l’intervention de Barack Obama lui-même devant ses pairs des Amériques et des Caraïbes. Il a dit préférer régler les problèmes et se tourner vers l’avenir au lieu de laisser les États-Unis “prisonniers de leur passé”. Le premier à égrener des récriminations historiques avait été le président équatorien, Rafael Correa. Après Raúl Castro, la présidente argentine, Cristina Kirchner, a défié à son tour son homologue états-unien en critiquant les organisations non gouvernementales (ONG), coupables à ses yeux de financements obscurs et de manœuvres déstabilisatrices. Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a poussé les analogies historiques plus loin : il a comparé l’invasion militaire américaine du Panama, en 1989, et la menace qui pèserait aujourd’hui sur le Venezuela. L’intervention d’Evo Morales, le président de la Bolivie, a renchéri en mettant en parallèle le passé colonial de l’Amérique latine et le présent, où “l’Empire” est incarné par les États-Unis. Ces opinions expliquent qu’il n’y ait pas eu de consensus pour adopter une déclaration finale du Sommet des Amériques, en dépit d’un dénominateur commun minimum constitué par le soutien unanime au rapprochement entre Washington et La Havane, ainsi qu’aux négociations en cours entre Bogotá et la guérilla colombienne.

Guy MANSUY

 
 

Articles par mois

Articles par catégorie