[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/Bandeauprogbis.jpg » /]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Lundi 23 novembre – 12 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/humberstoneprogweb.jpg » /]

Mémoires de Humberstone (Memorías de Humberstone) de Hélène Gaudu

CHILI, 2015 | 20 min | VO espagnol – sous-titres français

Mémoires de Humberstone raconte le retour d’un peintre chilien dans sa ville natale, Humberstone. Cette ville, anciennement minière, est aujourd’hui une ville fantôme. À travers la ville déserte, ses bruits, et les gestes du peintre qui a aussi beaucoup voyagé et vécu à l’étranger, ce documentaire questionne à travers son protagoniste la question des racines et des identités multiples.

La projection sera suivie d’un dialogue avec la réalisatrice Hélène Gaudu, présenté par Olga Barry.
Hélène Gaudu : passionnée de cinéma, elle étudie le septième art depuis le lycée. Aujourd’hui en master, elle tire cette année de son lien fort avec le Chili un premier court-métrage, Mémoires de Humberstone.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Lundi 23 novembre – 18 h 30 –  AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/villapaz21.jpg » /]

Ça tourne à Villapaz (Hecho en Villapaz) de María Isabel Ospina

COLOMBIE-FRANCE, 2014 | 52 min | VO espagnol – sous-titres français

Dans un endroit perdu de la vallée du Cauca siège le village afro-colombien de Villapaz. Un jeune homme, Víctor González est devenu cinéaste lorsqu’il a découvert les capacités filmiques de son téléphone portable. Il avait déjà en lui les ressorts scénaristiques et il s’en donne à cœur joie pour tourner des mélodrames ou des films d’horreur pittoresques dans lesquels il fait jouer les habitants de son village. Ces films rendent compte de la vie de sa communauté, y compris ses secrets, joies et tragédies, convertissant ainsi tout un village en gigantesque lieu de tournage et ses habitants en protagonistes de leurs propres et incroyables histoires.
Inspirée par l’énergie de Víctor, la réalisatrice éclaire dans ce documentaire la richesse de son univers à travers une caméra attentive et subtilement retenue.

>>> voir la BANDE-ANNONCE sur vimeo

La projection sera suivie d’un dialogue avec la réalisatrice María Isabel Ospina, présenté par Thierry Lesprit.
María Isabel Ospina a 37 ans et est diplômée de l’école de communication sociale et de journalisme de l’université de Valle (Cali, Colombie). Ça tourne à Villapaz est son troisième documentaire. Elle vit en France depuis 2000. Elle coordonne des ateliers de documentaires et participe depuis 13 ans à l’organisation du festival Cinelatino de Toulouse.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Mardi 24 novembre – 12 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/echoprogweb.jpg » /]

Echo Chamber de Guillermo Moncayo

COLOMBIE-FRANCE, 2014 | 19 min | VO espagnol – sous-titres français

Le long des voies ferrées délabrées d’un pays tropical, un poste de radio diffuse en boucle une alerte climatologie : une catastrophe naturelle est imminente. Ce film est inspiré d’un phénomène historique concret, l’abandon progressif du système ferroviaire de la Colombie pendant la deuxième moitié du XXe siècle, lequel caractérise la relation complexe que ce pays a entretenu au fil du temps avec la notion de modernité. Il est envisagé en quelque sorte comme un processus intime de déconstruction de la cartographie imagée de ce territoire, comme une réflexion portée vers la corrélation existante entre un paysage physique et sa représentation mentale. Véritable “travelling avant” sur les voies ferrées vétustes d’une mémoire collective, qui cherche à scruter de façon transversale, les conditions à partir desquelles l’individu contemporain construit les cadres de son expérience intérieure.

>>> voir une présentation du film par le réalisateur

La projection sera suivie d’un dialogue avec le réalisateur Guillermo Moncayo, présenté par Januario Espinosa.
Guillermo Moncayo a fait des études de cinéma à Bogotá (Colombie) de 2003 à 2006. À partir de 2007, il étudie à l’École Supérieure d’Art d’Aix en Provence, de laquelle il est diplômé en 2012. Actuellement, il suit le cursus du Fresnoy-Studio National des arts contemporains. Son travail, qui se situe entre l’art vidéo, le film documentaire et la photographie, a été exposé dans de nombreuses manifestations en France et à l’étranger. Il explore la façon dont notre environnement géographique, qu’il soit aménagé ou non, agit sur notre comportement affectif. On y décèle régulièrement des questionnements sur les processus à partir desquels l’Homme contemporain construit les cadres de sa propre expérience.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Mardi 24 novembre – 18 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/jaimeprogweb.jpg » /]

La mort de Jaime Roldós (La muerte de Jaime Roldós) de Lisandra Rivera & Manolo Sarmiento

ÉQUATEUR-ARGENTINE, 2013 | 125 min | VO espagnol – sous-titres français

Fruit de sept ans de recherches, ce film retrace la brève et dense présidence de Jaime Roldós brutalement interrompue par sa mort violente dans un crash aérien. Premier président élu démocratiquement, Roldós chercha à faire abstraction de la pression que les dictatures sud-américaines, guidées par les États-Unis, lui infligèrent afin d’exclure en Équateur, comme dans le reste de l’Amérique, tout tentative progressiste qui aurait pu contrecarrer les intérêts des oligarchies américaines. La documentation, qui replace subtilement les faits dans leur contexte politique continental et mondial, est remarquablement éclairante. La question des rapports humains dans le déroulé des événements est abordée avec une grande délicatesse, notamment à travers les positionnements très différents des trois enfants de Roldós. Cet excellent et beau film politique a provoqué en Équateur de multiples réactions, de la réclamation judiciaire au refus de le projeter.

>>> voir la BANDE-ANNONCE sur YouTube

La projection sera suivie d’un dialogue avec María Laura Moreno Sainz politologue, docteur en sociologie, présenté par Maurice Nahory.
Lisandra Rivera (Puerto Rico, 1966), est cinéaste et productrice à Guayaquil et Manolo Sarmiento (Porto Viejo, 1967) est directeur de la Corporación Cinememoria. La muerte de Jaime Roldós est le deuxième film qu’ils co-réalisent et coproduisent.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Mercredi 25 novembre – 12 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/latirprogweb.jpg » /]

Latir Latino de Leonardo Paez, Mike Sandoval & Mariano Bognanni

ARGENTINE, 2012 | 35 min | VO espagnol – sous-titres français

Le graffiti est aujourd’hui très présent en Amérique latine, et ce continent compte désormais des artistes de renommée internationale. Les Péruviens Entes et Pésimo ont décidé de rassembler leurs pairs latino-américains pour organiser la première rencontre d’artistes urbains d’Amérique latine chez eux : Latir Latino. Ce documentaire du même nom retrace de manière fascinante le festival réalisé dans différents endroits de la capitale péruvienne, Lima, et donne la parole aux 24 artistes latino-américains qui y ont participé.
Ce documentaire aborde l’histoire de l’art urbain latino-américain et l’histoire de ses protagonistes : d’où viennent-ils et surtout où vont-ils. Les réalisateurs cherchent à montrer que l’art urbain tient une place importante en Amérique du sud : il permet de briser les frontières, il transmet la joie et l’espérance des latino-américains et renforce les liens entre des individus qui partagent bien plus qu’une langue ou un espace géographique.

>>> voir la BANDE-ANNONCE sur Vimeo

La rencontre sera suivie d’un dialogue avec Jelena Dzeksenevajournaliste à Lyon Bondy Blog – présenté par Januario Espinosa.
Leonardo Paez, Mike Sandoval & Mariano Bognanni sont trois réalisateurs argentins qui ont commencé leur collaboration en 2009 sous le nom de Pura Vida TV, pour réaliser des documentaires sur des thématiques qui leur parlent. Ils ont de cette manière filmé le développement de l’art urbain dans tout le continent sud-américain, dont le premier festival d’art urbain pour artistes latino-américains Latir Latino. En 2012, ils ont réalisé une série en huit épisodes pour la chaîne argentine Canal Encuentro intitulée Œuvre en construction, qui montre les différentes pratiques des artistes argentins.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Mercredi 25 novembre – 18 h 30 –  AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/valsprogwebbis.jpg » /]

La valse des inutiles (El vals de los inútiles) de Edisón Cajas

CHILI-ARGENTINE, 2013 | 80 min | VO espagnol – sous-titres français

Darío est collégien. Miguel Ángel est professeur de tennis à succès. En 2011, les deux décident de courir aux côtés de milliers de personnes, autour du Palais national de La Moneda, lors d’une action dénommée “1 800 heures pour l’éducation”, défi résolu en 75 jours pendant lesquels le drapeau n’eut de cesse de flamber. Grâce au récit de deux histoires parallèles – celle d’un adolescent immergé dans le climat politique de son collège et celle d’un ancien prisonnier sous la dictature de Pinochet – ce documentaire aborde le thème de la première grande mobilisation sociale au Chili depuis la chute de la dictature : le mouvement étudiant, en guise d’essai sur la revendication citoyenne des droits civils. Ce mouvement a incité les gens à sortir dans la rue sous les mots d’ordres : éducation gratuite et de qualité.

>>> voir la BANDE-ANNONCE sur vimeo

La rencontre sera suivie d’un dialogue avec Olga Barry et Maurice Nahory.
Edisón Cajas est diplômé en philosophie et cinéma de l’université du Chili. Il se spécialise ensuite en réalisation à l’école internationale de cinéma de San Antonio de los Baños à Cuba. Ses courts-métrages de fiction Mercredi 8 / Mardi 7 (2010) et Titans (2011) ont obtenu de nombreux prix et nominations dans les festivals de Clermont-Ferrand, São Paulo, Valvidia, Sanfic, Marseille, Toronto, La Havane. La valse des inutiles est son premier long-métrage avec lequel il obtient entre autres le prix du meilleur documentaire étranger dans le festival du film documentaire américain. Il prépare actuellement son premier long-métrage fiction Les Invisibles.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Jeudi 26 novembre – 12 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/mujeresenjunta710x200.jpg » /]

Mujeres en junta de Élodie De Weck & Sébastien Caby

COLOMBIE-SUISSE, 2015 | 30 min | VO espagnol – sous-titres français

Dans la municipalité d’Inza et dans un contexte rural et traditionnellement machiste, les femmes s’organisent depuis plus de dix ans. Elles luttent pour la souveraineté alimentaire, mais aussi pour faire reconnaître leurs droits et gagner en autonomie. À travers le regard de plusieurs d’entre elles, ce documentaire retrace leur histoire, en particulier leur dernière campagne contre les violences domestiques démarrées en 2009.

La rencontre sera suivie d’un dialogue avec Daniela Montserrat Cerdan Corona, Master de cinéma.
Élodie de Weck, diplômée en sociologie vit actuellement en Argentine. Sébastien Caby a étudié le cinéma. Tous deux aiment beaucoup la Colombie et collaborent avec des associations colombiennes d’ici ou de là-bas. Dans ce pays, ils ont réalisé d’autres courts films dont certains sont visibles sur le site Turpial.ch. Mujeres en Junta a été présenté aux festivals : Globale Bogotá – festival internacional de video documental, à Bogotá, en octobre 2012. Filmar en America latina à Genève en 2012, aux 4e rencontres du film colombien du Cher 2015 et à Bourges en mars 2015.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Jeudi 26 novembre – 18 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/gonterreprogweb.jpg » /]

¿Cómo nacieron los peces en el lago? de Jean-Louis Gonterre

CUBA-FRANCE, 2015 | 52 min | VO espagnol – sous-titres français

Que disent les Cubains de leur Cuba ? Y rester, en partir ? Comment découvrir Cuba sans laisser émerger ce terrible dilemme ? Des portraits d’une grande intensité et des images vagabondes qui font écho aux propos recueillis, comme si l’île venait donner raison à ces Cubains convaincus. Où l’on aborde les thèmes de l’exil, du colonialisme, de l’esclavage, du socialisme, de l’économie, de l’éducation. Un voyage musical à la rencontre de grands écrivains cubains, de musiciens et de peintres.

La projection sera suivie d’un dialogue avec le réalisateur Jean-Louis Gonterre, présenté par Januario Espinosa.
Jean-Louis Gonterre a débuté en tant que photographe dans la publicité et l’industrie, puis comme photographe plasticien et reporter pour des ONG, en Amérique latine, au Brésil, en Afrique, en Inde. Il a publié plusieurs livres, et présenté des expositions dans de nombreux musées et galeries en France et dans le monde. Aujourd’hui, il réalise des documentaires sur des faits de société et des vies humaines. Avant de réaliser ¿Cómo nacieron los peces en el lago ?, il a réalisé D’un coup de Baguette, Maurice Garnier, une vie créative, Der Makaria, la rencontre et Moi ça va, et vous ?
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Vendredi 27 novembre – 12 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/minasdorapprogweb.jpg » /]

As minas do rap de Juliana Vicente

BRÉSIL, 2015 | 14 min | VO espagnol – sous-titres français

Au Brésil, les femmes ont tardé à rentrer sur la scène du rap, et jusqu’à aujourd’hui rares sont les groupes ou les artistes (solo) qui ont réussi à se démarquer dans leur carrière. Le documentaire questionne les femmes liées au hip-hop, abordant l’histoire de ces femmes dans le mouvement rap et donnant une voix aux artistes comme Negra Li, MC Gra et Karol Conkà.

La séance sera suivie d’un dialogue avec Francis Poulet, spécialiste des mouvements sociaux brésiliens.
Juliana Vicente est née en 1984 au Brésil. Non seulement réalisatrice, elle est aussi la productrice et fondatrice de la boîte de production Preta Portê Filmes. Après avoir étudié le cinéma à Cuba, elle a réalisé des courts-métrages diffusés dans de nombreux festivals et récompensés plusieurs fois : le court Color and boots a gagné plusieurs prix et a été diffusé dans 50 festivals, et Drift a reçu un prix aux NY intl. TV&Film Awards. Elle a aussi produit plus de 20 films au total.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]

[highlight txtcolor= »#FFFFFF » bgcolor= »#1B7359″]LYON – Vendredi 27 novembre – 18 h 30 – AmphiOpéra de Lyon[/highlight]

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandeauweb710-200.jpg » /]

De que vuelan, vuelan de Ananda Henry-Biabaud et Myriam Bou-Saha

VENEZUELA-FRANCE, 2015 | 52 min | VO espagnol – sous-titres français

Dans le décor labyrinthique d’une favela de Caracas, trois femmes dans la fleur de l’âge partent à la recherche du meilleur sorcier de la ville. La Negra Rosa, Flor et Alzubey cherchent des réponses… aux questions qui les rongent. De consultations en consultations, dans la fumée des cigares et au son des incantations, les sorciers entrent tour à tour en transe pour communiquer avec les esprits. Parviendront-ils à dire si La Negra Rosa est responsable de la mort de son fils ? Réussiront-ils à libérer Flor de l’esprit qui la possède ? Dans ce combat contre la solitude et la culpabilité, Alzubey accompagne sa sœur et son amie. Entre scepticisme et confidences à cœur ouvert, se dessine une histoire touchante et souvent drôle sur l’amitié entre trois femmes.

>>> voir la BANDE-ANNONCE sur vimeo

La projection sera suivie d’un dialogue avec la réalisatrice Myriam Bou-Saha, présenté par Thierry Lesprit.
Ananda Henry-Biabaud a poursuivi un cursus à l’École Supérieure des Beaux Arts de Marseille et Myriam Bou-Saha a suivi un Master de Recherche en Arts Plastiques à l’Université de Provence. Ces deux vidéastes aux sensibilités artistiques différentes, partagent un regard curieux sur le monde. En 2008, Myriam et Ananda entament une grande collaboration. Elles ont également co-réalisé Canta, no llores en 2008 – par ailleurs diffusé dans le cadre de Documental – puis El Pensamiento Único de Nelson Garrido en 2010.
AmphiOpéra de Lyon : Place de la Comédie, 69001 Lyon. 04 69 85 54 54 –Entrée libre – SITE

[image align= »center » img= »http://www.espaces-latinos.org/wp-content/uploads/bandoprog710x30.jpg » /]

[hr/]