Colombie

Mémorial pour la paix


Fragmentos, un «contre-monument» qui rend hommage aux victimes des guérillas

Cinquante-trois ans. C’est le nombre d’années qui marquera à jamais la Colombie. Cinquante-trois ans de conflit armé auquel un accord de paix, signé entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et les FARC, a mis fin le 24 novembre 2016. Depuis, les rebelles ont rendu leurs armes et se sont reconvertis en parti politique. Depuis, un «contre-monument» a été construit, à l’initiative de l’artiste Doris Salcedo, afin de recueillir les mémoires plurielles du conflit.

Photo : Le Soir Plus

2018 a posé une nouvelle pierre à cette paix en construction. L’artiste Doris Salcedo a réalisé une œuvre consacrée à la mémoire des victimes, concentrée dans ce nouveau musée, à Bogotá, dont le sol d’acier est fait de 26 tonnes d’armes broyées livrées par les Farcs et conservées par la Police pour la paix (Unipep) tout au long du processus.

Fragments est ainsi devenu un lieu où des dialogues difficiles se tiendront, car l’ambition de l’artiste est de faire cohabiter et accepter des mémoires antagonistes, celles des 8 millions de victimes du conflit, afin de générer une polyphonie de voix discordantes. La mémoire des femmes victimes sexuelles des acteurs du conflit armé n’a pas non plus été oubliée, elles qui ont martelé ce métal de leurs angoisses et de leur colère.

Fragments est pour elles une réparation symbolique des souffrances engendrées par cette guerre et, pour tout le pays, un signe de pardon, de paix et de réconciliation. Deux autres monuments verront également le jour, conformément aux accords de paix, à New York et à Cuba.

Chaque «fragment» d’acier martelé de ce contre-monument rappelle à tous les Colombiens, ainsi qu’au monde entier, qu’il est important de se souvenir pour ne pas que l’histoire se répète. Ainsi est désormais scellée, pour les cinquante-trois prochaines années, l’histoire de la violence.

Marlène LANDON

Après avoir obtenu un diplôme d’artiste plasticienne en 1980 à l’université Jorge Tadeo Lozano de Bogota puis un master en art à l’université de New York en 1984, Doris Salcedo retourne en Colombie, où elle enseigne la sculpture et la théorie de l’art. Son œuvre personnelle, récompensée en 1993 par une bourse de la Fondation Penny McCall, est constituée pour l’essentiel d’installations. Ce sont le plus souvent des dispositifs de mémoire qu’elle élabore après avoir écouté des individus ayant subi la perte violente d’un être bien aimé. En savoir plus sur Doris Salcedo

 
 

Inscription newsletter

Inscription newsletter depuis le 11 mars

Articles par mois

Articles par catégorie