León, un film argentin d’Andi Nachón et Papu Curotto

Avec ce premier long métrage, le duo de réalisateurs argentins Andi Nachón et Papu Curotto aborde la thématique du deuil au sein une famille queer recomposée. Propice à une réflexion sur les liens familiaux, ce film souligne l’importance de la reconstruction suite à la perte d’un proche, l’une des épreuves les plus difficiles dans une vie.

Photo : DR

Léon retrace la lente et difficile reconstruction d’une famille après un deuil et montre comment le puzzle doit se recomposer avec cette pièce manquante. Il y a Julia, qui vient de perdre sa compagne Barby ; León, le fils de Barby qu’elles ont élevé ensemble ; la mère de Barby ; le père de León, et chacun doit retrouver une place. Julia doit vivre avec le manque, faire vivre le restaurant qu’elles avaient monté ensemble, redonner une place au père de leur fils et à sa grand-mère.

« Avec León, disent les réalisateurs, nous avons essayé de montrer comment la perte d’un être cher affecte non seulement notre propre vie, mais aussi toute la vie que nous partageons en famille. À l’époque des familles recomposées et dans une réalité où la vie quotidienne est un combat, nous voulions que notre protagoniste traverse ce chagrin à partir de ses propres sentiments, tout en devant récupérer son fils et le monde qu’elle entretenait avec sa petite amie. Notre film met en scène de nouvelles familles, qui, en fin de compte, comme toutes les autres, doivent affronter d’anciennes peurs et douleurs, mais elles les vivent à partir de leur propre particularité. »

Léon a reçu le Prix Spécial du Jury au Festival du Premier Film d’Annonay. Le film est très simple avec une image qui n’obscurcit pas le propos, loin de la sévérité de certains films latinos. Il sortira en salle le 26 juin.